Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a deux façons de faire face aux difficultés : soit on les transforme, soit on se transforme en les affrontant» P. Bolton

Lycée Philippe-Zinda-Kaboré : Une rencontre divise les élèves en classe d’examen

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • samedi 6 juin 2020 à 13h59min
Lycée Philippe-Zinda-Kaboré : Une rencontre divise les élèves en classe d’examen

Les élèves en classe d’examen des lycées et collèges de la ville de Ouagadougou étaient devant la presse ce vendredi 5 juin 2020, pour livrer leur opinion concernant le sort réservé à l’année scolaire 2019-2020. Cette rencontre a été perturbée par un autre groupe d’élèves du lycée Philippe-Zinda-Kaboré. Pour les perturbateurs, les élèves qui ont organisé la conférence de presse ne représentent pas les élèves, mais plutôt l’administration de l’établissement.

Secouée par des crises à répétition, l’année scolaire 2019-2020 a vu son sort finalement scellé par la pandémie du Covid-19. Pour éviter une année blanche, le gouvernement a décidé de valider l’année des classes intermédiaires et de faire reprendre les cours le 1er juin dans les classes d’examen.

Ainsi, les élèves en classe d’examen des lycées et collèges de la ville de Ouagadougou, initiateurs de la rencontre avec la presse, ont salué cette démarche gouvernementale qui vise à sauver l’année. Mieux, ils soutiennent que leur joie serait totale si tous les acteurs du système éducatif acceptent d’accorder leurs violons pour les accompagner jusqu’à la fin de l’année. Dans ce sens, ils invitent les uns et les autres à « taire leurs querelles politico-politiciennes pour ne pas prendre en otage leur avenir ». Aussi, ils disent se démarquer « des associations fantômes de pseudo-élèves manipulés et téléguidés par des individus extrémistes aux objectifs égoïstes et lugubres ».

Des élèves lors de la rencontre

Pour Steven Tiendrebéogo, membre de ce regroupement d’élèves en classe d’examen des lycées et collèges de Ouagadougou, « le monde entier a été touché par le Covid-19. Et l’Etat a pris une décision pour nous éviter une année blanche. Maintenant, s’il y a des camarades qui sont corrompus par certains syndicats qui veulent boycotter les évènements, il y a un souci ». Il invite dont le gouvernement à prendre des mesures pour leur permettre de finir l’année scolaire dans de bonnes conditions.

Steven Tiéntrebréogo, membres des élèves en classe d’examen des lycées et collèges de la ville de Ouagadougou

Toujours selon Steven Tiendrebéogo, les élèves en classe d’examen sont conscients et soucieux de leur avenir, car leurs parents ont énormément investi pour eux dans le cadre de leurs études. Pour lui, le problème entre les syndicats et le gouvernement n’engage que les deux parties. Eux, ils ne sont pas à l’école pour porter un jugement sur les deux acteurs de l’éducation.
Cependant, au cours de la conférence de presse, un autre groupe d’élèves se réclamant du lycée Philippe-Zinda-Kaboré, a surgi dans la salle pour mettre fin à la rencontre avec les journalistes.

L’arrivée des perturbateurs dans la salle de conférence

Ces élèves, en nombre impressionnant, ont déchiré, devant l’assistance, les déclarations de leurs camarades en conférence de presse. « Nous avons mis fin à cette conférence parce que nous ne sommes pas d’accord. Les conditions de reprise des cours ne sont pas réunies. Les cache-nez ne sont pas de qualité et les mesures barrières ne sont pas respectées », s’insurge Alice Sawadogo, du groupe des perturbateurs. Les dissidents ajoutent que la distanciation physique dans les salles de classe ne sont pas respectées, et les lave-mains ne sont pas insuffisants. Pis, depuis la reprise, des enseignants refusent de venir faire cours parce que les mesures édictées par le gouvernement ne sont pas respectées.

Alice Sawadogo en classe de terminale , du groupe des perturbateurs

Face à cette cacophonie, nous avons approché l’administration pour mieux comprendre cette brouille entre les élèves.

Au courant de cette rencontre avec presse, le proviseur de l’établissement, Alexis Kyelem, soutient que ce n’est pas la première fois que des élèves demandent la salle pour une rencontre. Selon lui, certains élèves, qui devraient animer cette conférence, sont du lycée Zinda et d’autres établissements de la ville. Il regrette néanmoins ce qui est advenu lors de cette rencontre. Il nie en bloc les déclarations faisant croire que cette conférence a été organisée par l’administration.

Profitant de cette occasion, le proviseur Alexis Kyelem a appelé les élèves à avoir un comportement qui permette aux uns et aux autres de pouvoir s’exprimer dans la liberté. Il rassure que l’établissement a reçu suffisamment de matériel pour respecter toutes les mesures édictées par les autorités.

O.I.
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 6 juin à 14:19, par james En réponse à : Lycée Philippe-Zinda-Kaboré : Une rencontre divise les élèves en classe d’examen

    Je suis un peu perdu face aux deux interventions. Est ce que la nommée SAWADOGO Alice est elle réellement une élève en classe de Terminale ou bien elle est amatrice de la classe. Sinon elle devait savoir que son acte est inadmissible et si elle était ma fille elle le regrettera parce qu’elle ne sait pas comporter en futur cadre de ce pays. Si chez elle l’école est un second plan elle doit se réveiller. Si au cours des trimestres passés elle s’est amusée et que les choses tournent mal chez elle, au moins un peu de retenu.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin à 14:36, par PIONG YANG En réponse à : Lycée Philippe-Zinda-Kaboré : Une rencontre divise les élèves en classe d’examen

    Pauvre Burkina. On ne sais même plus a quel saint se vouer. Tellement les esprit mauvais semblent avoir plus d’écho que les sages. A quoi bon de pousser les revendications jusqu’à une année blanche ? A qui profite une année blanche ? Bien-sure, à ceux qui ont déjà leurs diplômes. Et la pauvre manipulé qui réclame les conditions qu’elle n’a pas chez elle même finira par... se marier par dépit.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin à 17:06, par fidèle En réponse à : Lycée Philippe-Zinda-Kaboré : Une rencontre divise les élèves en classe d’examen

    si certain pense que la rentrée peut s’effectuer sans les enseignants alors continuons. comment pouvez vous imaginer que les enseignants aient leur salaire couper et on veut qu’ils viennent faire cours ?
    Pour ma part le gouvernement veut sacrifié l’éducation burkinabé pour ne pas dire qu’il l’a déjà sacrifié.
    je me demande comment un élève peut dissocié le sort des élèves de celui des enseignant a plus forte raison mes prédécesseurs, pour votre information y’a pas d’élève sans enseignants et vice versa

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin à 17:35, par David En réponse à : Lycée Philippe-Zinda-Kaboré : Une rencontre divise les élèves en classe d’examen

    Les élèves qui ne veulent pas aller composer aux différents examens sont libres .
    Aussi, vous êtes libres de décider de redoubler pour reprendre vos classes en 2020/021.
    Ce qui est sûr, tous les examens du primaire au supérieur auront lieu conformément au dernier calendrier du gouvernement. Il n’ y a pas lieu qu’on essaie de nous encombrer avec ça. Chacun est libre d’aller composer ou de ne pas aller composer. Chaque parent d’élève sait comment il sait saigner pour faire face aux charges scolaires de ses enfants. L’argent ne se ramasse pas.Tous ceux qui rêvent de perturber le parachèvement de l’année scolaire verront les parents d’élèves s’opposer à leur plan. La perturbation de l’année scolaire à cause de la COVID 19 est une réalité mondiale. Donc l’année scolaire 2019/2020 ne peut être une année comme les autres. Il faut voir la réalité en face.
    Tous les parents d’élèves doivent faire preuve d’une extrême vigilence, pour que nous barrons la route aux mensonges, à la démagogie et au populisme.
    Bravo au gouvernement qui a eu la sagesse de valider l’année scolaire par cette bonne formule.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin à 17:54, par tengen-biiga En réponse à : Lycée Philippe-Zinda-Kaboré : Une rencontre divise les élèves en classe d’examen

    Il n’est pas correcte d’aller perturber l’activité des autres même si on ne partage pas leurs points de vue.

    Le civisme commande que le groupe d’élèves, qui a perturbé la conférence, organise elle aussi une conférence de presse pour expliquer leurs points de vue.

    Il serait bon d’expliquer aux burkinabès que leur pays n’a pas jusque là atteint un niveau de développement, tout critère pris en compte, qui permette que des conditions idéales soient réunies pour telle ou telle chose.

    Sachons faire avec le minimum. Si on attend d’avoir l’idéal, on attendra longtemps.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin à 20:15, par KABORE En réponse à : Lycée Philippe-Zinda-Kaboré : Une rencontre divise les élèves en classe d’examen

    Où sont les parents dans tout ça ? je crois savoir qu’il y’a une association qui regroupe les parents des établissement privé comme du public, c’est elle qui devait s’exprimer. Après on s’étonne que les enfant s’adonne à des combats et acrobaties sur la voie publique.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juin à 08:06, par Fino En réponse à : Lycée Philippe-Zinda-Kaboré : Une rencontre divise les élèves en classe d’examen

    Pourquoi employer des termes perturbateur sa passe mais dissident ça montre clairement la subjectivité de cette rédaction !!!!! En quoi est ce mal qu’il ne reconnaisse pas se groupe d’étudiants qui es clairement manipule par l’administration !!! Ils ont exposé leurs mécontentement et avec raison ....plutot que de les discréditer lefaso net devait vérifier leurs dire !!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 7 juin à 08:27, par Le Patriote "Le vrai" En réponse à : Lycée Philippe-Zinda-Kaboré : Une rencontre divise les élèves en classe d’examen

    Pour le groupe des perturbateurs représentés par Mlle Sawadogo Alice « les lave-mains ne sont pas insuffisants ». Bravo à vous et restez chez vous à la maison. De cette façon qui rira bien rira le dernier en fin d’année. Mlle Sawadogo, vous avez intérêt à ne pas suivre des mots d’ordre de vieux lutteurs fatigués même de vivre et qui sont au soir de leur vie qui cherchent à casser votre dynamique pour des intérêts inavoués. Dites merde aux bakouninistes burkinabè et suivez tranquillement vos cours pour votre propre succès. C’est la première fois que notre pays est confronté aux problèmes qui nous assaillent et au fur et mesure les choses rentreront dans l’ordre pour le bonheur de tous y compris vous, Chaque jour, l’organisation de la société est un perpétuel apprentissage pour arriver au top..

    Répondre à ce message

  • Le 7 juin à 18:08, par Psycho En réponse à : Lycée Philippe-Zinda-Kaboré : Une rencontre divise les élèves en classe d’examen

    Pauvre de nous ! Pauvre ALICE SAWADOGO. Si tu trouve que les conditions ne sont pas réunies tu peux rester à la maison. Toute ta litanie de revendication est celle des anarcho-Syndicalistes qui n’ont aucun souci pour la nation mais qui veulent saboter l’année scolaire. Une année perdue est au détriment de qui ? C’est vous éleves inconscients. Ces élèves doivent etre sanctionnés ALICE à montré au grand jour que son éducation est à revoir. De plus généralement les élèves dont le niveau laisse à desirer se satisfont du desordre. ALICE en est un exemple certainement.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Ouagadougou : « Pas de route, pas de votant », préviennent les habitants de Rimkiéta
Épreuves écrites des examens 2020 : Le ministre Ouaro souhaite un bon déroulement de la session et plein succès aux candidats
Don Bosco Mullan : L’Irlandais qui veut ériger un monument du capitaine Thomas Sankara au siège de l’Union Africaine
Justice : Safiatou Lopez écope de 24 mois de prison ferme
Questions sécuritaires et sociales : L’AJUDE-BF prône des solutions endogènes
Lutte contre le paludisme : La campagne de prévention lancée à Ziniaré
Education : Le Lycée scientifique national de Bobo-Dioulasso devrait recevoir ses premiers pensionnaires en octobre 2020
Lutte contre le Covid-19 : Dicko Fils, Habibou Sawadogo et Nourat s’engagent auprès de l’UNICEF
Axe Kantchari - Diapaga : L’escorte du président du CSC, Mathias Tankoano, victime d’une attaque terroriste
Loropéni : Un conflit communautaire fait 3 morts
Régularisation des indemnités des magistrats : L’intersyndicale dénonce un "plan funeste pour asphyxier financièrement" les acteurs
Lutte contre le paludisme : La campagne de chimio prévention débute le 13 juillet 2020
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés