Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a deux façons de faire face aux difficultés : soit on les transforme, soit on se transforme en les affrontant» P. Bolton

Covid-19 : Faire contre mauvaise fortune bon cœur…

Accueil > Actualités > Opinions • LEFASO.NET • mardi 28 avril 2020 à 14h31min
Covid-19 : Faire contre mauvaise fortune bon cœur…

Non sans ignorer toutes les contraintes et souffrances que ce COVID 19 et ses répercussions nous imposent, sachant qu’en dehors d’appliquer scrupuleusement les mesures barrières pour nous protéger tous, nous ne pouvons pas faire grande chose d’autre, essayons de garder le moral en déraisonnant face a cette situation surréelle que nous traversons :

Qu’elle n’a pas été ma déception lors de l’annonce des mesures de lutte contre la propagation du COVID 19 de savoir que je ne pourrai pas me rendre a Bobo pour y célébrer la Semaine de la Culture et la Sortie des Masques.

Sans même oser participer, n’étant pas initie pour porter un masque, j’aurais au moins voulu assister en tant que spectateur a ces célébrations, admirer les masques, être impressionne par leur prestance, ressentir leurs rythmes et danses et participer au travers de cette tradition culturelle à partager les messages transmis de courage, travail, solidarité qui construisent en partie notre identité et qui nous unissent comme humains.

Que nenni, ma déception s’est aujourd’hui métamorphosée en excitation à l’idée de participer pleinement et activement a cette première Semaine Nationale de sortie obligatoire des Masques.

Grace au COVID 19 je passe du statut de spectateur a celui de porteur de masque : En plus de pouvoir admirer tous ces masques je vais pouvoir en réalité même pas virtuelle, porter un masque et en assumer le rôle, ayant été initie pour ce nouveau rite.

Certes la cérémonie d’initiation a été un peu décevante, en temps normal on ne donne pas les secrets d’une initiation, mais puisque nous ne sommes plus en temps normal et comme nous sommes aujourd’hui tous inities, il n’y a donc plus de secret : Cette cérémonie qui a dure trois secondes et demi se résume en : Impétrant, laves toi les mains, recules d’un mètre et porte ton masque !

Je suis très reconnaissant aux inities initiaux qui ont daigne partager leurs secrets et je leur présente toute ma gratitude car mon estime propre s’en est retrouvée grandie, jugeant initialement que je n’étais pas digne d’être initie.

Pour autant je leur demande de travailler sur ce rite initiatique afin d’en augmenter la magnitude pour que nous réalisions a quel point nous sommes privilégies d’avoir été choisit comme élus, même si nous sommes maintenant tous élus, car depuis le début de l’homme sur terre il n’y a eu que peu d’évènements aussi compréhensifs et démocratiques que celui ci.

Je salue l’abnégation des Gardiens de la Culture, Forgerons et autres anciens inities dans le partage de ces rites qui leurs étaient réservés et qu’ils nous transmettent maintenant a tous, femmes, hommes et enfants, quel magnifique message de cohésion face a notre nouvel environnement !

En plus d’avoir conçu les masques, ils avaient aussi déjà anticipe la distanciation sociale d’un mètre à tenir, au travers de la taille des costumes de fibres et des mouvements de danse. A nous de maintenir cette distanciation si ce n’est au quotidien travers de ce que l’on porte ou de nos danses, que ce soit au moins au travers de notre prestance et de nos mouvements en bombant le torse et en roulant des épaules, bras légèrement arrondis lorsque nous nous déplaçons afin de distancier par notre prestance.

Je suis aussi impressionne par la clairvoyance et la vision géniale et exemplaire de coopération entre les responsables nationaux de la culture et de la sante d’avoir joint leurs expertises et compétences pour répondre a ce nouveau défi en recherchant dans nos racines et traditions une solution. Que les autorités Nationales félicitent ces responsables visionnaires.

Cette solution devrait être proposée a l’Unesco, afin d’être inscrite au patrimoine immatériel de l’humanité. La connaissance qui en résultera et deviendra universelle de ce geste pourra ainsi être partagée avec d’autres pays et cultures, comme l’a été par exemple en son temps la fête de la musique et être dupliquée en réponse aux nouveaux défis auxquels nous devons faire face. Pourquoi me dites-vous que c’est déjà le cas, je n’ai pourtant rien vu sur le site de l’Unesco ???

Ce rite qui nous transforme, nous oblige aussi a pouvoir assumer pleinement les nouvelles responsabilités d’inities qui nous incombent. En premier lieu serons nous a même de pouvoir transmettre dignement ce rite a nos enfant, nos jeunes sœurs et frères ou a nos aïeux d’ailleurs et anciens qui avaient été tenus a l’écart jusqu’à ce jour ?

Encore fraichement initie j’oublie déjà l’ordre de la cérémonie : dois je reculer d’abord d’un mètre et me laver les mains ensuite ou est ce l’inverse ? J’ai essayé, chers amis maintenant que nous sommes tous confrères et consœurs et confines, finement de partager ces réflexions faute d’être…
Je vous quitte pour aller travailler sur mes répétitions de danse pour être prêt pour Lundi.

Pierre GLIMOT, agent de banque

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Situation nationale : Résoudre le casse-tête des élections et mobiliser la nation pour faire face à l’insécurité et à la division
Mort Tragique de Georges Floyd : La brutalité policière est un veritable paradoxe
Burkina Faso : Isai Lankoandé alerte sur l’urgence de mettre en place des politiques de limitation des naissances
Situation nationale : Ousmane SO interpelle le président du Faso afin de savoir ce qu’il se passe
Tanwalbougou : La grande muette doit sortir de son mutisme
Politique : « La cause principale de tous les maux du Burkina Faso »
Quand Joseph Ouédraogo parlait de liberté, de race, de religion, de communisme…
Présidentielle de 2020 : Peut-être l’élection la plus importante de la 4e République
Foncier au Burkina  : La richesse qui divise souvent
Racisme : L’homme noir est-il vraiment meilleur que l’homme blanc ?
Le recours à l’institution coloniale « Chef de canton » est-il une avancée ou une régression ?
Attaques Terroristes : "Le CDP a raté l’occasion de se taire" selon Ragomepaoba Ouédraogo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés