Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Sans émotions, il est impossible de transformer les ténèbres en lumière et l’apathie en mouvement.» Carl Gustav Jung

Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • LEFASO.NET • mardi 11 août 2020 à 23h25min
Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

Le Burkina Faso depuis 2016 fait face à une menace terroriste. Mais malgré les efforts des Forces de Défense et Sécurité (FDS) et le soutien de la communauté internationale. La menace continue de se répandre de manière insidieuse et dramatique. Ainsi, environ 800 000 Burkinabè ont été forcés de quitter leurs foyers en 2020. Et, selon, l’Armed Conflict Location & Event Data project (ACLED) 1889 personnes ont été tuées en 2019, soit 174% en plus qu’en 2018 !

La stratégie des groupes terroristes au Burkina Faso est assez simple. Ils ont entrepris des attaques ciblées contre des personnes “ressources” au sein des populations. Leur objectif est d’entraver les liens intercommunautaires solides qui fondent le traditionnel vivre-ensemble Burkinabè.

Cette démarche des groupes terroristes a généré un conflit intercommunautaire. Ce qui a occasionné des évènements malheureux de Yirgou, en janvier 2019, où plusieurs membres de la communauté peule avaient été tués. C’est dans ce contexte qu’est née, l’ONG « Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés »(CISC). Avec pour objectif de dénoncer les exactions commises contre cette communauté la communauté peule.

Cette situation d’insécurité a causé un nombre important de morts civils. Elle a aussi entrainé la fuite des habitants vers des endroits plus surs en sécurité. D’où ce phonème de personnes déplacées. Cela a rendu les conditions de vie difficiles pour ces populations. Face à l’accru des personnes déplacées et des besoins, l’agence onusienne chargée de l’agriculture, la FAO, a estimé que 5,5 millions de Maliens, Nigériens et Burkinabè seront, en août, en situation d’insécurité d’alimentaire extrême.

Ce qui a conduit plusieurs institutions d’aide humanitaire à intervenir pour apporter une assistance humanitaire. Parmi, les institutions, on a le Comité International de la Croix Rouge (CICR), ou encore, Médecins Sans Frontières (MSF). Ainsi, le CICR en 2019 a assisté environ 71 700 personnes dans les régions du Nord et du Sahel et un meilleur accès à l’eau potable de 11 700 déplacés.

Cependant sur le terrain, la facilité d’accès des zones sous contrôles des Groupes armés terroristes (GAT) dont jouissent certaines ONG comme le CICR a suscité quelques interrogations.

D’où cette question, le CICR serait-il le parrain involontaire du terrorisme au Burkina Faso ?

Présent au Burkina Faso depuis 2006, le CICR travaille en étroite coopération avec la Croix-Rouge burkinabè. Elle œuvre dans les zones en proie à la violence armée et à l’insécurité, notamment, dans les régions du Nord, de l’Est et du Sahel. Mais il est important de souligner que, dans ces zones d’insécurité, l’accès est trop difficile. Et toute personne qui tente de rentrer est prise pour cible par les terroristes. Pis, tout convoi humanitaire escorté est considéré comme une stratégie d’infiltration des services de renseignements.

Mais malgré cette situation difficile d’accès, le CICR réussit, de manière générale, à mener relativement à bien ses opérations sans trop d’entraves de la part des groupes djihadistes dans ces zones. Ce qui suscite des interrogations sur le CICR. D’où cette question : comment le CICR parvient-il à opérer dans des zones où opèrent les GAT ? Cette facilité serait-il le fruit d’un hasard dans ces zones dangereuses.

De source sûre de l’auteur Emmanuel Dupuy, un cadre du CISC, aurait engagé un « compromis » avec les groupes terroristes. Ce compris vise à préserver les activités du CICR dans la zone sous blocus djihadiste. Avec ce pacte, le CICR se rendrait dans les localités abritant les combattants djihadistes sans escorte et sans crainte de se voir retirer son 4×4, si prisés par les terroristes. Ce pacte aurait servi à fournir des vivres aux terroristes.

Le partenaire de l’échange serait donc le point focal, principal coordonnateur des activités et rencontres entre les groupes terroristes et le CICR. Ainsi Laurent Saugy et Latif Marcus, représentants du CICR au Burkina-Faso, en sont-ils pleinement conscients ?

Le CISC serait-il aussi embarqué dans ce pacte tacite ?

L’étroite collaboration entre ces membres du CICR et l’équipe dirigeante du CISC paraît ainsi évidente, et il est peu probable que les responsables du CICR ne l’aient toujours pas découverte. Et cette promiscuité constatée sur place pourrait ainsi jeter un grave discrédit sur les activités du CICR dans le pays. Il apparaît, dès lors, indispensable et urgent que le CICR ouvre une enquête sur les activités des individus en charge de ses activités au Burkina Faso.

Au Burkina, que dit le CICR face à ses allégations ?

Concernant l’article de medias valeurs actuelles, le CICR a dit qu’il ne se reconnaît pas dans l’article. Ils souhaitent aussi ne pas communiquer outre mesure sur ça. Ils estiment qu’ils auront des cadres plus appropriés pour expliquer à l’opinion de leur présence au Burkina Faso et des activités que l’organisation mène au Burkina. Mais contre ses allégations, ils ne veulent pas faire des réactions directes à l’article pour le moment parce qu’ils ne se reconnaissent pas dans le contenu. Mieux, ils tiennent à informer à l’opinion que le CICR continue de mener ses activités au Burkina Faso.

Synthèse du document de valeurs actuelles faite par Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 11 août à 18:47, par verite no1 En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

    Oui, pas seulement des vivres qu’ils livrent aux terrorristes, surement des armes aussi !!!!!! On connait leur plan ! Ce sont des militaires deguises en docteur pretendant soigner les deplaces !!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 11 août à 18:54, par Pasektale En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

    Il faut comprendre le rôle des ONG dans les conflits armés et la stratégie utilisée pour remplir pleinement leur mission. Je vous invite à parcourir certains sites pour une meilleure approche du sujet.

    Répondre à ce message

  • Le 11 août à 18:59, par verite no1 En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

    C’est eux qui ont cree le terrorrisme, je veux parler des imperialistes !!!!!! Oui, le Mali, Burkina et Niger, notre terrorrisme est une creation de la France, nous on dit la verite crue, celui qui n’est pas content, eh bien, qu’il cogne sa tete contre un mur, point barre !!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 11 août à 19:08, par Ahmed Jamaal En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

    Le bout du tunnel est presque arrivé. Comment expliquer la source de ravitaillement des terroristes en nourriture et autres choses après avoir vider les marchés et chasser les autochtones. OU trouver à manger sans complicité

    Répondre à ce message

  • Le 11 août à 19:12, par verite no1 En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

    Le CICR souhaite ne pas communiquer sur ca ! Donc c’est vraiment eux sinon ils allaient parler de diffamation ! Ah bon, soit ils nous expliquent, soit ils degagent, c’est aussi simple que ca !!!!!!! On doit commencer a fouiller tout vehicule de la croix rouge !!!!!! Magn......kamba !!!!!!!!!!!!! Un garibout a aussi sa dignite !!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 11 août à 19:16, par verite no1 En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

    Je regrette Thomas Sankara !!!!!! 24 h seulement et chacun allait ramasser ses fesses et attrapper la France !!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 11 août à 19:35, par COB En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

    Ce que font les "humanitaires" dans les pays du Sahel est inimaginable en Europe ou ailleurs. Ils participent aux financements des terroristes. C’est difficile de voir les choses autrement. La faillite des états du Sahel alimentera l’immigration vers l’occident. On y peut rien.

    Répondre à ce message

  • Le 11 août à 21:00, par Paco En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

    Et après ? Donc y’a des zones dans ce pays que nos troupes n’ont pas accès ? Si c’est le cas et que le CICR arrive, ils sont simplement plus intelligent. Quelle honte de toujours accusé les autres et après ? Dites vous que les zones sous occupation regorgent des population innocentes qui sont abandonné, il faut bien que une ONG les aides.quittons dans ça.toujours accusé les autres tant qu’on va pas s’assumer, on sera toujours dans la merde

    Répondre à ce message

    • Le 12 août à 06:17, par Ahmed Jamaal En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

      Paco quels sont les commanditaires ? Depuis 5 ans on nous tue. Les hommes armés non identifiés c’est qui ? On essaie de comprendre. Je répète chaque fois dans ce forum. Même si l’opposition sait elle ne dira pas car nous tuer crée des passerelles pour Kossiam. Parler de mauvaise gouvernance. Pourtant tous les partis se sont unis pour défendre l’article 37 mais pas le pays. Vous voyez le pouvoir se ballade montrer des routes et écoles pendant que l’UPC et le CDP montrent les forages dans les quartiers de Ouagadougou. Que le pays sombre. Le pouvoir ou rien

      Répondre à ce message

    • Le 12 août à 09:38, par SonofGod En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

      Mon frère, ces zones rouges regorgent des populations innocentes qui ont besoin de soutien, OUI ! Et tout le monde le sait. MAIS DIRE QUE LE CICR EST PLUS INTELLIGENT QUE NOTRE VAILLANTE ARMÉE, JE SUIS DÉSOLÉ MAIS IL VOUS A MANQUE DE LA SAGESSE MON FRÈRE ! VOUS N’AVEZ PAS TROUVE AUTRE CHOSE A DIRE SI CE N’EST INSULTER NOTRE ARMÉE ? SACHEZ QUE VOUS N’ÉTIEZ PAS OBLIGE D’INTERVENIR ET SI ON N’A RIEN DE CONSTRUCTIF A DIRE EN CES TEMPS VAUT MIEUX FERMER SA BOUCHE. . DU RESTE, LAISSEZ LES HONNÊTES CITOYENS APPORTER LEURS BONNES IDÉES DANS CETTE LUTTE QUE NOUS REMPORTERONS A COUP SUR !!! DIEU BÉNISSE LE BURKINA FASO.

      Répondre à ce message

    • Le 12 août à 12:12, par SOME En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

      Ben ! Voilà les garibous il suffit de leur tendre une gamelle à manger ils se mettent à plat vente devant le maître. Il ne peut même pas lui venir à l’idée de réfléchir un tout petit peu. Je les comprends car comme le disait Thomas Sankara, celui qui te donne à manger te dicte ce que tu dois penser, faire et vivre. Si le CICR me donne à manger, c’est parce que moi je suis un incapable, et donc le CICR est bien.
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 11 août à 21:19, par Yole En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

    Est-ce que nous aurons aussi un levée de bouclier et un article de ce type sur l’entente prise par Blaise durant de nombreuses années pour assurer "la paix" au BF ? et pis ce n’etait pas seulement du ravitaillement mais on les abritait en plein capital.
    Réactions ?

    Répondre à ce message

  • Le 11 août à 22:10, par Diongwale En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

    .
    Cet article est tellement mal écrit, et sans signature, qu’on est en droit de se demander si ce n’est pas une tentative de désinformation, et puis quoi, on ne peut en vouloir au CICR de réussir là où nos FDS échouent. C’est rajouter de la pagaille à la pagaille, et de la souffrance à celles des populations à qui le CICR vient en aide.
    Internaute COB. Qu’est-ce que vous savez de ce que font les ONG en Europe ? La pauvreté là-bas est telle qu’elles sont nombreuses à retrousser leurs manches pour aider les gens. Arrêtez de cracher sur les autres, et faites en sorte que le Burkina redevienne paisible. Vos réactions épidermiques [Vérité n° 1, mais quel con !] ne feront rien avancer, vous ne faites que jeter des braises. Vous voulez quoi ? Que le pays soit davantage à feu et à sang.
    Merci à Paco et Yole pour leur réaction davantage raisonnée.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 07:23, par TANGA En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

    Lefaso.net, vous publiez tardivement les vraies choses comme cet article.
    Voilà, il faut que les ONG sachent que en tant de guerre, personne ne nourrit son ennemi.
    Eux ils arrivent et remettent tout à des sous camps lointains sachant que les terroristes vont venir se servir là-bas. Non, c’est fait exprès pour fournir ces terroristes.
    Et puis, les membres d ces ONG collaborent avec les terroristes disant qu’ils nourrissent toit le monde. Ce n’est pas sérieux. Nous ne pouvons pas ferler les yeux sut ça.
    Il ne faut pas que le pays laisse ces gens se pavaner à travers pour fournir en tout les bandits et puis venir dire que ce sont nos armées qui ne valent rien.
    Ce qu’il faut aussi, c’est surveiller ces ONG car eux fournissent aussi des renseignements aux terroristes. Quand ils traversent ils parlent aux bandits et ceux ci ont nos positions. Mieux il faut mettre des appareils dans leurs véhicules Poir suivre leurs positions et les durées de leurs arrêts.
    Les ONG on toujours roulé pour les financiers de ce monde qui ne sont autres que ceux qui ont intérêt dans la guerre.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 07:29, par AHMED En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

    Les autorités sont donc interpellées ici. Depuis longtemps je doutais de ces organismes. Cette enquête vient donc confirmer mon doute. Ce n’est d’ailleurs pas les vivres seulement qu’ils leurs offrent. A y voir plus profondément, il y a bien plus. Ce ne sont pas des agents de santé mais des soldats déguisés et infiltrés à la solde des grandes économies. Déstabiliser les pays pauvres afin d’avoir toujours la main mise sur eux et écouler leurs articles tel est leur objectif. Que toutes formes de coopération cessent avec eux. Évitons la courbette et revendiquons notre honneur et notre dignité enfin ! Ils nous pourrissent la vie voyons.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 07:43, par songdo En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

    Le journal qui a fait cette évélation a des preuves,cette révelation vient sûrement des travailleurs de cette struture qui est le CICR . Un homme politique avait parler de ces ONG et les esprits mal intentionnés ont critiqué .Tous ces ONG sont des espions,ces mêmes ONG véhiculent les informations des terroristes à HUMAN RIGHT WATCH.Ces ONG protègent les terroristes .Le terrorisme est une affaire d’intérêt politique,économique et statégique.Tous les budgets de l’Afrique est destiné à acheter des armes à qui profite le terrorisme ?
    C’est maintenant je comprends la porté des slogans du Feu Thomas Sankara,et c’est avoir dit la vérité qu’il a été assassiné.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 08:02, par Yirmegna En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

    Dommage si le contenu de l’article est VRAI. Moi honnêtement, je trouve que nos pays sont un champ d’expérimentation et d’exploitation par les ONG : “Ces ONG et affiliés se nourrissent de notre misère”. Au lieu de nous aider à nous départir de l’aide ce sont des aides qui nous maintiennent dans la mendicité. Et ce sont nos dirigeants j’INCRIME. Moi je suis président ou responsable de ce pays je remettrai sur la table la vision de Thomas Sankara et la renforcerait. Il avait tracé les chemin et on le remercie pour cela.
    1. Acquérir un terrain nu ou toutes les ONG seront installées avec obligation à chacun de construire son siège selon un plan que je donnerai et abandon de location
    2. Centralisation de la gestion de ces ONG avec rapport direct à la Présidence
    3. Les domaines et priorités d’intervention des ONG devront être celles définies dans le plan de développement : si pour une année je vais mettre l’accent sur l’accès et l’utilisation efficiente de l’eau, chacune sera assignée une province ou un groupe de villages et ferait ce qui rentre dans nos priorités et non ce qu’elles imaginent
    4. Les aides d’urgence seront bannies sur tout le territoire par ces ONG. Elle devront investir dans la production et si une aide d’urgence doit se faire, l’Etat s’en charge et ce ne sera que des produits locaux qui seront valorisés
    5. Lea ONG et autres organismes qui ne voudraient pas s’aligner quittent le pays.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 08:56, par COB En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

    Diongwale, Nous aspirons à être raisonnés. Ce serait bien que les humanitaires et l’Etat nous rassure que les actions des humanitaires ne financent pas les terroristes (en leur assurant vivres, carburant, soins de santé et autres).
    Je me demande si les terroristes souscrivent aux règles de l’humanitaires (la dernière barbarie au Niger est illustrative de leur conception de l’humain). Quels accords alors entre humanitaires et terroristes ? A quelles conditions ont-ils accès aux territoires qu’ils contrôlent sans être inquiétés ? Je me trompe complètement peut être dans ma lecture des choses. Merci de m’éclairer.
    C’est quoi le rôle de l’Etat du Burkina Faso et des autres états sahéliens dans les interventions des humanitaires ? C’est pour cela que j’ai fait allusion à l’Europe.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 09:02, par Stalinsky En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

    "un cadre du CISC, aurait engagé un « compromis » avec les groupes terroristes. Ce compris vise à préserver les activités du CICR dans la zone sous blocus djihadiste." Qui est ce cadre du CICR ? Comment a t-il procédé pour rencontrer les djihadistes islamiques ? Ce sont autant de questions que l’on se pose ? Rien que hier à minuit heure du Burkina, France 24 à refait un reportage de Kalidou Sy et Walsh sur les déplacés à Dori ou ils disent que l’armée Burkinabê a refusé de les accompagner au Nord et c’est grâce au CICR qu’ils ont pu accéder dans cette zone. Dans ce reportage ils font la publicité des Djihadistes en disant qu’ils ont tué 7 militaires et 35 civils à Arbinda mais ne soulignent pas que l’armée burkinabê soutenue par un Helicopter MI 17 Russe ont tué 80 Djihadistes. Je pense que les choses commencent à s’éclaircir. C’est un milieu bien précis Européen qui entretient cette guerre dans le but de nous empêcher d’exploiter les richesses minières du Sahel, dans le but aussi de les conserver pour leurs fils et petit-fils dans le futur. Aussi je demande à Roch de convoquer le CICR pour de explications et mener une enquête sur les agissements de ces ONG qui sont dans notre pays. C’est pourquoi en Syrie le gouvernement refuse que ces ONG distribuent les vivres. Ce sont des ONG espions qui défendent les intérêts des génocidaires Européens avec les Arabes contre le monde noir et l’Afrique.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 09:48, par Samwell Tarly En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

    C’est maintenant compréhensible, les allégations proférées par les organisations dites défenseurs de droit l’homme viennent de ces structures qui jouent à ce jeux. C’est elle qui en collaboration avec les GAT fournie les fausses informations. C’est une façon d’amplifier le discrédit sur les FDS et mieux mener leurs besognes.
    Ce n’est pas au CICR d’ouvrir une enquête mais plutôt aux autorités.
    DIEU BÉNIE LE FASO

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 09:53, par warzat En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

    Il était certain qu’on allait en arriver là. Il me revient cette attaque où après avoir assassiné les membres du convoi, libéré les femmes ,griller sur place des poulets et manger, il était dit que c’était un convoi humanitaire. Une représentante du système de l’assistanat international a fait une sortie médiatique pour dire qu’il ne s’agissait pas d’un convoi humanitaire. Légitimement la question que l’on pouvait se poser était la suivante :’’pourquoi cette précipitation de démenti pour dire que le convoi n’était pas des vôtres’’....il n’ y a donc pas eu erreur sur la cible de la part des terroristes. Il n’ y a que vos convois connus qui ne doivent pas être attaqués. Un ensemble de déductions que l’on pourrait faire. Il est tout à fait légitime de se demander quel ’’gentlemen agrement ’’ y a t-il entre ceux qui mangent dans le malheur de notre pays et les terroristes.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 10:14, par Article 37 En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

    Voilà qui nous amène réellement à rappeler le rôle joué par ces organisations soit disant bienfaitrice, de défense des droits humains qui passent leur temps à jeter l’anathème sur nos forces armée. Une guerre que nous n’avons pas initiée, une guerre pour laquelle les occidentaux veulent devenir des donneurs de leçon.
    Nous n’allons pas continuer à accepter un tel dictat parce que des organisations se mettent au dessus de nos institutions.
    La Croix rouge n’est donc pas seule à mettre en difficultés les efforts consentis par notre état contre le terrorisme. A un certain moment, qu’on ne nous empêche pas de demander leur retrait pour permettre à notre état d’exercer sa souveraineté. Il y a des institutions qui ridiculisent nos états à tel enseigne que nos gouvernants deviennent comme des élèves de leur classe.
    Avez vous déjà entendu que les troupes étrangères font des exactions aux différents front, pourtant tous les jours il y a des neutralisations, mais si jamais c’est armée du Burkina, du Niger ou du Mali, ce sont des exactions. Il va falloir qu’on se respecte.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 10:33, par Yacoub En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

    Les je connais tout comme les yamyélé sont bouche fermé car les infos qui discredisent le pouvoir ne les plaisent pas.Quelle mauvaise personne.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 10:50, par Paco1 En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

    Si ces ONG quittent le pays, un mois après les mêmes petits du MPP vont crier sur les réseaux pour demander l’aide internationnal !!!
    Pendant que les libanais invitent ces ong à venir, nous on les décrit alors qu’on a un pouvoir central incapable sur tous les fronts.
    Si notre armée était en super forme même ces terroristes nourris ou habillés, on les fouettent jusqu’à leur denier retranchement.Mais quand on est a bout de soufle on accuse même le vent de soufler dans la mauvaise direction alorsqu’il suffit de s’orienter autrement.
    Kosyam n’est pas un laboratoire à l’exercice du pouvoir ou du commandement.Soit on est capable ou on l’est pas et libère le plancher.Je suis apolitique mais j’en ai marre qu’on passe le temps à accusés les autres, jamais nous

    Répondre à ce message

    • Le 12 août à 12:56, par SOME En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

      Moi je ne suis pas du tout apolitique et tout le absolument tout le et je ne l’ai jamais cacher et ne le chacherai jamais, mon affiliation politique révolutionnaire sankaristes. Que cela soit entendu même pour ceux qui ne le veulent pas.
      venir parler de politique tout en se positionnant comme apolitique, c’est une position politique. Si tu as honte de ton opinion politique c’est ton problème, mais ne vient nous faire de la diversion ici. Nous discutons de choses sérieuses ici. J’en ai marre de mon côté de rencontrer tout le temps ce genre de réflexion qui n’en sont pas du tout.

      Qu’as tu fait face à cette situation en tant que pays pour être à bout de souffle et nécessiter donc l’appel aux ONG. Le Burkina et l’Afrique n’a pas besoin d’ONG. Elles sont toute la source de nos problèmes. Pour avoir évolué dedans je sais de quoi je parles. Si tu veux les ONG va donc vivre au Liban.

      le Burkina n’a pas besoin de ces ONG et je reproche à ce gouvernement sans dignité de laisser n’importe va nu pied venir dicter sa loi au Burkina au su et au vu de tout le monde et avec le soutien d’individus comme vous, incapables de replacer les choses dans un contexte précis.
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 12 août à 12:12, par Issaka En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

    Le CICR n’a aucun intérêt à ce que le Burkina brûle. C’est une ONG humanitaire. En tant qu’humanitaire, sa mission est d’assister les populations victimes de conflits ou de guerre sans distinction de race, de couleur politique, d’ethnie. Que tu sois terroriste ou pas, elle te t’assistera si tu manques de nourriture ou de soins. A ce titre, elle assiste toutes les populations du Sahel (supposées terroristes ou non terroristes) qui manquent d’eau, de vivres et de soins. Le gouvernement connait leurs principes et les terroristes aussi connaissent les principes humanitaires du CICR. Dans toutes les zones de conflits, le CICR apporte l’assistance à tout être humain qui est dans le besoin qu’il soit combattant ou pas. Son rôle n’est pas de distribuer des armes.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 13:05, par SOME En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

    C’est curieux que ce soit maintenant que ce genre d’article sort alors que tout le monde sait ce que font ces soi disant ONG venus nous « aider ». Parmi les dirigeants absolument aucun ne peut oser dire qu’ils n’étaient pas au courant.

    Maintenant que on est arrivé à une étape critique, chacun montre son vrai camp. Rappelez vous il y a quelques semaines quand la soi disant ONG Human Right Watch a critiqué le gouvernement et je disais que L’heure était venue pour ces ONG de jouer ouvertement leur rôle d’ennemi infiltré à l’intérieur du pays. Ces ONG savent pourquoi elles se comportent ainsi en Afrique. Alors pourquoi les laisse t on faire comme en terrain conquis ?

    Le droit international existe et ne va pas contre les intérêts des pays dans lequel on travaille. il suffit de l’appliquer et d’affirmer son intégrité en tant pays indépendant. C’est un choix politique. Sankara l’avait fait et il y avaient des ONG qui travaillaient au Burkina durant la révolution mais selon les décisions et volontés de l’état Burkina. Point barre !
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 13:20, par Paco2 En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

    SOME calme toi, tout ça c’est parcequ’on est incapable d’assurer notre propre sécurité sinon si tu as des preuves contre le cicr donnent les à la justice et ils seront expulsé du pays.Mais vous criez sans preuves justes des elucrubations de cabarets. Moi je suis au front,je sais de quoi je parle. As-tu déjà attendu un pays comme le Tchad parler de ces ong ? ils les fouettent si jamais mais nous on passe le temps à quemander nuitamment pour les critiquer au lever du jour.
    Que tu sois politique ou apolitique rien ne changera, ces ong continueront à faire ce qu’ils ont à faire, n’en déplaise l’éclairé SOME.
    Seul notre capacité de gouverner en occupant tout le territoire et en pourvoyant aux bessoins vitaux de population leur rendra inutile au faso sinon tu vas souffrir encore, car ils seront encore pour longtemps au faso

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 14:06, par verite no1 En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

    Je me rappelle effectivement du dementi d’une dame par rapport a la "libre circulation" du CICR !!!! Son boss l’a surement dit, voila tu fabriques un dementi et tu balances dans les medias et paf, ils vont se calmer !!!!!!!!! Tu pouvais lire le mensonge dans son visage !!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 14:12, par Wendmi En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

    Les ONG agissant dans l’humanitaire ont pour sève nourricière : la famine, le terrorisme, la guerre, les catastrophes naturelles, en somme toute situation affectant ou menaçant la vie des populations. Et quand on sait qu’elles ont comme base arrière la plus grande des ONG que j’ai nommée l’ONU qui se nourrit des guerres, on peut imaginer le reste.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 14:14, par verite no1 En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

    Le plan, c’est d’atteindre les pays cotiers notamment la RCI et le Ghana mais le Ghana a vite compris, car ils fabriquent leurs propres armes y compris des chars, chaque pays possedent des ingenieurs de taille, il suffit d’avoir un petit appui d’experts Russe ou Chinois et on est parti. Tant qu’on va pas fabriquer nos propres armes, nous serons toujours dans la merde !!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 16:05, par HUG En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

    je me pose une question : pourquoi cette ONG refuse de donner leur liste des bénéficiaires de leur aide ? Elle dit que pour cause de confidentialité et curieusement elle refuse de donner leur liste aux travailleurs sociaux qui sont des agents de l’État assermentès

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 16:38, par Ka En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

    ’’’De source sûre de l’auteur Emmanuel Dupuy, un cadre du CISC, aurait engagé un « compromis » avec les groupes terroristes. Ce compris vise à préserver les activités du CICR dans la zone sous blocus djihadiste. Avec ce pacte, le CICR se rendrait dans les localités abritant les combattants djihadistes sans escorte et sans crainte de se voir retirer son 4×4, si prisés par les terroristes. Ce pacte aurait servi à fournir des vivres aux terroristes.’’’

    Le problème qui se pose ce n’est pas que le CICR travaille avec les terroristes, mais c’est comment nos états travaillent avec les terroristes par la corruption ! Tous les états dont le CICR ont des conventions à travers la FAO S/C de l’ONU, savent ce qui se passe dans les zones à risque pour les FDS ou même nos propres décideurs qui n’osent pas s’aventurer. Finalement l’impuissance de nos états donne la liberté aux ONG de faire ce qu’ils veulent même diner avec le diable. Ici je confirme la critique de Yirmegna : Avec Thomas Sankara ça ne se passera pas de sorte avec les ONG. Souvenez-vous avec Terre des hommes Suisse et autres ? Je me rappelle qu’avec un don de la Suisse pour nous aider sur un projet. Dès que le projet fut terminé, il restait quelques miettes, Thomas a chargé les promoteurs de remettre le restant aux bienfaiteurs Suisse. Cette histoire a fait dire quelques responsables Suisse que le Burkina n’est pas comme les autres pays d’Afrique. Oui si l’idéologue Thomas Sankara était là, ça ne se passera pas Comme ça. Et son ministre de travail un grand conseiller de nos jours peut confirmer ce que j’avance.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 17:12, par Zot En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

    Internaute Issaka, toi au moins tu réfléchit et ne réagi par émotion comme la plupart des internautes aujourd’hui. Les humanitaires ne font pas de différence entre les parties en conflit, ils apportent leurs aides à tout humain qui est dans le besoin. Les zones dangereuses qu’ils traversent, ya t’il des populations qui sont dans le besoin ou bien c’est seulement habiter par les terroristes ? Même si ils en donnent aussi aux terroristes ils sont dans leurs rôles. Quand vous allez les attraper en train de donner autres choses que des vivres ou bien des soins, vous revenez on va en parler maintenant.

    Répondre à ce message

  • Le 13 août à 10:56, par V2 En réponse à : Terrorisme au Burkina Faso : Le doigt accusateur pointé sur le Comité international de la Croix-Rouge

    Tous le problème de ces 3 pays (Mali, Niger et Burkina) est ces 2 ethnies à savoir les peuls et les touarègues, ils sont ethnocentriques et très versatiles.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Djibo : Un infirmier tué par une explosion
Lutte anti-terrorisme au Burkina : Plus de 20 terroristes neutralisés, de l’armement récupéré
Terrorisme : la force Barkhane met la pression sur les groupes armés terroristes dans le Liptako
Massiba ou le mal du peuple : le film documentaire qui met en lumière les zones victimes d’attaques terroristes au Burkina
Province de la Tapoa : Des hommes armés incendient plusieurs infrastructures publiques
Lutte anti-terroriste au Burkina : Une base terroriste demantelée à Togomayel dans le Soum
Insécurité au Burkina : Deux morts dans l’explosion d’une mine artisanale à Titao
Burkina : 4 militaires tués et 3 blessés sur l’axe Gaskindé-Djibo
Situation sécuritaire et humanitaire : Le Burkina doit « repenser ses réponses » recommande Afrikajom Center
Lutte contre le terrorisme : La Force conjointe G5 Sahel découvre « un important plot logistique » dans le Gourma malien
Bilan des opérations de sécurisation : Une base terroriste démantelée
Insertion sociale des ex-terroristes : Un plaidoyer auprès du président du Faso pour la création d’un centre d’accueil
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés