Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve.» Antoine de Saint-Exupéry

Bobo-Dioulasso : Le gardien de nuit d’une pharmacie, assassiné au cours d’un cambriolage

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mercredi 27 mai 2020 à 22h15min
Bobo-Dioulasso : Le gardien de nuit d’une pharmacie, assassiné au cours d’un cambriolage

Dans la matinée du mercredi 27 mai 2020, le corps sans vie du gardien de nuit de la pharmacie de l’Espérance, située au quartier Bindougousso de Bobo-Dioulasso, a été retrouvé dans l’arrière-cour de ladite pharmacie. L’infortuné a été tué au cours du cambriolage de l’officine. Les voleurs sont repartis avec seulement 140 000 F CFA.

Les fait sont relatés comme suit par le propriétaire de la pharmacie de l’Espérance : « C’est ce mercredi matin aux environs de 8h moins le quart qu’on a constaté qu’il y a eu un cambriolage dans l’officine. C’est le magasinier qui a l’habitude d’avoir la clé de la grande porte et d’ouvrir le premier. De passage le matin à la pharmacie pour déposer son sac avant d’aller déposer son enfant à l’école et revenir, il n’a pas réussi à ouvrir la porte malgré ses efforts. Il est donc allé déposer son enfant, puis est revenu. Il a tourné une nouvelle fois la serrure sans succès. Il est donc monté sur la barrique pour voir au-dessus du mur et c’est là qu’il a vu le gardien étalé dans un bain de sang. Il m’a immédiatement alerté et j’ai préféré foncer directement à la police pour faire une déclaration. Ils ont pris leurs matériels, puis nous sommes revenus ensemble à la pharmacie. Nous avons attendu l’arrivée des médecins pour le constat. Quelqu’un a par la suite escaladé le mur pour enlever le crochet, car lorsque les voleurs ont voulu opérer, ils ont mis le crochet. Donc de dehors, on ne pouvait pas ouvrir, même avec la clé ».

A la question de savoir comment les cambrioleurs ont pu entrer dans la cour, le propriétaire des lieux a une hypothèse : « Il y a une petite clôture à l’arrière, du côté de la cour voisine, qui n’est pas très haute. C’est sans doute par là qu’ils sont entrés et également ressortis ».

Il poursuit que la police et les médecins, après avoir procédé aux différentes constatations d’usage et relevé les empreintes, ont enlevé le corps pour l’emmener à la morgue.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Haoua Touré
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 27 mai à 22:20, par A qui la faute ? En réponse à : Bobo-Dioulasso : Le gardien de nuit d’une pharmacie, assassiné au cours d’un cambriolage

    Voilà un métier au Burkina qui ne sert uniquement qu’à mourir pour 200.000f. Comment à main nu, des gens souvent d’un âge avancé peuvent résister même une minute à des bandits qui viennent souvent à plusieurs ? C’est un métier qu’il faut vraiment formaliser et repenser. Soit on les forme et on les arme avec de l’armement lourd soit on interdit ce métier. Y a t-il une seule fois où un gardien a repoussé des bandits armés ? ça fait mal. On se croirait en Afrique du sud ou au Mexique

    Répondre à ce message

  • Le 27 mai à 23:05, par djo En réponse à : Bobo-Dioulasso : Le gardien de nuit d’une pharmacie, assassiné au cours d’un cambriolage

    le couvre feu est a lorigine de ces drames car les voleurs profitent pour casser les boutiq et magasin..il faut le lever ppur eviter dautres drames

    Répondre à ce message

  • Le 28 mai à 11:40, par mNINDA En réponse à : Bobo-Dioulasso : Le gardien de nuit d’une pharmacie, assassiné au cours d’un cambriolage

    Que de tels drames comme ça arrive en plein couvre-feu pose quand mêmela question de la nécéssité de maintenir encore ce couvre-feu . Et ce n’est pas le seul fait des délinquants sous le couvre-feu en vigueur
    Et puisque ce couvre -feu a été instauré à cause du COVID-19, je pense que les citoyens sont maintenant suffisamment informés sur les risques de propagation du virus et les gestes -barrières à observer .
    Maintenant ceux qui auront choisi de négliger leur vie en ne respectant pas les gestes -barrières ,c’est à leurs risques et périls .
    Je suis donc d’avis, qu’il faut lever ce couvre -feu ,continuer à sensibiliser la population sur les gestes -barrières et laisser chacun et chacune à ses responsabilités .
    Nos FDS malgré leur très bonne volonté ne peuvent pas simultanément être déployés sur le front de la lutte contre le terrorisme et en même temps couvrir tout le territoire national et toutes les agglomérations urbaines pour faire respecter le couvre-feu
    Et comme la pandémie connait un recul et je pense que les gens ont compris ,sauf les irresponsables ,il faut lever ce couvre -feu et laisser nos FDS se concentrer sur la lutte contre le terrorisme .
    Paix à l’âme de ce pauvre gardien et les Dieu fasse que les criminels soient retrouvés et châtiés comme il se doit.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina : CRS et l’Ocades Caritas élaborent une stratégie conjointe pour mieux répondre aux besoins humanitaires
Journée mondiale du pharmacien : Les spécialistes du médicament font le point de leur place dans le système de santé
Santé maternelle et infantile : Un projet lancé pour améliorer la recherche dans le domaine
Formation professionnelle au Burkina : Le CIFDHA outille les jeunes de Boulsa
Justice : Le ministère passe en revue ses activités de 2019
Burkina Faso : Plaque tournante du commerce illégal du mercure en Afrique de l’Ouest
Transports et facilitation des échanges : Le Conseil burkinabè des chargeurs sensibilise les acteurs à Dakola
Evaluation des acquis scolaires au Burkina : Les apprenants ont des performances moyennes
Epargne voyage Air Burkina : Rendre le voyage aérien accessible à tous
Fonction publique : « Tôt ou tard, il y aura une situation de saturation », prévient le gouvernement
Choc entre tradition et religion à Loropéni : Surmonter les divergences par le dialogue et l’acceptation de l’autre
Promotion du civisme et prévention des conflits : Le NDI satisfait de ses actions
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés