Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’art de plaire consiste simplement en deux choses : ne point parler dе sοi аux аutrеs еt lеur раrlеr tοujοurs d’еux-mêmеs.» Edmond et Jules de Goncourt

Ouahigouya : Le CDP/Yatenga en ordre de bataille

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Présidentielle 2005 • • mercredi 21 septembre 2005 à 07h55min

A quelque cinq semaines de l’ouverture officielle de la campagne présidentielle, les structures locales du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) de la province du Yatenga ont reçu ce samedi 17 septembre 2005 du matériel roulant et de sonorisation. C’est le directeur régional de la campagne du Nord, Yacouba Barry, qui a présidé la cérémonie en compagnie de quelques membres du bureau exécutif national (BEN).

28 motos hommes et dames. C’est l’équipement de campagne reçu par la section provinciale et les 13 sous-sections départementales du CDP/Yatenga. La cérémonie de remise a été précédée au siège du parti par une brève assemblée générale au cours de laquelle, les membres du BEN ressortissants du Yatenga et les délégués départementaux de campagne ont fait le bilan de la série de formation des représentants du parti dans les futurs bureaux de vote. Dans son discours d’ouverture, le directeur régional de la campagne du Nord, Yacouba Barry, après avoir rappelé les six axes du prochain mandat du candidat Blaise Compaoré, a exhorté ses militants au respect de leur "part du contrat social".

"Loin d’être une sinécure comme prétendent certains, cette campagne présidentelle et notamment notre victoire au soir du 13 novembre nous recommandent de redoubler nos efforts sur les chantiers de la bataille". Après avoir plus tard présenté l’ossature du plan de campagne basé sur la responsabilisation des militants de base, M. Barry a insisté sur le retrait des cartes électorales qui sont un "important dispositif pour une victoire éclatante au soir du 13 novembre".

Avant de se rendre dans la province du Zondoma où le parti est en proie à des querelles intestines, le chef de la campagne du Nord qui affirme pourtant qu’il n’y a pas de problèmes dans ladite localité (lire encadré) nous a confié : "Nous souhaitons surtout que la campagne se déroule dans un esprit de cohésion du parti".

Alain St-Robespierre


Yacouba Barry : "Avec l’ADF/RDA ou pas, le CDP est le premier parti au Nord"

Après la cérémonie, le directeur de la campagne du CDP dans la région du Nord, Yacouba Barry, nous a accordé un petit entretien. Il se prononce ici sur les chances de son parti, le soutien de l’ADF/RDA au candidat Blaise Compaoré et sur la vie de son parti au Zondoma.

Comment entrevoyez-vous la campagne au Nord quand on sait que trois de vos adversaires (Me Bénéwendé Sankara, Ram Ouédraogo et Ernest N. Ouédraogo) sont originaires du Nord ?

• Vous savez, le programme politique n’est pas lié à l’origine de quelqu’un. Nous avons vu notre candidat à l’œuvre. Il a un bilan positif qu’il défend. Notre parti est le plus grand. Aux dernières consultations électorales sur les suffrages exprimés, le CDP a engrangé 51% des voix dans la région. Au-delà du CDP, il y a 26 partis de l’AMP qui nous soutiennent. Alors, nous n’avons pas à être inquiets de la présence de candidats originaires de la région. Les gens savent qui est porteur de développement et qui est porteur d’illusions.

Mais êtes-vous d’avis avec ceux qui pensent que le combat est gagné d’avance ici au Nord avec le soutien de l’ADF/RDA ?

• Soutien de l’ADF/RDA ou non, dans la région, le CDP est le premier parti. Je peux dire qu’il n’y a pas de raison que nous ne soyons pas premiers. Toute initiative qui tend à nous soutenir, nous l’accueillons favorablement. Mais comme nous sommes en politique, nous travaillons en tenant compte du fait que nous n’avons que des alliés conjoncturels.

Les dissensions au CDP/Zondoma ne risquent-elles pas de vous causer des ennuis dans la province ?

• Il n’y a pas de problèmes au CDP/Zondoma. C’est l’expression d’une maturité avec des débats contradictoires que l’on y constate. Je déplore souvent que l’argument de la force triomphe de la force de l’argument. Tous ceux qui discutent soutiennent le président Blaise Compaoré. Nous allons travailler à ramener la cohésion. Maintenant qu’il y a les élections, je pense que les gens vont faire preuve de dépassement de leurs contradictions primaires pour le combat le plus objectif à savoir la victoire de notre candidat au soir du 13 novembre.

Entretien réalisé par Alain St-Robespierre

L’Observateur

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Election présidentielle : Le satisfecit de la JUNA, du RAJS et de CERVO d’Afrique
Groupe des cinq : Savoir raison gardée
La gueule de bois des lendemains électoraux !
Les leçons d’un scrutin
Présidentielle 2005 : Ce qui devait arriver arriva
L’opposition burkinabè : Les causes d’une défaite
L’après élection du 13 novembre : Tentatives maladroites d’atténuer une défaite cuisante
Analyse des résultats : On récolte ce qu’on a semé
Analyse des votes : Pourquoi certains ont voté blanc ou nul ?
Burkina : "Une démocratie chancelante, balbutiante, frileuse"
Présidentielle au Nahouri : Le PAI analyse sa défaite
Election présidentielle : L’AJCBC dit merci à la jeunesse
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés