Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Présidentielle au Burkina : « Il faut le changement et l’arrivée d’une nouvelle génération, capable de redonner espoir », implore Marcel Tankoano du M21

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • mercredi 22 juillet 2020 à 23h10min
Présidentielle au Burkina : « Il faut le changement et l’arrivée d’une nouvelle génération, capable de redonner espoir », implore Marcel Tankoano du M21

La gouvernance, notamment sécuritaire, est suivie avec une attention soutenue par le Mouvement du 21 avril (M21), une des organisations de la société civile nées pour faire barrage à la modification de l’article 37 de la Constitution par le pouvoir Compaoré. Depuis lors, l’organisation est en alerte sur les questions de gouvernance et de développement. C’est à ce titre que nous avons rencontré son président, Marcel Tankoano. Dans cette interview réalisée le 17 juillet 2020, le premier responsable du M21 est sans concessions sur certains sujets.

Lefaso.net : Depuis la fin de la Transition, et avec la dégradation de la situation sécuritaire, votre organisation semble être permanemment sur le terrain. A ce jour, quel est le sentiment que vous éprouvez après vos sorties dans les zones éprouvées ?

Marcel Tankoano : Le contexte que nous vivons fait que pour nos déplacements nous faisons sans publicité. Nous sommes sur le terrain (et nous ne sommes pas la seule organisation). Mais, je peux vous dire qu’il faut voir, ou vivre certaines situations avec ces populations, pour comprendre la réalité.

Nous faisons le déplacement pour comprendre et parce que notre organisation, ce sont aussi les questions de développement, de santé, d’éducation, etc. Nous avons focalisé nos actions sur les zones difficiles, parce que c’est en ces lieux que se trouvent aujourd’hui les vrais besoins. Je vais me garder ici d’entrer dans une description de la situation et résumer tout simplement : c’est très grave, ce que vivent nos populations.

La vie n’existe plus pour ces milliers de Burkinabè, de femmes, d’enfants, d’hommes. Je dis : ce que ces populations vivent, on ne peut tout dire, au risque même de ne pas nous faire comprendre. Ce d’autant également qu’il y en a qui pensent que, dire la vérité du terrain, c’est exagérer, c’est ne pas aimer son pays, on vous traite à la limite d’apatride. Beaucoup n’aiment pas entendre la réalité, ils croient que le Burkina Faso, c’est seulement Ouagadougou, Bobo-Dioulasso et les localités relativement épargnées.

Ils y vivent tranquillement…, pourvu qu’eux ne vivent pas les difficultés, si ce sont les autres, ce n’est pas grave, ce qu’il se passe ailleurs, ce n’est pas leur problème. Nous qui parlons, ce n’est pas parce qu’on n’aime pas notre pays, au contraire, c’est parce qu’on aime bien notre pays. Nous pensons qu’une nation veut dire que, lorsqu’un de ses habitants souffre, à quel que lieu que ce soit, ce sont tous les membres qui souffrent ; lorsqu’un Burkinabè est fauché à Banfora, celui qui est à Diapaga doit se sentir concerné. Mais, lorsqu’un Burkinabè souffre au Nord et que celui qui est au Sud, à l’Ouest ou au Centre-Sud ne se sent pas concerné, c’est qu’il y a véritablement problème.

Donc, nous disons que ça ne va pas. C’est notre façon aussi d’interpeller les dirigeants afin qu’e semble on sauve des Burkinabè et qu’on préserve l’intégrité du territoire. Si vous vous rendez sur le terrain, vous ne pourriez plus dormir. Des enfants traumatisés, parce qu’ils ont assisté à la décapitation de leurs proches, etc. L’heure est grave. Des gens ne veulent pas qu’on le dise, parce qu’ils pensent que ça va les déranger dans leurs salons feutrés, leur aisance au quotidien. Quelle gloire ?

Lefaso.net : Ne craignez-vous pas des coups en voulant continuellement procéder ainsi ?

Marcel Tankoano : C’est le prix à payer. Nous n’allons pas désarmer pour cela, il faut ce sacrifice pour la patrie. Nous avons vécu des moments difficiles en 2014, puis en 2015, au risque de notre vie. Nous maintenons le cap parce que c’est le pays qui est en jeu. Après notre dernière conférence de presse par exemple, on a eu quelques soucis (je ne vais pas entrer dans les détails), mais tout est rentré dans l’ordre.

Pour tout vous dire, nous recevons des coups et de vrais coups, mais nous tenons, nous n’allons pas abandonner parce que la nation vaut ce sacrifice. Tant qu’il nous restera un souffle, nous allons mener ce combat-là pour le bien du pays, des Burkinabè d’aujourd’hui et de demain.

Lefaso.net : C’est dans cette atmosphère que le Burkina s’apprête à aller aux élections. Etes-vous favorables à la tenue des élections en novembre 2020 ?

Marcel Tankoano : Ma réponse est sans équivoque : allons aux élections. Allons aux élections, parce qu’il nous faut des hommes capables pour faire face à la situation dans notre pays. Aujourd’hui, tout le monde se rend compte qu’entre le discours et la réalité du terrain, il y a un hiatus. Ce qu’on dit dans les discours et ce qui se vit sur le terrain par les populations des zones sous menaces, c’est le jour et la nuit.

Moi, je pense que lorsqu’on fait le choix (on élit) des autorités, ce n’est pas pour qu’elles travaillent à être à l’aise, mais c’est pour qu’elles puissent quand même rendre service, travailler pour ceux qui les ont élues. Le président Roch Marc Christian Kaboré qui a été élu devient le président de tous les Burkinabè ; pas seulement du MPP ou de la majorité. Mieux il a prêté serment. Un serment dans lequel il a juré de protéger la vie de tous les Burkinabè et leurs biens. Mais aujourd’hui, on se rend bien compte que c’est tout le contraire.

Et moi, ce qui me chagrine, c’est parce qu’on ne voit pas ses efforts par rapport à l’ampleur des défis en face. Mais quand tu dis ça, on te parle de routes construites. Personne ne dit que les infrastructures routières ne sont pas bien, mais pour moi, ce qui est prioritaire pour nos populations aujourd’hui, c’est leur vie. Il faut être de mauvaise foi pour ne pas le comprendre. Aujourd’hui, il est quasiment impossible de faire croire à un Burkinabè, surtout à nos parents paysans des localités sous menace, que demain, il vivra. Des morts par-ci, des morts par-là, des déplacés ici, des déplacés là…. C’est horrible.

Donc, la question de tenir ou pas les élections ne doit même plus être d’actialité ; il faut le faire, vaille que vaille. Non seulement la loi fondamentale nous l’impose, mais la situation même l’exige encore plus. Si on ne tient pas les élections, qui va-t-on garder à la tête de l’Etat burkinabè au soir de la fin du mandat de Roch Marc Christian Kaboré ? Il faut forcément aller aux élections, faire le choix des hommes et femmes capables de nous sortir de là où nous sommes. Sinon, si nous devons continuer ainsi, le Burkina va disparaître. Si nous poursuivons ainsi, le pays dont Thomas Sankara avait rêvé en changeant le nom de la Haute-Volta à Burkina Faso ; Burkina Faso qui veut dire pays des hommes intègres, ne le sera que de nom.

Donc, pour garder l’honnêteté, l’intégrité, il nous faut des hommes et des femmes capables qui ont de la vision, de la pitié pour leur prochain, des altruistes, des patriotes qui vont construire le pays et non qui viennent pour se faire un empire de richesses. Aucun pays ne peut prétendre au développement sans sécurité. Notre pays vit des moments difficiles et pour moi, les autorités en place aujourd’hui ne sont pas du tout en phase avec la réalité, ou du moins, ne veulent pas voir la réalité du terrain. Il y a tellement de démagogie développée au sein du gouvernement, au plus haut sommet, pour refuser de faire face à la réalité que c’est regrettable.

Qui peut sauver le Burkina aujourd’hui ? C’est à cette question qu’il faut répondre en allant aux urnes, le 22 novembre 2020. C’est une question de survie pour les Burkinabè. C’est une question de survie pour notre pays. Il nous faut donc impérativement aller aux élections et que les Burkinabè fassent le choix de ceux capables de les sortir des problèmes.

C’est par ce processus que nous pouvons procéder au changement ; parce que nous avons opté pour la démocratie. Regardez la situation de déliquescence de notre pays et observez le comportement de ceux qui nous dirigent, les autorités…

On nous parle d’incivisme, mais la question n’est même plus à là ; c’est même une question de simple bon sens qui se pose aujourd’hui. Le pillage est à ciel ouvert, aux yeux même du président du Faso, qui laisse faire. Donc, vivement les élections et que Dieu nous donne de bons dirigeants à travers nos choix.

Des dirigeants qui pensent à l’orphelin, à la veuve et à toutes ces personnes démunies ; des dirigeants qui vont venir redonner espoir à ces populations pour qui, l’espoir n’est plus permis. Nous voulons des dirigeants qui vont retrousser leurs manches et qui vont aider à repousser les ennemis qui entrent et continuent d’entrer sur le territoire national. Nous avons cela avec des dirigeants comme Idriss Déby du Tchad.

Même si tout le monde dans son pays n’est pas d’accord avec sa gouvernance, au moins, tout le monde sait qu’il y a un dirigeant dans le pays. Mais aujourd’hui, au Burkina, on dirige par les claviers et les réseaux sociaux. Ce n’est pas la réalité de notre pays ; notre réalité est tout autre. Le Burkina est en train de devenir un Viêt-Nam. J’ai suivi le Haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés (Filippo Grandi) lors de son passage au Burkina, il y a quelques mois (en février 2020, NDLR).

Il a dit que ce qu’il se passe dans notre pays est inadmissible ; il dit que la situation du Burkina est comparable à celle de la Syrie, et pis, du Yémen. Alors que tout le monde sait aujourd’hui que le Yémen est devenu presqu’une jungle. Quand je l’écouté, j’ai versé des larmes. Nous sommes sur le terrain, je peux vous dire que c’est une réalité. La solution aujourd’hui, c’est d’aller aux élections pour choisir des personnes capables.

Lefaso.net : Vous êtes donc d’accord avec ce haut gradé de l’Armée qui disait, au cours d’une conférence publique en début 2020, que les gens en ville ne semblent pas mesurer la triste réalité du terrain ?

Marcel Tankoano : Tout à fait ! J’ai fait le terrain (je viens même de rentrer), il y a des informations qu’on n’ose pas donner. Il y a des situations que nos populations vivent aujourd’hui qu’on ne peut pas qualifier. Nous sommes obligés parfois de nous contenir, au risque de ne pas nous faire comprendre par ceux qui ne comprennent pas que notre pays est en guerre. Je pense que cet officier a même dit peu pour le plus ; c’est-à-dire que c’est plus grave que ce qu’il a dit.

Lefaso.net : C’est dans ce contexte également que la course vers les élections montre des signes interpellateurs (tentatives de fraudes à l’enrôlement, durcissement des discours). Ne faut-il pas craindre que l’enjeu crée finalement une difficulté supplémentaire ?

Marcel Tankoano : Je pense qu’il faut saluer déjà le fait que ceux qui se sont essayés à ces actes l’aient appris à leurs dépens. C’est déjà une bonne chose. Ce sont des anciennes pratiques que des nostalgiques tentent de ramener, oubliant que ça ne marche plus ; les Burkinabè sont désormais aux aguets.

Lefaso.net : La situation actuelle ne suggère-t-elle pas que les autres acteurs, société civile, autorités coutumières et religieuses, se mobilisent et s’impliquent réellement dans le processus par la sensibilisation afin d’éviter un lendemain électoral difficile ?

Marcel Tankoano : Exactement, et c’est la raison également de notre intervention actuellement sur l’ensemble de ces questions qui grossissent le risque. Il appartient aux forces morales, à tout Burkinabè épris de paix, de se lever et de comprendre qu’en Afrique, toute élection est déjà source de conflits. Or, notre pays part aux élections déjà mal en point.

Donc, que tous ceux qui peuvent, se levent et s’investissent dans la sensibilisation, l’information pour des élections apaisées. On observe déjà que les esprits se chauffent. Pour les organisations de la société civile, il faut miser sur la sensibilisation ; faire comprendre qu’une élection, c’est une compétition et qu’il faut faire en sorte que nous parvenions à des résultats acceptés issus d’élections libres et transparentes.

Lefaso.net : Il y a que même au sein de certains partis politiques, on assiste à des querelles de clans ouvertes ou latentes ; ce qui risque de pourrir davantage l’atmosphère ?

Marcel Tankoano : Mon analyse sur cette question est que nous sommes en train d’aller vers un combat générationnel. Il y a les anciens ténors qui rêvent de continuer avec les privilèges d’Etat, qui veulent maintenir leur position ou qui veulent revenir aux affaires. Alors qu’ils ont leurs petits-frères, leurs enfants qui attendent d’arriver aux affaires.

C’est le cas au MPP (où on sent une crise latente) et au sein de l’ancien parti au pouvoir, le CDP, où les mêmes messieurs qui ont travaillé à la chute du pouvoir Compaoré, ces messieurs, dont certains sont en exil et qui refusent même le modèle de réconciliation nationale, sèment des troubles et mettent des bâtons dans les roues de ceux qui dirigent aujourd’hui le parti et qui ont même fait la prison pour le parti (parce que restés fidèles aux idéaux du parti).

Je ne suis pas du CDP, je n’appartiens à aucun parti politique, je fais juste un constat. C’est regrettable. Quand je regarde le CDP, un monsieur comme Eddie Komboïgo, au moment-phare du CDP, il n’était rien ; il ne comptait même pas parmi les vingt premières personnalités du CDP, pour ne pas dire qu’il était un inconnu politique. Aujourd’hui, il a combattu pour un idéal politique, il a fait la prison pour cela, il a repris le CDP dans des conditions difficiles, il s’est investi, de sorte qu’aujourd’hui, c’est un parti qui est revenu sur une bonne base pour aller aux élections.

Mais quand on assiste à des guéguerres par lesquelles, des dinosaures pensent que les autres sont des arrivistes, qu’ils ne connaissent pas la politique, mais attendez, qui est né avec la politique ? On apprend ! Regardez en France, Emmanuel Macron est arrivé au pouvoir jeune. Mais pourquoi ici, c’est un crime de prétendre arriver aux affaires, quand on est jeune ? Pour revenir au cas du CDP, vous avez des dinosaures qui sont assis, qui manipulent, modifient des lettres qu’ils attribuent au fondateur du parti, Blaise Compaoré. Finalement, les populations ne comprennent plus rien.

Ils doivent arrêter cela ; le pays souffre déjà assez pour qu’ils se battent entre eux. On dit que lorsque la pluie vous bat, il faut éviter de vous battre entre vous. Je regarde également le MPP aujourd’hui, si tu es averti, tu sais tout de suite qu’il y a un malaise. Mais tout cela, parce que ceux qui dirigent aujourd’hui le parti ne veulent pas qu’il y ait une nouvelle génération qui monte. Ils se disent que s’ils laissent les jeunes monter, ils ne savent pas de quoi demain sera ffai ; parce qu’eux, ils sont habitués à cette vie dans les affaires.

Non, qu’ils comprennent que les hommes passent, mais le Burkina reste et restera. Que ceux qui ont goûté aux privilèges de l’Etat comprennent qu’ils doivent laisser la place à d’autres pour construire autant le pays ou même faire mieux qu’eux. Il y a des personnages politiques aujourd’hui aux affaires que nous regardions tout-petits à la télé. Aujourd’hui, nous avons pris de l’âge, ils sont toujours-là, accrochés et même en train de bousculer. Des retraités seniors qui se battent pour garder leur position.

Mais quel message envoie-t-on aux jeunes ? Que veut-on inculquer à la jeunesse par cette façon de faire ? Un homme, devant tes enfants, à un moment, tu les appelles et tu leur dis que tu vas te retirer, voilà le chemin. Tu es consulté quand les enfants ont des problèmes. Qu’on permette à de nouvelles têtes de monter. Que la jeunesse ne soit pas utiliser pour le discours et que lorsque vient le moment du placement, on les marginalise. Non ! Pour moi, nous sommes à un tournant décisif.

Lefaso.net : Ce qui se dit dans certains couloirs est que les jeunes ne sont pas prêts à gérer ; ces ‘’dinosaures’’ penseraient craindre que le pays bascule avec une jeunesse qui n’est pas prête. N’est-ce pas aussi une preuve de patriotisme de leur part ?

Marcel Tankoano : Mais, ce sont ces anciens-là qui font ombrage à la jeunesse ! Le véritable problème est à ce niveau. Regardez tout près de nous en Côte d’Ivoire, on parle de Guillaume Soro ; quand il conduisait la rébellion, il avait 29 ans. Il fut Premier ministre à environ 32 ans. Donc, il faut qu’on permette aux jeunes d’exercer. Comment peut-on demander à un jeune d’avoir de l’expérience quand il ne travaille pas, quand il n’est pas dans l’action.

Donc, ce sont ces mêmes anciens qui font ombrage aux jeunes. Thomas Sankara est arrivé au pouvoir à quel âge ? Même Blaise Compaoré, il a pris le pouvoir à quel âge ? Alors, dire à des gens de quarante ans qu’ils sont enfants…, c’est à quel moment ils vont grandir ? Non, comme Norbert Zongo l’a dit, on ne donne pas le pouvoir, il s’arrache. Je dis donc aux jeunes de se lever et d’arracher le pouvoir.

Si les jeunes ne se lèvent pas, ces anciens-là n’iront pas. Aux jeunes de s’assumer ; un enfant naît, apprend à marcher en tombant et en se relevant. C’est ainsi qu’on grandi. Donc, on ne peut pas continuer avec ceux qui ont fini de vivre. Ils sont arrivés au bout de leurs efforts, qu’ils se reposent. On dit Eddie Komboïgo est un jeune, mais c’est à quel moment il va gérer donc ? Au sein du MPP, on a des jeunes capables, mais pourquoi remettre le parti à des gens qui sont à la retraite ? A l’UPC, on a des jeunes, qui peuvent continuer le travail.

Lefaso.net : En résumé, et à votre avis, ces élections-là doivent être celles d’une transition ?

Marcel Tankoano : Vous m’avez devancé ; ces élections-là doivent être celles de la vraie transition. C’est-à-dire qui marquent la rupture entre la vieille classe et la nouvelle classe. Nous pensons que ceux qui ont déjà joué leur rôle peuvent maintenant aller se reposer tranquillement. Ceux qui sont aux affaires actuellement, beaucoup sont arrivés quand ils avaient moins de trente ans. Qu’ils pressentent donc les choses, il ne faut pas se laisser pousser à la porte.

Si la jeunesse va jusqu’à bousculer, c’est qu’ils (anciens) ont manqué à leur devoir d’éducation. Il faut que les gens comprennent que le Burkina n’est le pré-carré de personne, même pas d’un groupe d’individus. Qu’ils se retirent et se mettent derrière pour jouer leur rôle de pères, guides des jeunes. Refuser cela, c’est faire mal à la société.

Lefaso.net : On vous sent bien ferme sur cette question de passation de témoin à la nouvelle génération.

Marcel Tankoano : C’est impératif. Regardez le pouvoir Roch Kaboré, on nous avait fait croire que ce sont des hommes d’expériences ; quels postes n’ont-ils pas occupés ? Mais, est-ce que leur gestion aujourd’hui reflète leur discours ? Non, c’est le jour et la nuit. Donc, pour nous, c’est clair, ce n’est pas une question d’expérience ; c’est une question d’ambitions et de vision. Mais lorsque la vision manque, il va de soi que les gens tâtonnent.

Donc, effectivement, pour moi, cette question de transition entre la vieille classe et la nouvelle classe doit être non-négociable. 2020 doit permettre à une nouvelle génération de monter et nous demandons à Dieu qu’il permette à un homme honnête, qui aime ce pays-là, d’arriver au pouvoir et sauver ce qui reste. Sinon, nous sommes en train d’aller vers un pays dépourvu de tout espoir. Donc, la jeunesse doit se mobiliser pour ce passage, ce n’est pas une question de coloration ou d’appartenance politique ; c‘est la vie du pays qui est engagée.

Lefaso.net : C’est aussi cela la réconciliation, faut-il croire également !

Marcel Tankoano : Tout à fait ! Quand je vois les guéguerres au sein du CDP, ça fait réfléchir. Il y des dinosaures qui de l’extérieur, empêchent ceux qui sont au pays de travailler, je n’arrive pas à comprendre cela. Ils parlent pourtant de réconciliation. Mais comment peut-on parvenir si entre eux, ils ne peuvent même pas parler le même langage ? Nous qui vous parlons aujourd’hui, nous avons été des va-t’en guerre, mais à un moment, on s’est rendu compte qu’il n’y a rien dedans, ça ne sert pas. Comme on le dit, toutes les guerres finissent autour d’une table.

Pour nous, pour permettre à notre pays de se sortir de ces difficultés, il faut étouffer tout ce qu’on peut avoir comme divergences personnelles et égoïstes et qu’on comprenne simplement que c’est d’abord le Burkina Faso. Il n’y a pas de Burkinabè sans Burkina Faso, ça n’existera pas. Il faut donc des hommes capables de conduire notre pays vers la paix, la quiétude, la stabilité, l’abondance. Donc, que ceux qui ont déjà suffisamment joué un rôle dans notre pays se constituent maintenant en conseillers et permettent à une nouvelle génération de monter. C’est aussi cela des Burkinabè réconciliés entre eux et un Burkina Faso réconcilié avec lui-même.

Lefaso.net : Et pour terminer cet entretien…

Marcel Tankoano : Je voudrais tout simplement interpeller tous les partis politiques, majorité comme opposition, que chacun pense nation, que chacun accepte l’autre avec sa différence, que chacun comprenne l’autre. Ils doivent comprendre également que ce qui vaut la peine qu’on se sacrifie, c’est la nation. Aucun homme ne peut gagner en dehors de son pays. Je vous prends un exemple : touchez à un Français ici à Ouagadougou, dans les heures qui suivent, vous saurez que vous avez touché à un Français et tout le monde entier saura que vous avez frappé un Français à Ouagadougou.

C’est comme ce que Thomas Sankara avait dit : lorsqu’on gifle un Haïtien, un Sud-africain, un Sénégalais ou un Ghanéen…, un Burkinabè doit se sentir concerné. Nous voulons cet esprit dans notre pays ; qu’un Burkinabè qui a un problème dans notre pays, à Ouahigouya, Gaoua…, celui qui est à Bobo-Dioulasso, Fada, Dori ou Kongoussi se sente concerné. C’est de cette façon qu’on peut construire une nation, forte et prospère.

Mais pas dans cette situation où des Burkinabè sont massacrés, chassés de leur localité et les autres continuent de se comporter comme si de rien n’était, pourvu qu’eux ne soient pas touchés. Non et non. Il faut arrêter de regarder et ne regarder que soi-même. Je demande à chacun, surtout à nos dirigeants, de se projeter, d’avoir une vision. Nos dirigeants sont fiers de parler de Thomas Sanakara, mais pourquoi eux ne veulent pas faire en sorte que leur passage soit aussi bénéfique pour les générations futures ? Nous, nous n’avons pas connu Thomas Sankara, mais vivons ses belles actions qu’il a posées, comme si nous l’avions connu.

C’est parce qu’il a laissé des marques, qui sont indélébiles. S’il a réussi, c’est parce qu’il ne pensait qu’à ses populations et à son pays. C’est ce que nous demandons à nos dirigeants et c’est ce type de dirigeants que nous appelons de tout notre vœu au soir du 22 novembre 2020. C’est très décisif pour notre pays, on ne doit pas rater le virage du 22 novembre ; il faut le changement et l’arrivée d’une nouvelle génération, capable de redonner espoir. Nous demandons donc que chacun y mette du sien pour des élections apaisées, transparentes pour qu’au soir du scrutin, nous ayons, enfin, des dirigeants modèles pour ce pays, des constructeurs, des dirigeants qui ont de la vision et qui n’ont d’autre mission que de sauver ce pays.

Interview réalisée par O.H.L
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 22 juillet 2020 à 23:42, par Le citoyen En réponse à : Présidentielle au Burkina : « Il faut le changement et l’arrivée d’une nouvelle génération, capable de redonner espoir », implore Marcel Tankoano du M21

    Bravo Marcel Tankoano, là vous avez très bien parlé, vous êtes un vrai patriote. Vos vœux seront exaucés, Dieu est Dieu.

    Répondre à ce message

  • Le 23 juillet 2020 à 00:53, par Zapata En réponse à : Présidentielle au Burkina : « Il faut le changement et l’arrivée d’une nouvelle génération, capable de redonner espoir », implore Marcel Tankoano du M21

    Tout a fait vrai que les Burkinabes n’ont vraiment pas encore mesure ce qui se passe sur le terrain en ce qui concerne les attaques.

    Moi meme, qui suis loin du pays, sens cela quand je parle a mes gens au Faso. Il n’y a point de communication a un moindre degre a l’image de celle sur Cpvid-19, surtout du ggouvernement parce-que personne ne le fera a sa place !

    Au-dela tout, ce gouvernement et tout autre devrait miser a outrance et a l’interne sur la sociologie de l’insecurite et edicter la conduite populaire a tenir via un changement de mentalite a travers les medias qui pillulent ce moment au pays. Thomas Sankara l’a si bien fait dans d’autres domaines...

    Voyez-vous !? Tout ce qui est negatif au Faso s’amplifie, et l’insecurite avec le terrorisme officiel (et n’importe qui devient terroriste), tout ca au-dessus de nos problemes traditionels ; il est grand temps de reagir.

    Si rien n’est fait, la vie de tout Burkinabe peut changer du jour au lendemain et pour le pire. Cela n’est, simplement, pas acceptable.

    Répondre à ce message

  • Le 23 juillet 2020 à 03:45, par K-LIFA En réponse à : Présidentielle au Burkina : « Il faut le changement et l’arrivée d’une nouvelle génération, capable de redonner espoir », implore Marcel Tankoano du M21

    Conflit générationnel très perceptible. Il n’y a qu’en Afrique quand on nommé quelqu’un à un post de responsabilité que ça se fête !! Voyez-vous après l’insurrection quand on vous nommé à un poste de responsabilité ça devrait effrayé mais hélas mille fois hélas les gens jubille parqu’ils ont à l’esprit le pillage et autre Esprit d’enrichissement sans cause. Il faut que cela prenne fin avec la nouvelle génération car un poste de responsabilité c’est le travail avant tout souvent à des heures inimaginables. Il faut désormais que quand quelqu’un est nommé qu’il ait peur et non la jubilation car elle ramène à la mauvaise gouvernance. Il faut une retraite à la politique et que chaque partie politique développe l’esprit de formé les jeunes afin qu’un jour eux aussi s’assume car ne dit on pas que le pays se géré par génération ?

    Répondre à ce message

  • Le 23 juillet 2020 à 07:00, par tengen-biiga En réponse à : Présidentielle au Burkina : « Il faut le changement et l’arrivée d’une nouvelle génération, capable de redonner espoir », implore Marcel Tankoano du M21

    Il est nécessaire de s’attarder sur le projet de société et/ou le contrat social que vont proposer les prétendants à la présidentiel.

    Peu importe qu’ils soient jeunes ou vieux.

    Répondre à ce message

  • Le 23 juillet 2020 à 07:46, par Adakalan En réponse à : Présidentielle au Burkina : « Il faut le changement et l’arrivée d’une nouvelle génération, capable de redonner espoir », implore Marcel Tankoano du M21

    Vrai vrai la , ce pouvoir n’a plus rien a prouvé.
    Ceux qui crient fort au MPP, sont ceux-là qui défendent bec et ongle leur intérêt égoïstes

    Répondre à ce message

  • Le 23 juillet 2020 à 07:46, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Présidentielle au Burkina : « Il faut le changement et l’arrivée d’une nouvelle génération, capable de redonner espoir », implore Marcel Tankoano du M21

    ’’Mais, lorsqu’un Burkinabè souffre au Nord et que celui qui est au Sud, à l’Ouest ou au Centre-Sud ne se sent pas concerné, c’est qu’il y a véritablement problème’’.

    - Tu as parfaitement raison !! C’est pourquoi quand on parle des peuls massacrés par les FDS, leurs supplétifs et les ’’Koglweogos’’, il y a des gens qui vous insultent voire qui s’énervent contre vous. Quand l’ONG international HRW dénonce ces dérives il y a des gens qui crient au scandale et qui passent le temps à diaboliser HRW. Mais qu’ils sachent qu’ils ne rendent pas service aux FDS ni au pays et le jour que des gens répondront devant les tribunaux pour ces forfaits, eux ils ne seront pas devant les juges pour se prononmcer. Comme quoi c’est bien de jouer aux faux patriotes mais quand un caillou quitte de haut, chacun couvre sa tête d’abord.

    Mais ce que tous ces faux patriotes ignorant, c’est que si quelqu’un tue un peul pour rien juste pour délis de faciès ou parce qu’il n’aime pas les peuls, cette personne sera maudite à jamais et aussi toute sa descendance et toute leur vie ne seront que malheurs sur malheurs. Ceux qui ne me croient, qu’ils demandent aux vieux de leurs villages et ils sauront que Kôrô Yamyélé n’invente rien ! Et c’est pourquoi quand les villageois sont assis entrain de faire des offrandes à leurs fétiches et quand vient à passer un peul, ils s’empressent tous de le saluer parce qu’ils savent d’office que ce qu’ils demandent a réussi. Renseignez-vous et revenez on va en parler !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

    • Le 23 juillet 2020 à 11:29, par Burkindbila En réponse à : Présidentielle au Burkina : « Il faut le changement et l’arrivée d’une nouvelle génération, capable de redonner espoir », implore Marcel Tankoano du M21

      Mr Kôrô-Yam-Yélé
      Bonjour cher frère, et on avait un peu de qualité pour réfléchir avant d’écrire car les écrits seront lus pas seulement des analphabètes mais des Burkinabè intègres aimant leur pays comme Sankara qui a aimé son pays jusqu’à ce que des non Burkinabè utilisent des Burkinabè pour l’éliminer. Ces non Burkinabè et Burkinabè exécutants existent toujours et se connaissent par leurs interventions combien condamnables car un Burkinabè digne défendra bec et oncle quand un non Burkinabè insulte le Burkina-Faso parce que personne ne peut aimer le Burkina -Faso plus que les Burkinabè dignes.
      Comprendre qui peut comprendre. La sagesse ne se mesure pas par le nombre d’années de vie ou d’années d’étude mais par la logique intellectuelle.
      Salutations

      Répondre à ce message

  • Le 23 juillet 2020 à 08:43, par TANGA En réponse à : Présidentielle au Burkina : « Il faut le changement et l’arrivée d’une nouvelle génération, capable de redonner espoir », implore Marcel Tankoano du M21

    Monsieur TANKOANO, vous dites : « Il faut le changement et l’arrivée d’une nouvelle génération, capable de redonner espoir » ; croyez vous que ce qui arrive au Burkina est une affaire d’incapacité de Rock ?
    Comme vous n’avez toujours pas compris que quelque soit la personne impérialisme voudra enfoncer nos pays par ce que nous voulons notre liberté dans tous les sens, il sera préférable pour vous de revoir l’histoire de nos pays pour mieux comprendre la situation. Regardez ce qui s’est passé au Mali avec ATT, il avait même déclaré ne pas se représenter, et à quelques temps avant les élections il y a eut le vilain coup d’état. Pourquoi selon vous ? Je vous dis que c’est par ce qu’il refusait de faire le pion de l’impérialisme. Nos pays aspirent à la liberté et ceux d’en face veulent nous enfoncer. Qu’est ce que vous n’avez pas compris ?
    Voulez vous que nos dirigeants livres nos pays à l’occident comme Maki sall et OUATTARA le font ?

    Répondre à ce message

  • Le 23 juillet 2020 à 08:44, par Neekre En réponse à : Présidentielle au Burkina : « Il faut le changement et l’arrivée d’une nouvelle génération, capable de redonner espoir », implore Marcel Tankoano du M21

    Certainement, ce n’est pas joli à entendre, mais c’est très proche de la realité. Nous reconnaissons que la tache est certes difficile, mais ce que je reproche à RMCK, c’est cette sorte d’insouciance et de tranquilité pendant que la case brule. Avec le recul, on se rend compte que toutes les decisions prises dans le cadre de la lute contre le terrorisme l’ont été dans la precipitation dans le seul objectif de calmer les esprits qui s’echauffent mais pas dans le cadre d’une strategie reflechie. Couvre feu, etat d’urgence, VDP...
    Oui c’est difficile, mais notre avantage par rapport au Mali, c’est la relative petite taille de notre territoire. Au lieu que ces attaques donnent des nuits blanches a nos dirigeants, pendant que certains fils tombent au front, et certaines familles a la belle etoile, certaines autorités ont pour passe temps favori, le jeu de la calculette pour voir combien de millions je peux engranger dans tel ou tel deal ?. Ce n’est pas normal et il faut vraiment que la societé civile prenne ses responsabilités car si on laisse faire, quelque soit le parti aux affaires, c’est le même scenario qui va se repeter.

    Répondre à ce message

  • Le 23 juillet 2020 à 08:59, par Ka En réponse à : Présidentielle au Burkina : « Il faut le changement et l’arrivée d’une nouvelle génération, capable de redonner espoir », implore Marcel Tankoano du M21

    Il faut le changement et l’arrivée d’une nouvelle génération, capable de redonner espoir », implore Marcel Tankoano du M21. Merci à O.H.L et à Marcel Tankoano pour cet interview bien pensé et bien écrit, une réflexion simple et limpide.

    Malheureusement Marcel m’a devancer, car j’attendais les investitures définitives des deux candidats qui viendront de l’UPC et du CDP pour parler de l’alternance politique de notre pays avec sa jeunesse.

    Je suis totalement d’accords avec le titre de cet interview : Car, j’aurai bien voulu que l’UPC présente comme candidat un jeune Somé ou Yaméogo : Et le CDP un jeune du parti moins connu qu’un Eddie avec sa puissance d’argent. L’alternance avec la jeunesse allait être automatique mais prématurée. Pas comme ce que Salif Diallo voulait que son parti prépare des jeunes pour la relève, comme il avait préparé les Achille Tapsoba, Anicet Pooda, Adama Compaoré, une équipe qui gagne du CDP pour la relève, et que François Compaoré a mis son projet a l’eau. Mais son rêve se réalisera comme à confirmer un sage de son parti disant qu’ils sont entrain de préparer des jeunes pour la relève. L’égoïsme des responsables des deux partis d’opposition les mettront en retard pour l’alternance politique du Burkina avec sa jeunesse.

    Marcel, le vieux Ka vous a suivi pendant le refus du tripatouillage de l’article 37. Vous êtes nos héros comme disait Miriam Sankara, surtout vous du M21, Le CAR, Balai Citoyen, et tant d’autres dont votre nombre a fait la différence. Mais après la transition, voyant quelques jeunes dévier de leur idéologie, je confirme que ‘’’’Passer la main à une autre génération ne suffira pas, car chacun tentera d’assurer ses arrières sous les nouvelles mains.’’’’

    Marcel, crier comme vous le dites aujourd’hui de passer à une notre génération ne suffit pas. Il faut les préparer comme le Baobab à recommander les sages de son parti : Et je trouve que c’est nécessaire, malgré que je n’aie pas eu les mêmes visions de la politique Burkinabé que salif Diallo.

    Car pour moi, ‘’’’que chacun respecte la constitution pour permettre à la génération future de s’assumer. Il n’y a aucun péril en la demeure, sauf le respect du jeu démocratique et de la parole donnée.

    Et ce que je vais avancer ne regarde que moi. Je dis ici que malgré nos frères déguisés en terroristes, nous tuent comme des mouches pour déstabiliser le pays en mettant les bâtons dans les roues du programme présidentiel de Roch Kaboré, et surtout le virus qui a ébranlé tous les programmes des dirigeants de ce monde, Roch Kaboré a tenu parole en liquidant quelques dossiers des crimes impunis qui empoisonnent la réconciliation nationale, et mérite en mon âme et conscience de terminer ce qui lui reste à faire pour les cinq ans à venir.

    De toutes les façons je me méfie de ceux qui prétendent, sans en avoir fait la preuve, détenir les solutions aux problèmes du Faso. Car, dans un monde où il faut seulement apprendre à gagner sans avoir raison, il vaut mieux de préparer la nouvelle génération qui vont prendre le volant de notre destin. Autour de nous des jeunes politiques se réveillent et sont de plus en plus dans l’élan démocratique et la défense des convictions personnelles. Ici les cinq ans à venir, les partis politiques les feront connaitre au peuple, car il y a le Choix.

    Et au regard des quatre coins du pays (nord-sud- Ouest- Est), il existe plus d’un millions de jeunes intellectuels pour succéder au Président Kaboré et faire mieux que lui. Ce n’est pas une affaire de super homme. La gestion d’un pays recommande une gestion participative, l’amour du prochain et surtout en mettant en avant l’égalité des chances.

    Pour les élections à venir, a part Roch Kaboré qui demande à finir ce qu’il a commencé, ou le jeune Tahirou Barry en gestation mais pas encore prêt pour prendre le volant des affaires de l’état, aucune personnes des deux partis politiques avec Zépherin Diabré ou Eddie n’auront peine a avoir la confiance du peuple, surtout pas le CDP un parti entièrement tourné vers le passé, sans aucune base idéologique, hormis un très malsain "culte de la personnalité" que même les marxistes-léninistes les plus enragés ont abandonné. Car un candidat comme Eddie l’argent en poche confond le Burkina comme lui il veut, et pas le Burkina que les Burkinabé veulent.
    Quand a Zépherin Diabré, à voir de prêt, son problème c’est qu’il fait partie de ces politiques peu courageux, qui n’initient rien, comme se laisser manipuler en tant qu’un chef d’opposition, laissant chacun sortir et dire ce qu’il veut, mais qui est très alertes pour donner le rêve aux autres qui osent. L’histoire politique du Burkina impose un réveil, et cela dans tous les domaines d’stratège de culture politique. Ceux comme Eddie ne sont que des rêveurs. Si seulement ils savaient encourager ce réveil et cette prise de conscience comme ils savent faire les achats de conscience, on y gagnerait, car après tout, ils ne manquent pas de talents. Ce que veut le peuple Burkinabé pour les années à venir c’est une gouvernance intelligente, transparente, honnête, inclusive, démocratique, respectueuse de l’environnement et des populations, qui considère tout un chacun comme égal de l’autre.

    Conclusion : La difficulté des politiques Burkinabé, se caractérise par l’absence de culture politique. La plupart des personnalités dans les partis politiques, certains ne sont pas ou n’étaient pas des militants politiques engagées, mais des cadres universitaires recrutés pour occuper des responsabilités dans les instances des partis. Le militantisme n’est pas spontané, mais un engagement. Car, il n’existe pas de générations spontanées.

    .

    Répondre à ce message

  • Le 23 juillet 2020 à 09:30, par BOUBA En réponse à : Présidentielle au Burkina : « Il faut le changement et l’arrivée d’une nouvelle génération, capable de redonner espoir », implore Marcel Tankoano du M21

    Merci pour ce message M. TANKOANO, il est touchant, et réveille la fibre patriotique. Il faut plus de message de ce genre, il faut réveillé l’héritage laissé par le président SANKARA, car comme je l’ai dis, il est tombé mais le peuple burkinabè a décidé de l’enterrer par nos actes, en oubliant ce qu’il avait apporté, pendant que d’autres cieux exploitent son héritage et avancent. Il n’est pas trop tard, réveillons la fibre patriotique mais n’oublions d’agir dans ce sens, chacun à son niveau.

    Répondre à ce message

  • Le 23 juillet 2020 à 11:25, par ELKABOR En réponse à : Présidentielle au Burkina : « Il faut le changement et l’arrivée d’une nouvelle génération, capable de redonner espoir », implore Marcel Tankoano du M21

    Je préfère les vieux politiques à nos jeunes d’aujourd’hui, prêts à s’enrichir rapidement et par tous les moyens. Nous avons entendu les audio de ce jeune conseiller à la Présidence du Faso qui marchandait des dessous de table comme à Rood Woko. Tous ceux qu’on appelle jeunes aujourd’hui sont allés à l’ecole des Compaoré Blaise. Je n’appelle pas un passage de temoin à ces jeunes dans ces conditions. Si une dame comme Rosine Sory Coulibaly pouvait accéder à la tête du Burkina Faso d’aujourd’hui, je suis convaincu qu’elle allait redresser les choses ! Pas plus d’un mandat, elle met tout le monde au pas et elle se retire.

    Répondre à ce message

  • Le 23 juillet 2020 à 12:42, par Ilboudo idrissa En réponse à : Présidentielle au Burkina : « Il faut le changement et l’arrivée d’une nouvelle génération, capable de redonner espoir », implore Marcel Tankoano du M21

    Malheureusement, cette meme population qui vie dans le desaroi, n ose pas voter pour un changement . Elle prefere les sacs de maîs, du riz et autres.
    La jeunesse aussi prefere les paquets de the, les teeshorts et casquettes que de voter pour le changement. C est rai triste pour un paysvdite pays des hommes integres.

    Répondre à ce message

  • Le 23 juillet 2020 à 15:05, par sidsomde En réponse à : Présidentielle au Burkina : « Il faut le changement et l’arrivée d’une nouvelle génération, capable de redonner espoir », implore Marcel Tankoano du M21

    Messieurs, vous voulez qu’un type comme Sankara sorte des Urnes ?
    Où est ce que vous avez vu ça ? ici au BF je doute fort !

    Répondre à ce message

  • Le 23 juillet 2020 à 22:21, par jeunedame seret En réponse à : Présidentielle au Burkina : « Il faut le changement et l’arrivée d’une nouvelle génération, capable de redonner espoir », implore Marcel Tankoano du M21

    Bien dit Marcel. Nous sommes sous-informés. Et c’est cela qui justifie notre indifférence. Et de plus, l,information est rarement vraie ; ce qui multiplie les préjugés et le désintérêt. Il faut qu’on nous change cette mentalité à temps. Il faut donc forcer les jeunes dans le jeu politique, pour plus d’éveil et d’expérience et d’alternance. Je préfère les fréquentes titubations des jeunes aux longues mesquineries sans dialogue ni alternative des vieilles.

    Répondre à ce message

  • Le 24 juillet 2020 à 14:01, par Mninda En réponse à : Présidentielle au Burkina : « Il faut le changement et l’arrivée d’une nouvelle génération, capable de redonner espoir », implore Marcel Tankoano du M21

    On dit, que la vérité rougit les yeux, mais ne les casse pas . Peut importe de la bouche de qui la vérité sort, mais quand c’est la vérité ,il faut l’accepter . Ici Marcel TANKOANO n’a fait que dire la vérité et des vérités avec objectivité et courage .
    Hélas, il y a encore des inconscients dans les hautes sphères de l’État qui ne semblent pas réaliser les graves dangers qui menacent l’existence même de notre pays et de notre Nation. Pas plus qu’ils n’ont aucune compassion pour nos compatriotes de plus de 4 régions qui souffrent atrocement .
    Non seulement, il ramènent le BURKINA FASO à OUAGADOUGOU et alentours et dans une moindre mesure à BOBO ,mais ils enferment le bonheur du peuple burkinabè seul bitumage de bouts de routes et des éclairages publics surtout à OUAGADOUGOU qui est leur BURKINA FASO .
    Du reste dans leur vision et calcul politiciens, tout le monde aura constaté la campagne électorale déguisée et insidieuse que le gouvernement mène par des publicités tous les soirs après le journal télévisé,depuis un certain temps .
    Le duperie ,la ruse ,la tricherie ,la tromperie et la manipulation du peuple semblent être les marques déposées du M P P
    Et notre opposition dans toutes ses composantes assiste à tout cela sans réagir.
    Quand on ne peut pas compétir loyalement ,on ne peut pas non plus gouverner correctement un pays . C’est aussi simple que ça . Dieu sauve le BURKINA FASO

    Répondre à ce message

  • Le 24 juillet 2020 à 14:30, par HIEN B Pasteur En réponse à : Présidentielle au Burkina : « Il faut le changement et l’arrivée d’une nouvelle génération, capable de redonner espoir », implore Marcel Tankoano du M21

    Merci, j’ai eu du plaisir à parcourir votre entretien avec prise de notes.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina/vie politique : Le MPP a enregistré 1 964 adhésions individuelles, de 2018 à 2021 (direction politique)
Burkina/sécurité : Le parti au pouvoir exhorte à éviter les invectives et prône la mobilisation générale
Crise au Mouvement Agir ensemble pour le Burkina : Kadré Désiré Ouédraogo pourra-t-il sauver les meubles ?
Commune de Kouka (Boucle du Mouhoun) : Les militants du CDP dénoncent une « dictature extrême » du maire
Organisation des élections au Burkina : Les membres de la CENI outillés sur les mécanismes de gestion
Burkina/Rencontre Etat-ONG-AD et fondations : L’équation de l’emploi des jeunes sur la table de réflexion
Burkina/politique : Des militants du "Mouvement agir ensemble pour le Burkina" exigent la démission du président du parti
Burkina/CDP : L’ancien Premier ministre Luc Adolphe Tiao rend sa démission
Assemblée nationale du Burkina Faso : Une nouvelle stratégie genre et son plan d’action pour la période 2021-2025
Politique au Burkina : Bluff de l’opposition ou hostilité de la majorité ?
Burkina/vie politique : Les militants de PS-Burkina décident de s’engager dans le MPP
Burkina Faso : « En plus des cadavres qui continuent de s’empiler, il y a le spectre de la famine », Eddie Komboïgo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés