Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le meilleur temps pour réparer sa toiture, c’est lorsque le soleil brille.» John Fitzgerald Kennedy

Découplage des élections de 2020 : « Le gouvernement attend le rapport parlementaire avant de se prononcer », réagit Rémis Fulgance Dandjinou

Accueil > Actualités > Conseil des ministres • LEFASO.NET • mercredi 8 juillet 2020 à 22h35min
Découplage des élections de 2020 : « Le gouvernement attend le rapport parlementaire avant de se prononcer », réagit Rémis Fulgance Dandjinou

Le conseil des ministres du 8 juillet 2020 a délibéré sur plusieurs sujets relatifs à la réforme des institutions et à la modernisation de l’administration. Quatre rapports ont été adoptés, selon le ministre de la Communication, Rémis Fulgance Dandjinou. Répondant à la question relative au rapport parlementaire qui propose le découplage des élections de 2020, Rémis Fulgance Dandjinou a laissé entendre que « le gouvernement attend le rapport parlementaire avant de se prononcer ».

Au titre du ministère de la Justice, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou, a expliqué que le conseil des ministres a examiné un décret portant « attributions, composition et fonctionnement du Comité de suivi de l’action éducative et de la réinsertion sociale des détenus ». Ce comité a pour mission de favoriser la rééducation et la réinsertion sociale des prisonniers.

Pour le compte du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement, un rapport est sur la table du conseil de ministres. Il est relatif aux « solutions devant permettre une optimisation et un renforcement de la présence du Burkina Faso dans les organisations supranationales ». A ce sujet, le conseil des ministres a instruit les ministres en charge du dossier de mettre en œuvre les propositions de l’étude afin d’obtenir des outils et instruments performants devant assurer une meilleure participation du Burkina Faso aux instances internationales.

Concernant les médias, le gouvernement a examiné la possibilité d’un Fonds d’appui à la presse privée, à titre exceptionnel, pour l’année 2020. Ces appuis financiers aux entreprises du secteur de la publicité et de la presse s’inscrivent dans le soutien du gouvernement aux médias privés dans ce contexte de Covid-19.

Dans un article publié sur Lefaso.net , nous annoncions la possibilité que les élections de novembre 2020 soient découplées. Répondant à la question relative au rapport parlementaire qui propose le découplement des élections à venir, Fulgance Dandjinou a laissé entendre que « le gouvernement attendra le rapport parlementaire avant de se prononcer ».

Aussi, le conseil des ministres avait sur sa table un décret portant sur la régularisation des indemnités, primes et avantages de toute nature, alloués aux magistrats membres de la Cour de cassation, de la Cour des comptes et du Conseil d’Etat. Cela permettra de régulariser la situation des magistrats en service dans les hautes juridictions et de restreindre les bénéficiaires de certains avantages, en application des dispositions du décret N°2016.

Les examens scolaires se dérouleront du 14 au 28 juillet

Parmi les communications orales du conseil des ministres de ce 8 juillet, figuraient les examens et concours de 2020. A ce sujet, le ministre de l’Education nationale a annoncé que les examens et concours (CEP, concours d’entrée en sixième, BEP, CAP, BEPC) au titre de l’année 2020 se dérouleront du 14 au 28 juillet 2020. Le nombre de candidats au CEP est de 446 138 élèves dont 54% de filles, contre 419 260 élèves en 2019. Aussi, 317 995 candidats dont 55,15% de filles prendront part aux épreuves du BEPC, contre 301 823 en 2019. Les épreuves du CAP verront la participation de 15 409 candidats dont 38,77% de filles, contre 12 050 en 2019.

Réagissant à la fronde sociale en cours sur le territoire national, notamment les grèves de la coalition syndicale des travailleurs, Rémis Fulgance Dandjinou a dit que le gouvernement reste ouvert à toute forme de dialogue.

E.K.S.
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 8 juillet à 21:30, par Vérité En réponse à : Découplement des élections de 2020 : « Le gouvernement attend le rapport parlementaire avant de se prononcer », réagit Rémis Fulgance Dandjinou

    Attention a be Pas précipiter l apocalypse en jouant ce jeu de découplage. Les parlementaires sont très mal inspirés. Le passé doit servir de leçon

    Répondre à ce message

  • Le 8 juillet à 21:53, par savadogo daouda En réponse à : Découplement des élections de 2020 : « Le gouvernement attend le rapport parlementaire avant de se prononcer », réagit Rémis Fulgance Dandjinou

    Certainenent une boué d’éssaie.
    Notre peuple n’est pas dupe.
    Le premier des burkinabè n’a certainement pas eu l’information après avoir pris connaissance des travaux de l’assemblée.
    C’est un vaste complôt ourdi contre notre peuple, une conspiration méprisante adréssée à l’enssemble des burkinabè.
    Même si ce projet inacceptable est retiré , cela nous démontre que ces derniers n’ont aucune considération pour nous.
    S’ils peuvent mettre nos têtes à prix en secret ou huit clos ,si y’a assez d’argent ils le feront.
    Je comnence à me poser des questions sur ce semblant d’incapacité de notre pays à se defendre .
    N’est ce pas la triste explication comme çà ??
    Franchement c’est inquiétant
    Sur ceux même l’ancien regime malgrés ce qu’on lui reprochait, avait un minimum d’égard pour notre peuple.
    À quatres mois des élections c’est à huit clos que vous marchandez la tête des vingts cinq millions de burkinabè exactement comme on marchande un mouton ou un bœuf au marché de bétail ?
    Enfin tant pis pour nous , nous le méritons

    Répondre à ce message

  • Le 8 juillet à 22:01, par savadogo daouda En réponse à : Découplement des élections de 2020 : « Le gouvernement attend le rapport parlementaire avant de se prononcer », réagit Rémis Fulgance Dandjinou

    Certainenent une boué d’éssaie.
    Notre peuple n’est pas dupe.
    Le premier des burkinabè n’a certainement pas eu l’information après avoir pris connaissance des travaux de l’assemblée.
    C’est un vaste complôt ourdi contre notre peuple, une conspiration méprisante adréssée à l’enssemble des burkinabè.
    Même si ce projet inacceptable est retiré , cela nous démontre que ces derniers n’ont aucune considération pour nous.
    S’ils peuvent mettre nos têtes à prix en secret ou huit clos ,si y’a assez d’argent ils le feront.
    Je comnence à me poser des questions sur ce semblant d’incapacité de notre pays à se defendre .
    N’est ce pas la triste explication comme çà ??
    Franchement c’est inquiétant
    Sur ceux même l’ancien regime malgrés ce qu’on lui reprochait, avait un minimum d’égard pour notre peuple.
    À quatres mois des élections c’est à huit clos que vous marchandez la tête des vingts cinq millions de burkinabè exactement comme on marchande un mouton ou un bœuf au marché de bétail ?
    Enfin tant pis pour nous , nous le méritons

    Répondre à ce message

  • Le 8 juillet à 22:55, par Le rouge moderne de ouahigouya En réponse à : Découplement des élections de 2020 : « Le gouvernement attend le rapport parlementaire avant de se prononcer », réagit Rémis Fulgance Dandjinou

    Si ce bradage, en cours, opéré sous force de passage en force (huis clos) aboutissait, nous devrons nous réunir et faire ensemble le deuil de notre processus de démocratisation !
    On ne voit nullement la pertinence et l’opportunité de cette démarche qui s’apparente à une volonté de donner un LENGA de la honte. Le disque (démarche) est rayé, et autant aller à cette prorogation que de tourner en rond, et le peuple avec.
    On sent que la majorité craignant une déconvenue veut priver le futur Prédisent de disposer d’une majorité pour gouverner, et ce, sur une année.
    Que vivement la sagesse gagne nos élus, et partant toute la classe politique.

    Répondre à ce message

  • Le 9 juillet à 06:29, par Lol En réponse à : Découplement des élections de 2020 : « Le gouvernement attend le rapport parlementaire avant de se prononcer », réagit Rémis Fulgance Dandjinou

    Si l’opposition laisse faire et qu’elle gagne les élections, elle aura 1000 problèmes pour faire accepter son 1er ministre à l’AN. Une motion de censure n’est pas exclue voire une destitution.
    Attention aux facilités.
    1. On pouvais revoir le découpage électoral pour englober les zones touchées
    2. On pouvait affecter les votes des personnes déplacés à leurs régions d’origine
    3. On pouvait augmenter le nombre de députés dans les zones touchées pour compenser oubien faire un prolongement seulement pour les députés des zones touchées.
    En tout état de cause, les élections ne sont pas une priorité dans les zones touchées, cependant il ne faudrait pas géneraliser à tout le pays quand on sait à quel point le renouvellement de tous les dirigeants politiques actuels est indispensable pour voir le bout du tunnel.
    Ce prolongement sans concertation, ni justification est une atteinte grave à la démocratie.
    Pfff...les maitres de la roubladise ont encore frappé.

    Répondre à ce message

  • Le 9 juillet à 07:45, par Nanoukda En réponse à : Découplement des élections de 2020 : « Le gouvernement attend le rapport parlementaire avant de se prononcer », réagit Rémis Fulgance Dandjinou

    Allons y. Clap. L’épisode 2 est lancé. C’est la suite du film d’octobre 2014 dont le projet (de révision de l’article 37) était parti du gouvernement pour l’assemblée nationale. Ce deuxième épisode consacre le retour (de l’assemblée nationale) vers le gouvernement. Pas de match aller sans retour. Mais voilà, dans cet épisode, plusieurs acteurs (société si-vile qui est devenu actionnaire, une opposition qui ne s’opposera pas à ses propres intérêts et le scénariste qui a tiré sa reverance). Les mou-tons n’ont donc plus de bergers, préoccupés à se chercher cette herbe devenu très rares du fait de la multiplication des enclos. Seul Dieu est là et il faut avoir de la patience dans cet épisode sans suspens. La seul issue, c’est l’épuisement de la cagnotte.

    Courage donc peuple fatigué du Faso.

    Répondre à ce message

    • Le 9 juillet à 15:33, par Kaka En réponse à : Découplement des élections de 2020 : « Le gouvernement attend le rapport parlementaire avant de se prononcer », réagit Rémis Fulgance Dandjinou

      @Nanoukda :
      Allons y. Clap. L’épisode 2 est lancé. C’est la suite du film d’octobre 2014 dont le projet (de révision de l’article 37) était parti du gouvernement pour l’assemblée nationale. Ce deuxième épisode consacre le retour (de l’assemblée nationale) vers le gouvernement. Pas de match aller sans retour. Mais voilà, dans cet épisode, plusieurs acteurs (société si-vile qui est devenu actionnaire, une opposition qui ne s’opposera pas à ses propres intérêts et le scénariste qui a tiré sa reverance). Les mou-tons n’ont donc plus de bergers, préoccupés à se chercher cette herbe devenu très rares du fait de la multiplication des enclos. Seul Dieu est là et il faut avoir de la patience dans cet épisode sans suspens. La seul issue, c’est l’épuisement de la cagnotte.

      Courage donc peuple fatigué du Faso.
      MERCI

      Répondre à ce message

  • Le 9 juillet à 07:54, par TERMINATOR En réponse à : Découplement des élections de 2020 : « Le gouvernement attend le rapport parlementaire avant de se prononcer », réagit Rémis Fulgance Dandjinou

    On a vraiment pas besoin de ces députés une année de plus, qu’est-ce qu’ils ont fait de probant dans le contrôle de l’action gouvernementale. Il ne s’agit pas de lever le lièvre, ce qui nous intéresse c’est s’il est dans la gibecière.Le calcul économique de la rallonge n’aura pas lieu. Le peuple vous a accordé 5 ans et pas un jour de plus. Il

    Répondre à ce message

  • Le 9 juillet à 11:31, par ELKABOR En réponse à : Découplage des élections de 2020 : « Le gouvernement attend le rapport parlementaire avant de se prononcer », réagit Rémis Fulgance Dandjinou

    Cette affaire de prolongation de mandat des députés sous le prétexte d’insécurité dans certaines zones du pays est honteuse et la mise en scène très pitiant ! La question concerne et bénéficie aux députés. Normalement c’est quelqu’un d’autre en l’occurence le Gouvernement ou la CENI qui devrait constater le cas de force majeur ou l’incapacité d’organiser le scrutin et soumettre les arguments au Parlement qui sans nul doute l’aurait voté comme une lettre à la poste ! Mais non, eux-memes se précipitent pour s’autosaisir de la question et rapidement voter à huis-clos pour l’adoption de ce rapport auto élaboré par eux-memes. Quand-même ! Il fallait faire semblant un peu ! Voilà que cette précipitation éveille et à juste titre nos soupcons de vouloir prolonger indûment votre bail à l’Assemblée Nationale. Comme vous ne tirez pas lecon de l’histoire, la place de la révolution est encore là ! Nous allons nettoyer nos sifflets, laver nos baskets, nos jeans et nos casquettes en attendant, car ils peuvent reprendre de service bientôt dépendant de ce va dire le Gouvernement ! On dirait que c’est malédiction qui suit les gens qui arrivent au pouvoir : en 2014 c’était vos prédecesseurs qui voulaient modifier l’article 37 à l’Assemblée Nationale. Le peuple est venu les chasser de là y compris le Gouvernement et son guide éclairé. A peine les palabres de cette situation commencent à baisser que 6 années plus tard vous voulez recommencer:Ayiwa !!!

    Répondre à ce message

  • Le 9 juillet à 11:32, par Yovis En réponse à : Découplage des élections de 2020 : « Le gouvernement attend le rapport parlementaire avant de se prononcer », réagit Rémis Fulgance Dandjinou

    Il ne faut même pas qu’on essaye ce coup. Il ne faut même pas qu’on essaye d’aller sur ce chemin. Curieux ces députés qui ne découvrent que maintenant subitement, que leurs terrains politiques sont minés par les terroristes. Où étaient-ils depuis 2016 ? Et ils espèrent par quel miracle vaincre la furie des tueurs en une année ? Foutaises !!!! Octobre 2014 n’est pas loin.

    Répondre à ce message

  • Le 9 juillet à 12:10, par sala En réponse à : Découplage des élections de 2020 : « Le gouvernement attend le rapport parlementaire avant de se prononcer », réagit Rémis Fulgance Dandjinou

    Pas de prolongation de mandant. On n,en veut pas un point un trait. 2014 n,est pas moins chers députés souvenir ,souvenir alors,achevez vos mandant et bon vent. Le peuple veut voir d,autres personnes. Le député de notre région à part organiser une fête grandiose lors de l,anniversaire de sa fille, et distribuer l,argent à ses amis a fait quoi pour la région ? Quel bilan il peut faire devant les gens qui l,on elu ?Rien absolument rien. Et vous voulez qu,on donne de lenga à un individu pareil ? Non c,est non. 5 annnes perdues pour la région c,est déjà beaucoup.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés