Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un problème sans solution est un problème mal posé » Albert Einstein

Journée mondiale du Paludisme : Le Groupe de Recherche Action en Santé (GRAS) renouvelle son engagement dans la lutte contre le paludisme.

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • dimanche 3 mai 2020 à 13h30min
Journée mondiale du Paludisme : Le Groupe de Recherche Action en Santé (GRAS) renouvelle son engagement dans la lutte contre le paludisme.

Ouagadougou, le 30 avril 2020.
Le GRAS SARL au Burkina Faso se tient solidaire avec le monde de la santé et toute l’humanité pour marquer, une fois de plus, son engagement à réduire le lourd fardeau que nous impose le paludisme à travers de nouvelles stratégies et la mise au point de nouveaux outils de lutte.

Chaque 25 avril, est célébrée la journée internationale du paludisme. L’ensemble des acteurs de la santé et l’humanité, planchent sur ce phénomène, plus que tragique, qui endeuille des millions de familles à travers la planète en général et l’Afrique sub-saharienne en particulier. Toutes les deux minutes, un enfant africain meurt du paludisme.

Selon les derniers chiffres de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) annoncés dans son rapport annuel de 2019 sur le paludisme, sur 228 millions de cas de paludisme dans le monde en 2018, 218 millions, soit 93% des cas ont été enregistrés en Afrique sub-saharienne. Le Nigéria (25%), la République Démocratique du Congo (12%) et l’Ouganda (5%) sont les têtes de proue dans ce triste classement. Ce drame a engendré environ 405 000 cas de décès dans le monde en 2018 contre 416 000 en 2017, la plus grande victime étant l’Afrique sub-saharienne avec un fort taux de décès de 94% en 2018, selon l’OMS.

Au Burkina Faso, en dépit des efforts multiples déployés par le gouvernement burkinabè et la communauté internationale, le paludisme demeure la principale cause de consultation et de mortalité, les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes payant le plus lourd tribut. En 2018, l’OMS estimait à environ 7 875 575 le nombre de cas de paludisme et à environ 12 725 le nombre de décès au Burkina Faso, plaçant ainsi le Burkina Faso au 8e rang mondial en termes du nombre de décès pour le paludisme.

Maladie de la pauvreté, le paludisme contribue à appauvrir davantage nos communautés en augmentant les dépenses des ménages liées à la prise en charge des cas, par la perte de la productivité, par l’absentéisme scolaire et au travail.

Face à ce tableau sombre qu’offre le paludisme au Burkina Faso et en Afrique subsaharienne, le GRAS entend se positionner comme un véritable acteur de la lutte contre le paludisme à travers la recherche médicale et ce, en étroite collaboration avec ses partenaires nationaux, sous régionaux et internationaux.

A l’occasion de la journée mondiale 2020 de lutte contre le paludisme, l’institution voudrait souligner le rôle important qu’elle joue dans la recherche en santé, en l’occurrence dans la recherche vaccinale, la recherche sur les nouvelles générations de médicaments antipaludiques et la recherche sur les stratégies innovantes visant à améliorer l’accès aux outils diagnostics et aux traitements antipaludiques efficaces.

La recherche vaccinale contre le paludisme :

Dans le cadre de la lutte contre ce fléau, plusieurs institutions œuvrant dans la recherche médicale, sont résolument lancées pour des solutions définitives, à travers le développement clinique des vaccins efficaces. Plus de 20 candidats vaccins sont en cours d’évaluation à travers le monde, et le GRAS n’est pas en reste.

L’équipe scientifique de GRAS, conduite par le Dr Sodiomon B. Sirima, est en première ligne de la recherche sur les vaccins antipaludiques au Burkina Faso. Elle procédera, durant les cinq années à venir : i) à l’évaluation de vaccins combinant plusieurs antigène de différents stades de développement du parasite, dans le cadre du consortium MMVC (Consortium pour le développement de vaccins antipaludique à vecteurs viraux) coordonné par l’Université d’Oxford en Grande-Bretagne, ii) à l’évaluation des vaccins bloquant la transmission du paludisme en Afrique de l’ouest et leur utilisation rapide comme moyens de lutte et d’élimination du paludisme, dans le cadre du consortium PfTBV, coordonnée par l’Université des Sciences et de Techniques de Bamako, et enfin iii) à l’évaluation de cinq candidats vaccins de différents stades de développement du paludisme en Afrique, dans le cadre du consortium MIMVaC-Africa , une initiative multilatérale.

Avec la confiance dont le GRAS jouie auprès de ses partenaires internationaux, il assure la coordination du dernier consortium MIMVac-Africa dont le lancement a eu lieu en mars 2020. Ce consortium MIMVac-Africa regroupe dix (10) pays provenant de différents continents à savoir, l’Allemagne, l’Angleterre, le Burkina Faso, le Gabon, du Japon, le Luxembourg, le Kenya, le Mozambique, les Pays-Bas et la Tanzanie. L’ensemble de ces trois consortia (MMVC, PFTBV et MIMVac-Africa) bénéficie chacun du financement du partenariat Europe Pays en Développement pour les Essais cliniques (EDCTP) qui est lui-même un programme de l’Union Européenne.

En outre, le GRAS en collaboration avec l’Institut de Recherche en Sciences de la Santé (IRSS) du Burkina Faso, intervient aussi depuis 2018 dans le consortium SEMalvac2. C’est un projet de recherche d’un vaccin antipaludique qui regroupe l’IRSS AU Burkina Faso, l’Université d’Osaka au Japon, European Vaccine Initiative (EVI) en Allemagne et Nobel Pharma, une firme pharmaceutique au Japon.

La recherche sur la nouvelle génération des médicaments antipaludiques :

L’une des stratégies actuelles de lutte contre le paludisme repose sur le diagnostic et le traitement rapides des cas avec des antipaludiques efficaces. Le GRAS est engagé dans les consortia de recherche WANECAM2 et PAMAFRICA, respectivement coordonnés par l’Université des Sciences, des Techniques et des Technologies de Bamako au Mali et la Fondation Suisse Médecine for Malaria Venture (MMV) basée à Genève en Suisse.

Ces consortia visent à mettre au point de nouvelles générations de médicaments antipaludiques efficaces, avec des prises journalières réduites et des durées de traitement plus courtes. La mise au point de ces molécules vise à améliorer l’adhésion des malades aux traitements, réduire les épisodes de paludisme et à faire face au défi de l’émergence de la résistance aux antipaludiques dont nous faisons face actuellement.

La recherche opérationnelle sur le paludisme :

Le GRAS a joué et continue de jouer un rôle important dans le domaine de la recherche opérationnelle sur le paludisme. Sous l’égide de l’OMS, il a activement pris part au développement et à l’évaluation de nouvelles stratégies de lutte contre le paludisme qui rapprochent davantage les médicaments efficaces des zones moins desservies par les services de santé.

Il s’agit, entre autres, de la prise en charge intégrée du paludisme et de la pneumonie au niveau communautaire et de la prise en charge du paludisme à différents degrés de sévérité, en utilisant des tests de diagnostic rapide pour confirmer les cas suspects, l’artéméther-luméfantrine pour la prise en charge des cas simples confirmés et l’artesunate rectal comme traitement de pré-transfert chez les enfants qui présentent des signes de danger avant qu’ils n’arrivent au niveau des centres de santé. Ces deux stratégies sont actuellement adoptées par le Programme national de Lutte contre le Paludisme du Burkina Faso comme stratégies clés de lutte contre cette maladie.

Actuellement, l’institution est engagée dans le développement d’une stratégie visant à utiliser de façon optimale les antipaludiques disponibles et à prolonger leur durée de vie. Ce projet est dénommé traitement multiple de première ligne contre le paludisme simple et couvre actuellement l’ensemble des centres de santé et de promotion sociale du district sanitaire de Kaya.

Il se mène en collaboration avec le Programme National de Lutte contre Paludisme et l’IRSS, avec le soutien financier de MMV. Les résultats préliminaires de cette étude sont attendus d’ici fin 2020.

La solide expérience et la richesse d’expertises des femmes et hommes qui composent l’institution, la qualité de ses résultats et la fidélité de ses engagements lui ont permis de bâtir une grande confiance tissant ainsi des partenariats de qualité tant au niveau national et qu’international.

Le GRAS saisit cette opportunité pour témoigner, une fois de plus, sa reconnaissance à l’Etat burkinabè à travers le Ministère de la Santé et le Ministère en charge de la Recherche scientifique, ainsi qu’à l’ensemble des autres partenaires nationaux et internationaux qui l’accompagnent dans la mise en œuvre quotidienne de ses activités pour le combat commun d’un monde sans paludisme.

Contacts :
Site web : www.gras.bf ;
email : gras@fasonet.bf ou info@gras.bf ;
Tél : +226 25 35 56 90
Personnes à contacter :
-  Dr Mohamadou Siribié Directeur Exécutif, tél : 70289099, email : m.siribie@gras.bf
-  Dr Sodiomon Bienvenu SIRIMA Directeur Scientifique, tél : 70200444, email : s.sirima@gras.bf


Le Groupe de Recherche Action Santé (GRAS) est une institution de recherche biomédicale de droit privé burkinabè créée en 2008 ayant signé des conventions avec le Ministère de la santé, le Centre national de la Recherche scientifique et technologique (CNRST). Le GRAS a ses activités qui s’étendent à bien d’autres pathologies qui constituent un problème de santé publique en Afrique subsaharienne que sont : la Shigellose (dysenterie bacillaire), la Bilharziose, la Fièvre typhoïde, etc.

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Situation à Ouagadougou : Des manifestants ne veulent « personne d’autre à part Ibrahim Traoré »
Spéculation sur les bouteilles de gaz Sodigaz : Les clients invités à dénoncer les points de vente complices
Journée mondiale de l’enseignant : « Je vis dans la psychose et je prie pour que les terroristes n’attentent pas à ma vie ou à celle des élèves », un enseignant du Passoré
Burkina/Attaque de convoi de Gaskindé : Recueillements et prières pour les chauffeurs tombés, du jeudi 6 au vendredi 7 octobre 2022
Saisie de poissons avariés à Bobo-Dioulasso : La population appelée à plus de vigilance
Insertion professionnelle : 125 jeunes formés aux métiers agro-sylvo pastoraux
Situation humanitaire au Burkina : 2.5 tonnes d’aliments thérapeutiques livrées a Djibo
Journée mondiale de l’enseignant : « On ne peut pas transformer le système éducatif sans prendre en compte les préoccupations des enseignants » Souleymane Badiel
Année scolaire 2022-2023 : Les Hauts-Bassins enregistrent environ 1000 élèves déplacés internes au post-primaire et secondaire
Burkina : Un besoin de financement de 35 milliards de francs CFA pour une éducation en situation d’urgence
Burkina Faso/Plan Z : Une nouvelle trouvaille des jeunes pour faire la fête
Attaque de Gaskindé : Les chauffeurs routiers du Burkina en recueillement à la mémoire de leurs camarades disparus
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés