Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens qui doutent d’eux-mêmes n’ont qu’un vide au centre d’eux-mêmes.» John Maxwell Coetzee

Burkina : Journalistes et communicateurs musulmans à l’école des finalités de la loi islamique

Accueil > Actualités > Multimédia • • dimanche 17 mai 2020 à 22h30min
Burkina : Journalistes et communicateurs musulmans à l’école des finalités de la loi islamique

La Fondation Albouchra pour l’éducation et le développement au Burkina (FADEB) a organisé, vendredi, 15 mai 2020 dans la salle de conférence du Complexe La Dignité, à Yagma (Ouagadougou), la deuxième édition de la rupture collective du jeûne de Ramadan au profit des journalistes et communicateurs musulmans du Burkina Faso. La rupture à proprement dite a été précédée d’une formation sur les finalités de la loi islamique au profit des participants.

La formation (causerie-débat) a été assurée par Amadé Soro, président de la FADEB et journaliste à Savane médias, avec à la modération, Soumaïla Rabo, chargé de communication de la Fondation, par ailleurs directeur de l’information de Savane médias.

Le modérateur, Soumaïla Rabo

Cette initiative, deuxième du genre (la première a eu lieu en 2011), a pour objectif de renforcer et promouvoir la cohésion sociale et le vivre-ensemble par des attitudes de paix, de discernement, d’humanisme, conformément aux enseignements islamiques. Ce d’autant que, peut-on retenir des échanges, ceux qui accomplissent les cinq piliers et qui ont un mauvais comportement, n’ont rien compris de l’islam. La religion bien comprise doit amener à améliorer ses rapports avec les hommes, la société…, à faire du bien atour de soi. « Les gens ont tendance à se focaliser sur les prières que les changements de comportements (en bien, ndlr) vis-à-vis des autres », décèle-t-on. Il ne faut donc pas tout accomplir et oublier le bien autour de soi.

Par ce cadre, il s’est donc agi de partager des informations et expériences liées à la fois aux métiers (de journaliste et communicateur), mais aussi aux connaissances livresques islamiques.

Dans le déroulement de la thématique (les finalités de la loi islamique) Amadé Soro a fait observer que certains croyants musulmans perdent de vue, la nécessité d’établir une harmonie entre leurs devoirs envers Dieu et ceux envers leurs semblables ; quelles que soient leur origine, leur confession religieuse ou statut social.

L’exposé a suscité de nombreuses réactions des participants à travers questions d’éclaircissements, commentaires, analyses et autres partages d’expériences. C’est, sans doute, instruits de ce moment d’échanges, que les participants ont souhaité que de telles initiatives se multiplient. A la fois membres de la religion et de leur corps de métier respectif, les journalistes et communicateurs musulmans sont donc des maillons majeurs pour contribuer à éclairer davantage le public et permettre ainsi à certains de se départir d’incompréhensions dans la pratique de la religion.

La rupture collective s’est également voulue un moment de renforcement des liens fraternels

« Aujourd’hui, nous réitérons encore cette occasion, pour permettre à ces acteurs de revenir sur des aspects de leurs pratiques religieuses, notamment en lien avec l’actualité dominée par la pandémie COVID-19 et la situation sécuritaire. Les échanges de cet après-midi ont porté, entre autres, sur les principes qui nous permettent d’avoir une vue globale du message islamique, qui peut être résumé par le fait d’atteindre tout ce qui est bien pour l’homme et d’écarter tout ce qui est mal pour l’homme. (…). Nous avons évoqué les cinq devoirs de l’islam : le devoir de préserver la religion, le devoir de préserver la vie, celui de préserver la raison, le devoir de préserver la dignité et le devoir de préserver les Biens. Si ces devoirs sont bien observés, la société humaine va vivre dans la paix, la quiétude. Malheureusement, c’est l’inobservance de l’un ou de l’autre, ou même de certains d’entre eux, qui entraîne souvent les problèmes que nous connaissons », se résume l’ancien traducteur de l’Ambassade de l’Arabie saoudite, Amadé Soro.

Amadé Soro a insisté sur les valeurs humaines de l’islam

C’est par la rupture collective que les participants se sont séparés, avec le vif souhait de se retrouver incessamment autour d’autres aspects de la religion. Bien avant ce moment de convivialité, les participants ont prié ensemble pour que règnent la paix et la cohésion au Burkina.

Créée en 2008, la Fondation Albouchra pour l’Education et le Développement au Burkina s’est donné pour principale mission de promouvoir l’éducation et le développement au Burkina.

O.L
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 18 mai à 08:18, par ayo En réponse à : Burkina : Journalistes et communicateurs musulmans à l’école des finalités de la loi islamique

    je pense que cette formation est la bienvenue, elle permettra d’éviter que certains lancent des fatwa à d’autres personnes pour des raisons qui n’en valent pas la peine. nous avons encore en mémoire ces journalistes fanatiques qui ont exigé sur les réseaux sociaux qu’on crucifie le ministre de la communication au motif qu’il a diffamé la religion.

    Répondre à ce message

  • Le 18 mai à 12:35, par Lom-Lom En réponse à : Burkina : Journalistes et communicateurs musulmans à l’école des finalités de la loi islamique

    Je pense que c’est le principal défi pour les intellectuels musulmans qui ont le devoir d’éclairer ceux qui n’ont pas eu la chance d’être instruits même sur le contenu des livres islamiques. Ce qui est regrettable c’est quelques intellectuels musulmans donnent l’impression de se servir de l’islam pour leurs ambitions politiques mais le Dieu miséricordieux ne le permettra pas et les Burkinabè (musulmans et autres ont une plus grande ouverture d’esprit) ne se laisseront pas manipulés par n’importe qui se dit érudit pour avoir fait quelques semaines ou quelques années dans un pays arabe ! Celui qui veut un poste électif peut se présenter officiellement et battre campagne correctement ! Chers journalistes et communicateurs musulmans, faites votre travail à la hauteur de vos moyens humains et matériels, Dieu qui lit dans le fond des cœurs saura faire le complément si vous êtes déterminés à construire un monde paix et de fraternité ! Bon courage !

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 14:15, par Nour En réponse à : Burkina : Journalistes et communicateurs musulmans à l’école des finalités de la loi islamique

    A force d’aller chercher Dieu à travers la religion des autres, ils vont finir par nous avoir !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Filière karité : Le digital peut améliorer les rendements, selon une étude du Fonds d’équipement des Nations unies
Lutte contre le Covid-19 : Des journalistes outillés pour mieux faire passer l’information sur la maladie
Réseaux Facebook : La sécurité renforcée contre les profils malveillants sur Messenger
Burkina : Journalistes et communicateurs musulmans à l’école des finalités de la loi islamique
« Résomètre » : Une nouvelle application pour évaluer la performance des réseaux de téléphonie mobile
Ministère du Développement de l’économie numérique : Une plateforme unifiée pour appuyer la lutte contre le Covid-19
Godefroy Bazié, journaliste à la retraite : « Un journaliste, c’est la reconnaissance du public, et non celle de l’autorité ou des politiciens »
Région du Centre-Nord : Une radio relais à Barsalogho pour promouvoir les messages humanitaires
Médias publics : Le SYNATIC et l’AJB dénonce des velléités de remise en cause des acquis
Appui aux médias face au Covid-19 : Le Luxembourg donne l’exemple avec 5000 euros à chaque journaliste professionnel
Education : DigiClass, une plateforme en ligne pour permettre aux élèves de réviser et de tester leurs connaissances
Journée mondiale de la liberté de presse : le recul dans le classement de la presse burkinabè, regrettable selon des journalistes de la ville de Gaoua
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés