Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens qui doutent d’eux-mêmes n’ont qu’un vide au centre d’eux-mêmes.» John Maxwell Coetzee

Covid-19 : « C’est le moment de montrer la vraie solidarité africaine », invite le représentant régional pour l’Afrique de la FAO, Abebe Haile-Gabriel

Accueil > Actualités > Opinions • • vendredi 10 avril 2020 à 10h00min
Covid-19 : « C’est le moment de montrer la vraie solidarité africaine », invite le représentant régional pour l’Afrique de la FAO, Abebe Haile-Gabriel

A travers cette réflexion sur la covid-19, Abebe Haile-Gabriel, Sous-Directeur général et Représentant régional pour l’Afrique de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), estime que cette pandémie est l’occasion de « montrer la vraie solidarité africaine »

Nous traversons des moments sans précédent. La pandémie d’une telle ampleur et sur une telle échelle mondiale a touché chaque personne dans cette génération, ce qui conduit des pays du monde entier à augmenter leurs ressources pour réduire les répercussions massives provoquées par la covid-19.

Alors que l’Afrique commence à fermer ses frontières et à confiner les communautés pour en atténuer les risques, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) appelle tous les pays à prendre des mesures urgentes pour réduire l’impact sur les systèmes alimentaires et sur toutes les dimensions de la sécurité alimentaire et la nutrition.

La Vue d’ensemble régionale de la sécurité alimentaire et la nutrition en Afrique 2019 a signalé que 256 millions d’Africains, soit 20 pour cent de la population, sont sous-alimentés. De ce nombre, 239 millions se trouvent en Afrique subsaharienne. Selon le Système mondial d’information et d’alerte rapide de la FAO, 34 des 44 pays qui ont actuellement besoin d’aide alimentaire de l’extérieur se trouvent en Afrique.

Ces chiffres frappants montrent que nous étions déjà vulnérables avant la pandémie de covid-19. Si nous ne prenons pas les mesures qui s’imposent, nous nous retrouverons très bientôt dans une situation de crise alimentaire. La panique ne fait pas partie de ces mesures ; elle n’est donc pas une méthode d’atténuation des risques. Il y a assez de nourriture pour chaque Africain ; nous ne pouvons pas commettre les mêmes erreurs que lors de la crise alimentaire de 2007 2008 et transformer cette crise sanitaire en une crise alimentaire que nous pouvons bel et bien éviter.

Une autre leçon que nous avons dû apprendre à nos dépens est celle de l’épidémie de la maladie à virus Ebola de 2014 2016. Les mesures de quarantaine et la panique ont fait augmenter les niveaux de faim et de malnutrition. Les souffrances se sont aggravées car les restrictions de circulation ont entraîné des pénuries de main-d’œuvre au moment de la récolte, et d’autres agriculteurs n’ont pas été en mesure d’apporter leurs produits sur les marchés.

Les systèmes alimentaires et les chaînes d’approvisionnement alimentaire sont interdépendants, et les perturbations en un seul endroit peuvent se répercuter sur d’autres ailleurs. Il est donc primordial que nous mettions en place des stratégies de prévention et de réduction des risques.

Comme nous le savons, l’agriculture est l’unique moyen d’existence pour des centaines de millions d’Africains. Nous devons prendre des mesures rapides pour garantir que les chaînes d’approvisionnement alimentaire continuent de fonctionner afin d’atténuer le risque de chocs importants qui auraient un impact considérable sur tout le monde, en particulier sur les pauvres et les plus vulnérables.

Les groupes vulnérables comprennent les petits agriculteurs, les éleveurs et les pêcheurs qui ne peuvent pas travailler leurs terres, prendre soin de leur bétail, ou pêcher. Ils auront également du mal à accéder aux marchés pour vendre leurs produits et/ou auront à acheter à des prix plus élevés et un pouvoir d’achat limité. Les travailleurs informels, en revanche, sont confrontés à des pertes d’emplois et de revenus en matière de récolte et de transformation. La covid-19 n’épargne personne. À l’heure actuelle, des millions d’enfants ne sont plus à l’école et, plus important encore, beaucoup d’entre eux n’ont plus accès aux repas scolaires sur lesquels ils comptaient.

Les pays doivent répondre aux besoins alimentaires immédiats de leurs populations vulnérables, renforcer leurs programmes de protection sociale, maintenir le commerce international des denrées alimentaires, veiller à ce que les chaînes d’approvisionnement nationales ne soient pas interrompues, et renforcer la capacité des petits agriculteurs à accroître leur production alimentaire.

Une autre inquiétude en Afrique est liée aux crises humanitaires existantes. Les crises provoquées par des conflits demeurent la principale cause des niveaux élevés d’insécurité alimentaire grave, tandis que la sécheresse, les inondations et d’autres chocs ont également aggravé la situation d’insécurité alimentaire au niveau local.

Dans la Corne de l’Afrique, plusieurs pays sont confrontés à la pire crise provoquée par des criquets pèlerins depuis plus de 25 ans. Il s’agit d’une menace sans précédent pour la sécurité alimentaire et les moyens d’existence, qui pourrait entraîner de nouvelles souffrances, des déplacements et des conflits. Plus de 20 millions de personnes sont déjà confrontées à une grave insécurité alimentaire aiguë, et l’invasion acridienne et la pandémie feront encore augmenter ce chiffre.

Il est donc essentiel que les pays donateurs continuent d’apporter l’aide humanitaire là où l’insécurité alimentaire est déjà élevée. Cette maladie ne connaît pas de frontières. Les mouvements de denrées alimentaires et le commerce doivent rester intacts au-delà des frontières, conformément aux normes de sécurité sanitaire des aliments en vigueur.

L’interruption des chaînes d’approvisionnement alimentaire, y compris des entraves aux mouvements des travailleurs des secteurs agricole et alimentaire et l’allongement des durées d’attente aux frontières des conteneurs remplis d’aliments entraîne la détérioration des denrées périssables et la perte et le gaspillage alimentaires.

Nous devons empêcher que ces scénarios se répètent ; c’est dans des moments comme celui-ci que la coopération mondiale et régionale devient plus – et non moins – vitale.

C’est maintenant le moment de faire preuve de solidarité, d’agir de manière responsable et d’adhérer à notre objectif commun : améliorer la sécurité alimentaire, la sécurité sanitaire des aliments et la nutrition, et améliorer le bien-être général de la population en Afrique. Nous devons nous assurer que notre réponse à la covid-19 ne crée pas de pénurie injustifiée de produits essentiels ni n’exacerbe la faim et la malnutrition.

Au milieu de cette crise, les équipes de la FAO travaillent avec les pays pour anticiper et atténuer l’impact de la pandémie sur la sécurité alimentaire et les moyens d’existence. Nous continuons de soutenir les efforts visant à atténuer les effets du covid-19 sur le commerce et les marchés alimentaires.

C’est maintenant le moment où nos efforts individuels doivent se conjuguer en aspirations régionales. Nous avons un objectif commun : assurer la sécurité alimentaire et la santé en Afrique.

Citation

« C’est maintenant le moment de faire preuve de solidarité, d’agir de manière responsable et d’adhérer à notre objectif commun : améliorer la sécurité alimentaire, la sécurité sanitaire des aliments et la nutrition, et améliorer le bien-être général de la population en Afrique »

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Don d’ordinateurs à l’Assemblée nationale par la Chine : Un cadeau empoisonné, selon un citoyen
Différence entre ‘’soumission’’ et ‘’être attentionné’’ : Des éclairages dans ce texte
Violences conjugales : Des hommes aussi en sont des victimes
Année scolaire 2019 - 2020 : L’Etat est maître du calendrier scolaire
Conte : Le tueur invisible
Décès de la députée Marie Rose Compaoré : Sidiki Aboubacar Wendin Zerbo analyse le système administratif et managérial burkinabè
Décrets signés par le Premier Ministre : Des actes dépourvus de fondement politique et de base légale !
Député Compaoré, décédée de covid-19 ou pas, cela ne saurait nier l’existence de la pandémie au Burkina Faso !
Différend entre juges et l’État central : Un citoyen appelle à une nouvelle législation sur les avantages accordés aux magistrats
Covid-19 et échéances électorales : « Techniquement, le droit offre la possibilité de repousser les élections de quatre mois », Guetwendé Gilles Sawadogo
Situation nationale : « Dans le paysage politique actuel, il n’y a pas un qui fera mieux que Roch », pense Lébouré Crépin Zanzé, expert en communication et sécurité
Covid-19 : Faire contre mauvaise fortune bon cœur…
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés