Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si un buffle rouge t’a attaqué, quand tu verras une termitière rouge, tu prendras la fuite. » Citation africaine

Infrastructures numériques : Le G-Cloud bientôt prêt pour favoriser l’autonomie numérique du Burkina

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET • samedi 25 juillet 2020 à 13h15min
Infrastructures numériques : Le G-Cloud bientôt prêt pour favoriser l’autonomie numérique du Burkina

Le ministre du Développement de l’économie numérique et des Postes, Hadja Fatoumata Sanon, a visité des installations du projet internet G-Cloud, les 23 et 24 juillet 2020. Avant le début de sa tournée dans les villes de Dédougou et Bobo-Dioulasso, le ministre est allé s’enquérir des nouvelles du dispositif général mis en place par le G-Cloud, le 22 juillet, dans les locaux de l’Agence nationale pour la promotion des TIC (ANPTIC).

La première étape de la tournée du ministre a concerné la région de la Boucle du Mouhoun, où Hadja Fatoumata Sanon et sa délégation ont visité les infrastructures du G-Cloud à Dédougou ainsi qu’à Ouarkoye. A Dédougou les sites de la Direction provinciale des impôts du Mouhoun et de l’Hôtel administratif ont reçu la visite du ministre.

A la direction des impôts, le directeur provincial, Souleymane Koussoubé, a salué l’avènement du G-Cloud qui a amélioré drastiquement la connexion internet. « Il n’y a pas non plus de rupture de réseau de façon régulière comme il est de coutume », a-t-il signalé, avant d’ajouter qu’avec le G-Cloud le débit est énorme et le traitement des actes rapide. Les équipes techniques sur place ont aussi révélé que le projet est à même de rivaliser la 4G et même faire mieux.

Koussoubé Souleymane, directeur provincial des impôts du Mouhoun

Après l’escale à Ouarkoye, le ministre est arrivé à Bobo-Dioulasso avec sa délégation. Les sites visités dans cette ville ont été les installations G-Cloud Datacenter I au gouvernorat, les installations du Cloud au Trésor public, à l’Hôtel administratif et le Datacenter II de Bobo situé au Centre de calcul. Là également la ministre reçoit un retour positif du service fourni par le G-Cloud.

Le ministre s’instruit sur le dispositif dans le sites de Ouarkoye

« Les premières impressions sont notamment les retours des premiers utilisateurs qui ont témoigné une satisfaction, du fait du passage à l’utilisation de la fibre optique, et cela est très encourageant », s’est réjoui le ministre Hadja Sanon. Elle ajoute que la tournée a été organisée pour constater de visu les réalisations du Cloud et échanger avec les premiers utilisateurs afin de passer au peigne fin le projet, pour voir s’il y a des orientations à donner afin d’avoir une infrastructure optimisée et bien exploitable qui remplisse les objectifs de départ.

Le ministre Hadja Sanon au centre, répondant aux questions des journalistes

Un passage à la fibre optique satisfaisant

« Une composante fibre optique a permis de relier un certain nombre de bâtiments et il y a une grande amélioration avec l’utilisation de cette fibre optique », a expliqué le ministre Hadja Sanon. Selon elle, 101 services sont déjà déployés sur le Cloud à ce jour. Il y a également une plateforme e-learning et l’Université virtuelle y a sa plateforme de Cloud, le Centre de formation professionnelle à Ouagadougou a des cours en ligne et près de 25 000 étudiants exploitent déjà le Cloud.

Le ministre s’entretien avec les utilisateurs à Dédougou

L’Etat a investi énormément de moyens pour disposer d’une telle infrastructure et il appartient aux Burkinabè de l’utiliser parce qu’il est ouvert aussi bien au public qu’au privé, informe le ministre. « Cela y va de notre souveraineté numérique. Aujourd’hui il, n’est plus acceptable de continuer à héberger des données des Burkinabè à l’extérieur. Il n’y a pas de sécurité », a-t-elle averti.

Le ministre se dit satisfait du déploiement de l’infrastructure mais admet qu’il existe toujours des détails très importants à prendre en compte avant la réception officielle du joyau. Un autre pan est de travailler à promouvoir et à communiquer autour du Cloud pour que les destinataires s’approprient cet outil combien important pour le pays, poursuit le ministre. Elle informe qu’auparavant, chaque administration devait se doter de son système informatique. C’est à cet effet que l’Etat a décidé d’avoir un système commun pour tous les services afin d’alléger les coûts et mutualiser les efforts.

Les installations solaires et de conditionnement d’air de rafraichissement à Ouarkoye

Le Cloud : une infrastructure de stockage et de souveraineté numériques
« Le G-Cloud est un projet du gouvernement burkinabè, qui est presque à terme, et nous envisageons bientôt la réception officielle », a déclaré le ministre Hadja Fatoumata Sanon. Elle définit le Cloud comme une infrastructure de stockage national qui offre une souveraineté numérique au pays. Une chose qui, pour elle, est à saluer et encourager vivement.

Selon Dié Sanou, directeur général de l’ANPTIC, le projet G-Cloud, qui vise à renforcer la compétitivité numérique du Burkina Faso, porte sur deux volets : le volet infrastructure fibre optique et équipements, et le volet services, regroupant les nœuds Cloud et les services qui y sont hébergés.

Dié Sanou, Directeur général de l’ANPTIC

Le projet a déployé environ 1 070 km de réseau de fibre optique métropolitain et interurbain avec 605 sites raccordés, trois mini-datacenters, huit nœuds Cloud et un centre de supervision réseau. La fibre optique interurbaine, qui est longue de 650 km, lie Ouagadougou à Bobo-Dioulasso en passant par Ouahigouya, Tougan, Dédougou et Ouarkoye ; puis de Bagré dans le Centre-est à Bakwu (frontière du Ghana).

Le coût du projet est d’environ 40 milliards de F CFA, financé par le Fonds danois de développement (DANIDA) à hauteur de 36 milliards de F CFA. « Nous allons travailler afin qu’à la réception officielle toutes les orientations données puissent être prises en compte. Il faut être compétitif pour fournir un service de haute qualité », insiste le ministre.

Elle précise que le G-cloud est distribué partout au Burkina Faso. Mais il n’y a pas que le G-Cloud, insiste-t-elle, « il y a aussi le projet BackBone et nous avons tenu à mutualiser les deux projets de sorte à ce qu’il y ait un bon maillage du territoire. Il y a en outre le projet d’appui au développement des TIC qui est un projet satellitaire et sans fil qui vient en complément et avec l’apport des réseaux de téléphonie mobile, le Burkina est suffisamment couvert ».

Etienne Lankoandé
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Campagne déguisée : Les régies publicitaires invitées à retirer les images de candidats aux élections.
Campagnes électorales : Le CSC définit le rôle des médias confessionnels et communaux
Phénomène des fake-news : Des journalistes formés pour détecter les fausses informations
AstuceTIC : Cette application vous permet de traquer les caméras de surveillance dans votre chambre d’hôtel
Animation des émissions interactives : Le CSC outille des animateurs et des journalistes pour une meilleure gestion des débats
Mariage d’enfants : Des hommes et femmes de médias s’engagent à promouvoir l’élimination de la pratique au Burkina Faso
Amélioration des conditions de travail dans les médias : Le SYNATIC sonne la mobilisation de ses militants
Affaire journaliste Omar Radi : La Justice marocaine rassure du respect des procédures
Approche basée sur les droits humains : Des journalistes et communicateurs outillés sur le concept
Émissions interactives des radios : Un atelier pour sensibiliser les animateurs sur la prévention des conflits
Régulation des communications électroniques : Des animateurs de radio outillés pour éclairer les auditeurs
Interdiction de couverture médiatique des activités politiques : « Je reproche au CSC d’avoir mal interprété la loi », lance le journaliste-éditorialiste Lookmann Sawadogo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés