Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens qui doutent d’eux-mêmes n’ont qu’un vide au centre d’eux-mêmes.» John Maxwell Coetzee

Politisation de l’administration : L’opposition exige le démantèlement de toutes les cellules MPP dans les ministères et structures étatiques

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • mardi 19 mai 2020 à 22h35min
Politisation de l’administration : L’opposition exige le démantèlement de toutes les cellules MPP dans les ministères et structures étatiques

Des partis membres du Chef de file de l’opposition étaient face aux journalistes pour l’hebdomadaire conférence de presse de l’institution. Gilbert Noël Ouédraogo de l’ADF/RDA et Abdoulaye Arba du PMP se sont pliés à l’exercice. Les questions d’actualité comme les « exécutions sommaires » de Tanwalbougou, la crise de la chefferie à Fada et la gestion de la lutte contre le Covid-19 ont été abordées. Les conférenciers n’ont pas manqué d’exiger le démantèlement de toutes les cellules MPP (Mouvement du peuple pour le progrès, parti au pouvoir) illégalement installées dans les ministères et autres structures étatiques.

Les premiers responsables de l’Alliance pour la démocratie et la fédération/Rassemblement démocratique africain (ADF/RDA), Gilbert Noël Ouédraogo, et du Parti des militants pour le peuple (PMP) ont animé ce rendez-vous hebdomadaire avec la presse. Abordant le premier sujet lié à la mort de douze présumés terroristes dans les locaux de la gendarmerie de Tanwalbougou, dans la province du Gourma, les conférenciers ont dit attendre que la justice fasse la lumière sur cette énième épineuse question.

En effet, le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC) est convaincu que les douze personnes ont simplement été victimes d’exécution sommaire. Lors d’une conférence de presse tenue le 18 mai 2020, l’association avait même demandé la démission du ministre de la Défense, au regard de la multiplication de ces actes.

« En exécutant des présumés terroristes qui devraient être jugés, nous prenons inévitablement le risque de tuer des innocents. Des gens pourraient en profiter pour accuser et faire éliminer leurs ennemis, leurs rivaux, leurs adversaires politiques », a dit le président de l’ADF/RDA, qui a introduit les échanges en lisant la déclaration liminaire. Pour lui, si des innocents sont tués, l’on crée de nouvelles vagues d’ennemis internes assoiffés de vengeance qui travailleront contre l’Etat, donc en faveur des ennemis.

Me Gilbert Noël Ouédraogo de l’ADF RDA

En revanche, ont poursuivi les conférenciers, en jugeant les présumés terroristes, on dévoile aussi des informations qui peuvent être utiles au grand public.
« L’armée et les institutions sécuritaires regroupant les enfants de toutes les communautés et de toutes les régions, elles peuvent connaître des divisions internes si certaines de leurs composantes se sentent victimes d’exécutions sommaires », ont poursuivi les animateurs, qui préviennent que ceux qui se rendent coupables de ces actes pourraient être « harcelés par des procès pour crimes de guerre ou pour crimes contre l’humanité ».

L’opposition exige donc que justice soit faite sur la mort de ces douze personnes, et que les éventuels coupables soient punis conformément à la loi.

Deux rois pour un trône

Le royaume du Gulmu vit une situation exceptionnelle depuis quelque temps, avec l’intronisation de deux rois. Le sujet est sensible. Par mesure de prudence donc, l’opposition politique a juste souhaité que la paix et la cohésion reviennent dans la famille royale du Gulmu. Par ailleurs, les conférenciers ont encouragé les parties en conflit à trouver une issue pacifique à la crise, grâce au dialogue.

« L’opposition demande à l’autorité administrative de jouer pleinement son rôle, dans un esprit neutre et non-partisan, pour éviter que ces tensions aboutissent à des violences. Comme le dit un adage bien connu, ‘‘si la pluie vous bat, ne vous battez pas entre vous’’. Déjà que le Gulmu vit les affres du terrorisme, cette crise de succession n’est pas une bonne nouvelle », ont dit les conférenciers.

Un couvre-feu devenu inutile

Tout le Burkina Faso vit sous couvre-feu depuis le 21 mars 2020, instauré pour freiner la propagation du Covid-19. Mais le bien-fondé de cette mesure est de plus en plus remis en cause. Et pour cause : les transports de personnes ont repris, et certains longs trajets sont perturbés par le couvre-feu ; des sociétés qui continuent de fonctionner la nuit subissent des préjudices ; les débits de boissons et les restaurants ont rouvert, et la plupart de ces établissements rentabilisent la nuit ; de nouvelles mesures comme le port obligatoire du masque ont été instaurées ; la tendance est à une amélioration de la situation.

Abdoulaye Arba du Parti des militants pour le peuple (PMP)

« De ce fait, l’opposition propose la levée du couvre-feu, pour permettre non seulement aux entreprises de se refaire une santé après la crise, mais aussi aux citoyens de souffler après que leur liberté a été exceptionnellement réduite pour endiguer la propagation de la pandémie », ont clamé les orateurs du jour.

Toujours au chapitre du Covid-19, la cellule MPP du ministère de l’Eau et de l’Assainissement a fait don de matériel de lutte contre la pandémie à leur ministère. Pour l’opposition politique, cela est aux antipodes de la loi. Elle a, de ce fait, dénoncé la politisation à outrance de l’administration publique par le MPP. Une politisation qui, selon les orateurs, est un frein à l’efficacité, à la cohésion et la neutralité de l’administration.

Se fondant sur la loi N°081-2015/CNT portant statut général de la Fonction publique d’Etat, qui interdit d’organiser des activités politiques ou d’installer dans l’administration publique, de manière formelle ou informelle, des cellules ou toutes formes de représentation à caractère politique, Gilbert Noël Ouédraogo de l’ADF/RDA, et Abdoulaye Arba du PMP ont purement et simplement demandé « le démantèlement de toutes les cellules MPP illégalement installées dans les ministères et autres structures étatiques ». Pour ce faire, ils ont souhaité que les syndicats des différents ministères et institutions dénoncent ces cellules.

T.C.S.
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 19 mai à 22:54, par YAAM SOBA En réponse à : Politisation de l’administration : L’opposition exige le démantèlement de toutes les cellules MPP dans les ministères et structures étatiques

    Jamais notre administration publique n’a été politisé que sous le régime Kaboré. On n’a jamais vu des cellules de partis politiques dans des administrations publiques, de surcroît dans un régime démocratique. Il y’a eu plusieurs dénonciations des syndicats des agents de la fonction publique concernant ces cellules. Il faut que le législateur sanctionne ces pratiques, dignes d’un régime communiste.

    Répondre à ce message

    • Le 20 mai à 02:20, par ARMAND En réponse à : Politisation de l’administration : L’opposition exige le démantèlement de toutes les cellules MPP dans les ministères et structures étatiques

      Yam Soba ce n’est pas demain la fin. La démocratie est ainsi faite. Tout est politique au Faso. Même traverser une rue est politique. Le syndiçalisme qui est la défense des intérêts materiels et moraux des travailleurs est politique. Vous avez suivi Zephirin quand il est aller féliciter Rock aux élections passées. Est ce à dire que les militants UPC doivent rester à la mauson jusqu’aux élections de novembre 2020 ? Si l’opposition baisse les bras et passe son temps à critiquer en disant que c’est leur rôle au lieu de mettre la main à la pâte pour le Faso que voulez que le MPP fasse ? Mettre ses militants au travail. Yam Soba, si vous sortez un peu du Burkina vous vous rendrez compte que les gens ne travaillent pas au Faso. Que voulez vous avec plus de 100 partis politiques dans notre pays a 95% d’analphabètes ?

      Répondre à ce message

    • Le 20 mai à 15:57, par un gondwanais En réponse à : Politisation de l’administration : L’opposition exige le démantèlement de toutes les cellules MPP dans les ministères et structures étatiques

      YAAM SOBA, laissez moi vous dire que ces cellules existent depuis l’ODP/MT, sous le nom de COMISEC(comité sectoriel) dans les différents ministères dirigés par le parti au pouvoir ; Ils ont également existé sous le CDP et sont là sous le CDP bis.

      Répondre à ce message

    • Le 20 mai à 18:40, par Le Vigilent En réponse à : Politisation de l’administration : L’opposition exige le démantèlement de toutes les cellules MPP dans les ministères et structures étatiques

      @YAAM SOBA, a force de raconter des contre vérités sur l’administration sous le MPP, vous risquez de perdre toute crédibilité aux yeux de l’opinion. Vous êtes bien placé pur savoir que des cellules ODP/MT puis des cellules MPP ont existe et bien fonctionnee au sein de la Présidence, au premier ministère, dans tous les ministères et services publics. Je me rappelle avoir vu le SG d’un ministère aller s’excuser auprès du responsable de la cellule CDP dudit ministère (un agent de catégorie C) pour son absence à une réunion de la cellule qui s’est tenue la veille dans la salle de conférence du ministère. Ignorez-vous que les partis politiques de l’opposition et certains partis non déclarés ont infiltré les principaux syndicats et place leurs éléments dans les direction de ces syndicats ? Êtes-vous sûr que les autres partis politiques, y compris ceux de l’opposition, n’ont pas des cellules dans les différents services publics ?
      Je connais quelqu’un, un chef de parti, qui a été ministre sous le Front Populaire, mais qui a refusé de se fondre dans l’ODP/MT et dans le CDP. Dites-vous qu’il a fini sa carrière comme simple agent dans un service dirigé par un cadre beaucoup plus jeune et beaucoup moins gradé que lui. Sous le régime du PDV-RDA de JOSEPH CONOMBO, de GÉRARD KANGOUROU OUEDRAOGO et autres, il y a un seul ministre que je connais bien et qui a refusé de remplacer les directeurs généraux et les directeurs, qui sympathisaient avec l’UPV (ex-MLN) par des cadres du PDV-RDA, comme le recommandaient les tenants du pouvoir. Citez moi les SG, DG, et mêmes directeurs qui n’avaient pas la carte ODPMT, CDP ou ADF-RDA et autres partis satellites sous le règne de Blaise Compaore.. Je ne cautionne pas ces nominations sur la base de l’appartenance à des partis politiques mais je refuse que l’on soutienne que la pratique a commencé avec le pouvoir du MPP comme en l’entend souvent. Encore faut-il que certains des gens non membres ou sympathisants du parti au pouvoir, s’ils occupent des postes de responsabilité ne profitent pas de leur position pour saboter le déroulement du programme du parti au pouvoir !!! C’est la toute la question. On l’a vu ces cinq dernières années à l’occasion des grèves de certains syndicats.

      Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 23:27, par RIGOBERT En réponse à : Politisation de l’administration : L’opposition exige le démantèlement de toutes les cellules MPP dans les ministères et structures étatiques

    Merci à l’opposition pour cette interpellation. Ce fameux couvre feu nous exaspère trop, car ici à Koudougou, il y’a des policiers qui ont frappé des Etudiants dans les amphis la nuit de dimanche dernier. Ces derniers bossaient pour préparer leurs sessions. Je profite interpeller toutes les structures de défense des droits humains, pour plaider la cause des victimes des violences policières. Que les victimes se regroupent en association, pour porter plainte contre l’Etat.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 23:32, par Harun En réponse à : Politisation de l’administration : L’opposition exige le démantèlement de toutes les cellules MPP dans les ministères et structures étatiques

    Vraiment le couvre feu n’as de raison d’être, puisque les transport en commun les mosquées, les églises, les bars,les maquis ,les restaurants,tous sont ouvertes ... Mais comme ce gouvernement n’écoute personne dans la tranquillité. Quand les gens vont manifester, ils vont sortir dire que c’est de l’incivisme. Je soutiens l’interpellation de l’opposition !

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 23:47, par Divorce avec l’insurrection En réponse à : Politisation de l’administration : L’opposition exige le démantèlement de toutes les cellules MPP dans les ministères et structures étatiques

    Ce pays est devenu un vrai bazar depuis que le MPP est venu au pouvoir. Tout est pire qu’avant. Corruption, politisation de l’admmistration, passations de marchés de gré à gré entre camarades politiques, famille et copains.Ce régime est l’illustration parfaite de la promotion de la médiocrité. En témoigne la composition de ce gouvernement : des arrivistes sans CV, ni background dans l’administration publique ou privée, des one man shows, des activistes politiques... Bref ! Un vrai pot pourri. Avec ça vous voulez que le pays avance ?

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 23:54, par Dicko le Sahélien En réponse à : Politisation de l’administration : L’opposition exige le démantèlement de toutes les cellules MPP dans les ministères et structures étatiques

    La violence gratuite ne mène qu’à la perte de l’unité de notre nation et non le contraire.Des gens qu’on vient enlever sur la base de soupçons puis on exécute sans enquête approfondie c’est en tout cas odieux. C’est par là même il faut dénoncer le rôle trouble de certains volontaires de la défense pour la patrie.Ces volontaires abusent de leurs armes pour régler leurs comptes. Arrêtons ces massacres à répétition.Si des gens sans loi et peut-être sans foi nous endeuillent, avons nous le droit de faire pareil ? Pour éviter un cycle vicieux de vengeance, il faut que ces exécutions sommaires cessent et que les commanditaires soient punis.

    Répondre à ce message

  • Le 20 mai à 11:51, par Yaa-Mâam En réponse à : Politisation de l’administration : L’opposition exige le démantèlement de toutes les cellules MPP dans les ministères et structures étatiques

    C’est de la rigolade, cette affaire de "démantèlement des cellules MPP des ministères et autres structures étatiques"
    Du temps du tukguili CDP (avec lequel l’ADF-RDA de Gilbert OUEDRAOGO a filé le parfait amour jusqu’à un certain 31 octobre) des cellules CDP foisonnaient à tous les échelons de l’appareil d’Etat. Souffrez que votre récette d’hier profite à d’autres.
    Notez par ailleurs qu’il n’a pas un décret ou une décision signée par un ministre pour créer ces cellues. Elles sont l’émanation d’affinités (politiques) tout comme dans cette même administration, il y a des cellules fondées sur des affinités religieuses, culturelles, sportives et autres...et contre cela, on n’y peut rien.

    Répondre à ce message

  • Le 20 mai à 12:28, par Wendmi En réponse à : Politisation de l’administration : L’opposition exige le démantèlement de toutes les cellules MPP dans les ministères et structures étatiques

    Les mêmes opposants une fois arrivés au pouvoir feront la même chose. Pour occuper un fauteuil ministériel, il faut avoir une carte politique. Le ministre va former une équipe (Dircab, DAF, CM, CT, DG, etc…) ayant des accointances politiques. De fil à aiguille, les postes stratégiques seront attribués à des amis politiques et non sur la base du mérite. Et ces amis politiques sont charges de renfloues les caisses du parti à partir de leurs postes. C’est la triste réalité au Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 20 mai à 13:49, par Tokouma En réponse à : Politisation de l’administration : L’opposition exige le démantèlement de toutes les cellules MPP dans les ministères et structures étatiques

    YAAM SOABA !
    Vous semblez avoir été absent pendant très longtemps du Pays. Sinon je ne comprend pas que cette pratique ancestrale héritée du CNJB (1988 - 1991), de l’ODP/MT (1991 -1995), puis de l’extra - supra CDP (1995 - 2014) soit exercée par le MPP, dernier venu et que cela vous effarouche.
    Ou alors, comme bien d’autres nouveaux experts de la critique, vous ayez décidé de fermer les yeux sur le proche passé. Cela n’est pas mauvais en soit si c’est pour construire.Mais si votre déclaration est partisane, alors ravisez-vous car vous ne dissuaderez personne.
    En rappel ou pour information, en Juillet - Août 2014, décision était prise par certains caciques du CDP que tous les Directeurs et Chefs de Services qui n’avaient pas encore pris la carte CDP soient démis de leurs fonctions. Qu’en dites vous ?
    Que tous les Chefs d’entreprises qui ne possèderaient pas la carte CDP, n’aient plus accès à un quelconque Marché Public.Qu’en dites-vous ?
    Dans toute l’administration du BURKINA il y avait des sections CDP et on traquait les agents de s’inscrire.
    Si vous n’étiez pas là en ce moment, vous êtes excusables. Sinon, je ne saurai comment vous qualifier d’autre que d’être comme ces fameux experts du moment qui pense que "TOUT CE QUI EST MAUVAIS N’EST ARRIVE QU’EN 2016"
    Pour tant, tout cela existait. Mais comme il était interdit d’en parler sinon "N’GAOW". RSP oblige.
    Maintenant on peut "TOUT DIRE MÊME LE FAUX". C’est ça aussi la faiblesse du MPP qui fait que le Pays est devenu comme une poubelle.
    Merci YAAM SOABA car vous me donnez l’occasion de poser une question à nos dirigeants ; EST CE QUE CE PAYS LA EST GOUVERNE ???

    Répondre à ce message

  • Le 20 mai à 15:04, par touende En réponse à : Politisation de l’administration : L’opposition exige le démantèlement de toutes les cellules MPP dans les ministères et structures étatiques

    Oui pour la politisation mais il faut choisir les meilleurs. Il ne faut pas nommer n’importe quel detenteur de carte du parti. Sinon vous decouragerez les competences. La critique qui est faite a ce regime est qu’il responsabilise dans la plupart du temps des gens qui n’ont aucun merite et qui se retrouvent complexer vis a vis de leurs collegues ou agents du fait de leurs incompetences. Et je crois que c’est ca qui fait qu’il n ya pas de resultats.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai à 00:32, par LEGUIDE En réponse à : Politisation de l’administration : L’opposition exige le démantèlement de toutes les cellules MPP dans les ministères et structures étatiques

    Hum Prési de l’ADF, pardon vous n’avez pas honte de parler de cellule dans l’administration. A votre temps de quel bord politique était les agents du ministère du transport ? Dans ce pays on se sait. Le CDP est au CFOP, c’étaient les mêmes pratiques à leur temps. MPP=CDP donc même pratique.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai à 21:58, par YAAM SOBA En réponse à : Politisation de l’administration : L’opposition exige le démantèlement de toutes les cellules MPP dans les ministères et structures étatiques

    Je vous rappelle qu’en 2014 tout près, le MPP faisait partie des insurgés qui luttaient pour un changement. Donc, le fait de cautionner des anciennes pratiques est une trahison à la mémoire de l’insurrection et aux martyrs.
    Les plus avertis savaient que ce clan d’affairistes n’avaient pas changé (des loups déguisés en agneaux). Comme le dit un adage, « le chien ne change jamais sa manière de s’asseoir »

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai à 11:43, par Ka En réponse à : Politisation de l’administration : L’opposition exige le démantèlement de toutes les cellules MPP dans les ministères et structures étatiques

    L’opposition de notre pays à un seul problème : ’’celui de s’opposer uniquement pour le pouvoir et non pour des objectifs concrets qui vont a l’émergence du pays et au bonheur de son peuple. A partir de là, tout ce qui émanerait un autre régime en tant que projet ou sous sa gouvernance comme c’est le cas en ce moment, elle se révoltera pour peu de chose.

    Ici on voit clairement le jeu politique à la peau de caméléon dans notre pays. Depuis la nuit des temps dans tous les pays dit démocratiquement déguisés, tous les partis politiques qui arrivent au pouvoir, que ça soit aux Etats Unis de Trump de nos jours, en passant par Macron en France, ‘’’80% des tenants des administrations sont les membres des partis au pouvoir.’’’ Et comme je le dis toujours dans ce forum, notre opposition ne sait pas opposer : Ce qu’elle sait faire, ‘’ce sont des sorties sans importances pour exister.’’ Surtout face aux journalistes pour son hebdomadaire conférence de presse, comme sur cette analyse avec Gilbert Noël Ouédraogo de l’ADF/RDA et Abdoulaye Arba du PMP, c’est simplement pour dire non à tout, et non je ne veux pas de tous les projets du régime en place, même si ceux-ci étaient "bons ou au moins prometteurs, qui nous feraient avancer".

    Les opposants d’aujourd’hui sont ceux de la majorité d’hier, c’est donc très amusant de les écouter et de remarquer que c’est l’attitude qu’ils ont eu eux-mêmes qu’ils critiquent aujourd’hui ayant perdu le pouvoir. Que Dieu vienne en aide à notre Faso bien aimé

    Répondre à ce message

  • Le 27 mai à 06:30, par Alexio En réponse à : Politisation de l’administration : L’opposition exige le démantèlement de toutes les cellules MPP dans les ministères et structures étatiques

    Ces deux politicards Gilbert Noel Ouedraogo et son voisin de la table doivent cesser de distraire le peuple burkinabe.

    Les appareils de l Etat , soit dans le publique que dans le prive n echappera jamais a sa politisation pour ceux qui sont aux affaires du moment, pour consolider leur pouvoir et le mode de societe qu ils ont definis par le biais des grandes lignes du parti.

    C est legitime que la tete des secteurs strategiques sont toujours delegues par ceux qui sont au pouvoir aujourdhui.

    Quitte a l opposistion de reprendre ce pouvoir par les urnes pour un renouvellement roullant alternatif de la gestion de l Etat. C es cela la democrtie alternative.

    Au lieu de pleurnicher de cette realite politique, vou ferez mieux conquerir le pouvoir.

    C est aberrant que sous une dictature de 28 ans avec Blaise Compaore, lhomme se plaisaut dans sa peau avec le monopole autocratique de l ancien regime.

    Quand on a conquis le pouvoir, naturellemnet se sont les membres de son parti qui serons places en tete de chaque departement de l Etat pour consilider leur pouvoir. Et non celui de l oppsition. Rien de plus naturel que cela.

    C est la donne.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Conseil des ministres : La convocation du corps électoral prévu pour le 22 novembre 2020
Arrestation de Jean-Claude Bouda : Le RENLAC exprime sa satisfaction
Journée mondiale de l’Afrique : « Personne ne viendra unir les peuples africains à notre place », éveille l’homme politique, Me Ambroise Farama
Situation sécuritaire dans le Centre-Nord : L’UPC tire la sonnette d’alarme
Burkina : L’ex- ministre de l’énergie, Alfa Oumar Dissa, apprécie son passage au gouvernement et analyse la gestion du Covid-19 !
Politique : La création d’un parti politique par le Dima de Boussouma marque un recul de la démocratie représentative
Politique : Le parti « Notre cause commune » déclare son appartenance à l’opposition politique
Situation nationale : « La tension est à son comble », selon l’Alliance des jeunes pour l’indépendance et la république (AJIR)
Situation de la nation : Tous face à la réalité de l’effritement de la cohésion sociale
Politisation de l’administration : L’opposition exige le démantèlement de toutes les cellules MPP dans les ministères et structures étatiques
Burkina : Voici l’intégralité du discours du Premier ministre sur la situation de la Nation
Situation nationale : « Le peuple a remporté des victoires sur tous les plans », Christophe Dabiré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés