Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui ose traverser les grands fleuves ne craint pas les petites rivières.» Proverbe Chinois

Rapport de Human Right Watch sur les exactions des FDS : Le Porte-parole du gouvernement donne sa version des faits

Accueil > Actualités > Politique • Communiqué • vendredi 10 juillet 2020 à 23h15min
Rapport de Human Right Watch sur les exactions des FDS : Le Porte-parole du gouvernement donne sa version des faits

Dans cette déclaration parvenue à notre rédaction, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement Remis Fulgance Dandjinou réagit sur le rapport de l’ONG <Human Right Watch faisant cas de violations des droits humains par les Forces de défense et de sécurité. Il rappelle en substance que pendant la période concernée par le rapport, certains terroristes ayant réussi à s’emparer des tenues et certains matériels des Forces armées nationales, se sont spécialisés dans l’instauration de la confusion au sein des populations.

DECLARATION DU MINISTRE PORTE-PAROLE DU GOUVERNEMENT SUITE AU RAPPORT DE HUMAN RIGHTS WATCH

Dans son rapport du 08 juillet 2020, l’ONG Human Rights Watch (HRW) fait des allégations d’atteinte aux droits humains dans la région de Djibo à l’endroit des Forces de Défense et de Sécurité.

Le Gouvernement remercie HRW et tous ceux qui portent un intérêt à la situation des droits humains en général au Burkina Faso et en particulier, à la sécurité de ses populations.

Le Gouvernement et par conséquent, les Forces Armées Nationales ont toujours placé le respect des droits humains au centre de leurs préoccupations.
La mission des Forces de Défense et de Sécurité (FDS) est de protéger les populations, les personnes et les biens et de défendre l’intégrité du territoire. Elles le font, dans le respect des droits de l’Homme et plus particulièrement du droit à la vie, du droit à l’intégrité physique des personnes tels que garantis par les instruments juridiques de protection des droits de l’homme auxquels le Burkina Faso est partie.

Les allégations, objets de la publication de Human Rights Watch se situent dans la période de novembre 2019 et avril 2020 et concerneraient la mort d’environ 170 personnes dans un rayon de 50 kilomètres de Djibo. Les allégations font une lecture équivoque des efforts mis en œuvre par les Forces de Défense et de Sécurité qui, depuis 2016, font face à une guerre imposée par des mouvements terroristes et des hommes armés non identifiés.

Ces Groupes armées terroristes, après s’être emparés de certains matériels et tenues militaires des Forces armées, se sont spécialisés dans l’instauration de la confusion, en se faisant passer, auprès des populations pour des éléments des Forces de Défense et de Sécurité.

Ils ont même tenté, à certaines occasions, de déjouer la vigilance des Forces Armées Nationales par le port des tenues ou l’utilisation de leurs moyens logistiques. Il s’avère donc souvent difficile pour les populations de faire la différence entre les groupes armées terroristes et les Forces Armées Nationales.
Cette période concernée par le rapport de HRW, correspond également à celle pendant laquelle les attaques et les exactions des groupes terroristes ont été les plus ressenties, chose qui, est d’ailleurs indiquée dans la publication de HRW. C’est également la période durant laquelle, les affrontements entre ces groupes ont été les plus meurtriers.

Le Gouvernement du Burkina Faso tient à rassurer l’opinion nationale, ses partenaires et la communauté internationale, que les Forces de défense et de sécurité, en dépit de la modestie des moyens mis à leur disposition, luttent contre le terrorisme dans le strict respect des règles d’engagement qui régissent leurs actions.

Ce combat contre le terrorisme est mené avec le professionnalisme et dans le strict respect des engagements du Burkina Faso en matière de droits international humanitaire et de droits de l’homme.

Toutes les fois où, des membres des Forces de Défense et de Sécurité ont été mis en cause par des accusations, des enquêtes ont été immédiatement ouvertes afin de situer les responsabilités et de sanctionner les auteurs.

Devant les succès des Forces de Défense et de Sécurité, les actions terroristes visent de plus en plus des populations civiles, en particulier les femmes et les enfants. Ainsi, dans la matinée du mardi 24 décembre 2019, des terroristes, après l’échec de leur attaque contre une position des Forces Armées Nationales, ont dans leur fuite, lâchement assassiné trente-cinq (35) civils dont trente-une (31) femmes et blessé six (06) personnes.

Ces exactions commises à Arbinda, constituent un exemple des nombreuses attaques perpétrées par les terroristes, pour saper et fragiliser le vivre en ensemble. Ainsi, des religieux, des commerçants, des paysans, des éleveurs et des élus locaux sont froidement assassinés, avec pour objectif affiché de mettre à mal le vivre ensemble légendaire des populations Burkinabè. Les attaques terroristes contre les villages ont amené plus de 920.000 personnes à se déplacer vers des lieux plus sûrs.

Non seulement ces personnes déplacées internes sont prises en charge par l’action du Gouvernement et de ses partenaires, mais elles bénéficient surtout de la très forte solidarité exprimée par les populations hôtes.

La riposte efficace à ces attaques répétées appelle à une franche collaboration des populations avec les Forces de Défense et de Sécurité et à un renforcement de la solidarité entre burkinabè. C’est dans cet esprit, qu’une loi portant institution des volontaires pour la défense de la patrie a été votée par l’Assemblée nationale le 21 janvier 2020. L’action de ces derniers permet aujourd’hui un retour progressif des populations dans leurs localités d’origine.

Le Gouvernement du Burkina Faso réaffirme que la lutte contre le terrorisme ne saurait aboutir à des résultats probants dans la stigmatisation d’une communauté et encore moins dans un repli identitaire.

Le Gouvernement du Burkina Faso ne ménagera aucun effort pour relever les défis de la lutte contre le terrorisme, pour garantir la protection de ses populations et celle des réfugiés sur son territoire et continuera à œuvrer pour ramener la paix et la sécurité sur l’ensemble du territoire national.

Le Ministre de la Communication
et des relations avec le Parlement,
Porte-parole du Gouvernement

Rémis Fulgance DANDJINOU
Officier de l’Ordre National

Vos commentaires

  • Le 10 juillet à 10:58, par Baye Babou En réponse à : Rapport de Human Right Watch sur les exactions des FDS : Le Porte-parole du gouvernement donne sa version des faits

    Les maigrichons faméliques que l’on voit quand on nous montre des terroristes peuvent porter les tenues des FDS et tromper quelqu’un ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 11:12, par Le Sage En réponse à : Rapport de Human Right Watch sur les exactions des FDS : Le Porte-parole du gouvernement donne sa version des faits

    Si vous aviez écouté et tenu compte des alertes et dénonciations de vos OSC nationales (MDBHB, ODH, CSIC, etc) vous ne seriez pas contraints aujourd’hui, à courir au Rapport devant des OCS Internationales, qui vous dénoncent exactement sur le même sujet (les exécutions sommaires), et face auxquelles vous peinez à vous justifier ! Puisque y a pas de justification qui tienne en matière d’exécutions sommaires. C’est interdit. C’est interdit. C’est tout !

    Répondre à ce message

    • Le 10 juillet à 14:35, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Rapport de Human Right Watch sur les exactions des FDS : Le Porte-parole du gouvernement donne sa version des faits

      - Le Sage, surtout s’ils avaient écouté Kôrô Yamyélé qui les avertissait depuis longtemps, ils ne seraient pas là à chercher aujourd’hui à justifier l’injustifiable par des arguments farfelus ! Qu’ils se préparent maintenant à aller à la Haye devant le TPI pour défendre leurs arguments. A bon entendeur, que chacun boive le vin qu’il a tiré !! Jésus à porté seul sa Croix pour aller à Golghota, alors qu’ils portent seuls aussi leurs Croix devant le TPI !!

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

      • Le 10 juillet à 16:58, par Rabo En réponse à : Rapport de Human Right Watch sur les exactions des FDS : Le Porte-parole du gouvernement donne sa version des faits

        Koro tu as tout dit. A présent ils cherchent par tous les moyens des justificatifs oubliant que ceux qui écoutent aussi raisonnent.

        Répondre à ce message

      • Le 10 juillet à 17:57, par ô pays mon beau peuple En réponse à : Rapport de Human Right Watch sur les exactions des FDS : Le Porte-parole du gouvernement donne sa version des faits

        Bonsoir le Kôrô et le Sage. Excusez-moi, je voudrais partager avec vous une sagesse de Socrate que voici :
        Les trois tamis : un homme un jour s’encourt précipitamment vers Socrate pour lui dire qu’il sait quelque chose que lui-même ne sait pas à propos d’un de ses amis. L’homme voulait être le premier à lui rapporter de rumeur. Socrate freine le messager dans son élan en lui posant une question un peu étrange, en lui demandant si avant de parler il avait songé à prendre soin de faire passer ce qu’il voulait lui dire au travers l’épreuve des trois tamis. Autrement dit Socrate instaure une attitude de l’ordre de la rupture en dehors de toute complaisance. Il enjoint à son interlocuteur pressé et nous enjoint par la même occasion comme règle absolu, avant de parler, de passer le contenu de nos propos à travers l’épreuve des trois tamis :
        1 Vérité : vérifier si ce que nous nous empressons d’annoncer, de raconter et ragoter sur les autres est exact.
        2 Celui de la bonté : autrement dit Socrate nous invite à réfléchir à la question de savoir si ce que nous avons à dire est véritablement bienveillant.
        3 Enfin le troisième tamis consiste à savoir si ce que nous brûlons de raconter se révèle tout de moins utile a quelqu’un ou a quelque chose
        Il conclut de manière définitive en déclarant que si ce que nous disons n’est ni vrai, ni bon, ni utile mieux vaut dès lors nous empresser d’oublier et de nous taire

        Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 11:42, par caca En réponse à : Rapport de Human Right Watch sur les exactions des FDS : Le Porte-parole du gouvernement donne sa version des faits

    Bravo Mr le ministre de la communication, j’ai bien aimé votre défense sur notre intégrité nationale devant les allégation de cette ONG. J’aurais aimé davantage que l’autre ministre de l’exclusion collabore avec ses conférent avant de nous exposer dans un français lamentable. Vous avez bien corriger son texte et étayer le mémoire en défense. Maintenant que le gouvernement reconnait le bien fondé des remarques, qu’il travaille en impliquant même les indésirables dans leur quête des droits humains de notre pays.
    Les terroristes attaquent les armées et emportent leur matériel. Ensuite, ils les utilisent contre la population qui sont parfois complices aux mêmes terroristes. L’objectif recherche par les vampires du prédicateur Koufa c’est de semer la division pour mieux fragiliser les états. Il sait qu’il ne pourra pas diriger un état, mais il est fort pour remettre en cause les acquis démocratiques et le vivre ensemble. Ces ONG de droits humains ou les associations devaient aussi accorder au gouvernement et son armée le bénéfice du doute. Comme nos forces de défense et de sécurité peuvent se tromper, les ONG aussi peuvent se tromper dans leur allégations contre un état. Aucun pays au monde respecte les droits humains dans son territoire. Il y a des victimes partout dans les états dite civilisés dont HRW bénéficie ses financements.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 12:17, par SAA En réponse à : Rapport de Human Right Watch sur les exactions des FDS : Le Porte-parole du gouvernement donne sa version des faits

    Et si tout simplement l’ONG <Human Right Watch, le MDBHB, l’ODH, et le CSIC dressait la liste par Région, par province et même par village, des civiles et aussi des terroristes pour les FDS, on serait pas là.
    Aussi, comment ces organisations arrivent-elles à faire la différence entre un civile et un terroriste ? Franchement, pensez-vous que nos FDS sont dans une dynamique de tuer pour le plaisir comme ces mécréants de terroristes ? et pourquoi risquer sa vie juste pour tuer des innocents dans une zone où ta vie est menacé.
    Non aux bavures et un peu de respect pour nos FDS.
    Pour finir, j’espère que Human Right Watch à exigé les mêmes rapports en SYRIE, en IRAK, en LIBYE, en ....., la liste est très longue. RESPECTEZ nos FDS. Comment on peut vaincre le terrorisme et les différentes violences dans ce monde avec de tel comportement des ONG.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 13:01, par Matt En réponse à : Rapport de Human Right Watch sur les exactions des FDS : Le Porte-parole du gouvernement donne sa version des faits

    Quand y a eu l’assassinat horrible, du chef et Maire de Penza, y a un affrontement qui s’en est suivi entre FDS-VDP et terroristes. Malheureusement, le bilan a été lourd en notre défaveur. Au moins 8 morts de notre côté et 0 mort côté ennemi. Il faudrait peut-être encore mieux former et mieux équiper nos éléments pour qu’ils soient victorieux, quand y a face à face avec les terroristes. Je pense que c’est là qu’il faut beaucoup plus agir et laisser tomber les exécutions sommaires des civils. C’est mon point de vue. Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 14:04, par Pasektale En réponse à : Rapport de Human Right Watch sur les exactions des FDS : Le Porte-parole du gouvernement donne sa version des faits

    Quand un mensonge est gros, il finit par manger le menteur. Si la population fait la confusion entre terroristes et FDS, c’est dommage. Toutefois, on ne peut pas cacher le soleil avec une main. Je pense que des gens doivent assumer pour préserver leur dignité. Il s’agit de l’honneur de notre pays qui est en jeu. Sankara était un homme de vérité.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 14:36, par Kuilga En réponse à : Rapport de Human Right Watch sur les exactions des FDS : Le Porte-parole du gouvernement donne sa version des faits

    Certains ont naïvement cru qu’avec le nouveau code pénal interdisant de fait aux OSC et médias nationaux la dénonciation des exécutions sommaires et extrajudiciaires, les choses se passeraient désormais en mode " ni vu, ni connu". Ce qui n’est pas le cas, avec ce que l’on constate. Heureusement !

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 15:51, par lily En réponse à : Rapport de Human Right Watch sur les exactions des FDS : Le Porte-parole du gouvernement donne sa version des faits

    On vit dans un pays ou peu de gens meme instruits connaissent le role destabilisateur des ONG. C’est dommage que nous soyons a un niveau ou une ONG aveugles de tout ce qui se passe aux USA et qui n’a jamais leve la voix contre l’asphyxie Americaine sur Cuba et Venezuela gueule aussi haut sur les pays en developpement.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juillet à 18:10, par Le Vigilent En réponse à : Rapport de Human Right Watch sur les exactions des FDS : Le Porte-parole du gouvernement donne sa version des faits

    Je constate qu’il y a dans ce pays des gens qui vouent une haine maladive contre le pouvoir en place et qui, par conséquent, estiment que toutes les autorités civiles et militaires du Faso sont de mauvaise foi et que tout ce qu’elles peuvent dire ou montrer ne sont que purs mensonges. Ces mêmes individus de mauvaise foi considèrent que toutes les allégations les plus farfelues et sans fondements provenant même des terroristes et de leurs soutiens sont des vérités indiscutables. Il y a parmi eux de faux amis des FDS qui, par leurs faits et gestes tentent de susciter et/ou attiser la colère des combattants et des populations, le but ultime étant de les amener à se révolter contre les autorités civiles et militaires pour ainsi aboutir au chaos. Il y a parmi eux des gens qui se présentent comme des « sages » mais qui, en réalité sont de véritables pyromanes apatrides.

    Répondre à ce message

    • Le 11 juillet à 09:56, par Le Sage En réponse à : Rapport de Human Right Watch sur les exactions des FDS : Le Porte-parole du gouvernement donne sa version des faits

      À certains qui interviennent sur ce forum. Au lieu de se fâcher et d’insulter les autres, le plus simple, surtout pour ceux qui soutiennent le pouvoir et sa stratégie des exécutions sommaires, c’est de conseiller à ce pouvoir-là de faire cesser ces exactions, par des sanctions effectives de ceux qui continuent de les pratiquer. Comme ça, plus personne ne vous critiquera pour ça, et puis la communauté internationale n’aura plus le regard fixé sur notre pays. Ça ne fait pas du tout notre honneur. Soyons donc objectif et "Le" plus "Vigilent" possible, sur tous les actes que posent nos autorités. Il y va de notre bien à tous.

      Répondre à ce message

  • Le 11 juillet à 01:08, par SOME En réponse à : Rapport de Human Right Watch sur les exactions des FDS : Le Porte-parole du gouvernement donne sa version des faits

    M Dandjinou, votre erreur fondamentale au gouvernement, c’est de croire ceux qui se présentent comme vos conseillers et qui vous disent que tout est dans LA COMMUNICATION. Il faut "communiquer et toujours communiquer". Je ne rentre pas dans les details de ce concept et de ses implications ideologiques. Mais vous au gouvernement, c’est votre tare principale de croire a ces balivernes.

    Les populations ne sont pas idiotes : vous etes en retard sur la conscience politique du peuple burkinabe, a moins que vous ne vouliez pas le voir. M le ministre reprend les idees du courrier confidentiel. C’est ce qui devrait etre fait et non pas publier cette lettre confidentielle. Pour commencer, il faut d’abord se poser la question de savoir comment et pourquoi un courrier frappé du sceau « confidentiel » se retrouve dans les medias. Mais cela on pourrait y repondre aisement.

    Mme Dufka s’est–elle rendue sur le terrain ou a, à defaut, envoyé des enqueteurs sur le terrain afin d’obtenir des informations les plus fiables possibles comme cela doit se faire ? N’ayant pas acces au contenu de la lettre de Mme Dufka, on ne peut en discuter. Mais toujours est-il qu’il y a une procedure pour acceder aux informations recueillies et s’assurer qu’elles sont fiables.

    A lire la reponse, ce n’est pas la premiere fois que le gouvernement repond a cette ONG et le gouvernement reste constant dans ses reponses, qui peut-etre ne satisfont pas HRW. Et ce sans que cette ONG ne puisse changer ses methodes de recueil d’informations si elle voulait des infos reellement fiables.

    Le courrier de HRW au gouvernement entre bien dans la procedure normale, mais on voit aussi que cette demarche fait partie des buts recherchés dans une intentionalité. Tout se revelera dans leur prochaine publication. On voit bien ce à quoi ils veulent venir.

    Je reproche a ce gouvernement de donner l’impression de trembler et ne se preoccuper que de l’image de democrates a presenter a l’etranger. On voit comment ils ont peur devant les comportements plus ou moins tolerables de groupuscules dans un pays en guerre. Vous voulez nier que le pays est en guerre, mais montrer que vous gouvernez normalement comme s’il y avait rien. Non ! c’est une tres grave erreur. Déjà il n’y a meme pas besoin de tant de remue menage autour d’un courrier d’une ONG dont on sait comment et pour qui elle travaille . Nous plongeons droit dans leur plan.

    Le gouvernement rappelle certaines choses car le droit de la guerre et le droit humanitaire vont ensemble et Mme Dufka ne peut pas pretendre ignorer ce a quoi sert d’abord une armée. Si Mme Dufka rappelle les exactions des groupes terroristes, elle ne parle pas de ce qu’elle a entrepris aupres de ces memes groupes (du moins cela ne transparait pas dans la reponse du ministre, etant donné que nous n’avons pas acces au contenu de ce courrier). Le gouvernement ne doit pas le mettre sur la place publique car c’est une correspondance confidentielle. Le gouvernement repond a ce courrier par courtoisie diplomatique.

    Pourquoi tant d’acharnement contre le burkina, tout en fermant les yeux sur d’autres pays bien pires, encore faut-il que l’on arrive a prouver que ces exactions soient vraies au burkina ? Je note tout simplement que cette ONG et certaines attaques dans les medias tant nationaux qu’internationaux sont bien coordonnées et n’arrivent pas par hasard.

    Cela vous les dirigeants le savez, alors pourquoi jouer a ce jeu. Ce n’est pas parce vous avez fait un mauvais choix au depart que vous devez persister : votre tache n’est point du tout facile, mais ne persistez dans l’erreur devant ces erreurs. Le burkina, c’est le burkina et vous etes elus par les populations, pour les interets des populations et avec les populations. C’est la definition basique et fondamentale de « Democratie ».
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 11 juillet à 09:35, par kaos weogo En réponse à : Rapport de Human Right Watch sur les exactions des FDS : Le Porte-parole du gouvernement donne sa version des faits

    Soutien total et indéfectible aux FDS et à ceux qui protègent notre Nation. HRW est aux soldes de certaines puissances. Qu’ils retournent chez eux . Chaque fois que l’Afrique et les africains s’approchent d’une victoire on cherche de saboter son moral. mais découragement n’est pas Burkinabè. FDS faitent le nécessaire et point barre !

    Répondre à ce message

  • Le 11 juillet à 09:36, par Chasseur d’insurrescrocs En réponse à : Rapport de Human Right Watch sur les exactions des FDS : Le Porte-parole du gouvernement donne sa version des faits

    Ceci est un discours à usage interne, sinon l’oeuf sait où danser. Ce distributeur de cartons bombardé ministre sait très bien que certains de ses amis MPP auront de sérieux problèmes tôt ou tard. Je suis désolé, mais on a l’impression que les dirigeants actuels du BF sont ignorants de "comment marche le monde actuel". Et cela les rattrapera inévitablement !
    A bas tous les insurrescrocs pseudo-révolutionnaires !!!

    Répondre à ce message

  • Le 11 juillet à 12:28, par SOME En réponse à : Rapport de Human Right Watch sur les exactions des FDS : Le Porte-parole du gouvernement donne sa version des faits

    Depuis quelques temps et dès que il y a une difficulté quelconque certains internautes se précipitent pour critiquer. Ce n’est critiquer qui est incriminé mais le fait de critiquer sans aucun argument ou plus exactement la mauvaise foi. Nous le voyons tous avec certains internautes aux multiples pseudos comme les qualifie mon ami Ka. Il faut critIquer et je suis le premier à le faire, mais critiquons de façon constructive et argumentée (avec des arguments solides et bien fondées pour reprendre mon ami Ka).

    Hormis les caméléons équilibristes qui virent de camps au gré du vent, il se trouve des vendus qui prennent les autres pour des idiots et qui sont là pour semer la confusion. Je ne sais par qui ils sont payés comme le disent certains, mais ce qui est sûr et certain, c’est que, à l’heure actuelle si grave pour le devenir de notre pays, nous les vrais patriotes, le vrai peuple burkinabé qui aime réellement ce pays et qui sommes un tant soit peu humains, jamais nous ne vous laissera faire.

    Les nostalgiques du CDP qui infestent ce forum le savent très bien. Nous leur avons laissé le droit de s’exprimer avec cette fameuse inclusion alors que rien, absolument rien ne nous y obligeait (ce que ils ont pris pour un aveu de faiblesse). Peut être. Mais sachez que l’ère Compaoré est a jamais révolue. Le peuple burkinabé a acquis une certaine conscience politique et une certaine intégrité même si pendant 27 ans vous avez été hantés pour savoir comment détruire cette intégrité.

    Tous ces mercenaires du CDP qui se cachent derrière leurs ordinateurs et travailler en caressant l’espoir d’un retour à « l’époque où il y avait à boire et à manger » comme dirait mon parent Palé Welté, tous ces gens hyper puissants au temps du « si tu fais on te fait et pis y a rien », a tous ces gens-la, nous disons que l’intégrité du Burkina n’est pas à vendre à l’impérialisme pour que eux les suppôts locaux de l’impérialisme, puissent continuer à boire leur champagne alors que les populations voient leurs enfants mourir devant vos cliniques parce qu’ils ne peuvent pas payer.

    A ceux qui se précipitent pour semer la confusion et dire que seul Blaise est la solution, j’incrimine non leur choix politique mais leur choix de travailler en sous-marins. Je ne change pas de pseudo, ni ne cache mon idéologie sankariste. Alors aujourd’hui je ne peux pas admettre que des individus qui se prétendent burkinabé viennent tenter de démarrer de l’intérieur cette guerre civile qu’on nous impose comme le dit si bien le ministre de la Défense.

    Cette attaque de HRW, coordonnée sur le terrain et dans les médias, avec la complicite de journalistes et médias achetés, tant au Burkina, en Afrique et hors du continent nous dit l’ampleur du plan et leur détermination dans la guerre déjà déclarée contre le Burkina. Je reproche à ce gouvernement de le savoir et de jouer avec eux sur le terrain de la mauvaise foi. Je reproche au gouvernement de jouer ce jeu alors que c’est exactement le plan posé dans les écoutes téléphoniques entre Soro et Bassolet qui est en train d’être appliqué.

    Dans cette guerre asymétrique contre nous en Afrique, le Burkina est une pièce-clé qu’ils ne peuvent se permettre de perdre, alors ils mettent tous les moyens. Comprenons cela et réagissons en conséquence : nous le peuple, nous sommes des militaires en civil, donc notre réaction est une balle que l’on cherche à retourner contre nous. Sachons rester vigilants et responsables comme nous l’avons toujours fait, malgré les provocations multiformes. Ceci est notre premiere victoire que nous avons déjà gagnée.

    Malgré nos critiques fondées contre le gouvernement et la hiérarchie militaire, notre soutien aux vraies forces patriotes des FDS, celle-là qui a montré son patriotisme et professionnalisme en se mettant du côté du peuple, ce soutien reste indéfectible. Nous sommes des frères de combat car si le civil est un militaire en permission, le militaire est un civil en arme. Nous soutenons cette armée patriote tout comme le peuple avait soutenu la fraction patriote de l’armée pour aboutir à la révolution du 4 août 1983. Plus que jamais, c’est
    LA PATRI OÙ LA MORT, NOUS VAINCRONS
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 11 juillet à 13:38, par hampathe En réponse à : Rapport de Human Right Watch sur les exactions des FDS : Le Porte-parole du gouvernement donne sa version des faits

    Ce n’est pas un blanc seing que je donne ax FDS dans cette guerre, mais faisons attention à ce que disent ces organisations humanitaires qui font la politique de ceux qui les financent et relativisons.
    Une guerre propre n’existe pas, surtout quand l’ennemi se fond au milieu des populations.
    Comment HRW a-il fait pour identifier les coupables des exactions, quand on sait que ces zones sont difficiles d’accès ? Comme disait l’autre, si cet ONG peut faire la différence entre les victimes des terroristes, et celles de FDS, entre les terroristes et les paisibles populations, il mettrait fin à cette guerre en nous informant, si bien sûr tel est son objectif. N’oublions pas que ces ONG tirent leurs subventions des situations catastrophiques qu’ils rapportent !

    Répondre à ce message

  • Le 12 juillet à 00:44, par F7 En réponse à : Rapport de Human Right Watch sur les exactions des FDS : Le Porte-parole du gouvernement donne sa version des faits

    Les gars, la patrie ou la mort, nous vaincrons. Celui qui veut, il n’a qu’à quitter le pays et vivre dans le pays qu’il penses avoir créer. Notre patrie reste notre patrie.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet à 18:19, par @@gog En réponse à : Rapport de Human Right Watch sur les exactions des FDS : Le Porte-parole du gouvernement donne sa version des faits

    SVP,mettez croix rouge sur Human right.Vous nous pompéz l’air.Nous en avons assez.Vivent les FDS,vivent les VDP.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 15:28, par SILVIAN En réponse à : Rapport de Human Right Watch sur les exactions des FDS : Le Porte-parole du gouvernement donne sa version des faits

    SVP,mettez croix rouge sur Human right.Vous nous pompéz l’air.Nous en avons assez.Vivent les FDS,vivent les VDP.
    On a est mare avec les propos non vérifiés

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 15:35, par SILVIAN En réponse à : Rapport de Human Right Watch sur les exactions des FDS : Le Porte-parole du gouvernement donne sa version des faits

    soutien au gouvernement pour la franchise dans les propos. Tôt ou tard la vérité va se savoir. courage à vous pour ce que vous faite. Soyez en encouragé et remerciement que le tout puissant soit avec vous. Dans cette question de démocratie on aura tout vu. Tenez bon.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
AG des établissements publics de l’Etat 2019 : 16,801 milliards de dettes soit une baisse de 73% par rapport à 2018
Message de Son Excellence le Premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré à l’occasion du 05 août
Bonne gouvernance : L’Autorité de contrôle d’Etat lance une plateforme électronique destinée aux déclarations de patrimoine
Servir et non se servir (SENS) : Le mouvement pour « oser l’avenir avec une politique autrement »
MPP : La direction politique a échangé avec les prétendants aux élections législatives
Vie politique burkinabè : « Il faut arrêter de percevoir l’Etat comme une vache à lait qu’il faut traire », prêche Pr Augustin Loada
Élections de 2020 au Burkina : Alpha Barry va à la rencontre des militants MPP de la commune de Sourgoubila
Province du Mouhoun : Le député Tini Bonzi à l’exercice de la redevabilité
Aid El Kebir 2020 : Le Faso Autrement souhaite une bonne saison pluvieuse à tous les burkinabè
Election présidentielle : Zéphirin Diabré et Kadré Désiré Ouédraogo s’unissent pour le changement
UNIR/PS : « L’espoir né de l’insurrection populaire semble s’émousser », constate Me Bénéwendé Sankara
Affaire Jean-Claude Bouda : La Cour d’appel rejette l’appel de ses avocats
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés