Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens qui doutent d’eux-mêmes n’ont qu’un vide au centre d’eux-mêmes.» John Maxwell Coetzee

Traitement de la malnutrition au Burkina : Des parlementaires apportent leur contribution pour le maintien des allocations budgétaires

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • jeudi 21 mai 2020 à 02h15min
Traitement de la malnutrition au Burkina : Des parlementaires apportent leur contribution pour le maintien des allocations budgétaires

Proposer une loi portant modification du code des impôts en vue de détaxer les produits entrant dans la prévention et le traitement de la malnutrition, faire un plaidoyer auprès de la commission des finances et du budget (COMFIB) pour le renforcement des crédits budgétaires alloués à la nutrition. Tels étaient les deux engagements pris par le Réseau parlementaire pour la sécurité nutritionnelle (REPASEN), lors d’un atelier organisé en 2017. Ces engagements ont fait l’objet d’une revue ce mercredi 20 mai 2020, à Ouagadougou.

Au cours de cette rencontre, il sera question de la présentation des deux documents de plaidoyer au président de l’Assemblée nationale, aux membres de la commission des finances et du budget (COMFIB) et de la commission du genre, de l’action sociale et de la santé (CGASS) et d’échanger sur la mise en œuvre des engagements pris lors d’un atelier en 2017. Après trois ans d’efforts pour l’amélioration de la nutrition maternelle et infantile, le président du Réseau parlementaire pour la sécurité nutritionnelle (REPASEN), Boureima Dissan Gnoumou, estime que les lignes ont suffisamment bougé.

président du Réseau parlementaire pour la sécurité nutritionnelle (REPASEN), Boureima Dissan Gnoumou, directeur de la santé publique, Esaie Medah

« Cela fait trois ans que nous avons pris deux engagements lors d’un atelier régional et il s’agissait de peser de notre poids pour la modification du code des impôts en vue de la taxation des intrants entrant dans la préparation des aliments thérapeutiques. Le deuxième engagement était de faire en sorte que dans la Loi des finances, le volet nutrition ait une allocation budgétaire assez conséquente. Les lignes ont bougé, mais le contexte actuel du pays fait qu’on doit poursuivre le plaidoyer pour maintenir l’allocation budgétaire mais aussi, aller dans le sens de l’augmentation », a-t-il indiqué.

A ce propos, il a précisé que l’ambition était de faire en sorte qu’en 2021, la ligne budgétaire de la nutrition atteigne trois (3) milliards de francs CFA, une somme susceptible de pourvoir au payement des aliments thérapeutiques pour la prise en charge des cas de malnutrition.

le directeur de la santé publique, Esaie Medah

Du côté du département de la santé, le directeur de la santé publique, Esaie Medah, fonde l’espoir que le présent atelier permettra aux parlementaires qui sont déjà engagés sur la question de la nutrition, de porter la problématique au plus haut niveau. Le but étant qu’il y ait suffisamment de financements endogènes au budget de l’Etat et inciter d’avantage les partenaires. Ce, pour réduire considérablement la prévalence de la malnutrition dans le pays. C’est ainsi que les recommandations issues de cet atelier serviront à renforcer les plans d’action du département de la santé.

Et si selon les résultats de l’enquête nutritionnelle réalisée en 2019, le taux de malnutrition aigüe global était de 8, 4% et 25% pour la malnutrition chronique, le chef du programme santé et nutrition de l’UNICEF, Dr Jean-Claude Mubalama, relever une légère tendance à l’amélioration de la situation. Toutefois, dit-il, d’énormes efforts restent à faire. « Nos attentes, c’est que les engagements que les pays avaient pris il y a trois ans, puissent rester intacts, mais aussi, que les allocations puissent être effectives en dépit de la crise actuelle que traverse le pays dans la partie Nord et de la pandémie du Covid-19 », a-t-il signifié.

Chef du programme santé et nutrition de l’UNICEF, Dr Jean-Claude Mubalama

Convaincu par ailleurs que l’investissement dans le capital humain doit constituer la priorité pour tout pays, Jean- Claude Mubalama prévient : « Si nous n’investissons pas dans la santé et la nutrition des enfants durant les 100 premiers jours de la naissance, les conséquences risquent d’être désastreuses ».

Le présent atelier a été initié par le ministère de la Santé et ses partenaires que sont l’UNICEF et le Réseau de la société civile pour la nutrition (RESONUT).

Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Bobo-Dioulasso : Le gardien de nuit d’une pharmacie, assassiné au cours d’un cambriolage
Bobo-Dioulasso : Des acteurs culturels demandent la levée du couvre-feu
Jeunes et réseaux sociaux : Le Dr Halidou Sana, Cheik de Dablo, en appelle à plus de responsabilité et au respect de nos valeurs
Projet « Santé mentale pour tous » : L’ONG CBM forme des acteurs sociaux de Nouna et Dédougou
Coronavirus au Burkina : Nestlé Burkina renforce la sécurité des enfants
Hauts-Bassins : Des membres d’organisations de personnes handicapées outillés en santé sexuelle et reproductive
AG du SYNADEC : Un appel à la mobilisation générale contre l’application de l’IUTS
Lutte contre la malnutrition : Le consortium Progettomondo.mlal et l’AES-CCC partagent les bonnes pratiques du projet « Ressource terre »
12 détenus morts à Tanwalbougou : Des rescapés auraient dit que les défunts n’ont pas été exécutés par balles
Programme d’emploi des jeunes pour l’éducation nationale : Retour au chômage pour plus de 680 enseignants
Commune rurale de Bama : Le projet de lotissement spécial du maire fait grincer des dents
Conseil économique et social : Les déplacés internes au centre des préoccupations de la première session ordinaire de l’année 2020
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés