Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les idées ont une durée de vie courte. Vous devez agir avant qu’elles n’expirent.» John C. Maxwell

Terrorisme : La convoitise du bétail, l’autre mal !

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • LEFASO.NET • jeudi 30 avril 2020 à 10h21min
Terrorisme : La convoitise du bétail, l’autre mal !

C’est un sujet qui peut paraître marginal. Mais l’une des principales richesses du Sahel, le bétail, fait l’objet de trafic par des groupes armés terroristes, et pas seulement. Les conflits souvent faussement nommés communautaires cachent mal des convoitises. Dans un communiqué en date du 23 avril 2020 et dont nous avons eu copie, le maire de Kelbo, cette commune du Soum régulièrement en proie à des attaques terroristes et qui s’est vidée de sa population, annonce la vente aux enchères de 326 vaches, 41 taureaux et quatorze 14 moutons. Qui sont les potentiels acheteurs dans une zone inaccessible ?

En plus du terrorisme, l’autre actualité du Sahel moins médiatisée est le trafic de bétail. Dans une région par excellence d’élevage, impossible de trouver une famille qui n’a pas de ruminants. C’est une question de tradition. Mais à cause du terrorisme et des conflits communautaires, les propriétaires de troupeaux importants sont désormais en insécurité. Ceux qui ont pu fuir à temps ont laissé derrière eux les efforts de toute une vie, souvent transmis de père en fils. Ceux qui par contre n’ont pas eu cette chance ont été tués et leurs troupeaux emportés par des hommes armés. En réalité des délinquants et grands voleurs qui enfilent facilement le manteau de djihadistes.

Lors d’un atelier de réflexion sur la transhumance, le vol et l’enlèvement du bétail dans la région du Sahel du 26 au 27 septembre 2019, à Dori, le secrétaire général de la région du Sahel Inoussa Kaboré reconnaissant l’accroissement du phénomène consécutif aux attaques armées. Rien que pour la première moitié de l’année 2019, il avait été signalé plus de 12 000 bovins, plus de 3 000 petits ruminants et une cinquantaine de camelins volés ou enlevés dans les provinces de l’Oudalan et du Soum.

Nous avons eu copie d’un communiqué du maire de Kelbo, dans la province du Soum, qui donne un aperçu de ce qui se passe en silence dans cette partie du pays. « Faisant suite au communiqué n°2020-001/RSHL/PSUM/CKLB/SG du 08 avril 2020 relative à la mise en fourrière d’animaux retrouvé en divagation, Le Maire de la Commune de Kelbo voudrait par ce présent avis, porter à la connaissance du public burkinabè qu’il sera organisé une vente aux enchères publiques du bétail conformément aux dispositions dudit communiqué.

Il s’agit notamment de trois cent vingt-six (326) vaches, quarante-un (41) taureaux et quatorze (14) moutons », lit-on dans le communiqué en date du 23 avril 2020. Le même document précise que toute personne désireuse de prendre part à la vente devra faire acte de présence à la mairie de Kelbo le jeudi 30 avril 2020 à partir de 8h 00 et munie de ses documents d’identification pour toutes fins utiles.

Ce communiqué du maire de Kelbo soulève des questions. Quelle population reste-t-il sur place pour aller acheter du bétail ? N’est-il pas souhaitable, surtout quand on sait vers où les populations se sont déplacées, de mener des missions d’information pour qu’elles reviennent chercher leur bétail ?

Selon plusieurs sources, ce n’est pas la première fois que de telles ventes sont faites dans des zones à fort défis sécuritaires. Ailleurs comme à Bourzanga, Sollé, Gorgadji, Namissiguima, cela a déjà eu lieu, sous le regard lointain et impuissant des vrais propriétaires. C’est devenu presque routinier.

Pourtant les déplacés internes qui ont fui, laissant derrière eux du bétail, se manifestent pour rentrer en possession de leur bien, surtout quand ils se rendent compte que leur troupeau est en fourrière. Certains ont même couru le risque de revenir pour chercher leur bétail. Ils ont simplement été tués sur la route. Cette semaine, un propriétaire parti chercher son troupeau à Kelbo est porté disparu. Ses proches n’ont plus aucune nouvelle de lui, ses portables ne sonnent plus.

Avant le massacre de Barga en mars dernier, les terroristes avaient prévenus les grands éleveurs de la localité. La prochaine fois qu’ils viendront, ça sera pour s’accaparer du bétail, si les groupes de défense ne les devancent pas. C’est avec l’argent issu de la vente de ce bétail qu’ils s’achèteront des armes, avaient-ils laissé entendre.

A côté de l’administration locale qui joue un jeu trouble, il y a aussi les terroristes dont la principale acticité dans cette zone est le trafic de bétail. Pourquoi chasser tout un village, pour laisser le vide, alors que l’on dit prôner la charia. Cette loi s’appliquera à qui quand il n’y a personne sur place ?

Selon des sources concordantes, des centaines de milliers d’animaux transitent dans ces no man’s land quotidiennement. Du butin que les terroristes ont glané après avoir semé la mort dans les rangs des propriétaires. Il existerait des grands marchés où ils ont un contrôle total. C’est là que les animaux sont chargés pour être convoyés dans des pays de la sous-région par des voies détournées. C’est un sujet que nous tentons de creuser.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 29 avril 2020 à 23:04, par tactic En réponse à : Terrorisme : La convoitise du bétail, l’autre mal !

    Mr. Tiga, vous avez vu juste. Depuis le debut les autorités savent ce qui se passe et que c’est par ces meme pistes de transumance que les pseudo jihadistes disparaisent apres leur forfaits.
    Il est encore temps de regler ce probleme.
    Bel article,

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril 2020 à 06:37, par Nabiga En réponse à : Terrorisme : La convoitise du bétail, l’autre mal !

    Très belle analyse. J’ai l’impression que des autorités locales traitent avec les pseudos terroristes pour s’enrichir sur le dos des propriétaires de bétail. Que les grands éleveurs s’organisent et avec l’appui des FDS, on mettra à nu, ce trafic malsain.

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril 2020 à 08:46, par arsène bamogo En réponse à : Terrorisme : La convoitise du bétail, l’autre mal !

    Bonjour ! C’est en effet à se demander si les responsables communaux ne font pas le jeu des malfrats. Car ils savent bien que les animaux appartiennent soit à des propriétaires tués, soit à ceux qui ont préféré sauver leurs vies en s’exilant. Pourquoi ne pas chercher des mécanismes à même de remettre les bêtes à qui de droit ? Les ventes aux enchères ne sont pas en tout cas une solution parce que n’achètera que celui qui a les moyens. Or ils sont du côté de l’ennemi le plus souvent.

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril 2020 à 09:48, par BADINI Harouna En réponse à : Terrorisme : La convoitise du bétail, l’autre mal !

    vous avez soulevé le vrai problème dit jihadiste. En effet, c’est surtout le grand banditisme qui pris le relai des jihadistes. Les paysans éleveurs des zones concernées se posent chaque la fois la question de savoir que font les FDS. Il y a à peine une semaine, dans village, base des FDS, les voleurs sont venus à quatre kilomètres du village, tiré en l’air, effrayé les villageois et emporter tout leur bétail. Les FDS n’ont pas du tout réagi ; Avec la mise en place des volontaires, on a l’impression que les FDS ont transféré leur mission de combat à ces derniers qui sont devenus aujourd’hui la cible des bandits de toutes sortes. Nous demandons au gouvernement de faire travailler correctement ses FDS. Selon les dire des villageois, ils ne connaissent pas du tout le COVID 19, leur seul mal reste et demeure le Djihadisme. Aider les à se débarrasser de ce fléau.

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril 2020 à 15:05, par nico En réponse à : Terrorisme : La convoitise du bétail, l’autre mal !

    tout es dit mais malheureusement cela risque de tomber dans l oreille d un sourd !

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril 2020 à 17:26, par BEOGO En réponse à : Terrorisme : La convoitise du bétail, l’autre mal !

    Le souci avec cet article est que l’auteur ne rappelle pas la loi en matière de déshérence des animaux et de l’obligation des communes.
    J’aurai voulu quel code s’applique en matière de déshérence des animaux.
    Également savoir quel formalisme et quelle procédure doit respecter l’autorité publique avant de mettre en vente le bétail ? Combien de temps dispose le propriétaire pour récupérer ses biens dès que la déshérence est constatée ?

    Je vous remercie

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril 2020 à 18:08, par jeunedame seret En réponse à : Terrorisme : La convoitise du bétail, l’autre mal !

    Du même avis que BAMOGO. Les autorités sont les premiers parents et profiteurs des bandits. Et comme la ministre de la santé, le gouverne-ment les force toujours à mentir cette fois-ci de terrorisme. Tout simplement parce que politiciens et complices s’enrichissent bêtement de ce vol. Et le jeu est créé et maintenu. Que fait-on avec cet argent de vente ? Combien ont-ils gagné depuis ? Si on pouvait arrêter les premiers clients de ces enchères et accuser certains ministres menteurs.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Point des opérations de sécurisation du 10 au 16 mai 2021 : Une base de terroristes démantelée
Burkina : Une attaque à Palsègué (Centre-nord) fait 9 morts dont 3 VDP et le chef du village
Commune de Thiou (Yatenga) : Pourquoi et comment le maire a négocié avec les terroristes
Opération Barkhane Au Mali : Un groupe armé terroriste interpellé dans la région d’Hombori
Lutte contre le terrorisme : La Côte d’Ivoire et le Burkina Faso mutualisent leurs forces dans les zones frontalières
Lutte contre l’extrémisme : Vers l’adoption d’une stratégie nationale de prévention de la radicalisation et son plan d’action
Opération HOUNE : Une vingtaine de terroristes neutralisés
Sécurisation du territoire national : des terroristes délogés au Nord et au Sahel grâce à une opération d’envergure
Recrudescence des attaques terroristes : L’État islamique au grand Sahara (EIGS) augmente son emprise au Liptako-Gourma
Oudalan : Les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque
Mali : Environ 300 militaires de la Force Barkhane mobilisés pour sécuriser un convoi de ravitaillement dans le nord
Attaque contre le village de Kodyel : L’Union européenne condamne fermement ces actes barbares
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés