Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Comme pour toute discipline, votre attitude ne s’améliorera pas d’elle-même. C’est pourquoi vous devez y veiller jour après jour» John C. Maxwell

Djibo : Une caravane de ravitaillement rompt momentanément le blocus

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • LEFASO.NET • vendredi 15 mai 2020 à 14h30min
Djibo : Une caravane de ravitaillement rompt momentanément le blocus

C’est une caravane d’espoir qui a rompu, pour quelques temps, un blocus imposé par des groupes terroriste depuis bientôt deux mois. Ce 13 mai 2020, le Groupe d’action pour le Soum a réussi à se rendre à Djibo sous forte escorte des Forces de défense et de sécurité. Avec des camions chargés de vivres, les initiateurs sont allés soulager un tant soit peu les populations de la commune et de la province qui suffoquent, par manque de ravitaillement de la ville.

Depuis mars 2020, le calvaire de Djibo a franchi un nouveau palier. Pour cause, la ville est coupée du reste du pays. La seule route d’accès qui restait encore fréquentable semble être tombée dans l’escarcelle des groupes armés qui y dictent leur loi. Impossible de parcourir les 36 km qui séparent Namsiguia au chef-lieu de province Djibo, sans escorte. Le village de Gaskindé, situé entre les deux communes est assiégé. Sur la route, l’on peut voir des camions de transport de marchandises abandonnés, des mini cars de transport avec des impacts de balles, des cadavres en putréfaction.

« C’est une période beaucoup difficile. On ne peut plus aller à Dori, il y a deux ans. On ne peut plus aller à Baraboulé, il y a plus d’un an. Bientôt un an aussi on ne peut plus aller à Ouahigouya. Et maintenant, c’est la route de Ouaga qui permettait de ravitailler la ville qui est coupée. Tout venait de Ouaga. Avec ce blocus, le ravitaillement devient plus difficile. Beaucoup ont forcé, on a tiré sur leurs camions et leurs bus », nous expliquera plus tard l’Emir de Djibo.

Quelques témoins de la cérémonie

C’est donc sous forte escorte des Forces de défense et de sécurité que le convoi de ravitaillement a pu se rendre à Djibo. C’est une initiative du Groupe d’action pour le Soum qui vise à approvisionner la ville et ses différentes communes. « La plupart du temps, on dit que l’Etat ne fait rien. On critique, c’est bien. Mais entre-temps on se demande ce que nous Soumois qui sommes à Ouaga, avons fait pour la province. C’est suite à cela que j’ai décidé de contacter certaines personnes pour qu’on voie ensemble ce qu’on peut faire. Il y avait un blocus général au niveau du transport. Les marchés étaient secs, il n’y avait aucun céréales dans les marchés à un moment, il y avait une rupture de tous les produits de première nécessité », explique Ahmed Dicko, le promoteur du GAS.

Ahmed Dicko expliquant son initiative

Un geste humanitaire, un sursaut patriotique

Très vite, l’idée a été épousée. « Quand on a lancé les cotisations, nous avons été séduits par l’engagement et l’engouement des uns et des autres. Au départ, nous attendions entre 10 et 15 millions maximum. Mais en une semaine, on s’est retrouvés avec plus de 20 millions », a poursuivi le coordonnateur du GAS, Ahmed Dicko, tout en précisant que toutes les communautés du pays, les différents bords politiques ont adhéré à l’initiative et ont fait des dons en nature et en espèce.

Selon le promoteur, d’autres actions vont suivre

A la date du 13 mai, ce sont plus de 42 millions qui ont été récoltés pour acheter des vivres, des produits de première nécessité. « Notre défi est de tout faire pour que toutes les contributions parviennent à la population de Djibo et du Soum », en toute transparence insiste le promoteur.

Des tonnes de Riz, de sucre, d’huile, mais aussi des pagnes, des chaussures…C’est ce que le Groupe d’action pour le Soum a apporté à la population du Soum. Des produits achetés sur la base des besoins recueillis au préalable, dira Ahmed Dicko qui parle de geste humanitaire, un sursaut patriotique et apolitique.

Le maire de la commune qui a officiellement réceptionné le don, n’a pas tari d’éloges à l’endroit de ses bienfaiteurs. Pour Issa Idrissa Dicko à travers ce geste, qui vient à point nommé, le Soum reconnait la solidarité de ses fils, ses filles, ses ami-es, et partenaires. Il a surtout dit son espérance que cet élan patriotique soit le signe que le « Soum ne tombera jamais » et que « la vie reprendra son cours d’antan ».

Le maire de Djibo a salué une initiative patriotique

C’est lors d’une sobre cérémonie que le don a été remis à la mairie de Djibo. Ce, en présence des autorités administratives locales, des chefs religieux de Djibo, mais aussi des autres communes de la province.

Newton Ahmed Barry, président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a également fait le déplacement avec la caravane depuis Ouagadougou. Selon lui, faire le voyage de Djibo était un symbole. « On aurait pu remettre ce qu’on a remettre et se dire qu’on a fait notre devoir. Ce qu’on vous donne, c’est insignifiant, c’est un symbole », dira-t-il à l’endroit des quelques personnes qui ont pris part à la cérémonie.

Mais le déplacement est symbolique en ce qu’il doit permettre de briser un mur. Celui de la peur, et cela ne pouvait venir que des fils et filles du Soum. « Si vous voulez qu’on vaccine votre chien enragé, il faut que vous vous donniez la peine d’attraper sa tête », imagera le président de la CENI pour traduire la nécessité que les Soumois et Soumoises n’abandonnent pas leur province en peine et qu’ils soient les premiers à donner le ton.

Et après, on fait quoi ?

Un geste conjoncturel face à un problème structurel. Jusqu’à quand la commune et la province vivront de ces actions sporadiques, à contre goutte ? A l’arrivée du convoi à Namsiguia, plus d’une dizaine de véhicules, bloqués depuis des jours, ont profité de la caravane sécurisée pour rentrer à Djibo. Au retour également, c’est une bonne vingtaine de camions qui a suivi le convoi depuis Djibo.

Selon le chef de canton de Tongomayel, l’objectif de cette mission était justement de prendre le pool de la situation pour rendre compte aux autorités à Ouagadougou. Le promoteur du Groupe d’action pour le Soum n’en dira pas plus. Il estime que chaque partie devrait jouer sa partition.

L’émir de Djibo

« Chacun a son rôle à jouer. Les questions diffèrent. L’Etat a son rôle, mais nous, nous avons estimé qu’on peut apporter un petit réconfort un tant soit peu en céréales. On a estimé que la première chose qu’on pouvait faire, c’est un acte humanitaire. Dans un bref délai, c’est ce qu’on pouvait faire. Le reste, ce sont des points sensibles et nous n’avons pas la maitrise » soutient-il tout en caricaturant l’initiative comme un chantier. Le don du 13 mai 2020 étant une étape dans la construction du retour de la paix.

Newton Hamed Barry, l’a d’ailleurs reconnu lors de la cérémonie. « Ce qui nous importe, c’est que nous puissions ramener le Soum comme il était avant. Ramener la paix, la cohésion sociale, le vivre ensemble. Il faut un déclic ».

Et la caravane de ravitaillement l’est. Les différents acteurs ont prié que ce symbolisme soit le début du retour à la normale à Djibo et dans la province du Soum. En fin de semaine dernière, le groupe avait été reçu en audience par le Chef de l’Etat Roch Kaboré. Les lignes vont-elles enfin bouger ?

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 15 mai à 07:17, par kwiliga En réponse à : Namsiguia-Djibo : Une caravane de ravitaillement rompt momentanément le blocus

    Et maintenant, qui pourra encore nier la réalité que vit notre pays ?
    Et maintenant, qui pense encore que le "coronathon" est une priorité, ou même simplement une bonne initiative ?
    Et maintenant, qui aura la morgue, toute honte bue, d’appeler à la grève pour défendre ses petits privilèges ?
    Et maintenant, qui pourra encore défendre la capacité de nos dirigeants à identifier nos priorités ?

    Répondre à ce message

  • Le 15 mai à 07:23, par C’est grave En réponse à : Namsiguia-Djibo : Une caravane de ravitaillement rompt momentanément le blocus

    Et même très grave... et tout ça dans la presque indifférence générale ! « Et après on fait quoi » ? Très bonne question !!! Chaque acteur de cette courageuse caravane est désormais une cible et est véritablement en danger, qu’elle soit à OUAGA ou pas, et les populations du soum sont également fort exposées à des représailles de diverse nature... que dire des responsables administratifs de la ville de Djibo ??
    je pleure pour mon pays....

    Répondre à ce message

  • Le 15 mai à 08:27, par David En réponse à : Djibo : Une caravane de ravitaillement rompt momentanément le blocus

    Tout le monde sait que les terroristes qui opèrent au BF et sont à grande majorité des Burkinabè. Les terroristes qui sèment la merde dans le Soum sont des Soumois. Dans le Soum, les gens se connaissent. Autrement dut, chacun sait qui fait quoi, ou et pourquoi. Mais personne ne veut parler. C’est l’omerta général. Autrement dit, personne ne veut dénoncer personne. Chaque Soumois est tapis chez lui et regarde tranquilos. Demander aux FDS qui sont sur le terrain dans le Soum, concernant le comportement des Soumois en matière de renseignement. C’est inimaginable. Personne ne donne des informations ou des indices aux FDS, pour qu’ils puissent agir avec efficacité. Que les FDS viennent se débrouiller seuls.
    En fait, l’isolement du Soum est dû à l’omerta général de ses fils. Finalement les habitants du Soum sont tombés dans leur propre piège. SVP, habitants du Soum, sortez de cet omerta en collaborant franchement avec les FDS. Faites le pour vous mêmes d’abord, pour que les FDS puissent vous sauver.
    C’est l’hypocrisie et le mensonge qui sont en train de ruiner le Soum.
    Dans le Soum, vous avez des Émirs, des chefs religieux et coutumiers qui quadrillent la province. N’est- ce pas ? Que font-ils pour aider les FDS en matière d’information ? C’est l’omerta général !!!
    Les Soumois sont donc en partie responsable de ce qui les arrivent. Ils sont victimes de leur refus de collaborer avec les FDS . Peut être que cette situation intenable dans laquelle ils sont, va les réveiller tous.

    Répondre à ce message

  • Le 15 mai à 08:44, par Lool En réponse à : Djibo : Une caravane de ravitaillement rompt momentanément le blocus

    Ehhhhh NAB !!! Tu connais la solution du problème de Djibo et ses environs. Tu laisses de côté tes élections budgétivores (100 Milliards de Francs CFA), on achète des blindés russes et on marche sur les cadavres des djihadistes sans oublier leurs parrains et autres souteneurs jusqu’au Mali. On balaye du côté malien les cinquante km autorisés par les accords et le long de la frontière pour éloigner les terroristes. Nous ne pouvons pas compter sur le Mali qui a un territoire vaste de 1 Milliard de km2 et qui n’arrive pas à grand-chose. Ensuite nous organisons tranquillement nos élections sur l’ensemble du territoire. Sinon la solution qui consiste à vouloir organiser des élections sur une partie du territoire va rencontrer une opposition farouche des patriotes révolutionnaires qui vont perpétrer un coup d’état magistral pour mener le combat à la Idriss Dehbi pour reconquérir notre patrie.

    Répondre à ce message

  • Le 15 mai à 10:14, par Le petit tranquilos En réponse à : Djibo : Une caravane de ravitaillement rompt momentanément le blocus

    Merci David, je suis à 200 pour cent avec vous. Je disais une fois, que Djibo sera ce que les fils de Djibo veulent qu’il soit. Regardez sur nos rues à Ouagadougou la mendicité est caractéristique. Vous reconnaissez même l’identité des mendiants à coup d’oeil. Vous n’avez pas honte ? Profession mendiant de père à fils.
    Vraiment que Dieu nous vienne en aide.

    Répondre à ce message

  • Le 15 mai à 11:00, par Ka En réponse à : Djibo : Une caravane de ravitaillement rompt momentanément le blocus

    Merci internaute ’’’David’’’ pour ta critique pertinente et constructive : La réussite de la lutte contre le terrorisme est uniquement une question de volonté politique. Malheureusement, dans la plupart des cas, on n’assiste qu’à quelques timides gesticulations pour se donner bonne conscience ou améliorer quelque peu son image vis-à-vis du peuple, ou, pire encore, à une instrumentalisation minutieuse pour fermer les yeux.

    Même si toute la population du SOUM adopterait de dénoncer leurs frères qui nous tuent comme des mouches, ça ne changerait rien avec des responsables politiques aux petits pieds très puissants qui tiennent le pouvoir de cette région en le partageant avec les imams radicaux : D’autres sans se cacher, publiquement dans un plateau de télé vont jusqu’à dire que l’arabe doit être enseigner dans le Nord comme exigent les terroristes qui tuent les enseignants Français à cause de ça.

    L’état Burkinabé avait publié dans la presse et dans les réseaux sociaux la liste des terroristes qui sèment la mort dans notre pays, dont 90% des noms de ces terroristes sont Dicko et Diallo, et jusqu’à nos jours, personnes n’a aidé les FDS à capturer ces terroristes, et je dis Bravo à toi David pour ce que tu avances. Chaque région récolte ce qu’elle sème. Et si le peuple et les décideurs du Nord décident aujourd’hui que le terrorisme dans notre pays s’arrête, elle s’arrêtera le même jour. Il suffit que ceux qui tiennent le pouvoir régional du Nord s’entendent avec les Imams radicaux et dire que le Burkina appartienne à toutes et tous avec les mêmes lois, et que l’Islam est une religion de paix qui n’enseigne pas de tuer son prochain, et le tour est joué.

    Il y aura des milliers de caravanes pour Djibo, des millions de cries d’associations qui récolteront des fonds pour sauver Djibo, mais dès qu’on ne règle pas le problème du pouvoir régionale du Nord qui se trouve dans les mains des politiciens aux petits pieds qui reçoivent les miettes des imams radicaux, le Nord restera toute l’éternité embourbé dans son problème de terrorisme.

    Indépendamment de l’aspect moral, sur lequel je ne me hasarderai pas à porter un quelconque jugement de valeur, je dis voici des gens qui sont vraiment sans foi ni loi. Mais au-delà de cette arrogance, on peut aussi se poser une question ; ‘’’tous ceux qui les connaissent, savent très bien que l’argent que ces terroristes ont pour acheter des armes, des motos puissantes est de provenance douteuse.’’’ Et tant que le peuple souverain du Nord du Burkina ne dénonce pas ces personnes malsaines, le Nord restera la racine du mal. Internaute David, encore une fois, merci pour ta critique pertinente. Et sans rancune a toutes et tous mes lectrices et lecteurs.

    Répondre à ce message

  • Le 15 mai à 11:11, par le nomade En réponse à : Djibo : Une caravane de ravitaillement rompt momentanément le blocus

    Toutes mes felicitations aux initiateurs de cette caravane et tous ceux qui y ont contribué d’une manière ou d’une autre. A l’internaute David ce que tu dis est vrai mais toute la population du SOUM est dans la peur et cette peur est justifiée. Ils sont nombreux ceux qui avaient collaboré avec les FDS et qui sont depuis fort longtemps au cimetière parcequ’ils n’ont pas eu de protection et les djihadistes on réglé leur compte avec leurs famille. Il y a aussi ceux qui son suspectés de collaborer avec les djihadistes et qui sont aussi au cimetière parceque les FDS ont réglé leurs comptes. Dans ces conditions comment les gens du SOUM peuvent ils parler ? ils ont des familles, des femmes et des enfants qui y sont sur palce. Que faire ? En fait les Soumois sont entre la marteau et l’enclume !!! Alors on ne peut pas les en vouloir parceque personne ne veut mourir, c’est tout simplement humain !

    Répondre à ce message

  • Le 15 mai à 11:37, par GD En réponse à : Djibo : Une caravane de ravitaillement rompt momentanément le blocus

    Si l’escorte ne reste pas sur place jusqu’a la distrbution des vivres, les terroristes vont forcement venir se servir dès leur depart. Donc le tout n’est pas d’acheminer les vivres ils faut les distribuer rapidement aux populations.En tout cas c’est une très bonne initiative a encourager.
    Les larguages de vivre par avion est egalement possible en cas de force majeur. Mais qui sera au sol pour receptioner s’il n’y apas de FDS ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Province du Soum : 13 terroristes neutralisés, de l’armement saisi
Conseil supérieur de la Défense nationale : Plus en avant dans la lutte contre le terrorisme.
Tanwalbougou : Chronique d’une chasse à l’homme
Drame de Tanwalbougou : L’Alternative patriotique panafricaine Burkindi accuse le MPP
Drame de Tanwalbougou : Le gouvernement informe de l’ouverture de deux enquêtes judiciaire et administrative
Burkina : 47 terroristes abattus et d’importantes quantités de matériels saisis par les Forces armées
Présumés terroristes morts à Fada N’Gourma : « Tous les douze ont été exécutés de manière systématique », confie le parent d’une victime
Namsiguia-Djibo : Carnet d’un voyage en zone assiégée par les groupes armés
Terroristes neutralisés à Sebba : Le MPP salue la bravoure des FDS
Djibo : Une caravane de ravitaillement rompt momentanément le blocus
Force Barkhane : Des groupes armés terroristes mis hors de combat dans la région du Liptako-Gourma
Fada N’Gourma : Douze présumés terroristes retrouvés morts dans leurs cellules
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés