Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a deux façons de faire face aux difficultés : soit on les transforme, soit on se transforme en les affrontant» P. Bolton

Gestion publique : Le Centre pour la gouvernance démocratique forme des agents publics et OSC sur la transparence budgétaire

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET • vendredi 5 juin 2020 à 13h08min
Gestion publique : Le Centre pour la gouvernance démocratique forme des agents publics et OSC sur la transparence budgétaire

Le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) a organisé une formation sur la transparence budgétaire, le jeudi 4 juin 2020, au profit d’agents des administrations publiques et privées et des Organisations de la société civile (OSC). L’objectif est de susciter un intérêt sur les questions qui concernent les budgets publics et leur gestion.

Ils sont plus d’une trentaine de personnes, issues de structures administratives et privées, à prendre part à l’atelier du Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) sur la transparence budgétaire. Les documents budgétaires, les politiques publiques, les principes budgétaires classiques et modernes, les liens entre politiques et budget, la participation des citoyens et OSC, le devoir de redevabilité, etc. c’est une panoplie de critères qui entrent en ligne de compte de la conception d’un budget public et sa transparence auprès du citoyen.

Selon Hermann Doanio, formateur et secrétaire exécutif du Centre d’études et de recherche appliquée en finance publique, le budget n’est pas la propriété de son exécutant (président du Faso, ministre, présidents d’institutions, maire, etc.). Ce dernier n’étant que le gestionnaire. Sa conception physique est du rôle du ministère de l’économie, entérinée par le conseil des ministres sous-forme d’avant projet de loi, qui sera adopté par le parlement. Une fois le budget adopté à l’Assemblée nationale, la Cour des comptes vérifie sa conformité avec la loi et le président du Faso procède à sa promulgation.

Hermann Doanio, formateur et secrétaire exécutif du centre d’études et de recherche appliquée en finance publique

Pour ce qui est de la transparence budgétaire, Hermann Doanio affirme qu’elle est un principe fondé sur la libre circulation de l’information concernant la conception et l’exécution du budget. Au-delà de l’information, le budget doit être facile à comprendre et à décortiquer par le citoyen pour s’inscrire dans une logique de transparence. Aussi, cette transparence implique la sincérité et une définition claire des fonctions des organes de l’État.

Au Burkina Faso, la retranscription du budget dans des langues nationales et la publication de ce budget, à travers les médias, participe à une transparence du budget de l’État. Par contre, la complexité des termes techniques, la participation morose du citoyen dans la conception du budget et le manque d’outil de justification de l’exécution du budget, sont une entrave à cette transparence budgétaire.

Participants

Sur une échelle de 100, le Burkina Faso a obtenu sa plus grande note en 2015, qui était de 43/100. En dehors de 2015, ses notes sont restées en deçà de 30 sauf en 2019 où il a aussi obtenu 31/100. Hermann Doanio apprécié cet état des faits comme une absence des documents qui peuvent permettre aux citoyens d’apprécier comme il se doit l’action des décideurs.

Étienne Lankoandé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Mines : Endeavour Mining devient le premier producteur d’or du Burkina Faso et d’Afrique de l’ouest et entre dans le top 15 mondial
Loi de finances rectificative 2020 : Les recettes budgétaires connaissent une baisse de 194,46 milliards de FCFA
Côte-d’Ivoire : Le gouvernement ordonne à QNET et autres entreprises de placements illégaux d’argent de cesser leurs activités
Economie : Comprendre la dette du Tiers-Monde
Economie : Le Comité de pilotage passe en revue la mise en œuvre du PNDES
Lassané Kaboré, ministre de l’Economie : « L’économie du Burkina se porte bien, malgré le Covid-19 »
Fonds Pananetugri : Les dossiers de candidatures sont attendus du 1er au 31 juillet 2020
Lutte contre la fraude fiscale et le blanchiment d’argent : Les pays africains réaffirment leurs engagements dans la transparence fiscale
Développement rural : Plus de 5 milliards de francs CFA prévus pour 481 microprojets
Burkina Faso : Le ministère du Commerce dévoile le dynamisme des investissements
28ème Assemblée générale des sociétés d’Etat : Les dirigeants des sociétés, invités à cultiver la rigueur dans leur gestion
Déclaration de monsieur le ministre du commerce à l’occasion de la journée mondiale des micros, petites et moyennes entreprises
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés