Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le capital est seulement le fruit du travail et il n’aurait jamais pu exister si le travail n’avait tout d’abord existé.» Abraham Lincoln

Siaka Coulibaly, analyste politique : « La situation de la sous-région prête au pessimisme »

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • lundi 10 août 2020 à 23h35min
Siaka Coulibaly, analyste politique : « La situation de la sous-région prête au pessimisme »

L’actualité politique dans la sous-région Ouest-africaine est maquée ces derniers jours par l’annonce de la candidature du président Alassane Ouattara à l’élection du 31 octobre 2020. Une situation qui inquiète plus d’un observateur, non seulement en référence à la crise que ce pays (la Côte d’Ivoire) a connue en 2010, le poids de ce pays dans l’espace communautaire, mais également du fait que nombre de pays de la zone vont en élections dans la même période dans des contextes difficiles. L’analyste politique, Siaka Coulibay (Centre de suivi et d’analyse citoyens des politiques publiques) se prononce sur l’ensemble de ces préoccupations à travers cet entretien qu’il nous a accordé dans la soirée de vendredi, 7 août 2020.

Lefaso.net : Alassane Ouattara, candidat à nouveau. Est-ce une surprise pour vous et un mandat de trop, par rapport au contexte politique ?

Siaka Coulibaly : Je l’avais dit, il y a environ un mois, sur le plateau de la télévision BF1, lorsqu’on m’a posé la question de savoir si je pense qu’il va se présenter. J’ai dit oui, il va se présenter. Simplement en essayant d’entrer dans leur logique ; pas parce que je pense que c’est juste ou élégant.

Sur l’angle politique, à mon avis, il n’y aucun problème. Comme il s’agit d’élections, si d’aventure, les Ivoiriens estiment qu’ils ne veulent plus d’Alassane Ouattara, qu’ils ne le votent pas. Donc, qu’on reste cohérent avec le contexte politique et démocratique. Si c’était une manière de rester au pouvoir sans passer par des élections, j’aurais trouvé quelque chose à dire.

Mais ici, ce sont des élections et nous sommes dans le postulat que les Ivoiriens sont matures (ils disposent de leurs droits et les exercent comme ils l’entendent). Donc, je ne vois pas pourquoi on va poser le problème avant les Ivoiriens, puisqu’on va les consulter à travers les élections.

Lefaso.net : Mais la réalité est qu’il y a un contexte, qui est que des partisans de Laurent Gbagbo et Guillaume Soro manifestent pour « exclusion » de leur leader des listes électorales !

Siaka Coulibaly : J’en conviens , la situation n’est pas aussi stable qu’elle devrait l’être, pour la simple raison que beaucoup d’acteurs politiques ne peuvent pas participer à la course (à la présidence en octobre 2020). Mais je pense que tout cela, ce sont des arguments qui devraient être pris en considération par les Ivoiriens au moment des votes. Je ne sais pas pourquoi en Europe, on règle les problèmes par les élections et en Afrique, on ne veut pas les régler par les élections.

Si on prend le cas de la France, depuis Chirac (Jacques Chirac), tous les présidents qui sont venus, ce sont des présidents qu’on a votés pour sanctionner ceux sortants. Pourquoi chez nous, on ne le ferait pas ? Alassane Ouattara peut exclure Guillaume Soro, Laurent Gbagbo, il se présente, mais les Ivoiriens votent quelqu’un d’autre ; puisqu’il ne sera pas le seul candidat. Cela amène à des considérations que l’Afrique n’est peut-être pas à un niveau de maturité pour appliquer la démocratie.

C’est la seule explication que je vois ; du moment où il y a des élections, on règle le problème par-là ! Autrement dit, si on ne règle pas le problème par-là (et c’est ce qui se passe avec l’exclusion d’acteurs), c’est une voie contraire à la démocratie et ça peut aller plus loin qu’on ne le pense. Si demain, il y a un enlisement socio-politique, c’est lui qui l’aura créé. Ça, c’est une considération d’ordre général pour la Côte d’Ivoire.

Revenons à l’aspect juridique et légal du problème. Il y en a qui estime qu’il a déjà fait deux mandats, ils oublient que la constitution ivoirienne a été modifiée par référendum ; ce qui n’est pas rien. A partir du moment où on a modifié par référendum, ça veut dire qu’on a mis le compteur à zéro. Ce n’est pas parce que ce n’est pas politiquement correct, que c’est juridiquement faux. C’est cela que les Africains ne veulent pas accepter.

Si vous ne voulez pas que Alassane Ouattara se présente, il ne fallait pas laisser faire le référendum. C’est le cas que nous avons eu ici en 2014 ; si on avait laissé modifier la constitution burkinabè, on ne pouvait plus se plaindre après. En Côte d’Ivoire, les gens ont laissé faire le référendum, qui a modifié la constitution, qui dit que le président de la République est rééligible une fois (ça veut dire deux mandats). Alors, à partir du moment où c’est une nouvelle constitution qui dispose pour le futur et non pour le passé.

Les gens sont donc pris dans leur propre piège. D’autant que si on pense que cette constitution modifiée qui permet que l’ex président Bédié puisse de nouveau se porter candidat (parce qu’avec celle antérieure, il ne pouvait pas se présenter). Pourquoi estime-t-on que Bédié peut se présenter (au regard de cette nouvelle constitution) et que Ouattara ne le pourrait pas. Il faut rester rigoureux et logique dans l’analyse. Je ne veux pas que pour des raisons politiques, les gens viennent avec des arguments juridiques pour essayer de régler des problèmes politiques.

Des problèmes politiques, ils existent et je suis d’accord, mais il faut les régler sur le terrain politique. Il fallait refuser le référendum, s’opposer à la décision de justice, si possible. Il y a des questions qui doivent forcément être réglées politiquement. Tant que l’Africain ne va pas arriver à cette façon de raisonner, on ne va jamais s’en sortir ; on aura toujours des cas Alassane Ouattara, Alpha Condé… et rien ne nous dit qu’au Burkina Faso, ça ne va pas arriver de nouveau.

Lefaso.net : … c’est-à-dire rompre avec les manœuvres basées sur des intérêts circonstanciels ?

Siaka Coulibaly : Des considérations basées sur des intérêts circonstanciels. On ne veut pas voir une réflexion globale des choses. On prend une loi, elle n’est pas bonne, mais il y en a qui estime que ce n’est pas grave, on peut y aller. Le jour où leurs intérêts sont mis en péril à cause de la même loi, ils croient que cette loi n’est pas bien, etc.

L’année passée, on a révisé le Code pénal au Burkina, en sapant un peu le travail des journalistes, mais il n’y a pas eu de grandes réactions. Demain, quand ça va coincer, on dira que le Code pénal, c’est ceci ou cela, etc. Je ne me retrouve pas dans ces confusions. C’est la même chose que je veux appliquer au cas ivoirien ; juridiquement, ce n’est pas très élégant d’avoir modifié la Constitution pour pouvoir se présenter (démocrate, je n’aime pas de telles démarches).

Mais, qu’est-ce qu’il faut dire, si l’ensemble des Ivoiriens ne dit rien. Je suis mal placé pour dire que Alassane (Ouattara) ne peut pas faire ce qu’on appelle un troisième mandat. On a eu le même débat ici avec le président Blaise Compaoré en 2005 ; où on avait dit si vous laissez modifier la Constitution, il aura droit encore à des mandats. Il l’a fait.

Ce qui lui a permis de se présenter en 2005 et en 2010. Des gens ont voulu contester après, mais la loi était de son côté. En 2014, c’était le même problème ; si on l’avait laissé modifier, on allait dire qu’il a le droit de se présenter. Si vous ne voulez pas qu’il se représente, on empêche la modification. C’est la même chose pour Alassane Ouattara. Donc, il faut savoir poser les problèmes à temps, pour être dans la légalité et avoir la force avec soi.

Lefaso.net : Des observateurs craignent que la Côte d’Ivoire bascule dans une crise similaire à celle de 2010 et ce, dans un contexte sous régional où le Burkina voisin tient des élections dans un contexte difficile, le Mali déjà en difficulté, la Guinée qui ne respire pas le calme avec une éventuelle nouvelle candidature du président sortant déjà contestée. Tout cela mis ensemble, ne faut-il pas craindre pour la sous-région ?

Siaka Coulibaly : Je suis en train de produire un article sur le Mali…, mais en réalité, ça vaut pour l’ensemble de la sous-région. Il y a une réflexion qui peut être globalisée pour l’ensemble de ces pays. C’est évident. Que ce soit l’angle sécuritaire, économique ou social, il y a beaucoup de paramètres qui fragilisent nos Etats. En réalité, nous survivons à une crise à tout moment.

Dans tous ces pays, les conditions sont réunies ; quel que soit l’angle par lequel vous prenez le problème (sécuritaire, politique ou socio-économique). Tous les ingrédients sont en réalité réunis, ce sont les déclencheurs qui font la différence. Le Mali a eu son déclencheur, la Côte d’Ivoire est en train d’avoir le sien. Ce n’est pas parce que j’ai justifié que Alassane Ouattara puisse se présenter, que je dis qu’il n’y aura pas crise. Il y a que les populations africaines, en générale, n‘ont pas cette maturité politique pour régler les problèmes comme il se doit.

Effectivement, la sous-région est en ébullition ; les uns avant les autres, mais je pense que nous allons tous y arriver. Au rythme où vont les choses, la réalité va nous rattraper. Que ce soit avant ou après les élections, si le niveau d’insécurité sociale et financière ne change pas, les gens vont réagir. Donc, on le voit, mais on estime qu’on peut y aller.

Lefaso.net : On a des institutions sous régionales, communautaires et continentales, quelles peuvent être leur contribution à ce stade pour prévenir les crises ?

Siaka Coulibaly : Nous avons mis des institutions sous régionales en place, avec pour objectif de compenser les lacunes que les pays ont individuellement. Donc, si la Côte d’Ivoire, le Mali, la Guinée ou le Burkina Faso ont des problèmes, que ce soit sur le plan sécuritaire ou économique, normalement, l’UEMOA ou la CEDEAO sont prévues pour prévenir ces problèmes-là.

Mais, comme la CEDEAO est une institution interétatique, ce sont les mêmes Etats qui ont reporté leurs insuffisances au niveau régional. Du coup, elle est ‘’incapable’’ de résoudre les crises. Au Mali, il a fallu que ça atteigne un niveau de violence extrême, avec des morts d’hommes, pour qu’on intervienne. Si on revient au cas du Burkina Faso, en 2014, la CEDEAO n’a pas dit un mot, pourtant on avait un Burkinabè à la tête de la Commission.

Il (Kadré Désiré Ouédraogo, NDLR) n’a pas, certainement, voulu aller contre le président qui l’a proposé à ce poste. Or, l’institution est prévue pour ça. Donc, ce problème de report des lacunes des pays au niveau de la sous-région fait que nous n’avons en réalité pas de leviers pour régler les crises. Quand les Chefs d’Etat se retrouvent, comme c’est le cas au Mali, ils traitent les problèmes comme ils le feraient dans leur pays.

Donc, ils ont dit clairement qu’on ne peut pas enlever IBK parce que c’est un président élu. Ce qui est vraie, mais, et la crise ? S’ils disent que IBK doit quitter le pouvoir, ils vont retourner dans leur pays et dire quoi ? Le fait qu’on ait cette réalité-là, fait que c’est difficile. La solution aurait été qu’on ait des Chefs d’Etat élus démocratiquement et qui refusent d’user des manigances pour rester au pouvoir ; eux auraient été à l’aise pour dire la vérité sur les situations de crises qui arrivent.

Mais comme ils ont tous le même problème, qui va aller dire la vérité à l’autre ? Alassane Ouattara ne peut pas aller dire à IBK ou Alpha Condé de ne pas s’accrocher au pouvoir. Au Niger, le président semble avoir accepté, il n’a pas de problème de mandat. Au Burkina Faso, le président n’a pas de problème de mandat pour l’instant. Mais il y a combien de pays dans ce cas en Afrique de l’Ouest, pas beaucoup.

C’est pourquoi, quand on regarde dans l’ensemble, c’est la catastrophe, parce qu’il n’y a pas un levier qui permet de bloquer les dérives des uns et des autres. On sait qu’on est en train d’aller dans le gouffre, mais on n’a pas un frein. C’est comme un véhicule, on est monté sur une montagne, on est en train de descendre l’autre versant, mais on n’a pas de freins. Voyez-vous ce que ça fait ? C’est dans cette situation que nous sommes.

Si on prend le cas du Burkina Faso, tout le monde sait qu’il y a des choses qu’on devrait faire pour que les choses se corrigent. Mais quel levier peut nous permettre de régler cela, il n’y en a pas. Les forces morales qui auraient pu servir peinent à agir. Donc, on ira dans le décor, comme on l’a été à plusieurs reprises dans l’histoire de notre pays.

Quand vous regardez l’histoire du pays de 1960 à aujourd’hui, toutes les crises qui sont survenues ont conduit à des catastrophes ; il n’y a pas une crise qui est survenue et qui a été résolue par les Burkinabè. 1966, ça s’est terminé par un soulèvement, 1983 par un coup d’Etat, 2014 un autre soulèvement. Pas une crise qu’on a réussi à étouffer avant que ça n’atteigne le stade de la violence.

Pareillement au Mali ; regardez la violence ces derniers temps suite aux élections. Même réalité pour la Côte d’Ivoire. Pour le cas de la Côte d’Ivoire, c’est vrai, le décès d’Amadou Gon Coulibaly est venu créer énormément de perturbations. S’il n’était pas décédé, ça allait créer un soulagement ; Alassane Ouattara passait la main et il aurait été en confiance.

En réalité, c’est ce qui va arriver après, qui fait que les présidents ne veulent pas partir du pouvoir. Coulibaly était un homme de confiance, il allait prendre le pouvoir et la menace aurait été résolue. Maintenant qu’il est décédé, et que Bédié se présente, il (Alassane Ouattara) n’a pas autre solution ; il faut réfléchir à la place des gens pour comprendre leur logique. Donc, la situation de la sous-région prête au pessimisme.

Entretien réalisé par Oumar L. Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 11 août à 06:53, par Kaikai En réponse à : Siaka Coulibaly, analyste politique : « La situation de la sous-région prête au pessimisme »

    Comme Analyste politique je suis resté pantois face à ces réponses à certaines questions. Aujourd’hui parler de résoudre les différents contantieux politiques par le vote, c’est méconnaître totalement le terrain politique africain. Si Alassane se présente aux élections ça ne passe nullement pas dans sa tête qu’il pourrait perdre. Toutes les élections sans exception sous truquées, soit au niveau du vote, soit avant le vote en écartant des candidats et en proférant des menaces. C’est ce qui se passe actuellement en Côte d’Ivoire malheureusement.

    Répondre à ce message

  • Le 11 août à 09:20, par Toto le Neuf En réponse à : Siaka Coulibaly, analyste politique : « La situation de la sous-région prête au pessimisme »

    Analyse claire et simple sans naïveté, puisque M. Coulibaly reconnaît l’existence du danger d’embrasement de la Côte d’Ivoire malgré la "clarté" de loi, et ce, du fait de l’immaturité politique les populations. J’ai néanmoins encore un doute quant aux implications de l’adoption d’une nouvelle constitution en Côte d’ivoire. Dites-moi : M. Ouattara est-il actuellement Président de la République en vertu de l’ancienne constitution ou en vertu de la nouvelle ? En sachant qu’il n’a pas été élu sur la base de la nouvelle constitution et qu’il n’a pas prêté serment sur elle, il me semble que sa l’égalité et sa légitimité comme président sont celles que lui ont conférées l’ancienne constitution. Or, cette même constitution (ancienne) interdit à M Ouattara de se représenter pour un troisième mandat. On fait comment ?
    Si l’on estime que l’adoption d’une nouvelle constitution autorise de facto M. Ouattara à se présenter pour un mandat (1er ou 3ieme, c’est selon) ne faudrait- il pas tout au moins dire que M. Ouattara est président illégal et illégitime depuis 2016 ? Car, je le répète, il n’a pas été élu sur la base de cette nouvelle constitution et n’a pas prêté serment sur elle. Aidez moi à résoudre l’équation.

    Répondre à ce message

  • Le 11 août à 11:06, par Sacksida En réponse à : Siaka Coulibaly, analyste politique : « La situation de la sous-région prête au pessimisme »

    Dans tout ca, Alassane Dramane Ouattara donne un tres mauvais exemple en renoncant de facon grossiere a sa parole d’honneur de ne pas bien sur se representer et de ceder le pouvoir a une jeune generation. Faut-il comprendre que lui dans sa logique de la jeune generation au RHDP et de ses allies se limitait au regrete Amadou Gon Coulibaly ? Je crois que s’il avait trouve un autre candidat de son Parti, et avec son soutien franc et des militants , nul doute que ce dernier aurait pu faire l’affaire ; au lieu de se laisser pousser par des griseries des chefs coutumiers. A ces derniers il aurait pu les ramener a la raison car les cimetieres sont pleins d’hommes indispensables. Dommage, ADO a rate ainsi de sortir par la grande porte de l’histoire et de prendre sa retraite pour s’occuper de ses petits enfants et d’ecrire ses memoires pour la posterite. A Quand vraiment l’Afrique se demandait l’eminent Professeur Joseph Ky Zerbo ? Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 11 août à 11:16, par Passakziri En réponse à : Siaka Coulibaly, analyste politique : « La situation de la sous-région prête au pessimisme »

    ....et rien ne nous dit qu’au Burkina Faso, ça ne va pas arriver de nouveau.
    J’en suis même convaincu que si RMCK passait en Novembre, au plus tard en 2022 les veléités d’un tripatouillage de la constittution sera d’actualité vu que le chien ne Change pas sa manière de s’asseoir et qu’en Afrique aucune constitution s’est jamais définitivement verouillée et que les Engagements d’un président africain ont une demie-vie qui dépasse rarement deux mandats , je ne serais même pas surpris.
    Bref, interview claire et limpide. C’est notre triste réalité.

    Répondre à ce message

  • Le 11 août à 15:36, par Yako En réponse à : Siaka Coulibaly, analyste politique : « La situation de la sous-région prête au pessimisme »

    Erreur volontaire que commet ici Mr Coulibaly c’est de trop s’accrocher de façon bornée à l’aspect légaliste des faits et Omet royalement l’espace et les circonstances qui ont inspiré le référendum et la limitation de nombre de mandats. Pour mémoire le référendum de 2016 avait comme souci majeur la stabilité des institutions . D’où la limitation des mandats, création de la vice-présidence assurant l’intérim au cas où, le sénat ect...
    Par ailleurs, Me Coulibaly se trompe quand il avance le vote sanction en France depuis Chirac il oublie de dire qu’il s’agit de cours normal des législatures arrivées à terme dont les élections viennent sanctionner un bilan et non un enjeu institutionnel ou constitutionnel. Pour ma part , je pense que le président Ouattara commet une grosse faute en réduisant le fonctionnement harmonieux de la CI à sa personne pire encore si la candidature de Bedie est pour quelque chose dans sa décision alors je dirais quelle baby respubblica.

    Répondre à ce message

  • Le 11 août à 15:45, par Ka En réponse à : Siaka Coulibaly, analyste politique : « La situation de la sous-région prête au pessimisme »

    Siaka Coulibaly vous dites : Je l’avais dit, il y a environ un mois, sur le plateau de la télévision BF1, lorsqu’on m’a posé la question de savoir si je pense qu’il va se présenter. J’ai dit oui, il va se présenter. Simplement en essayant d’entrer dans leur logique ; pas parce que je pense que c’est juste ou élégant. Et Ka dis qu’en politique, il suffit d’avoir des moyens et de la ruse. ADO a su protégé ses arrières avec sa nouvelle constitution dite celle de la 3e république, bien taillée en sa faveur qui remet le compteur de limitation de mandat à zéro. Cette nouvelle constitution a été acceptée par le peuple Ivoirien, et personne n’a plus rien à dire que les urnes.

    Au Burkina, nous avons insisté que l’article 37 qui limite le mandat présidentiel soit cadenassé, qu’il soit 1er ou 20e Faso. Et Roch Kaboré le sait très bien ; Car, la nouvelle constitution a été consulté et accepter par des éminent juristes, des sages de la société civile, des avocats comme l’opposant au régime Roch Kaboré maître Paul Kéré, et tant d’autres qui ont décidé que dans cette nouvelle constitution l’article 37 et son esprit soit respecté par n’importe quel président qui arrive au pouvoir, et cela, aujourd’hui comme demain.

    Pour moi, que ça soit en Côte d’Ivoire ou en Guinée, cette affaire de nouvelle constitution qui remet les compteurs de mandat à zéro ou ce sont les membres des partis qui les réclament, n’est qu’une pure escroquerie pure et simple. Mais le peuple Ivoirien ou celui de la Guinée ont appuyé sur le bouton vert en acceptant leur nouvelle constitution. Aujourd’hui la constitution de la 3e république Ivoirienne taillée pour ADO ’’est indiscutable" et donc la candidature de ce dernier à un nouveau mandat est légitime selon la loi.

    Répondre à ce message

  • Le 11 août à 15:46, par Bikutu En réponse à : Siaka Coulibaly, analyste politique : « La situation de la sous-région prête au pessimisme »

    Je suis désolé mais la décision d’Alassane Ouattara de briguer un troisième mandat, ne se justifie ni politiquement, ni juridique ! Et je m’en vais tout de suite l’expliquer avec preuves à l’appui !

    La Politique selon la définition qu’en donne Platon (définition largement acceptée), est l’art de gérer les affaires de la cité et partant de faire des bons citoyens.

    Alassane Ouattara fonde sa volonté de briguer un troisième mandat en vertu de la constitution ivoirienne qui a été modifiée effectivement par référendum en 2016 pour instituer une nouvelle République. Sur la base de ce fait il affirme que le compteur du mandat présidentiel a été remis à zéro, et que donc ses deux mandats présidentiels qu’il a déjà effectué ne compte pas. Alors que la constitution de 2016 a reconduit tel quel le principe de la limitation du mandat présidentiel (qui était déjà consacré dans l’ancienne constitution datant du 1er août 2000). En effet, l’actuelle constitution adoptée en 2016 prévoit en son article 55 que : "le président de la République est élu pour cinq ans au suffrage universel direct. Il n’est rééligible qu’une fois."

    L’argument de révision de constitution ne saurait donc en aucune manière justifié la remise à zéro des compteurs. D’ailleurs, cet argument butte contre le principe de la continuité législative prévu à l’article 183 de la même constitution : "la législation actuellement en vigueur en Côte d’Ivoire reste applicable, sauf l’intervention de textes nouveaux, en ce qu’elle n’a rien de contraire à la présente Constitution".
    C’est donc un projet anticonstitutionnel brimant la souveraineté du peuple, en ce qu’il viole la constitution dans sa lettre et dans son esprit.

    Alors dites moi comment en tant que chef d’État peut on faire des bons citoyens si soit-même on viole la loi. Quel exemple on donne au citoyen ?
    Malheureusement, ce genre de comportement met en danger les autres pays de la sous région qui peuvent être tenté d’emprunter le même chemin ! Et vous avez raison (c’est d’ailleurs la seule chose que je vous concède dans votre analyse), le Burkina est en danger. Puisse le Seigneur nous garder.

    Répondre à ce message

  • Le 11 août à 19:09, par Gohoga En réponse à : Siaka Coulibaly, analyste politique : « La situation de la sous-région prête au pessimisme »

    TOTO le neuf. Je ne vois pas l’article de l’ancienne constitution Ivoirienne qui limite le manda présidentiel. C’est la nouvelle qui a instituée cette limitation à 2 mandat. S’il vous plaîs renseignez moi.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 08:13, par Sacksida En réponse à : Siaka Coulibaly, analyste politique : « La situation de la sous-région prête au pessimisme »

    Ainsi donc, si la loi fondamentale n’est plus bien sur respectee ; les citoyens ou le peuple souverain est donc libre d’user des voies en sa possession pour reprendre son pouvoir qu’il avait librement concenti a ses representants. Ces derniers etant devenus illegitimes des obeissances civiles, des insurrections populaires et bien sur meme des coups d’etats legitimes et populaires deviennent legtimes pour les peuples et les citoyens. Salut.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Elections législatives 2020 : C’est fini pour le dépôt des dossiers de candidatures
Elections couplées de 2020 au Burkina : Le Conseil constitutionnel affûte ses armes
Elections de 2020 au Burkina : L’opposition suspecte le pouvoir de manœuvres frauduleuses dans certaines localités
Législatives/MPP : Simon Compaoré non-partant, Bala Alassane Sakandé tient la liste au Kadiogo
Elections législatives du 22 novembre : Voici la liste des candidats du MPP
UNIR/PS : La section communale de Bokin bat le rappel des troupes pour les élections de novembre 2020
Quota genre aux élections : La Majorité présidentielle déclare son soutien à la mise en œuvre de la loi
Présidentielle 2020 au Burkina : Les partis de la majorité mettent le curseur sur une victoire dès le premier tour
Démission du MPC de la Majorité : « Claude Ouédraogo jouait le rôle de taupe, il retourne à côté de son chef », rétorque Clément Sawadogo
Elections couplées de 2020 au Burkina : Les dates limites de dépôt de candidatures modifiées !
Elections de 2020 au Burkina : Le CGD pose la réflexion sur les défis de l’inclusion et de la transparence
Élections au Burkina : Ce qu’il faut savoir de la publication des listes électorales et de la gestion du contentieux
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés