Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est bien d’être le meilleur, mais c’est meilleur d’être le plus original.» Youssoupha dans Mon Roi

Patrimoine documentaire : « Nous devrons travailler à battre en brèche les clichés de tout acabit et autres sobriquets dont sont victimes les professionnels »

Accueil > Actualités > Opinions • Photo d’illustration • vendredi 14 août 2020 à 19h16min
Patrimoine documentaire : « Nous devrons travailler à battre en brèche les clichés de tout acabit et autres sobriquets dont sont victimes les professionnels »

Dans cette tribune, Albert Ouédraogo, archiviste-documentaliste, invite ses collègues à prouver à la population burkinabè l’importance de leur métier. Et si l’on considère les réalités que vivent les professionnels du patrimoine documentaire, il estime que la Politique nationale de gestion des archives doit s’appuyer sur des textes législatifs et règlementaires adaptés aux réalités du pays et s’accompagner de moyens financiers pour sa mise en œuvre.

Les archivistes du monde entier ont célébré le 9 juin 2020, la Journée Internationale des Archives. Cette journée commémorative, d’ouverture vers les autres et de communion avec le public, initiée par l’International Council of archives (ICA), est un appel aux professionnels de tous les pays à se faire connaitre d’une part et d’autre part une invite à trouver des solutions aux difficultés aussi diverses que les supports des documents qu’ils ont la garde et qui entravent le bon fonctionnement du métier.

Archivistes du Burkina Faso arrêtons de nous apitoyer sur notre situation ; partageons nos expériences et prouvons l’importance de notre métier. Montrons aux burkinabè que « la profession d’archiviste est amusante, accessible, variée et que notre expertise est utile à tous ». ICA, 2016

Au Burkina Faso, nous devrons surmonter certaines caricatures qui parfois, frisent le ridicule ; nous devrons travailler à battre en brèche les clichés de tout acabit et autres sobriquets dont sont victimes les professionnels du patrimoine documentaire. La création des Directions des archives et de la documentation (DAD) dans les ministères, est à saluer (Cf : Décret n° 2016-027/PRES/PM/SGG-CM du 23 février 2016 portant organisation type des départements ministériels) et promet des lendemains meilleurs certes, mais un rapide coup d’œil sur les organigrammes de certains organismes et institutions laisse entrevoir des services d’archives rattachés à des directions dont les missions ne cadrent pas avec celles du service des archives.

Et ce « mariage forcé » est préjudiciable aux activités du service des archives qui perd son « âme » par manque de ressources financière et humaine et de visibilité, parce que tout simplement un « corps étranger » a été porté à sa tête.

L’efficacité d’une politique nationale de gestion des archives ne se résume pas qu’à la seule création d’écoles de formation, la création d’un corps de métier et l’élaboration d’un plan de carrière. Mais elle doit s’appuyer d’abord et surtout sur des textes législatifs et règlementaires adaptés aux réalités du pays et constamment mis à jour au regard de l’évolution rapide de la science archivistique. Aussi, cette politique doit s’accompagner de moyens financiers pour sa mise en œuvre. Et enfin, la valorisation des ressources humaines, c’est-à-dire ces hommes et ces femmes qui ont choisi d’exercer ce métier, en les responsabilisant, en les impliquant et en les interpellant sur tout, pour les archives, contre les archives et par les archives..

Aux autorités « friandes de transparence » et animées d’une volonté manifeste de lutte contre la corruption et autres dérives sur les deniers publics : Y a-t-il un autre moyen plus efficace de lutter contre ces maux que la traçabilité de ce qui a été fait par quiconque, à une période donnée et pourquoi l’a-t-il fait ?

Aux responsables soucieux du développement : Y a-t-il une autre voie plus efficace à une société pour booster son développement, que de se référer à son passé pour préparer son devenir ? Ces questionnements témoignent de l’importance des archives quand elles sont bien organisées à travers une politique nationale conséquente et efficace.
A bon entendeur salut !

W. Albert OUEDRAOGO
ouedwindy@yahoo.fr
Tél : 00226 68 23 21 94

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Quelle pertinence de construire une latrine à 180 000 Fcfa pour un ménage qui a moins de 150 000 Fcfa/an ?
Non-respect du délai d’établissement de la carte consulaire burkinabè en Côte d’Ivoire : Ousmane So écrit au ministre Alpha Barry
Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "
Lettre au président Déby : Une auréole ternie !
Burkinabè : Super-insurgés, super-paradoxaux
Réforme du « Code du travail » : Commençons par le commencement !
Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"
Trois mesures visant à favoriser des économies post-COVID-19 plus résilientes et inclusives
Marche du 24 avril à Fada : Sachons raison garder !
IRAPOL : Un puissant outil de lutte contre l’insécurité à soutenir
Ouagadougou : Que deviendra l’aéroport actuel après sa délocalisation à Donsin ?
Pas de libido pour les pauvres ?
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés