Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a deux façons de faire face aux difficultés : soit on les transforme, soit on se transforme en les affrontant» P. Bolton

Violences conjugales : Des hommes aussi en sont des victimes

Accueil > Actualités > Opinions • Photo d’illustration • samedi 9 mai 2020 à 16h00min
Violences conjugales : Des hommes aussi en sont des victimes

Si l’on a l’habitude d’entendre parler de violences conjugales faites aux femmes, il faut aussi savoir qu’il y a des hommes qui subissent eux-aussi ces violences conjugales. Dans ce texte ci-dessous, l‘auteur essaie d’évoquer la question et de faire savoir qu’il y a aussi des hommes qui sont victimes de ces violences conjugales dont on en parle pas.

Dans nos différentes sociétés, ce quelles qu’elles soient, nous faisons face aujourd’hui à un nombre élevé de violences au quotidien. Nous entendons énormément parler des violences conjugales. Ces violences conjugales ont toujours un visage féminin dans la présentation. Ainsi, lorsque nous voyons ou lorsque nous entendons parler de violences conjugales, nous entendons violences conjugales faites aux femmes. Cela signifie pour un grand nombre de personne que le sexe féminin est encore victime des attitudes du sexe masculin.

Il est malheureusement vrai que les femmes sont plus exposées et plus victimes des violences dans le couple. Cependant, il faut noter que cette violence retrouvée souvent dans la vie intime peut être parfois dirigée vers les hommes. Cela signifie qu’il arrive que des hommes, je dis bien des hommes soient victimes de violences conjugales. En effet, il y a des hommes qui subissent quelque part les mêmes violences que subissent des femmes.

Il est alors important de mettre le doigt sur cette réalité qui est souvent cachée par les victimes elles-mêmes ou par leurs entourages. Ainsi, le fait que ces hommes n’en parlent pas sur la place publique comme les femmes ou qu’il n’y ait pas d’institution qui en fait son combat au plan mondial, ne signifie pas que le phénomène de violences conjugales faites aux hommes n’existe pas.

Ce qui va suivre pourrait choquer certains mais, il y a bel et bien des hommes qui subissent dans le silence des violences conjugales au quotidien. Ces violences conjugales sont les mêmes que celles vécues par les femmes. Il peut s’agir alors de violence physique, psychologique, économique, verbale, sexuelle etc.

Comment peut-on expliquer le silence de ces hommes face à ce phénomène hors du commun ?

Le silence de ces hommes face à ces violences conjugales peut s’expliquer de plusieurs manières. Ainsi, cela peut être lié à l’éducation ou aux pesanteurs socioculturelles. En effet, dès le bas âge, le petit garçon est éduqué à être fort. Il ne doit donc pas manifester ses émotions, il doit toujours garder « la tête haute ».

En plus, les pesanteurs socioculturelles peuvent pousser des hommes à vivre des violences conjugales en silence et à ne pas s’exposer sur la place publique. En effet, selon la majeure partie de la population, l’homme ne doit pas montrer sa faiblesse. Il doit toujours montrer son côté fort, viril. En fait, il doit toujours être le « mal dominant ».

Il faut également noter que les violences conjugales vécues par des hommes n’ont pas forcément les mêmes causes que celles vécues par des femmes. En effet, les violences conjugales notamment physiques faites aux hommes sont souvent liées à un ras-le-bol des femmes victimes. Il peut arriver en effet qu’une femme qui a l’habitude de subir des violences conjugales notamment physiques de la part de son conjoint ait envie de mettre fin à cela en utilisant à son tour des coups pour se défendre.

À la suite d’un premier essai, si elle se rend compte qu’elle est en réalité physiquement plus forte que son conjoint, le bâton peut à partir de cet instant changer de main. Ce changement peut alors transformer l’homme qui autrefois avait le bâton en main en victime.

En conclusion, il faut retenir que la violence conjugale peut avoir un visage masculin. Le fait de savoir que des hommes peuvent eux aussi être victimes de violences conjugales ne signifie pas que la violence conjugale est légitime ou légale. Non, elle ne l’est pas du tout.

Nous devons dans nos différents milieux de vie travailler à mettre fin à cette manière de s’exprimer dans les relations intimes. La violence conjugale quelle qu’elle soit n’a jamais résolu un problème. Au contraire, elle l’aggrave. En réalité seule les personnes faibles en font usage.

Car, la violence est larme du faible, l’arme d’une personne qui manque de mots pour s’exprimer. Cultivons donc la Communication Non Violente au quotidien pour résoudre les difficultés dans les relations intimes et pour les éviter au maximum.

L’amour est la plus belle chose au monde et c’est la base de toute chose. Pourquoi devrait-il être sujet de tristesse ? Sujet de violence ?

So Hierbine Aïcha PALE
aicha_pale@yahoo.fr

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Situation nationale : Résoudre le casse-tête des élections et mobiliser la nation pour faire face à l’insécurité et à la division
Mort Tragique de Georges Floyd : La brutalité policière est un veritable paradoxe
Burkina Faso : Isai Lankoandé alerte sur l’urgence de mettre en place des politiques de limitation des naissances
Situation nationale : Ousmane SO interpelle le président du Faso afin de savoir ce qu’il se passe
Tanwalbougou : La grande muette doit sortir de son mutisme
Politique : « La cause principale de tous les maux du Burkina Faso »
Quand Joseph Ouédraogo parlait de liberté, de race, de religion, de communisme…
Présidentielle de 2020 : Peut-être l’élection la plus importante de la 4e République
Foncier au Burkina  : La richesse qui divise souvent
Racisme : L’homme noir est-il vraiment meilleur que l’homme blanc ?
Le recours à l’institution coloniale « Chef de canton » est-il une avancée ou une régression ?
Attaques Terroristes : "Le CDP a raté l’occasion de se taire" selon Ragomepaoba Ouédraogo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés