Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui ose traverser les grands fleuves ne craint pas les petites rivières.» Proverbe Chinois

Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • lundi 6 juillet 2020 à 21h47min
Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

A quelques jours (11 juillet 2020) du congrès d’investiture de son candidat à la présidentielle du 22 novembre 2020, le parti au pouvoir, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) a reçu un appui en matériel d’un groupe de femmes de la province du Kadiogo, commerçantes de pagnes au grand marché de Ouagadougou. Les donatrices ont, au même moment, lundi 6 juillet 2020, offert des vivres et des pagnes aux femmes déplacées internes. Le président du MPP, Simon Compaoré, qui a réceptionné l’ensemble des dons, s’est également prononcé sur la situation nationale, notamment la fronde sociale.

Ce sont des tee-shirts et des pagnes qui ont été remis au parti d’une part, et cinq tonnes de maïs, cinq tonnes de riz et 400 pagnes qui ont été offerts aux femmes déplacées internes, d’autre part. Le geste est de Safiata Kaboré et de deux de ses camarades, toutes commerçantes de pagnes au grand marché de Ouagadougou, Rood-woko.

La cérémonie de remise symbolique s’est tenue au siège national du parti, sis quartier petit Paris de Ouagadougou

Par cette démarche, ces citoyennes entendent participer aux différents efforts visant à soulager la souffrance de ces femmes déplacées. « Nombreuses d’entre elles ont perdu leurs époux, se retrouvant toutes seules avec leurs enfants. Nous faisons ce don, pas parce que nous avons les moyens, mais par esprit de solidarité et pour encourager d’autres citoyens à en faire autant. Certes, ce n’est pas beaucoup, mais ça permet de soulager un tant soit peu ces sœurs qui ont quitté leurs localités, laissant tout derrière elles », a exprimé la porte-parole des donatrices, Safiata Kaboré. Pour ce qui est du soutien au MPP, il se veut un accompagnement au président Roch Kaboré, confient-elles.

Safiata Kaboré, porte-parole des donatrices

« Je suis agréablement surpris par ce geste de ces grandes dames, qui montrent encore que la solidarité n’est pas un vain mot au Burkina », a, pour sa part, accueilli Simon Compaoré, pour qui, ce don vient montrer que tout le monde est mobilisé derrière les déplacés internes.

Aussi, poursuit le président du MPP, « à quelques jours de la tenue de notre congrès extraordinaire, au cours duquel nous allons investir notre candidat à l’élection présidentielle prochaine, nous avons eu un don de tee-shirts (accompagnés de quelques pagnes) de très haute qualité, qui vont nous permettre d’habiller les jeunes qui vont nous aider à faire l’animation. Ce sont des éléments qui vont agrémenter notre congrès et nous sommes très heureux que cette initiative vienne de femmes (à qui nous n’avons pas adressé de sollicitation, c’est leur propre initiative) qui ont tenu à faire ce geste pour montrer qu’elles soutiennent l’action du président Roch Marc Christian Kaboré et que pour l’élection à venir, il peut compter sur elles ».

Le président du MPP, admirant le tee-shirt à l’effigie de Roch Kaboré

Il interpelle les syndicats en grève …

« A l’heure où il faut préparer les différents examens du CEP, du BEPC, du Bac, qui sont très attendus par toutes les familles burkinabè (il n’y a pas une famille où on n’a pas un enfant qui passe un de ces examens), quelles que soient les divergences qu’on a, ou les problèmes qu’on a avec l’Etat central, je crois que ces syndicats doivent faire en sorte que nous unissions nos efforts en cette phase importante de la vie de la nation, organiser, et les élections, et les examens », réagit le président du parti au pouvoir.

Plusieurs femmes ont tenu à être témoins de la remise

Simon Compaoré remercie les syndicats « qui ont compris que c’est un point important. Ce sont des moments importants où il faut taire nos divergences et conjuguer nos efforts ». D’où son appel à la compréhension des syndicats en grève.

« Il y en a qui ont décidé de faire des grèves. Mais, à quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons, où nous avons des défis importants à relever au bénéfice de notre peuple ? En tout cas, nous demandons la compréhension et félicitons tous les syndicats qui s’organisent derrière l’Etat central pour que les examens et les élections se tiennent à bonnes dates », a prôné Simon Compaoré.

O.H.L
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 6 juillet à 21:52, par A qui la faute ? En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    Monsieur Compaoré, le contexte que nous vivons n’empêche pas à des membres du MPP de s’arroser d’argent à n’en pas finir. Alors vous êtes très mal placé pour donner des leçons de morale, même si je suis d’accord qu’il y a mieux à faire entre gens civilisés que la voix de la rue ; mais c’est valable pour tout. hahaha !

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet à 23:58, par prets En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    A quoi sert le detournement de fonts publique dans le contexte que nous vivons ? Mr. MPP !

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet à 07:03, par urgent En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    c’est votre gestion du pouvoir qui est à l’origine de cette situation donc comme le pays est géré allons seulement dans les mouta mouta

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet à 07:43, par Sapience En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    A quoi sert les détournements de fonds publics et l’arrogance dans les conditions actuelles du pays ? Monsieur Simon, vous manquez d’esprit de discernement. Cette faiblesse crée des difficultés inutiles. De mon point de vue, il suffit que le gouvernement désigne un négociateur neutre, impartial et non acteur politique et le tour est joué. Le véritable problème est que certains syndicats n’ont plus confiance au gouvernement et certains membres du gouvernement n’ont plus confiance à certains syndicats. Alors, comment rebâtir la confiance ? Je vous ai proposé une solution, il en existe d’autres.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet à 07:46, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    - Simon ne fait pas semblant et ne tente pas de tromper notre vigilance en utilisant le raisonnement par l’absurde ! La grève actuellement c’est pour vous mettre face à votre lamentable résultat de gouvernance basée sur le mensonge, la duperie, la tromperie et dans le but de vous faire reculer sur vos forfaitures monstrueuses.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet à 07:52, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    - Voici encore les femmes à l’oeuvre ! Ce sont elles qui, par leurs soutiens, ont permis à Blaise Compaoré de faire 27 ans à la tête de ce pays malgré les nombreuses tueries et les bafouements des droits de l’homme !! Certaines ont même affirmer ici que ’’Dieu aime tellement le Burkina qu’il lui a envoyé Blaise !’’ ! Quelle outrecuidante comparaison et quel zèle maléfique !? Quand est-ce que les femmes seront plus responsables dans ce pays et cesseront de se comporter en bétail electoral ??!!

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

    • Le 7 juillet à 11:05, par Oh que non ! En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

      Aucune femme n’a acheté un seul pagne ni un seul tee-shirt. Le MPP monte son propre cirque en se faisant offrir ce qu’il a lui-même acheté. Cela lui permet de donner l’impression d’être soutenu par les femmes, mais aussi et surtout de contourner la loi sur les gadgets distribués lors des campagnes.

      Répondre à ce message

    • Le 8 juillet à 10:33, par Le Financier En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

      Je me permets de réagir à votre post parce que les raccourcis que vous aviez pris sont à mon humble avis un mépris pour les femmes et ce qu’elles sont et représentent pour ce pays. Parce que un groupuscule de femmes pose un acte vous amène à mettre sur le dos des femmes les maux de ce pays. Vous supposez que ce sont les femmes qui ont maintenu Blaise au pouvoir. Je vous demande vous qui êtes dans les secrets des Dieux, dans les soutiens de Blaise il y avait combien femmes pour influencer ses décisions, parmi les ABC il y avait combien de femmes qui ont influencé sur ses décisions. Vous dites que les femmes sont traitées comme du bétail électoral. Non, ce ne sont pas les femmes, mais toutes les personnes démunies ou ignorantes ou opportunistes. Traiter les femmes burkinabè d’irresponsables est une insulte grave et un mépris sans égal aux braves femmes commerçantes qui vont hors de Ouaga à vélo ou à motos pour aller chercher des légumes et des fruits, aux braves femmes qui sont entrain de vendre sous le soleil du maïs grillé pour nourrir leur progéniture, vos propos sont une insulte aux femmes qui ont le rang mérité de docteur et de professeur, ses femmes enseignantes, médecin, magistrat, avocat, cadres de l’administration publique et privée, ces femmes promotrices d’entreprise, ces femmes leader d’opinion, j’en passe. Tout ce développement pour simplement vous demander juste un peu de respect pour les femmes. Tout ce développement pour répondre à votre question : est ce que les femmes seront plus responsables dans ce pays ? Oui les femmes burkinabè sont très responsables et n’ont besoin de votre reconnaissance mais simplement de votre respect. Koro, j’espère que vous êtes un vrai koro qui dispose de la sagesse et de l’humilité pour présenter vos excuses sincères à toutes les femmes que vous traitez de moins responsables. Lefasonet merci de poster ma réponse et les excuses futures de koroyanyélé

      Répondre à ce message

  • Le 7 juillet à 07:52, par ZOEWINDE HENRI NOEL BOUDA En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    Et quoi sert l’entêtement du gouvernement dans le contexte que nous vivons ?
    Chacun doit mettre de l’eau dans son vin et pas se contenter de voir la paille dans l’œil de l’autre, oubliant la poutre dans le sien.
    J’espere que le grand frere Simon Compaoré connais mieux ce passage biblique que moi et qu’il s’y conformera.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet à 08:07, par Wendmi En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    Pour des femmes déplacées internes, on leur donne des T-shirt avec l’effigie du président du Faso. A quoi cela rime ? Si vous n’avez pas pitié des pauvres femmes, n’exploitez pas leur misère et détresse.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet à 08:31, par Sarko En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    A quoi sert d’ inféoder la politique et de semer les germes de la zizanie parmi d’ innocentes femmes ? Demain si l’ UPC ou le CDP faisaient comme vous ? As tu mesurer le risque .?
    A quoi sert de faire de la bamboula pendant que tes enfants meurent au front ?
    Ces braves femmes sont en règle vis à vis de leurs impôts ?
    Si non , cela est très très grave .

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet à 08:52, par kato En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    A quoi sert les détournements dans un pays pauvre ou très endetté où sévit le terrorisme,
    A quoi de faire la promotion de personnes moins compétentes que d’autres pour cause de militantisme politique dans un pays qui aspire au développement,
    A quoi sert des plaisanteries peu recommandables tels le fait de traiter un homme politique de tel ethnie dans ce contexte sécuritaire ou le fait de ne pas sanctionner des militants de son parti qui saccagent une mairie
    A quoi sert ...
    Vous verrez que il y a beaucoup à dire. Voilà autant de choses corrigeables et à corriger

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet à 09:36, par Raogo En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    « A quoi sert votre entetement a vouloir gouverner vaille que vaille en depit de votre gestion calamiteuse du pouvoir et ceux durant ces 5ans dans le contexte que nous vivons … ? », questionne un citoyen.
    NB : De ce "contexte" vous etes en grande partie la cause helas.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet à 11:27, par Aristide placide En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    Tous ceux qui n’aiment pas ce pouvoir doivent travailler à le faire partir pacifiquement le 22 novembre 2020. Tous les actes posés aujourd’hui ou demain vont nous rattraper que ce soit au niveau des syndicats que du gouvernement. Les congolais pssent leur temps à chanter, quel développement dans ce pays malgré les immenses de ce pays ! Les burkinabè depuis l’insurection, c’est de la vocifération dans les réseaux sociaux, les radios et des grèves interminables, des critiques stériles. Seul le travail libère l’homme. Si on ne prend garde on va passer 20 temps dans ce pays à vociférer dans les tous les sens et oublier l’essentiel "se mettre au travail".
    Cette grève dont le but est d’empêcher la tenue des examens, je ne suis pas d’accord car aucun membre du gouvernement n’a son enfant dans les écoles publiques sinon que leurs enfants sont tous à l’extérieur du pays. C’est aux pauvres et à nos braves populations encore qui vont souffrir une fois de plus de la forfaiture de ces syndicats.
    Aujourd’hui, beaucoup de burkinabè veulent emprunter la courte échelle pour réussir mais je le dis et je le repète seul le travail honnête nourrit l’homme physiquement et spirituellement. N’enviez pas les détourneurs, les mal gourvernants, et abandonnez les avec leur propre conscience.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet à 12:43, par luther En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    Et le bal de l’achat des consciences recommença. L’insurrection serait un sacrilège de l’intégrité burkinabé si ces genres de bêtises prospèrent. Le code électoral ne condamne t-il pas l’utilisation de supports à des fins électoralistes ? Des vivres et tee-shirt au profit des femmes déplacées. Dommage que notre pays soit tombé si bas. Vous répondrez devant l’histoire.

    Répondre à ce message

    • Le 7 juillet à 13:36, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

      - luther, les jeunes burkinabè morts pendant l’insurrection ou plutôt l’insurESCROQUERIE sont morts pour rien ! C’est ce que cet acte montre et les jeunes burkinabè vivants aujourd’hui sont des nains politiques pour laisser de tels actes proscrits par la Constitution prospérer encore parce que des politiciens inconséquents et hypocrites le veulent. Les jeunes burkinaè d’aujourd’hui sont pour la plupart corrompus pour laisser passer encore de tels actes de corruption morale par une distribution de maillots, de vivres, à fortiori d’argent. Les jeunes conscients devraient s’y rendre en masse hurlante de justice et faire arrêter cette mascarade d’une autre époque. Mais comme ils sont encore prêts à vendre le pays à vil prix à des menteurs, ils regardent faire en buvant du ’’Tchiro-Tchiro’’ comme à leurs habitudes.

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

  • Le 7 juillet à 13:11, par luther En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    Et le bal de l’achat des consciences recommença. L’insurrection serait un sacrilège de l’intégrité burkinabé si ces genres de bêtises prospèrent. Le code électoral ne condamne t-il pas l’utilisation de supports à des fins électoralistes ? Des vivres et tee-shirt au profit des femmes déplacées. Dommage que notre pays soit tombé si bas. Vous répondrez devant l’histoire.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet à 13:41, par David En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    Ce sont les tentatives sans issues du club des rêveurs de leur RNDP qui n’a réussi nulle part sur terre.
    Mais comme depuis qu’ils sont petits lycéens, ils ont eu leur cerveau qui a été lavé et imbibé dans cette idéologie mortifère qu’est le communiste, ils ne savent faire que de l’agitation permanente. Ils ne savent faire que les grèves. C’est devenu une sorte d’addiction à l’image des effets de la cocaïne et des autres drogues. Parmi eux beaucoup veulent sortir de leur univers RNDP, mais ils peuvent pas à cause de l’effet d’addiction.
    Si vous avez un fils, faites tout pour qu’il ne côtoie pas ces idéologues communistes, sinon, ils vont lui laver le cerveau et votre fils sera irrécupérable.
    Même si Karl Marx et Lénine étaient vivants, ils allaient revoir leur théorie communiste, parce que le 19eme siècle et le début du 20 siècle n’ont pas les mêmes réalités que notre 21eme siècle. Mais les RNDPistes, plus royalistes que le roi sont en incapacité de comprendre cette dynamique. Et pourtant, leurs devanciers qui s’étaient fait des illusions le savent.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet à 14:32, par Adakalan En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    Moi j’ai souvent honte quand je vois certaines tête s’afficher jusqu’a nos jours pour donner des leçons de morale au gens.
    Si je pouvais prier pour que simon quitte maintenant l’arène politique. Je ne sais plus combien de fois j’ai zappé ma télé quand je le vois apparaître devant l’écran.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet à 14:57, par Lamby En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    C’est si ridicule. Tu as tellement fait du mal aux burkinabè et tu ne sais pas être humble. Blaise Compaoré avait un pouvoir plus puissant,mais il a été emporté. Ce n’est pas un régime de la malcause qui nous fera peur. Le temps, c’est l’autre nom de Dieu.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet à 15:11, par Jean de Dieu En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    j’espère que tous ceux qui interviennent ont déjà récupéré leurs cartes d’électeurs. J’étais juste de passage.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet à 15:51, par Le Sage En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    Simon n’a pas les capacités intellectuelles pour parler des sujets dont il parle.
    Il faut qu’il explique l’origine de ses milliards supposés !
    Quand on dort sur les milliards du peuple, il faut qu’on se taise quand le peuple réclame son pain.
    Avant qu’on accepte qu’on nous coupe ce supplément de l’IUTS, il faut que chaque dignitaire de ce pays nous explique l’origine de ses milliards….

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet à 18:16, par sid Pa Yii En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    Han, Tu es conciliant maintenant ? le pays est gouverné je pense et pire vous parlez de frappes chirurgicales aussi (dixit le député Abdoulaye Mossé). Il est temps de regarder en face les choses : votre gouvernance est décrié et ce n’est point la critique facile, c’est une réalité ...il est temps de nettoyer votre écurie et commencez la réconciliation véritable avec vous même, le peuple, vos amis d’hier afin que ensemble nous puissions relever les défis qui se présentent à notre pays. Commencez surtout à modérer votre langage sinon .....

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet à 20:25, par Zoukouele En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    A quoi sert des dons de tee-shirt aux femmes déplacées dans leur propre pays avec la photo de leur président ?
    Dites moi cher parti MPP.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet à 21:01, par Ka En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    Absent de la journée pour une mission coutumière et familiale, je retrouve le réseau a Tampouy, et je suis rassuré quand je lis deux commentaires de deux internautes de bonne foi qui résident dans le pays sur cette sortie de Simon Compaoré. En effet la mauvaise est une des qualités ou défauts les mieux partagés ici-bas ! Comment vivre sur le sol Burkinabé en 2020 et comparer le Burkina sous Blaise Compaoré et notre Burkina actuelle où même si tout n’est pas parfait loin de là, il fait mieux vivre et ce sur tous les plans indéniablement : Surtout avoir la liberté d’exprimer ce qu’on veut même insulter le président de merde comme le fait l’internaute aux multiples pseudos ‘’’Sapience’’’ sans craindre les fillettes du RSP qui tirent sur tout ce qui bouge ?

    Sur 23 commentaires qui ne sont presque les mêmes internautes aux multiples pseudos, sauf trois ou quatre vivent sur le sol Burkinabé avec des vécus et des visions réelles : Le reste comme l’internaute aux multiples pseudos Sapience allias…. qui revienne sur le même sujet avec plusieurs pseudos, vivent à l’extérieur et ne savent pas la réalité que vit le Burkina, simplement par les medias qui déforment a 50 % de ce qui se passe réellement au pays des hommes intègres. Et si ce que j’avance n’est pas la réalité, que Sapience me retrouve demain après-midi devant les Bureaux de Lefaso.net, nous allons demander une audience de débat.

    Je reviens d’un village situé à 80 km de la capitale, et un seul internaute ‘’’Aristide Placide’’’’ m’interpelle : Car, même la population primaire dans les villages voient mieux la situation nationale de notre pays plus que des internautes haineux vivants en dehors du pays devenus des griots de service à frapper fort sur un régime embourbé par des terroristes déguisés !

    Contrairement à ce qu’annoncent les verbiages baroques et pompeux au style ampoulé des internautes qui vivent à l’extérieure pour encore fragilisés un régime qui fait de son mieux, ce que je lis comme commentaires de quelques internautes restes de la désinformation et le sens de la simplification outrancière propre des personnes sans foi qui dénaturent les vraies informations pour en faire des mensonges, voire des absurdités.

    Je suis pour la lutte des classes qui défende des opprimés, mais la situation actuelle ne nous permette pas de faires des grèves inutiles que pour bomber les poitrines et se faire remarquer. Quant aux actions des femmes, ceux-ci ne date pas de nos jours. Depuis la nuit des temps dans les pays du continent, les femmes ont toujours pris part a des campagnes électorales habillées avec les symboles des partis. Avec le régime de Maurice Yaméaogo les pagnes portés par les femmes sont imprimées soient avec le Lion, ou l’éléphant : Sans parlé du CDP. Blaise Compaoré a été victime d’un mauvais entourage, durant la dernière décennie ayant précédé sa perte du pouvoir en 2014, suite à l’insurrection populaire. Un entourage qui s’est essentiellement livré, à des querelles mesquines civilo-militaires de succession, chacun croyant être le dauphin indiqué du président, remplissait 50 fois les poches plus que nous voyons aujourd’hui. ’’’Sans parti pris, remontons l’histoire récente de notre pays et représentons-nous ce pays avec François Compaoré et sa belle-mère ? Qu’aurions-nous vécu sous ces vendeurs d’illusions, dans un cas ou un autre ?

    Oui c’est connu que le totem des Burkinabé, surtout les internautes griots sans des critiques enrichissant que des dénigrements c’est : Quoiqu’il fasse pour son pays, aucune bonne action d’un président du Faso ne trouvera grâce à leurs yeux. Je rejoins et j’approuve deux internautes dans cette analyse, même si souvent nous ne partageons pas les mêmes idées, ici je reconnais qu’ils sont des grands intellectuels, et des hommes de culture qui ont vécus nos régimes.

    Oui je confirme : Le meilleur allié du dirigeant actuel (moderne, qui a de l’envergure et qui veut aller de l’avant...), c’est la critique, l’écoute oreilles grandes ouvertes tous azimuts, ça n’est pas la flatterie d’un aréopage de porte-cotons. Et je pense que le président du Faso est un politicien avisé qui a lu par cœur ‘’La Fontaine,’’ et il le connaît pas par cœur, à commencer par "Apprenez que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute !" Car, le succès de la politique en période électorale, dépend largement de l’adhésion des populations primaires au projet et au programme du candidat, au pragmatisme, au dynamisme et à l’innovation de celui-ci sur fond de vérité. En écoutant la population primaire dans les villages et les petites villes, par rapport à quelques internautes sur la toile qui bombent les poitrines, on peut dire que la population primaire est mieux outillée pour l’alternance politique voulu par le peuple le 31 Octobre 2014, car ce régime mouta mouta en liquidant les dossiers des crimes odieux, ouvre le chemin de la vraie réconciliation nationale. Et cela, il suffit d’écouter la population primaire sous l’arbre à palabre dans le Passoré, ou au Sud- Ouest. Cher internautes de bonne foi, J’ai les 70 piges passé, et je ne veux pas être la honte de ma génération, car je refuse qu’on coupe les racines de l’alternance politique, je voudrais apporter ici un peu de fraîcheur à la mémoire collective que tentent d’effacer ceux dont j’appelle des internautes contrebandiers du Forum de Lefaso.net. Parce que c’est comme ça qu’on doit appeler un internaute aux multiples pseudos comme Sapience et autres.

    Conclusion : De grâce mes frères et mes sœurs, ouvrons les yeux et apportons notre pierre à l’édifice pour avancer tous ensembles, ne soyons pas aveugles, le Burkina nérite mieux que ça.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet à 22:16, par jeunedame seret En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    À quoi sert une image de ROCK à un déplacé sans sécurité ? À quoi sert un don à ces sans-domicile par l’entremise du MPPà petit Paris ? À quoi sert cette publicité de don à des gens sans autre garantie de sécurité et de récupération d’habitat à l’avenir ?

    Répondre à ce message

  • Le 8 juillet à 00:14, par Mkouka En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    Ouah ! Cela fait longtps que jai lu une analyse aussi reflechie et pragmatique. Ca donne a cogiter internaute Ka. Qui peut mieux dire ? Ou est l’esprit constructeur et Patriots ? Chapeau Ka.? Et surtout continue de rappeler a l’ordre.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juillet à 08:52, par songdo En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    Ceux qui ne veulent pas les retenues IUTS SUR LEUR SALAIRE peuvent démissionner ,nous du privé plus de 30 ans on nous coupe et ce n’est pas le même taux appliquer à celui de la fonction publique nous du privé on paie plus et on est content de contribuer à la construction du pays.Le gouvernement doit continuer à suspendre les salaires des grévistes,pas travailler pas de salaire.Le doit gouvernement doit lancer un ultimatum celui qui ne veut pas travailler peut demissionner et on recruter nos enfants qui cherchent du travail.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juillet à 09:04, par poko En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    bonjour. je demande a monsieur le président du mpp qui est à l’origine de la greve des syndicats ? en instituant l’iuts avez vous pensez a ces familles a ces enfants dont les parents manque de moyens pour subvenir a leur scolarité ? avez vous réfléchi et analysez les impacts de l’iuts sur le vécu des fonctionnaire ? Je vous rappel qu’un seul fonctionnaire nourrit environ 10 a 15 bouches au bf. surtout si tu viens d’une vient d’une famille où tu es le seul a avoir un revenu mensuel. le régime du MPP est en déphasage avec les réalités que vivent la population. un régime vereux et appre au gain a la luxure et tout son corollaire.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juillet à 10:55, par Ka En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    Merci Mkouka : Je commence à en avoir marre des répondeurs automatique de l’ancien régime exilés a l’extérieur et ne veulent plus entendre de ce qui peut faire avancer le pays, que des critiques de dénigrements a ceux qui essayent de réparer leurs erreurs. Comme disait notre valeureux Norbert Zongo, « le pire ce n’est pas la méchanceté des hommes mauvais, mais le silence des hommes biens ».

    Quand je lis quelques internautes qui ne se cachent pas qu’ils sont de l’ancien régime, et qui oublient qu’ils sont coupables, je leur demande au moins de reconnaître qu’ils sont responsables de la situation où nous avons placé notre pays en hypothéquant son devenir dans les mains des terroristes quand ils prenaient le thé dans les salons climatisés de Kossyam.

    En tant qu’un internaute de bonne foi, et qui cherche à faire avancer le pays que nous aimons toutes et tous, je demande aux internautes haineux contre le régime mouta mouta, de départir de leurs haines, et de savoir qu’il est plus facile de détruire que de construire. Oublier votre haine et impliquons toutes et tous dans la quête d’un nouveau départ.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juillet à 12:26, par Le Sage En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    Je pense qu’au Burkina il y a toujours des inconscients et des hypocrites. Par exemple, l’internaute Songdo avec son intervention 25 nous montre qu’il n’est pas très intelligent. Ce sont des gens comme ça qu’il ne faut surtout pas laisser arriver au pouvoir, car tout ton raisonnement à toit Songdo est : "puisse qu’on me coupe l’IUTS sur mon salaire, il faut qu’on augmente le montant de l’IUTS qu’on coupe sur votre salaire...." . Quelle idiotie ! Quelle platitude de raisonnement ! Quelle manque de culture ! Il te faudra tout simplement aller bien t’informer sur les médias, dans les journaux et au près des syndicats. On ne dit pas de ne pas couper l’IUTS. On dit de ne pas augmenter l’IUTS ! Toi Songdo, tu me fait pitié avec ton intervention 25.. .

    Répondre à ce message

  • Le 8 juillet à 14:25, par songdo En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    Même avec l’attaque terroriste qui a fait 10 morts et des blessés vous syndicats avez maintenu votre grève , vous êtes des criminels en puissance.Vous n’êtes pas humains pendant que des FDS meurent tous les jours pour nous proteger ,des travailleurs grèvent pour une augmentation de salaire .Le gouvernement doit frapper fort les grévistes.Nos enfants ont les mêmes diplômes que vous qui demande juste le minimun pour se nourrir.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juillet à 14:53, par songdo En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    Internaute le Sage, en quoi je te fais pitié,tu me vois mendier,je dis la vérité.Vous vous cacher sous le couvert du syndicalisme pour faire la politique,je suis du syntragmi, jamais je vais vous suivre dans ce combat de syndicalisme déguisé.

    Répondre à ce message

  • Le 9 juillet à 00:05, par Sidpawalmde En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    Vous voulez une réponse ? le pays se meurt, le pays est au plus mal.... si ça ne vous suffit pas, sachez qu’on a marre des détournements, de l’attentisme, du népotisme, du favoritisme, de l’insécurité, ....je continue ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 juillet à 09:57, par Oscar En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    Simon, à quoi sert les détournements, la gabegie et la malgouvernance dans le contexte que nous avions.

    Répondre à ce message

  • Le 9 juillet à 12:19, par Alexio En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    Ou est passe le patriotisme burkinabe ? Des femmes par leurs propres initiatives ont posees leur petite pierre a nos sinistes invonlontaires.

    Cette destabilisation des pays saheliens par la France est une geoppolitique calculee pour se renforcer ses bases militaires dans la sous -region. pour nous controller et ses interets belliqueux en Afrique. Par le biais des ses entreprises qui ne payent pas presque d impots.

    Elle nous divisent pour regner. C est neocolonialisme. Nos Gouvernements ne pourrons jamais nous developper tant que cette France a les mains mises sur toute notre economie et notre securite bancale qu elle seule a l art de son equilibriste politique.

    Son double jeu avec ces bandits-la. Elle etait courant des deal que l ancien regime de Blaise Compaore ourdait avec ses pseu-do terroristes qui echangeaient les turistes europeens avec Gilbert Diendere.

    Bref, tant que les entreprises francaises qui sont sur nos sol, il ny aura pas de vrai progres. Surtout l imposition de la nouvelle monnaie l ECO pour remplacer le Franc CFA en contrecarrant lce projet de la CEDEAO, et puis la diviser par les traitres de l Afrique Macky Sall. AlassaneOuattara.

    Pour piller nos ressources minieres et les entreprises francaises comme Bollore a rappartrier les capitaux a des taux fixes avec L EURO.

    Ce marche de dupes que toute la population africaine devrait lever en un seule homme combattre cette servilite et nazisme monetaire depuis 75ans aujourdhui. C est nous pays dit Francophones qui sont a la traine.

    Par rapport aux Anglophones.
    S assoir sur ses fesses ne va resoudre ce chalenge eternel.

    Chacun de nous doit se poser cette question : Qu est ce que j ai fait pour le Burkina Faso ? Au lieu de se poser la question : Qu est-ce -que le Burkina Faso m an donner ?

    C est cela du patriotisme.

    Répondre à ce message

  • Le 9 juillet à 18:28, par Le Sage En réponse à : Fronde sociale : « A quoi sert une grève dans le contexte que nous vivons … ? », questionne Simon Compaoré président du MPP

    Dans l’intervention 29, un internaute demande de frapper fort. Je pense que cette internaute est un criminel je m’explique : un fonctionnaire qui a des problèmes pour nourrir ses enfants, pour scolariser ses enfants, pour coller sa moto et se déplacer, les cousins et les neveux du village à entretenir…… bref, je pense qu’avec ton salaire du privé tu ne connais pas ça.
    Au lieu de dire au gouvernement de frapper un tel fonctionnaire, tu feras mieux de dire au gouvernement de le tuer en même temps.
    Mon soucis est de vous faire comprendre que vous qui n’avez pas de problèmes d’argent pour vivre au Burkina, vous ne devez pas ignorer qu’il y a des gens comme nous dont leurs salaire ne leur permet pas de vivre dignement. Pour ces gens-là, couper 6 000fr de plus dans leur salaire, c’est leur dire de ne plus donner le pain à leur enfant le matin (calcule bien) ou bien de ne pas mettre l’essence dans leur moto pour aller à au travail (calcule, ça fait l’argent de l’essence du mois) ou de ne plus donner le sac de mil à son papa qui est au village et qu’il nourrit mensuellement.
    Bien-sûr, tu ne connais pas tous ces galères ……
    Il faut donc ouvrir ton esprit, ton intelligence et ton cœur pour comprendre que l’augmentation de l’IUTS n’est pas bon pour personne…… ni pour les gouvernants, ni pour les gouvernés…
    Les uns mange, les autre regardent le ventre creux : ainsi naissent les ……

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Modification du code électoral au Burkina : L’ Opposition non affiliée appelle à de larges concertations
Élections de 2020 au Burkina : 2 376 100 nouveaux inscrits, dont 41,90% de femmes, selon les statistiques brutes de la CENI
Siaka Coulibaly, analyste politique : « La situation de la sous-région prête au pessimisme »
Burkina Faso : Quand les partis politiques bradent la dignité humaine !
AG des établissements publics de l’Etat 2019 : 16,801 milliards de dettes soit une baisse de 73% par rapport à 2018
Message de Son Excellence le Premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré à l’occasion du 05 août
Bonne gouvernance : L’Autorité de contrôle d’Etat lance une plateforme électronique destinée aux déclarations de patrimoine
Servir et non se servir (SENS) : Le mouvement pour « oser l’avenir avec une politique autrement »
MPP : La direction politique a échangé avec les prétendants aux élections législatives
Vie politique burkinabè : « Il faut arrêter de percevoir l’Etat comme une vache à lait qu’il faut traire », prêche Pr Augustin Loada
Élections de 2020 au Burkina : Alpha Barry va à la rencontre des militants MPP de la commune de Sourgoubila
Province du Mouhoun : Le député Tini Bonzi à l’exercice de la redevabilité
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés