Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si un buffle rouge t’a attaqué, quand tu verras une termitière rouge, tu prendras la fuite. » Citation africaine

Culture : La région du Centre-Sud reçoit les résultats du colloque national sur l’extrémisme violent

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET • dimanche 12 juillet 2020 à 18h00min
Culture : La région du Centre-Sud reçoit les résultats du colloque national sur l’extrémisme violent

Après Ouahigouya, le ministère de la culture était le samedi 11 juillet 2020 à Manga, dans la région du Centre-Sud. Il est allé diffusé les résultats du colloque national sur l’extrémisme violent et les valeurs de référence. C’est une activité qui se tient en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).

Les populations de la région du Centre-Sud sont désormais au parfum des résultats du colloque national sur l’extrémisme violent et les valeurs de référence. Pour cause, le ministère en charge de la culture a organisé à Manga le samedi 11 juillet 2020 une conférence de diffusion des produits du colloque. C’est le ministre de la culture, des arts et du tourisme Abdoul Karim Sango qui a présidé la cérémonie. Les participants à la conférence ont eu droit à trois communications.

La première a porté sur la présentation du contexte et de la feuille de route. C’est le conseiller technique du ministre de la culture Ousmane Djiguemdé qui l’a expliqué. Il a rappelé tout comme à Ouahigouya, que la situation sécuritaire est marquée par des attaques récurrentes. Même si le gouvernement apporte une réponse militaire au fléau, elle seule ne suffit pas. On ajoute seulement de la violence à la violence. Il faut intégrer donc les valeurs endogènes de vivre ensemble. C’est ainsi que la feuille de route suggère la promotion de l’idéal de citoyen Burkinabè. il faut selon lui vulgariser les fondements d’une culture Burkinabè axée sur le partage de valeurs ancestrales. Il faut également la promotion de la cohésion sociale par l’intégration culturelle.

La deuxième communication a porté sur les valeurs culturelles de référence de la région du Centre-Sud. Elle porte la griffe de Athanase Nobila Kinda, un homme de culture. Il a rappelé que la région du Centre-Sud comprend les provinces du Zoundweogo, du Bazega et du Nahouri. Dans cette partie plusieurs communautés vivent ensembles. Comme valeurs culturelles, il a cité d’abord la parenté à plaisanterie. Elle est pratiquée entre les villes de Manga et de Saponé, les Gourounsi et les Bissas, les Forgerons-Peulh et Poecé…

Présentation des résultats aux participants

Ensuite, il y a les symboles comme valeur culturelle. L’épervier symbolise l’histoire de Manga. La patate douce de Kombissiri, le chapeau de Saponé, le pic du Nahouri. Enfin, il y a les danses comme valeurs culturelles. C’est le cas du Guénguéré, le Djongo, le Warba, le Djeka, les masques. Pour résoudre les conflits, des personnes sont chargées également des missions. Il s’agit des forgerons, des neveux, des tantes…

C’est le ministre de la culture Abdoul Karima Sango qui a animé la troisième communication. Il s’est appesanti tout comme à Ouahigouya sur les valeurs de référence. Il a souligné que nul part au monde, l’on est venu au bout du terrorisme par les armes. C’est pourquoi, il plaide pour le retour aux sources, aux valeurs. Il s’agit de la tolérance, de l’hospitalité et de la solidarité. Pour lui, les Burkinabè doivent redevenir fiers de ce qu’ils sont. Le ministre souhaite également que ce qui caractérise la société Burkinabè d’antan soit enseignée aux jeunes.

Ces communications, les participants les ont écoutées religieusement. Le public a participé massivement aux débats. Pour le représentant de Naaba Kiiba de Manga, l’initiative est louable. Il reconnait que la culture est une bonne chose. Il estime même que si l’on souffre aujourd’hui, c’est parce qu’on a abandonné la tradition. Il en veut pour preuve que dans cette pratique, on reconnait une sacralité de la vie. C’est d’ailleurs pourquoi on prescrivait le suicide. Tiendrebeogo Modeste, un étudiant se dit aussi satisfait de la conférence. Il invite les uns et les autres à tout faire pour préserver la cohésion sociale.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 13 juillet à 08:00, par Ka En réponse à : Culture : La région du Centre-Sud reçoit les résultats du colloque national sur l’extrémisme violent

    Je suis totalement d’accord avec votre analyse de la situation socio culturelle de notre pays, surtout sur la question de vivre ensemble et la réconciliation nationale. Du chef coutumier a l’étudiant, tous les intervenants ont à 100% raison. Il faut que nos décideurs politiques et coutumiers se réveillent pour que notre pays retrouve ses racines de vivre ensemble comme il y a 60 ans. Pour cela Nous avons besoin d’une catharsis nationale sans tabous, il faut mettre sur la table la naissance ethnique de cette Nation, entrer dans sa sociologie ethnique et arriver probablement à la conclusion que plus de 60 ethnies du pays ont les mêmes droits et devoirs dans ce Faso.

    En voulant seulement vaincre nos propres frères déguisés en terroristes avec les armes, rend la situation compliquée. Je trouve que nos chefs coutumiers, surtout les peuls en majorité fuient leurs responsabilités, laissant le champ libre à la multiplication du fléau. Il faut avouer que cette lutte asymétrique est loin de finir, par ce qu’à la base, nos traditions n’ont pas été mises en avant. Aujourd’hui sans le réveil de nos continuités des coutumes pour mettre chacun a sa place, il faudra vivre avec le terrorisme déguisé, car le terrorisme est une hydre dont la tête repousse, chaque fois qu’un leader tombe : Pourtant la sagesse de notre culture peut corriger la donne.

    Et comme je ne cesse de le répéter sur ce forum de Lefaso.net : Un peuple sans culture est un peuple sans âme : Et nos vrais sages représentent notre culture. Car, au Burkina nos sociétés traditionnelles ne sont pas encore mortes, elles vivent, dictent nos réflexions et comportements, et elles sont un réservoir de sagesse encore utilisable pour redresser la barre de nos errements et de la mauvaise imitation du modèle arabe et occidental.

    En analysant les sorties de notre ministre de la culture à Ouahigouya, avec le cimetière des tombes des rois, et ce colloque national sur l’extrémisme violent, dont le plus grand nombre des participants ont conclu qu’une des clés pour maîtriser cette violence est notre culture, c’est là qu’on peut confirmer qu’a l’image d’autres civilisations, notre culture contient beaucoup d’aspects positifs. Nous ne perdons absolument rien à supprimer ce qui déshumanise nos comportements pour renforcer les aspects positifs. Refuser cette façon de voir les choses revient tout simplement à dire que nous sommes dans la perfection et que nos coutumes ne le sont pas. Comme nous demandait un journaliste et écrivain de talent, ’’comment notre vie peut-elle être parfaite alors que par définition l’être humain est l’expression même de l’imperfection ?’’

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Recette du weekend : Beignets de mil (N’gnonmi)
Théâtre Soleil : Dix jeunes outillés en écriture de texte théâtral
Promotion du tourisme interne : Le ministre Sango lance la saison des vacances
Fonds de soutien aux acteurs de la culture face au covid-19 : Les préjudices seront réparés à hauteur de 60%
Annoncer la bonne nouvelle par la musique : L’abbé Paul Tinguéri en fait son cheval de bataille
Lutte contre l’extrémisme violent : Les résultats du colloque de Dori présentés à Bobo-Dioulasso
Cinéma : Un nouveau bureau pour conduire la destinée des critiques de cinéma du Burkina
Recette du week-end : Tô de riz à la sauce sésame
Musique : Rencontre avec Lady Shine, la représentante Burkinabè à l’émission « The Voice Afrique francophone »
Recette du weekend : Sauce de piment
Cuisine Road show : Une nouvelle émission de concours culinaire sur la Télévision nationale du Burkina
Centre de développement chorégraphique (CDC) « La termitière » : Le ministre de la Culture pose la première pierre d’un studio de formation
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés