Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si un buffle rouge t’a attaqué, quand tu verras une termitière rouge, tu prendras la fuite. » Citation africaine

RECETTE DU WEEKEND : LE SOUMA

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET • samedi 11 juillet 2020 à 12h21min
RECETTE DU WEEKEND : LE SOUMA

KADI est une vendeuse de pois de terre communément appelé SOUMA, dans le quartier Larlé de Ouagadougou. Pour ce numéro du weekend elle nous propose de découvrir le secret du SOUMA.

Bon à savoir

Le pois bambara, pois de terre, voandzou ou encore souma est originaire d’Afrique de l’ouest. Le Mali et le Burkina Faso en sont les plus gros consommateurs. C’est une légumineuse riche en protéine et en calorie. Il a en effet des vertus nutritionnelles, et favorise la perte de poids. Ce sont ses graines qui sont utilisées à la consommation et sa culture est apparente à celle de l’arachide.

Il peut être consommé séché, bouilli, grillé, sous forme de ragout ou il peut être moulu et mélangé avec la farine de maïs pour en faire de la bouillie.
Au Burkina de nombreux jeunes préfèrent le consommer sous la forme bouillie. On la trouve habituellement chez des vendeuses au bord des rues ou dans les différents quartiers.

Madame Kadi nous propose de suivre les étapes de préparation du pois de terre.
INGREDIENTS
L’eau
Pois de terre
Farine de mil
Potasse
Bicarbonate de soude
Du sel (facultatif)
Huile (facultatif)
PREPARATION

Pour commencer, il faut éliminer les impuretés, cailloux et autres à l’aide de l’eau ou par tri. Ensuite rincer les pois de terre pour les rendre propre, puis les renverser dans la marmite d’eau et chauffer le tout. Le temps de cuisson est très long et peut prendre toute une journée. Dans le cas de Mme Kadi, elle met les pois de terre dans la marmite à 07 heures du matin, les fait chauffer au feu de bois, et ce n’est qu’à 17 heures ou 18h que le souma sera prêt. Il faut donc de la patience pour arriver à un bon résultat.

Kadi Mando, restauratrice et vendeuse de pois de terre

Après avoir mis les pois de terre au feu, nous pouvons ajouter ou non le sel. Mme KADI, elle, a opté pour le sans sel pour répondre aux besoin de certains clients.
Sept à huit heures après la cuisson du pois de terre, on ajoute le ¨Piguiri¨ un mélange de farine de mil, de potasse et de bicarbonate de soude. Après ce mélange, on le dépose par tas sur le pois de terre, jusqu’à le recouvrir. On attend quelques minutes et on ajoute le reste du Piguiri.

Le pois de terre à la cuisson

Après encore trois heures votre souma est prêt à la consommation. Il peut être mangé avec le Piguiri, l’huile et le sel.

Avis aux amateurs des mets locaux
Pour toutes les personnes passionnées des mets locaux et disposées à nous les présenter pour la rubrique « Recette du week-end », contactez-nous sur notre page Facebook LeFaso.net ou en commentaire des articles de ladite rubrique.

Adjaratou Tall (stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 11 juillet à 13:22, par ô pays mon beau peuple En réponse à : RECETTE DU WEEKEND : LE SOUMA

    Au pays réel nous l’appelions " Journée continue"(un plat de souma garantissait la journée entière). A l’époque, au marché de Zogona ,avec 100FCFA ta journée est gagnée. Je ne connais pas les valeurs nutritives mais le "souma" a sauvé des vies. Ce qui nous intéressait c’est de remplir la panse. Le combat a été féroce mais on a quand même remporté des victoires d’étapes

    Répondre à ce message

  • Le 11 juillet à 21:24, par jeunedame seret En réponse à : RECETTE DU WEEKEND : LE SOUMA

    Fallait forcer les détails du ’’pigri’’ ; par exemple préciser que le petit mil est seulement broyé ; mais pas moulu comme le pour faire du tô. Et nous donner une image de ce mélange car il est intelligent aussi. Tout excès d’eau donnerait un zom-koom en lieu et place du ’’pigri’’ !! Et le souma n’est pas toujours jaune ou blanc ; mais il y en a aussi de gros rouge noirâtre. Et avec les mêmes fonctions et vertus ! Je voulais aussi une image de ce souma prêt et servi au plat. Juste pour garder mon appétit. Vraiment c’est un plat bien conu comme journée continue comme le mentionne ô pays ...! Surtout avec beurre de karité ou huile d’arachide à défaut ! BRAVO KADI, je salive !
    Soum 7 kaam 3 ..!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Recette du weekend : Beignets de mil (N’gnonmi)
Théâtre Soleil : Dix jeunes outillés en écriture de texte théâtral
Promotion du tourisme interne : Le ministre Sango lance la saison des vacances
Fonds de soutien aux acteurs de la culture face au covid-19 : Les préjudices seront réparés à hauteur de 60%
Annoncer la bonne nouvelle par la musique : L’abbé Paul Tinguéri en fait son cheval de bataille
Lutte contre l’extrémisme violent : Les résultats du colloque de Dori présentés à Bobo-Dioulasso
Cinéma : Un nouveau bureau pour conduire la destinée des critiques de cinéma du Burkina
Recette du week-end : Tô de riz à la sauce sésame
Musique : Rencontre avec Lady Shine, la représentante Burkinabè à l’émission « The Voice Afrique francophone »
Recette du weekend : Sauce de piment
Cuisine Road show : Une nouvelle émission de concours culinaire sur la Télévision nationale du Burkina
Centre de développement chorégraphique (CDC) « La termitière » : Le ministre de la Culture pose la première pierre d’un studio de formation
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés