Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Lorsque tu aperçus le palmier, le palmier t’avait déjà vu. » Citation africaine ; La grammaire wolofe (1826)

Mines : Endeavour Mining devient le premier producteur d’or du Burkina Faso et d’Afrique de l’ouest et entre dans le top 15 mondial

Accueil > Actualités > Economie • • lundi 13 juillet 2020 à 12h55min
Mines : Endeavour Mining devient le premier producteur d’or du Burkina Faso et d’Afrique de l’ouest et entre dans le top 15 mondial

Le 02 Juillet 2020, l’acquisition de Semafo par Endeavour Mining a été conclue avec succès. La nouvelle entité conserve le nom d’Endeavour Mining. Elle est dirigée par Sébastien de Montessus, le PDG. Dans cette interview, le Directeur Pays d’Endeavour Mining, Adama Soro qui va désormais s’occuper des quatre mines en exploitation et des projets d’exploration du groupe minier au Burkina Faso parle des avantages de cette fusion et des perspectives de la compagnie. Avec cette fusion, Endeavour devient le premier employeur privé et le plus grand producteur d’or au Burkina Faso, avec une prévision de production annuelle globale d’au moins 30 tonnes d’or à l’échelle du groupe.

1- Présentez-nous la nouvelle Endeavour Mining au Burkina Faso ?

La nouvelle Endeavour Mining détient à présent quatre mines en opérations et trois projets au Burkina Faso. Ce sont les mines de Houndé et de Mana à l’Ouest, la mine de Karma au Nord et la mine de Boungou à l’Est. Les projets sont : Kari, Nabanga et Bantou. Endeavour détient également plus d’une dizaine de permis d’exploration dans le pays.

Avec l’acquisition de Semafo, Endeavour traduit sa grande confiance dans le potentiel de développement économique du Burkina Faso et son engagement à valoriser son potentiel minier.

Le groupe Endeavour aura désormais plus de 3 000 employés directs et le double en termes d’emplois indirects au Burkina.

A l’échelle de l’ensemble de ses six mines (incluant Ity et Agbaou situées en Côte d’Ivoire), Endeavour produira environ un million d’onces d’or par an soit plus de 28 tonnes d’or, dont plus de 700 000 onces rien qu’au Burkina Faso, soit près de 20 tonnes d’or.

Adama Soro, Directeur Pays d’Endeavour Mining

2- Quels sont les intérêts de cette acquisition ?

Cette acquisition a un double intérêt : celui de permettre aux deux sociétés d’accroître leur potentiel de production et d’offrir aux employés l’opportunité de développer leur carrière dans une société plus grande, disposant d’un fort potentiel de développement.

Endeavour Mining combine désormais les qualités de gestion opérationnelle des deux sociétés, et bénéficie de leurs expertises complémentaires en matière d’exploitation minière à ciel ouvert et souterraine, d’usines de traitement par lixiviation en tas et de lixiviation en cuve (CIL), de développement de projets et d’exploration.

Avec cette acquisition, les avantages pour l’Etat Burkinabé sont considérables. On notera une augmentation de la contribution d’Endeavour Mining à l’économie nationale tant au niveau de la chaîne de valeur économique (fournisseurs locaux, emplois indirects, investissements communautaires, etc.) qu’au niveau des contributions directes (royalties, dividendes, impôts et taxes) au budget de l’Etat.

3- En termes d’emplois, quels sont les perspectives pour les employés, notamment ceux des mines de Mana et de Boungou ?

Sur les plus de 10 000 emplois que représente le secteur minier, Endeavour emploie plus de 3 000 employés répartis entre les quatre mines de Karma, Houndé, Mana et Boungou. Près de 94% de ces collaborateurs sont Burkinabé. La compagnie est désormais le plus important employeur privé du pays.

Les employés de Mana et de Boungou sont bien accueillis par leurs collègues des autres mines et du bureau pays. Les tâches de chacun sont clairement définies, l’objectif étant d’améliorer les performances globales du groupe et d’offrir de nouvelles possibilités pour le développement de carrière des employés surtout nationaux, notamment en termes de mobilité dans le groupe mais aussi de formation continue.

4- Avec désormais quatre mines en exploitation au Burkina Faso, quelle sera la contribution d’Endeavour au développement local ?

Endeavour reconnait que les communautés locales sont au cœur de ses actions, assurant l’existence de ses opérations et essentielles à ses activités.
Notre groupe poursuivra les projets de développement local lancés à Houndé, à Karma, à Boungou et à Mana.

La compagnie continuera également de mener des actions dans le cadre de la responsabilité sociale de l’entreprise (RSE) en tenant compte des piliers définis dans sa stratégie RSE à savoir la santé, l’éducation et la formation, et la résilience économique.

Endeavour a démontré qu’elle était une entreprise solidaire. Je rappelle que nous avons contribué à hauteur de 880 millions de FCFA à la lutte contre le Covid-19 dans le cadre d’un don de matériels et de fonds au profit des structures concernées de l’Etat. Nous avons également mené des opérations spécifiques de soutien aux structures de santé locales au profit des communautés voisines de nos mines et de nos employés.

5- La sécurité est un des défis majeurs au Burkina Faso. Quelles sont les dispositions prises par Endeavour pour protéger ses employés ainsi que ces opérations sur vos quatre mines ?

À Endeavour Mining, notre principale priorité et notre première ressource, ce sont nos employés. Depuis le début de nos activités au Burkina Faso, nous accordons une grande importance à la sécurité des personnes qui travaillent sur nos sites.
L’équipe de sécurité du groupe a déployé des stratégies qui garantissent la sécurité des travailleurs ainsi que des mines et projets d’Endeavour dans ses trois pays d’activités, particulièrement au Burkina Faso. Ces stratégies, qui découlent de la politique sécuritaire du groupe élaborée en 2018, sont soutenues par des ressources humaines et matérielles adaptées et en augmentation constante depuis plus de deux ans. Cette politique de sécurité du groupe s’étendra à Mana et à Boungou, tant aux sites qu’aux employés.

Toutes nos mesures sécuritaires sont adaptées à chacune de nos zones d’activités et sont mises en place en parfaite coordination avec les autorités nationales compétentes, dont nous saluons au passage la très bonne collaboration.

6- Quel est votre dernier mot ?

Cette opération d’acquisition de Semafo témoigne de notre grande confiance dans le potentiel minier Burkinabé et de notre engagement à être un partenaire de choix dans le développement du pays. Endeavour Mining compte assumer sa place de leader dans le secteur minier Burkinabé et maintenir la constructive et franche collaboration que nous entretenons avec l’Etat burkinabè et l’ensemble des parties prenantes de l’industrie minière nationale.

Direction de la communication de Endeavour Mining

Vos commentaires

  • Le 13 juillet à 13:41, par TANGA En réponse à : Mines : Endeavour Mining devient le premier producteur d’or du Burkina Faso et d’Afrique de l’ouest et entre dans le top 15 mondial

    Vous êtes les premiers oui mais est ce que vous vous acquittez normalement de vos devoirs envers les villageois et le pays ?
    That’s the question !

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 14:26, par samuel En réponse à : Mines : Endeavour Mining devient le premier producteur d’or du Burkina Faso et d’Afrique de l’ouest et entre dans le top 15 mondial

    Belle interviews qui donne un éclairage sur les enjeux de la fusion Endeavour Mining et SEMAFO. Cependant, la vrai question dans ce pays est le développement des populations locales des zones minières. Des mines s’installent dans les zones générant des milliers de milliards aux côtés des populations qui s’enfoncent au quotidien dans la misère. L’Etat central est incapable d’assurer le développement de ses zones par les retombés des mines. L’Etat central sensé protégé les droits de ses citoyens et leur développement profite de l’ignorance des populations locales pour spolier les terres. Le dédommagement des pauvres villageois ne saurait être la panacée à ce problème. La preuve est qu’après dédommagement, les populations retombent quelques années plus dans la misère et dénuement total alors que l’élite basé à Ouaga continue toujours de s’enrichir. On peut s’interroger sur comment les populations locales peuvent elles faire confiance à l’Etat central ? Comment admettre qu’à côté de ses forteresses de production de richesses, vivent des populations qui n’ont pas accès à l’électricité, parfois l’eau, la formation professionnelle, ... C’est ça la méchanceté de l’homme noir. Comme d’autres noirs ont vendus leurs frères au temps de la colonisation, l’Etat continue d’une manière ou d’une autre dans l’impunité totale de de sacrifier à bon prix l’avenir de ses citoyens. On me dira peut-être que les mines font beaucoup pour le pays. Oui, mais l’Etat et les mines font très pour les populations locales si nous considérons un temps soit peu le chiffre d’affaire réalisé par ses mines.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 14:47, par Demo En réponse à : Mines : Endeavour Mining devient le premier producteur d’or du Burkina Faso et d’Afrique de l’ouest et entre dans le top 15 mondial

    Salut à tous,j,ai les larmes aux yeux quand je vois à quel point notre generation dillapide les richesses communes que nous ont leguées nos ancêtres...les 10 dernières années ont vu une course éffrenée de l,orpaillage au BF,tantôt encadré,tantôt sauvage avec toutes les conséquences incalculables sur la nature et les populations...Helas,j,ai comme l,impression que mon pays s,est vidé de ses fils patriotes et visionnaires....A cette allure les generations futures seront confrontées à de tres serieux problemes...Que Dieu vienne au secours du Faso de nos ancêtres.A bon entendeur,salut.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 18:58, par Diaspora En réponse à : Mines : Endeavour Mining devient le premier producteur d’or du Burkina Faso et d’Afrique de l’ouest et entre dans le top 15 mondial

    Il faudrait constituer une reserve nationale de souverainité non maerchandable pour pouvoir reinverstir dans les projets d´amelioration des conditions de vies localement. sinon c´est malheureusement du pillage et du gaspillage de réssources qui se passent. Si le Burkina constitutait un stock de seulemement 5% de reserve en Or nous comprendrions ce que cela vaudrait en 40-50ans cumulé. Mais hélas, les gens ont seulement une vue courte.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 20:11, par Manu En réponse à : Mines : Endeavour Mining devient le premier producteur d’or du Burkina Faso et d’Afrique de l’ouest et entre dans le top 15 mondial

    Alors, qu’en est-il des paiements des taxes et impôts ainsi que la mise œuvre des mesures environnementales et sociales ? Sont-ils aussi premiers ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 23:34, par Eben-ezer En réponse à : Mines : Endeavour Mining devient le premier producteur d’or du Burkina Faso et d’Afrique de l’ouest et entre dans le top 15 mondial

    Arreter de vendre le burkina aux companies etrangère. On s’en fou d’ou il viennent et ce qu’il font mais l’or du burkina ne profite pas aux burkinabé actu. Ce genre de compagnies doivent etre crée par l’etat burkinabé ou par des compagnies burkinabé et fair profité plainement de l’exploitation de l’or au pays. On gagne même pas un bon 10% dans cette part d’or qui va quitter le pays et ces nos population qui souffre. Ces bête et ignorant de ne pas savoir que cet or peux être deposer dans notre reserve national et avec ce colaterale d’une grande valeur, créer de la valeur economique qui est stable, du crédit pour pouvoir construire le pays et de l’argent cash comme le fait beaucoup de pays comme les USA et même le FMI qui nous prète de l’argent avec le même système. La prochaine fois que l’or sort du pays il ne faut pas seulement penser que c’est pour fabriquer des bling-blings.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 08:13, par Samba En réponse à : Mines : Endeavour Mining devient le premier producteur d’or du Burkina Faso et d’Afrique de l’ouest et entre dans le top 15 mondial

    Le point positif dans cette acquisition, sont les possibilités qui seront offertes aux Nationaux a Mana et a Boungou, pour le developpement de leur carriere et les possibilités d’accèes a des postes de Managers.

    ENDEAVOUR est un exemple dans le developpement des compétence locales et la valorisation des talents Locaux. C’est la seule mine au Burkina dans laquelle le Directeur General sur la Mine est un Burkinabé. Et ils y’a de nombreux Managers de Dépertements qui sont des Burkinabé.

    Contrairement a SEMAFO ou les Nationaux ne peuvent pas acceder aux postes de responsabilités. Les postes de Responsabilité étaient toujours accfichés au CANADA pour les expatriés, alors que les Nationaux a l’interne ont les compétences pour le faire. Il y’a meme des ouvriés expatriés qui y travailles, meme si on dit ouvriés spécialisé, dont les compétences sont douteuses et mitigeuses.

    Prenez l’exemple de l’usine de Boungou, dans l’usine, il n,ya auncun Burkinabé qui a un poste de responsabilité parmis les responsable mécanique et electrique. Allez y le verifier. Pourtant nous avons des ingenieurs electriques et mécaniques au Burkina depuis des années et qui ont l’expérience. Pourtant, aucune expérience n’est en préparation. Des expatriés aux compétences douteuses y terrorisent les travailleurs, face a leurs incompétences. Et font tout pour noyer les compétences...

    Je suis confiant que Endeavour va assumer son role dans ce sens, mettre l’accent sur les compétences locales et jouer pleinement son role RSE !

    BRAVO ET BON VENT A ENDEAVOUR

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet à 08:21, par pataamleukré En réponse à : Mines : Endeavour Mining devient le premier producteur d’or du Burkina Faso et d’Afrique de l’ouest et entre dans le top 15 mondial

    C’est bien de s’enrichir mais il faut aussi respecter ses engagements envers ses partenaires.
    Dites, le Burkina gagne quoi dans votre affaire ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Economies africaines : Le COVID-19 a inversé les prévisions de forte croissance, selon la Banque africaine de développement
Climat des affaires : Le Burkina veut améliorer son score
Impact économique du Coronavirus : 68% des femmes de Ouagadougou ont ressenti l’insécurité alimentaire dans leur famille
Développement des infrastructures numériques : Le programme budgétaire est à 47% au 30 juin 2020
Economie : Le Programme d’appui à la gestion publique et aux statistiques fait le bilan à mi-parcours de ses activités
eSintax : Une borne d’accès pour faciliter le paiement des taxes
Développement local : Le ministre de l’économie prend le pouls du PADEL dans le Sanmatenga
Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO) : La 16é édition est annulée
Projet agricole CORAF-UEMOA : Les résultats satisfaisants avec un besoin de changement comportemental des populations, selon la conférence de presse récapitulative
Entrepreneuriat féminin : « Aujourd’hui, beaucoup de femmes ont des activités, mais cela reste informel », déclare Aminata Touré/ Sinka
Comptabilité des matières et gouvernance des biens publics : La DGAIE outille des collectivités territoriales à Bobo-Dioulasso
Burkina Faso : Bilan de la mise en œuvre de l’Infrastructure qualité
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés