Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve.» Antoine de Saint-Exupéry

Industries extractives : Les journalistes à l’école de la nouvelle norme de l’initiative pour la transparence

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Mines, mineurs, miniers, énergie • LEFASO.NET • mardi 28 juillet 2020 à 15h00min
Industries extractives : Les journalistes à l’école de la nouvelle norme de l’initiative pour la transparence

La secrétaire permanente de l’initiative pour la transparence des industries extractives Burkina Faso (ITIE-BF), Alice Zida, a présidé, ce mardi 28 juillet 2020 à Ouagadougou, la cérémonie d’ouverture de l’atelier de formation des journalistes sur la nouvelle norme de ladite initiative. Au cours de cet atelier de formation qui se tient les 28 et 29 juillet 2020, ils seront outillés pour donner la bonne information sur l’ITIE-BF auprès des populations cibles. Ladite formation a été initiée par le secrétariat permanent de l’ITIE-BF) en collaboration avec le NDI (national democratic institut) et l’USAID (agences des Etats-Unis pour le développement international).

Au total, une quinzaine de journalistes bénéficieront de cette formation sur la nouvelle norme de l’initiative pour la transparence dans les industries extractives Burkina Faso (ITIE-BF). La norme ITIE est, selon sa secrétaire permanente, Alice Zida, un outil de bonne gouvernance qui contribue à faire des reformes dans le secteur minier afin d’atténuer d’éventuels conflits entre les parties prenantes. « Et en tant qu’une norme dynamique, depuis juin 2019, explique-t-elle, c’est une nouvelle norme appelée ‘’norme ITIE 2019’’, qui est en vigueur. Et cette nouvelle norme est en effet composée de sept exigences ».

Il s’agit, entre autres, de la création d’un groupe multipartite composé de l’administration, de la société civile et des entreprises. Outre cela, il y a également des exigences de la collecte des revenus, sur l’impact et les résultats afin d’amener les entreprises à respecter les textes en vigueur dans le pays notamment le code minier, a souligné la première responsable de l’ITIE-BF.

Alice Zida, secrétaire permanente de l’initiative pour la transparence des industrie extractives Burkina Faso

Promouvoir la transparence et assurer une bonne gestion du secteur minier

Par ailleurs, cette formation organisée au profit aux journalistes a eu pour but de les outiller sur cette nouvelle norme ITIE 2019 pour qu’ils puissent donner la bonne information sur cette initiative. Et au-delà de cet aspect, elle permettra également de jeter les bases d’une future collaboration et pourquoi pas la mise en place d’un réseau de journalistes pour une meilleure communication et un partage d’information auprès des populations, a fait savoir Alice Zida.

Car, selon elle, pour promouvoir la transparence et assurer une bonne gestion de son secteur minier, le Burkina Faso a adhéré à l’ITIE, une initiative mondiale de bonne gouvernance dans le dit secteur. Et son but, c’est de veiller à ce que les richesses issues des ressources naturelles contribuent à améliorer les conditions de vie de toute la population. Tout en suscitant une prise de conscience chez tous les citoyens à travers le débat public.

Homère Muturo, directeur des programmes de NDI

Et en tant que quatrième pouvoir, qui donc, mieux que les médias, peut permettre à l’ITIE d’assumer pleinement ces responsabilités ? s’interroge le directeur des programmes de NDI. « Car aucune bonne gouvernance ne peut être promue sans votre concours, vous êtes au cœur de tout bon processus de bonne gouvernance. Et on ne peut pas parler de la gouvernance minière sans les médias », reconnait-il, tout en montrant que d’autant plus que les responsabilités de l’ITIE comprennent la collecte et la divulgation d’information, la garantie que les résultats contribuent au débat public, la communication des progrès et des défis. Et pour terminer, Homère Muturo a fait savoir qu’en participant à cette session de formation, les journalistes sont invités à devenir des partenaires stratégiques pour la bonne gouvernance des ressources minières au Burkina Faso.

Yvette Zongo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Le Burkina Faso a désormais sa propre usine de fabrication de panneaux solaires
Mines : Hounde Gold Operation construit des infrastructures au profit de la commune
Accès aux énergies renouvelables : Des organisations de la société civile et le ministère de l’Energie scellent un partenariat
Niankorodougou : Wahgnion Gold corporation, la mine qui veut révolutionner le quotidien des riverains
Mines : Les journalistes à la découverte de la carrière de Sogossagasso
Mines : Des journalistes en immersion dans un secteur important de l’économie burkinabè
Mines : Le Burkina Faso est le cinquième producteur d’or en Afrique
Modernisation du cadastre minier : Les reformes présentent des résultats satisfaisants
Secteur minier burkinabè : 4 870 milliards de francs CFA de recettes d’exportation en quatre ans
Secteur minier : Les acteurs de la société civile s’approprient les nouvelles exigences de la norme ITIE 2019
Burkina Faso : Le secteur minier a rapporté 51 milliards FCFA aux collectivités territoriales depuis 2019
Energie : Un nouveau document pour éclairer la mise en œuvre du Programme africain de mini-réseaux
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés