Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les nations sont nées dans le cœur des poètes, elles prospèrent et meurent dans les mains des politiciens.» Mohamed Itqbal (poète, barrister et philosophe de l’époque de l’Inde britannique)

Situation nationale : Le Balai Citoyen pose son diagnostic

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • jeudi 11 juin 2020 à 22h20min
Situation nationale : Le Balai Citoyen pose son diagnostic

Le Balai Citoyen n’est pas du tout satisfait de la situation sécuritaire, et des scandales à répétition que connait le Burkina Faso ces dernières années. Il l’a fait savoir ce 11 juin 2020 à l’occasion d’une conférence de presse tenue à son siège à Ouagadougou.

Pour la première conférence de presse de l’année 2020, le Balai Citoyen a ratissé large. Les sujets d’actualité sont à la pelle et l’Organisation de la société civile (OSC) les a passées en revue. Les attaques terroristes ne faiblissent pas et continuent de faire davantage de victimes, aussi bien au sein des populations civiles que des Forces de défense et de sécurité. Mais le Balai constate qu’en face, la réponse du régime au pouvoir est largement en deçà des attentes.

Les conférenciers ont pointé du doigt les capacités opérationnelles de l’armée nationale qui demeurent insuffisantes, selon eux, pour garantir la sécurité sur l’ensemble du territoire. Ils en viennent à se demander pourquoi cette lenteur à fournir à l’Armée une puissance de feu suffisamment dissuasive pour neutraliser les terroristes.

« De notre conviction, le problème n’est ni le courage des hommes de rang, ni la compétence de nos officiers à dérouler une stratégie de sécurité et de défense adaptée à la situation. Le problème se situe au niveau des moyens (équipement, prime), de l’organisation (déploiement/localisation, nomination/responsabilisation, centre de décision, procédures) et des décisions politiques du régime actuel », a clamé Eric Ismaël Kinda, porte-parole du mouvement qui a introduit les échanges avec les journalistes.

Lui et ses camarades ont ainsi, « dénoncé avec la plus grande énergie » les tergiversations concernant notamment la dotation en armement adéquat des FDS, pendant ce temps, « ce sont des civils appelés « Volontaire pour la Défense de la Patrie (VDP) » qui sont armées ».

Des volontaires à encadrer

Le Balai Citoyen n’est pas contre l’institution des Volontaires pour la Défense de la Patrie (VDP) mis en place pour aider à la lutte contre le terrorisme. Par contre, il émet des réserves sur les modalités actuelles de leur opérationnalisation et de leur encadrement « qui comportent à bien des égards des indices dangereux pour l’avenir et doivent impérativement être revues ».

Pour étayer sa position, l’OSC indexe la durée de formation de ces volontaires qui est de 14 jours. Selon les conférenciers, ce délai est largement insuffisant pour assimiler le maniement des armes, le civisme et le respect des droits humains. « Cela ne garantit en rien que ces volontaires puissent se départir de l’esprit de vendetta », préviennent-ils.

Les conséquences de ces insuffisances dans le recrutement et l’encadrement sont déjà visibles, moins d’une année après l’opérationnalisation de ces civils en armes. « De nombreuses bavures dans les régions du Sahel, du Centre-Nord et de l’Est par exemple leurs sont attribuées par des organisations de lutte et de défense des droits humains », ont ajouté les conférenciers.

Eric Ismaël Kinda, porte-parole du mouvement poursuit en expliquant que l’encadrement n’est pas seulement matériel, militaire et technique, mais doit intégrer des données comme le respect strict des droits de l’homme dans un contexte de démocratie.

« Dans cette crise sécuritaire, il y a ce qu’on appelle la stigmatisation des communautés. Ce sont des donnes qu’il faut absolument intégrer dans la formation des volontaires pour la défense de la patrie. Sans demander que la durée de leur formation soit la même que celle des militaire de façon classique, nous pensons qu’il y a des efforts à faire », a défendu le porte-parole du mouvement.
La mauvaise gouvernance l’autre mal à combattre

La presse ne cesse de révéler des scandales dans la gestion des affaires publiques. Pour le Balai Citoyen, c’est « véritablement affligeant, qu’un régime post-insurrectionnel puisse s’offrir le luxe d’un tel record de dossiers sales et d’impopularité en très peu de temps ». Alors que le dossier dit de « charbon fin » n’est pas encore élucidé, voilà désormais celle des « folles dépenses du Maire de Ouagadougou Armand Pierre Beouindé » et bien d’autres affaires qui impliquent des bonzes du régime.

Comment peut-on demander au peuple de se serrer la ceinture alors que les princes du jour ne montrent pas l’exemple ?, se demande l’OSC. Une occasion pour exhorter les Institutions de contrôle et de répression, notamment l’ASCE-LC, ainsi que la Justice à avoir un regard particulier sur le dossier qui accable le maire de la capitale.

Dans la même veine de la mauvaise gouvernance, le mouvement a félicité le REN-LAC pour sa plainte qui a abouti à l’incarcération de l’ancien ministre en charge de la défense, Jean-Claude Bouda pour faux et usage de faux en écriture privée, délit d’apparence et blanchiment de capitaux. Sans triomphalisme, alors que le dossier est en cours, les conférenciers ont dit leur détermination à rester en veille pour l’aboutissement de la procédure.

Des élections à bonne date

En novembre 2020, le peuple Burkinabè sera appelé aux urnes pour choisir le président du Faso et les députés. Les voyants ne sont pas au vert pour l’instant, et certains groupes sociaux n’hésitent pas à suggérer le report de ces consultations électorales. Mais pour le Balai Citoyen, il faut éviter toute crise institutionnelle qui viendra se greffer aux multiples crises que vit déjà le pays. Autrement dit, il faut tenir les élections à bonne date.

« Malgré la situation sécuritaire difficile dans de nombreuses localités du pays, nous estimons que par principe, en tant que démocrates, le calendrier électoral doit être respecté (…) Ne pas tenir les élections à bonne date, reviendrait, d’une part, à capituler face au terrorisme et d’autre part, à ajouter un problème ; créer les conditions d’une crise institutionnelle et un désordre politique », ont clamé les animateurs.

Mais, se sont-ils repris, si un dialogue national est organisé avec toutes les composantes de la nation et dégage une position claire qu’il faut reporter les élections, tous les Burkinabè devront y adhérer. En attendant, le Balai Citoyen insiste pour dire qu’il ne faut pas laisser seulement les politicien « de profession », décider de la tenue ou non des élections.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 12 juin 2020 à 00:32, par DuBois En réponse à : Situation nationale : Le Balai Citoyen pose son diagnostic

    C’est bon de savoir que le balai citoyen soit actif sur les questions de démocratie au Burkina et en Afrique. Mais, en rappel, la diaspora africaine a également soutenu moralement leurs actions. Cependant, je suis choqué par le silence assourdissant du balai sur la mort de George Floyd, le racisme et la déshumanisation du Noir. Nous attendons toujours l’esprit de solidarité. Le point fermé du balai citoyen est aussi le symbole de lutte de Black Life Matters aux Etats-Unis et partout dans le monde. Pourquoi le Balai Citoyen est silencieux ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 juin 2020 à 09:09, par Yao En réponse à : Situation nationale : Le Balai Citoyen pose son diagnostic

    Hélas, plus personne ne vous écoute depuis que vous vous êtes révélés être une OSC opportuniste ayant accompagné les militaires au pouvoir, devoyant ainsi l’insurrection en 2014 ! Dommage pour une organisation qui a pourtant fait rêver la jeunesse en son temps !!! Voyez vous même, vous n’avez plus aucun crédit. Comme quoi, toute trahison se paye toujours cash et pour toujours.

    Répondre à ce message

  • Le 12 juin 2020 à 13:49, par L’Afro-optimiste En réponse à : Situation nationale : Le Balai Citoyen pose son diagnostic

    Félicitations au BALAI CITOYEN pour cette déclaration.Force et honneur...Peace

    Répondre à ce message

  • Le 12 juin 2020 à 15:18, par Lom-Lom En réponse à : Situation nationale : Le Balai Citoyen pose son diagnostic

    Vous constaterez par vous-même qu’à cause du comportement malsain de certains de vos militants, votre propre Balai est entrain de vous balayer de la conscience collective ! Franchement, certaines OSC polluent plus la vie du Burkina Faso après les terroristes armés. Il serait plus courageux pour certains leaders d’OSC de créer des partis politiques puisqu’il n’y a pas de limitation de nombre de partis dans notre pays, de battre campagne et de gagner haut la main les élections. Ce qu’on voit aujourd’hui, c’est une foule de groupuscules dont les identités encore plus floues que leurs responsables, subitement surpris par le temps et constatant que contrairement à ce qu’ils ont pensé, les élections auront bel et bien lieu en Novembre prochain, s’agitent à chaque coin de rue avec des conférences de presse ! Sans les élections personne n’ira à l’Assemblée par la courte échelle comme du temps de la Transition ; Arrêtez de rêver avant qu’il ne soit trop tard pour vous !

    Répondre à ce message

  • Le 12 juin 2020 à 16:08, par Yako En réponse à : Situation nationale : Le Balai Citoyen pose son diagnostic

    Chers amis vous êtes aussi comptables de cette situation apocalyptique que vit le pays depuis 6 ans.En effet, en voulant trop les raccourcis certes vous avez changé le régime mais vous n’avez pas été capables de construire la paix et la stabilité.Ja crois sincèrement qu’à partir du moment où vous avez créé le vide et faciliter ainsi l’installation des terroristes dans le pays vous êtes aussi terroristes. Yako

    Répondre à ce message

  • Le 12 juin 2020 à 17:58, par Sacksida En réponse à : Situation nationale : Le Balai Citoyen pose son diagnostic

    En outre, courage au Balai Citoyen qui a joue son avant et pendant la Transition Politique de 2014 a 2015 ; laquelle Transition malgre des problemes a accomplit son role de maniere honnete pour que des elections generales et democratiques puissent avoir lieu en Novembre 2015. Continuez votre role citoyen malgre les ingratitudes et des insultes. Vous faites partie des OSC credibles au Burkina et en Afrique. Que Dieu vous accompagne. Salut.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Gendarmerie nationale : La 48e promotion des élèves sous-officiers présentée au drapeau
Site minier de Sanbrado (Ganzourgou) : Une quarantaine de femmes formées au métier de tissage
Contrôle des surcharges des véhicules : La presse s’imprègne du processus de pesage
Journée de la chaire UNESCO : Les enjeux de développement et les crises sécuritaires en Afrique scrutés
Gestion des menstrues en milieu scolaire : Un besoin de plus de 300 milliards de FCFA
Lutte contre la résistance aux antimicrobiens : Les chercheurs en santé en conclave à Ouagadougou
Journée nationale de lutte contre la pratique de l’excision : La 21e édition interpelle les jeunes à plus de dynamisme et de synergie d’actions
Commune de Nanoro (Centre-Ouest) : Il faut sauver le collège de Soala en dégradation
Affaire Lionel Kaboui : Un an après, la famille réclame toujours justice
Andemtenga (province du Kouritenga) : Plus de 1100 élèves abandonnent l’école au profit de l’or
Burkina Faso : Trois trafiquants d’ivoire condamnés à des peines de prison ferme
Mortalité infantile et planning familial : L’ONG DMI présente les résultats de ses campagnes médiatiques à ses partenaires
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés