Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens qui doutent d’eux-mêmes n’ont qu’un vide au centre d’eux-mêmes.» John Maxwell Coetzee

Grandes funérailles bôbô : Bientôt la reprise des activités traditionnelles dans le respect des mesures barrières

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • jeudi 21 mai 2020 à 02h40min
Grandes funérailles bôbô : Bientôt la reprise des activités traditionnelles dans le respect des mesures barrières

Les responsables coutumiers de la ville de Sya pourront reprendre leurs activités traditionnelles très prochainement selon le 4è adjoint au maire de la commune de Bobo-Dioulasso, Alain Sanou, par ailleurs responsable de la culture dans ladite commune. Cette reprise se fera dans le strict respect des mesures barrières contre le Covid-19. Il l’a fait savoir ce mercredi 20 mai 2020.

Les autorités locales avaient décidé du report des grandes funérailles bôbô, marquées par la traditionnelle sortie des masques, dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Ainsi, à l’approche de la saison pluvieuse, les coutumiers avaient souligné leurs préoccupations par rapport à la reprise des travaux champêtres. Selon eux, il est impératif qu’ils observent quelques rites habituels, afin de permettre une bonne campagne agricole. Ils estiment que tant que ces traditions ne sont pas respectées, des populations ne pourront pas semer. Car « il faut demander la permission aux ancêtres avant de rentrer en brousse sain et espérer en revenir sauf ».

Suite aux différentes rencontres avec les autorités communales, provinciales et régionales, ces coutumiers pourront désormais voir le bout du tunnel. « Il est vrai que sans ces pratiques à l’égard des ancêtres, naturellement les gens ne peuvent pas aller au champ et du coup, comment faire pour remplir le grenier ? C’est pourquoi le problème a été posé à la Commune et nous avons fait un plaidoyer auprès du gouverneur qui a écouté les responsables coutumiers et ensuite il les a renvoyés vers l’autorité de tutelle qui est le haut-commissaire. C’est ainsi que l’autorisation leur a été donnée d’organiser leurs cérémonies surtout dans le respect strict des mesures édictées par le gouvernement », a expliqué le maire Alain Sanou.

Pour lui, Bobo-Dioulasso reste la capitale culturelle du Burkina Faso. Avec l’avènement de la maladie à coronavirus, le monde de la culture a été fortement touché. « Et qui parle de culture parle de tradition », a-t-il souligné. Il a par ailleurs indiqué que la reprise de ces funérailles bôbô se fera de façon spéciale. Ainsi, il sera question pour les responsables coutumiers, de réduire le monde tout autour des masques notamment, ceux qui viennent pour regarder et ceux dont leur présence n’est pas importante au moment des rites.

La commune de Bobo-Dioulasso s’est aussi engagée à accompagner ces détenteurs de pouvoirs traditionnels pour la réussite de leurs activités et ce, dans le respect des mesures barrières. C’est pourquoi, en jouant sa partition, elle a initié une rencontre de sensibilisation au profit de ces derniers. Ils ont ainsi reçu des informations utiles sur cette maladie, ses modes de transmission et les mesures barrières pour limiter sa propagation.

Le 4è adjoint au maire de la commune de Bobo-Dioulasso, Alain Sanou

Au cours de cette rencontre, les autorités communales les ont invités à surtout réduire le côté festif de la cérémonie et au respect de la mesure de distanciation. Comme autres exigences, ils doivent équiper les différents lieux de cultes des dispositifs de lavage de mains et porter régulièrement des cache-nez.

« Les rites vont se passer normalement mais c’est la liste des personnes qui sera réduite. Nous avons voulu d’abord amener ces leaders coutumiers à prendre conscience des enjeux de cette maladie. Autant on veut vivre comme en Afrique, autant on aura des problèmes avec cette maladie. Nous avons ensuite sollicité leurs contributions surtout dans cette lutte contre le Covid-19 », a laissé entendre Alain Sanou.

Cependant, il rassure que la reprise de ces funérailles n’est pas en contradiction avec les décisions du président du Faso. Il a aussi saisi cette occasion pour féliciter ces responsables coutumiers pour leur démarche et remercier les autorités de la région pour leur sens de responsabilité et leur implication.

Les masques représentent une richesse pour Sya

Cette manifestation qui annonce le retour au champ concerne les populations de la ville de Sya et ses environs. À l’occasion de ces cérémonies traditionnelles, les ancêtres sont invoqués afin d’obtenir une bonne pluviométrie. Les masques représentent ainsi des esprits protecteurs pour ces communautés bôbô.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Bobo-Dioulasso : Le gardien de nuit d’une pharmacie, assassiné au cours d’un cambriolage
Bobo-Dioulasso : Des acteurs culturels demandent la levée du couvre-feu
Jeunes et réseaux sociaux : Le Dr Halidou Sana, Cheik de Dablo, en appelle à plus de responsabilité et au respect de nos valeurs
Projet « Santé mentale pour tous » : L’ONG CBM forme des acteurs sociaux de Nouna et Dédougou
Coronavirus au Burkina : Nestlé Burkina renforce la sécurité des enfants
Hauts-Bassins : Des membres d’organisations de personnes handicapées outillés en santé sexuelle et reproductive
AG du SYNADEC : Un appel à la mobilisation générale contre l’application de l’IUTS
Lutte contre la malnutrition : Le consortium Progettomondo.mlal et l’AES-CCC partagent les bonnes pratiques du projet « Ressource terre »
12 détenus morts à Tanwalbougou : Des rescapés auraient dit que les défunts n’ont pas été exécutés par balles
Programme d’emploi des jeunes pour l’éducation nationale : Retour au chômage pour plus de 680 enseignants
Commune rurale de Bama : Le projet de lotissement spécial du maire fait grincer des dents
Conseil économique et social : Les déplacés internes au centre des préoccupations de la première session ordinaire de l’année 2020
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés