Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Comme pour toute discipline, votre attitude ne s’améliorera pas d’elle-même. C’est pourquoi vous devez y veiller jour après jour» John C. Maxwell

La presse et le cinéma burkinabé en deuil : Clément Tapsoba n’est plus

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET • samedi 25 avril 2020 à 10h30min
La presse et le cinéma burkinabé en deuil : Clément Tapsoba n’est plus

Le monde de la presse et du cinéma de nouveau endeuillé. Les hommes des médias n’avaient pas fini de pleurer Laabli Moustapha Tiombiano que la grande faucheuse est revenue dans leurs rangs pour emporter Clément Tapsoba, un autre grand nom de la presse burkinabè. En effet, celui que ses amis appelaient affectueusement le Clem’s a définitivement casser sa plume le jeudi 23 avril 2020 à Ouagadougou, des suites de maladie, à l’âge de 66 ans.

Clément Tapsoba a été formé à Institut africain d’éducation cinématographique (INAFEC) de Ouagadougou, au Centre d’études des sciences et techniques de l’information et de la communication (CESTI) à l’Université Cheick-Anta-Diop de Dakar et à l’Ecole internationale de Bordeaux.

Sur le plan professionnel, il a débuté sa carrière au début des années 80 à la Direction générale de la presse écrite (actuel Direction générale des Editions Sidwaya) où il a été journaliste et rédacteur en chef au journal Carrefour africain et au quotidien Sidwaya.

Après le 15 octobre 1987, les « rectificateurs » vont l’affecter au haut-commissariat du Kadiogo, à la radio nationale et à l’Agence d’information du Burkina (AIB) de Tenkodogo comme correspondant. Resté fidèle aux idéaux de la révolution prônée par Thomas Sankara, l’homme qui n’a jamais transigé sur ses convictions politiques sera écarté des rédactions.

C’est dans le domaine du cinéma que Clément Tapsoba va exprimer tout son professionnalisme et son talent d’abord au Burkina et ensuite sur le plan international.
Il a été ainsi conseiller technique et artistique du délégué général du FESPACO, membre du comité de sélection des films en compétition, coordonnateur chargé des thèmes du FESPACO, et chargé d’études et de projets du FESPACO.

Directeur de communication et des programmes de la Fédération panafricaine des cinéastes (FEPACI), Clément Tapsoba a été rédacteur en chef du magazine international bilingue de cinéma, de télévision et de la vidéo « Ecrans d’Afrique ».
Il a été président de l’association des critiques du cinéma au Burkina Faso et le président de la Fédération africaine de la critique cinématographique (FACC).

Clément Tapsoba s’est aussi investi dans la consultation, la formation et l’enseignement dans les domaines de la presse, du cinéma et de l’audiovisuel. Il va ainsi partager ses connaissances en tant qu’enseignant à l’Institut supérieur de l’image et du son (ISIS), à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM), à l’Institut supérieur des métiers de l’audiovisuel (ISMA) du Bénin ainsi que dans plusieurs instituts de formation au Burkina Faso et en Côte-d’Ivoire.

Il a publié en tant que co-auteur plusieurs livres sur le cinéma : Afriques 50 : singularités d’un cinéma pluriel ; Cinémas africains, une oasis dans le désert ? ; Burkina Faso : cent ans d’histoire, 1895-1995, etc.
Sur le plan filmographie, il a été conseiller recherchiste pour le film documentaire : Joseph Ki-Zerbo : Identités, identités pour l’Afrique de Dani Kouyaté et producteur d’un documentaire intitulé africaines sur la présence des cinéastes africains au Festival international du film de Cannes.

Passionné de musique, Clément Tapsoba a été batteur dans plusieurs orchestres scolaires de Koudougou et de Ouagadougou au début des années 70.
Admis à la retraite en 2014, il a créé l’Agence de communication Analight consulting & communication qui intervenait dans la formation en communication, en journalisme culturel et en audiovisuel. C’est son agence qui a conçu et réalisé l’affiche du FESPACO 2017.

C’est donc un professionnel trempé de la presse et du cinéma qui est tombé les armes à la main le jeudi 23 avril 2020.
Il laisse derrière lui une veuve et trois orphelins.
Clément Tapsoba repose en paix et que la terre du Burkina Faso te soit légère

Hamado Nana


Déroulement des obsèques

Samedi 25 avril 2020

8 heures : Levée du corps à la morgue du Centre hospitalier universitaire de Bogodogo

- Absoute et levée du corps à son domicile à la Patte d’oie à 11 heures suivie de l’inhumation au cimetière municipal de Gounghin

Vos commentaires

  • Le 25 avril à 16:12, par Lagitateur En réponse à : La presse et le cinéma burkinabé en deuil : Clément Tapsoba n’est plus

    Paix à son âme. Que la terre libre du Burkina Faso qu’il a tant aimé et servi lui soit légère. Mes condoléances à la famille.

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril à 23:33, par La vérité En réponse à : La presse et le cinéma burkinabé en deuil : Clément Tapsoba n’est plus

    C’est avec consternation que j’apprends le décès de Clément TAPSOBA, homme humble et très serviable. Toujours dévoué pour rendre du travail de qualité, sociable , on a toujours envie de travailler avec lui. Étant hors du pays, cela fait un bout de temps que je n’ai pas eu de ses nouvelles. Nous nous remettons tous à la volonté souveraine de Dieu. Toutes mes condoléances à sa famille. Repose en paix et que le Seigneur t’accueille dans son royaume.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril à 20:35, par Nikiema En réponse à : La presse et le cinéma burkinabé en deuil : Clément Tapsoba n’est plus

    C’est en suivant le journal de 20H du samedi 23 04 que j’ai appris ton deces. On s’etait promis de se rencontrer pour reactiver notre amitie du lycee. le travail nous a bcp separe. Chacun etant tres pris par ses engagements. Mon Clem’s pardon moi car j’ai ete lent a reagir a la promesse de se rencontrer pour... Repos en paix mon frere et ami. Que le seigneur dans son intime bonte t’accueille dans son amour dans son pardon et dans sa misericorde. Qu’il benisse abondamment ta femme et tes enfants. Mon tres cher frere et ami repose en paix. Adama NIKIEMA

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Culture : ‘‘Statut’’ ou ‘‘statue’’ de l’artiste au Burkina Faso ?
Reprise des grandes funérailles bôbô : Bientôt le bout du tunnel pour les chefs coutumiers
11 mai 1981 : il y a 39 ans disparaissait Bob Marley, le roi du reggae
Culture : « Les gens qui veulent m’épouser me disent d’arrêter la musique », dixit Kady Wendpouiré, artiste musicienne
Lutte contre le Covid-19 : Des acteurs culturels initient Covid’live, des concerts live en ligne, sans public
Lutte contre le Covid-19 : Le Collectif Plumes résilientes apporte sa contribution
Musique : Watt Millo, l’operateur géophysicien qui s’essaie avec brio à la musique
COVID-19 : Quel (s) modèle (s) de relance pour le secteur des Arts et de la culture au Burkina Faso ?
La presse et le cinéma burkinabé en deuil : Clément Tapsoba n’est plus
Culture : L’artiste Bass Mandelson officiellement installé comme représentant de la communauté dioula en France
Grand prix de poésie Thomas Sankara 2020 : Tristell Mouanda Moussoki du Congo sacré lauréat
JAZZ A OUAGA : l’édition 2020 du festival est annulée
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés