Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le courage n’est pas l’absence de peur, mais la capacité de vaincre ce qui fait peur.» Nelson Mandela

Baccalauréat 2020 : 125 805 candidats à la conquête du premier diplôme universitaire

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • lundi 3 août 2020 à 23h20min
Baccalauréat 2020 : 125 805 candidats à la conquête du premier diplôme universitaire

Ce lundi 3 août 2020, le ministre en charge de l’éducation nationale, le professeur Stanislas Ouaro a donné le top de départ de la session 2020 du baccalauréat au lycée mixte de Goughin. Après quelques tours dans différentes salles pour constater les dispositions prises, le ministre a encouragé et prodigué des conseils aux candidats. C’est dans la salle 1 du jury 108 que le ministre Ouaro a procédé à l’ouverture de l’enveloppe des sujets, après vérification devant les candidats.

La session normale 2020 de l’examen du baccalauréat a enregistré 125 805 candidats. Comparativement aux 110 509 candidats de la session de 2019, il y a une augmentation de 15 296 candidats. Ce qui correspond à une hausse de 13,84 % de l’effectif de 2019. Et sur les 125 805 candidats inscrits, on dénombre 72 519 garçons et 53 286 filles, représentant respectivement 57,64 % et 42,36 % de l’effectif total des candidats inscrits en 2020. 21 095 candidats libres dont 13 141 garçons et 7 954 filles.

L’appel des candidats

En effet, les candidats de la session normale 2020 de l’examen du baccalauréat sont répartis dans 471 jurys, soit 59 jurys de plus que les 412 de 2019. Ces jurys sont logés dans 257 centres d’examen répartis sur toute l’étendue du territoire national dans 77 villes, contre 219 centres en 2019. Le nombre de candidats affectés par jury varie entre 115 au jury 401 du lycée départemental de Bokin et 299 au jury 112 du lycée privé Benaja à Ouagadougou.

La ville de Ouagadougou, découpée en six zones vise à réduire les déplacements des candidats. Elle abrite à elle seule 121 jurys allant du jury 63 au jury 183, contre 116 en 2019. « Je peux dire que ça va comme l’année scolaire a été un peu bizarre. Mais je me suis préparé à tout affronter et je pense que tout ira bien » a lancé la candidate du lycée mixte de Gounghin, Prisca Ouédraogo.

Vérification de l’enveloppe par une candidate

Pour le ministre en charge de l’éducation nationale, Stanislas Ouaro « on doit continuer à faire des efforts parce qu’il y a 116 000 candidats qui passent un baccalauréat d’enseignement général. Et c’est un défi qu’il poursuit pour aller vers les formations technologiques. Mais ce qui est intéressant, cette année par exemple, c’est que le nombre de candidats en série C est de 321 » a-t-il ajouté.

Ouverture de l’enveloppe

Ce chiffre, il ne les avait pas avant. Ce qui montre que les efforts en matière de développement des lycées scientifique ont commencé à payer puisque les premiers candidats passent le BAC cette année. Et selon, le ministre Ouaro, d’ici quelques années « il compte atteindre au moins 1000 candidats de la série C car c’est l’objectif qu’il poursuit à travers l’implantation de lycée scientifique dans les chefs-lieux de région ».

Le ministre en prodiguant les conseils aux candidats est revenu sur les consignes classiques. Il s’agit de bien remplir la feuille de composition, de respecter les observations faites par les surveillants avant le début des épreuves. Quant à celles liées aux mesures barrières dans la lutte contre la maladie à coronavirus. Sur cet aspect, tous les candidats ont porté un masque et la distanciation est aussi respectée. Au lycée mixte de Gounghin, il y a quatre jurys, tous de série littéraire avec environ 1110 candidats. Parmi ces candidats, il y a ceux en situation de handicaps, des malvoyants au nombre de 11.

Le ministre Ouaro prodiguant des conseils aux candidats

Selon, Dieudonné Noël Bagué, proviseur de lycée mixte de Gounghin, chef de centre des jurys 108, 109, 110 et 111 séries A, « tout est prêt pour cette session 2020, comme il y a pas longtemps, ils ont pu faire les examens du brevet d’études de premier cycle (BEPC). Ils sont toujours dans cette dynamique aussi pour le Bac ».

Certes qu’avec cette pluie matinale, « il y a des candidats qui sont arrivés un peu en retard. Et une fois que tout sera réglé, nous pensons que tout sera bien, c’est bien parti pour la BAC 2020 » a-t-il ajouté pour conclure.

Dieudonné Noël Bagué, proviseur de lycée mixte de Gounghin

Concernant des cas de fraude, les mesures ont été renforcées à en croire les responsables chargés à l’organisation de la session du baccalauréat 2020 au lycée mixte de Gounghin. Ainsi, au niveau des salles de composition, il faut noter la réduction de nombre de candidats par salle. Dans une salle le nombre de candidats tourne de 30 à 35 avec deux surveillants.

Et sur chaque table, il y a un candidat par table. Cela amoindrit les cas de fraudes selon les organisateurs. En plus, une rencontre tenue avec les surveillants à la veille a servi de cadre pour leur rappeler sur les consignes à observer et la vigilance qu’ils doivent avoir quand ils sont les salles de composition. En rappel, le candidat le plus jeune est né le 14 février 2005 série A4 et le candidat le plus âgé est SAWADOGO Salamata, née le 22 septembre 1957, en série G2.

La session 2020 mobilise 40 000 mille acteurs composés d’encadreurs pédagogiques, présidents de jury, correcteurs et des agents de la sécurité etc. Le coût de l’organisation de cette session est de 5 milliards 500 millions de FCFA.

Issoufou Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 3 août à 14:57, par Questions pour comprendre En réponse à : Baccalauréat 2020 : 125 805 candidats à la conquête du premier diplôme universitaire

    Chers forumistes, des questions pour comprendre :
    En France, les resultats du BAC tournent autour de 95% de reussite et généralement au Faso, c’est autour de 40%. Qu’est ce qui explique cette mauvaise performance au Faso ? Les jeunes français sont ils plus intelligents que les nôtres ? Ou bien les professeurs français maitrisent mieux la pédagogie que les nôtres ? Ou bien encore la faute aux grèves des jeunes ou / et des professeurs ? Ou bien tout court le Bac français est plus faible que le nôtre ?
    Selon les "on dit", le Bac du Faso est l’un des bac les plus durs de la sous-région. Et pour justifier ces "on dit", il semble qu’en son temps lorsqu’on pouvait faire le Bac ici et aller faire ailleurs comme au Mali, ceux qui échouaient ici partaient decrocher leur Bac là-bas. Car là-bas le nombre des matières est moins qu’ici ; pas la peine d’encombrer les jeunes avec des matières inutiles dans telle ou telle série. Vivement que les resultats au Faso atteignent au moins les 50%. Donnez le Bac à tous ceux qui le méritent sans serrer très fort car tous ne souhaitent pas s’inscrire dans les universités publiques où les places se font rares. Bonne chance à tous et à toutes !
    Signé : L’Etalon Enragé mais Serein.

    Répondre à ce message

    • Le 4 août à 09:04, par A qui la faute ? En réponse à : Baccalauréat 2020 : 125 805 candidats à la conquête du premier diplôme universitaire

      Le bac ne vaut que ce que son détenteur vaut. C’est simple : travaillons-nous mieux que les français et les maliens ? Le bac n’est qu’une étape pour atteindre le but ultime qui est le travail bien fait.
      Le programme français est revu presque chaque année jusqu’à la petite section de la maternelle. Cela a un coût, nos gouvernants préfèrent mettre l’argent ailleurs. En France on a allégé au maximum certaines matières ou carrément les remplacer par d’autres en adéquation avec les nouvelles façons de travailler.
      Même au supérieur, les épreuves sont plus courts et rapides. Et tout cours dispensé aboutit à une mise en pratique. Ce qui compte aujourd’hui c’est l’efficacité.

      Avec votre bac difficile en poche, si vous voyez la vitesse avec à laquelle les petits français travaillent, même dans les champs, les cuisines, la vente on se demande ça donne à réfléchir.

      Le malien qui a travaillé à la NASA a étudié au Mali et en France.

      Si on économisait déjà l’argent et le temps des protocoles de lancement des épreuves ça serait un bon début. L’argent et le temps sont très précieux, faisons-en bon usage

      Répondre à ce message

  • Le 3 août à 15:13, par Claude En réponse à : Baccalauréat 2020 : 125 805 candidats à la conquête du premier diplôme universitaire

    Bon courage à tous les candidats de ce millésime 2020. Que tous leurs efforts soient couronnés de succès !
    On notera que Monsieur Le Ministre a profité aussi de son passage pour rappeler à tous ces jeunes les bonnes pratiques et gestes barrières en appliquant lui-même le masque de rigueur.
    Pour information, Madame le Gouverneur de Koudougou s’est livrée ce matin au même exercice dans un lycée de la ville mais en se présentant sans aucune protection face aux élèves. Cela donne un très mauvais exemple à la Jeunesse et incite à ne pas respecter les consignes du gouvernement.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Incendie à l’Assemblée nationale : L’oeuvre "des génies" comme au siège du FESPACO ?
Comparution de Bassolma Bazié : « Beaucoup de choses ont été dites ; certaines étaient vraies mais beaucoup étaient aussi fausses », Me Prosper Farama
Comparution de Bassolma Bazié : « Il reste au Conseil de discipline d’aviser », déclare Me Prosper Farama
Comparution de Bassolma Bazié : Six personnes autorisées à suivre l’audition de ce lundi 21 septembre 2020
Education : L’ENEP de Tenkodogo officiellement inaugurée
Rencontre Premier ministre/Forces vives de l’Est : Des propositions pour sortir la région de la zone de turbulences
Rencontre Premier ministre/Forces vives du Centre-Est : Satisfecit à l’issue des échanges
Route nationale N°4 : Bientôt la fin du calvaire pour les usagers
Boucle du Mouhoun : L’Ocades caritas Burkina, ‘‘ l’ange gardien’’ des personnes déplacées internes
Boucle du Mouhoun : 158 millions de FCFA pour améliorer les taux d’accès à l’eau potable et les conditions de vie des populations
Hygiène bucco-dentaire : Argile santé lance une campagne de lutte contre la mauvaise haleine en milieu scolaire
Koupela : Une ville exemplaire
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés