Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve.» Antoine de Saint-Exupéry

Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 08 avril 2020

Accueil > Actualités > Conseil des ministres • • mercredi 8 avril 2020 à 22h27min
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 08 avril 2020

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 08 avril 2020, en séance ordinaire, de 09 H 00 mn à 14 H 50 mn, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, Président du Conseil des ministres. Il a délibéré sur les dossiers inscrits à son ordre du jour, entendu une communication orale et procédé à des nominations.

I. DELIBERATIONS

I.1. Au titre de la gestion de la riposte à l’épidémie de la maladie à coronavirus (COVID-19) :

Le Conseil a fait le point de la situation de l’épidémie au Burkina Faso. Il s’agit de :

l’état d’évolution de la maladie et du protocole de prise en charge thérapeutique ;
la mise en œuvre des mesures prises par le gouvernement pour interrompre la chaine de transmission communautaire ;
la mise en œuvre des mesures d’accompagnement décidées par Son Excellence Monsieur le Président du Faso.

Le Conseil a instruit les ministres en charge du dossier de prendre les dispositions nécessaires pour une application diligente des différentes mesures d’accompagnement.

Il a par ailleurs instruit le ministre de la Santé d’engager avec les partenaires techniques et financiers, les concertations nécessaires pour leur accompagnement dans le cadre du Plan révisé de riposte à l’épidémie de COVID-19.

I.2. AU TITRE DE LA REFORME DES INSTITUTIONS ET DE LA MODERNISATION DE L’ADMINISTRATION, LE CONSEIL A ADOPTE QUATRE (04) RAPPORTS.

I.2.1. Pour le compte du ministère de l’Education nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales :

un décret portant approbation des statuts du Centre national des manuels et fournitures scolaires (CENAMAFS).
L’adoption de ce décret permet au CENAMAFS de se conformer aux dispositions du décret n°2019-0344/PRES/PM/MENAPLN du 24 avril 2019 portant organisation du ministère de l’Education nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales et du décret n°2019-1239/PRES/PM/MINEFID/MENAPLN portant modification du décret n°2012-723/PRES/PM/MESS/MEF du 12 septembre 2012 portant érection du Centre national des manuels et fournitures scolaires en établissement public de l’Etat.

I.2.2. Pour le compte du ministère de l’Economie, des finances et du développement :

un rapport sur la situation d’exécution du budget et de la trésorerie de l’Etat, exercice 2019, au 31 décembre.
Au 31 décembre 2019, pour une prévision annuelle de 2 107,94 milliards de F CFA, dans la loi de finances révisée, le niveau global de mobilisation des ressources budgétaires de l’Etat se chiffre à 1 940,27milliards de F CFA, soit un taux de réalisation de 92,05% contre 98,01% en 2018.

A la même date, sur une prévision ajustée de crédits de paiement de 2 366,67 milliards de F CFA, le taux d’exécution global des dépenses est de 90,49%, correspondant à un montant de 2 141,58 milliards de F CFA de dépenses ordonnancées.

Au titre des soldes budgétaires, l’épargne budgétaire et le solde global sont ressortis respectivement excédentaires de 196,20 milliards de F CFA et déficitaires de 201,31 milliards de F CFA en nette amélioration par rapport à d’une part, une épargne de 187,15 milliards de F CFA et un déficit de 258,73 milliards de F CFA prévus dans la loi de finances révisée et à d’autre part, une épargne de 151,50 milliards de F CFA et un déficit de 314,11 milliards de F CFA à la même période en 2018.

Au titre de la gestion de la trésorerie à fin décembre 2019, il a été décaissé 2 743,74 milliards de F CFA contre des encaissements constatés de 2 673,29 milliards de F CFA.

Il se dégage un solde déficitaire de 73,48 milliards de F CFA au 31 décembre 2019, entièrement couvert par les disponibilités antérieures qui s’élevaient au 31 décembre 2018 à 76,04 milliards de F CFA.

Les principaux équilibres budgétaires et financiers ont été préservés et améliorés en 2019 malgré le contexte socioéconomique difficile.

Le Conseil a instruit la poursuite de la mise en œuvre des mesures pour une optimisation de la mobilisation des recettes budgétaires et une rationalisation des dépenses par le renforcement de l’opérationnalisation du budget programme, la dynamisation du dialogue de gestion et l’amélioration de la qualité de la dépense publique.

un décret portant organisation du ministère de l’Economie, des finances et du développement.
L’adoption de ce décret permet au ministère de l’Economie, des finances et du développement de disposer d’un cadre règlementaire plus adapté afin de remplir efficacement ses missions.

I.2.3. Pour le compte du ministère de l’Agriculture et des aménagements hydro-agricoles :

un décret portant organisation du Recensement général de l’agriculture (RGA II).
Initialement prévu sur la période 2018-2020, le deuxième RGA se tiendra sur la période 2020-2022 du fait du décalage de calendrier induit par le report du recensement général de la population et de l’habitation (RGPH).

L’adoption de ce décret permet de prendre en compte les changements institutionnels et le nouveau calendrier nécessaire pour l’organisation du deuxième recensement général de l’agriculture.

II. COMMUNICATION ORALE

II.1. Le ministre de l’Agriculture et des aménagements hydro-agricoles a fait au Conseil une communication relativeà la stratégie de lutte contre une invasion du criquet pèlerin.

Cette stratégie vise à mener des actions de riposte face à l’éventualité d’une invasion acridienne au Burkina Faso, au regard de la progression des essaims de criquets pèlerins en Afrique. La stratégie élaborée permet notamment la mise en œuvre d’actions pour informer et sensibiliser les acteurs sur les règles de gestion des fléaux. En cas de survenue du criquet pèlerin des actions de lutte seront enclenchées à travers l’activation du plan national d’urgence antiacridien.

Cette stratégie de riposte au plan national se fait en concertation avec la Commission de lutte contre le criquet pèlerin dans la région occidentale (CLCPRO) regroupant dix (10) pays dont le Burkina Faso.

III. NOMINATIONS

III. NOMINATION DANS LES CONSEILS D’ADMINISTRATION

Le Conseil a procédé à la nomination d’Administrateurs et de Présidents aux Conseils d’administration :

de la Centrale d’achat des médicaments essentiels génériques et des consommables médicaux (CAMEG) au titre du ministère de la Santé ;
du Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST) au titre du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation ;

de la Caisse nationale d’assurance maladie universelle (CNAMU) au titre du ministère de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale ;
de la Société burkinabè de télédiffusion (SBT) au titre du ministère de la Communication et des relations avec le parlement ;

de la Société nationale d’électricité du Burkina (SONABEL) au titre du ministère de l’Energie ;
de la Société minière NORDGOLD SAMTENGA SA et de la Société IAMGOLD ESSAKANE SA au titre du ministère des Mines et des carrières ;

du Conseil Burkinabè des chargeurs (CBC), de l’Office national de la sécurité routière (ONASER) et de la Société de transport en commun de Ouagadougou (SOTRACO) au titre du ministère des Transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière ;
de la Société de gestion de l’abattoir frigorifique de Ouagadougou (SOGEAO), de l’Agence nationale de la promotion des exportations (APEX-Burkina), de la Filature du Sahel (FILSAH-SA) et du Conseil Burkinabè de l’anacarde (CBA) au titre du ministère du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat ;

de l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE) au titre du ministère de la Jeunesse et de la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes ;
de l’Office national des aires protégées (OFINAP) au titre du ministère de l’Environnement, de l’économie verte et du changement climatique ;

du Centre national des arts, du spectacle et de l’audiovisuel (CENASA) au titre du ministère de la Culture, des arts et du tourisme.
La liste de ces nominations sera publiée dans le Journal Officiel du Burkina Faso.

III.NOMINATIONS DANS LES CONSEILS D’ADMINISTRATION

MINISTERE DE LA SANTE

Le Conseil a adopté un décret portant nomination des personnes ci-après Administrateurs représentant l’Etat au Conseil d’administration de la Centrale d’achat des médicaments essentiels génériques et des consommables médicaux (CAMEG) pour un premier mandat de trois (03) ans.

Monsieur Salif SANKARA, Mle 80 522 K, Médecin épidémiologiste en remplacement de Monsieur Samba DIALLO appelé à d’autres fonctions ;
Monsieur Abdoulaye KOANDA, Mle 55 882 D, Pharmacien, en remplacement de Monsieur Pazagwendé Brice Evence ZOUNGRANA appelé à d’autres fonctions.

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE L’INNOVATION

Le Conseil a adopté deux (02) décrets.

Lepremier décret porte nomination des personnes ci-après Administrateurs au Conseil d’administration du Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST) pour un premier mandat de trois (03) ans.

ADMINISTRATEURS REPRESENTANT L’ETAT

Au titre du ministère du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat :

Monsieur Harouna BANDAOGO, Mle 212 297 L, Conseiller des affaires économiques.
Au titre du ministère de l’Energie :

Monsieur Jean Baptiste KABORE, Mle 510 284 S, Analyste financier.
Au titre du ministère de l’Environnement, de l’économie verte et du changement climatique :

Monsieur Djingdia LOMPO, Mle 11 046, Ingénieur des eaux et forêts.

ADMINISTRATEURS REPRESENTANT LES INSTITUTS DE RECHERCHES

Au titre de l’Institut de recherches en sciences appliquées et technologiques :

Monsieur Ignace MEDAH, Mle 0300 576 C, Chargé de recherche.
Au titre de l’Institut de l’environnement et de recherches agricoles :

Madame Hadja Oumou SANON, Mle 225 502 F, Maître de recherche.

ADMINISTRATEUR REPRESENTANT LE PERSONNEL DU CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE

Monsieur Djibril MANDO, Mle 0920 235 C, Aide technicien.

ADMINISTRATEUR REPRESENTANT LE CONSEIL NATIONAL DU PATRONAT BURKINABE

Monsieur Kouilrègma Alexis ZONGO, Economiste.
Lesecond décret porte renouvellement de mandat des personnes ci-après Administrateurs au Conseil d’administration du Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST) pour une dernière période de trois (03) ans.

ADMINISTRATEURS REPRESENTANT L’ETAT

Au titre du ministère de la Santé :

Monsieur Alfred TIONO, Mle 96 950 T, Médecin de santé publique (épidémiologiste).
Au titre du ministère des Ressources animales et halieutiques :

Monsieur Souleymane PINDE, Mle 52 110 F, Ingénieur d’élevage.
Au titre des Universités publiques du Burkina Faso :

Monsieur Rabiou CISSE, Mle 36 262 J, Professeur titulaire de radiologie.

ADMINISTRATEUR REPRESENTANT LE SECTEUR PRIVE

Monsieur Hamidou OUEDRAOGO, Mle 52 110 F, Directeur général de l’entreprise MELS.

MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DU TRAVAIL ET DE LA PROTECTION SOCIALE

Le Conseil a adopté un décret portant nomination de Monsieur Patoinsâmba Honoré ZIDA, Mle 104 304 X, Administrateur des services financiers, Administrateur représentant l’Etat, au titre du ministère de l’Economie, des finances et du développement au Conseil d’administration de la Caisse nationale d’assurance maladie universelle (CNAMU) pour un premier mandat de trois (03) ans.

MINISTERE DE LA COMMUNICATION ET DES RELATIONS AVEC LE PARLEMENT

Le Conseil a adopté un décret portant nomination des personnes ci-après Administrateurs représentant l’Etat au Conseil d’administration de la Société Burkinabè de télédiffusion (SBT) pour un premier mandat de trois (03) ans.

Au titre du ministère de la Communication et des relations avec le Parlement :

Madame Grâce Isabellita FORO, Mle 88 798 D, Ingénieur du cinéma et de l’audiovisuel.

Au titre du ministère du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat :

Monsieur Hamado BAMOGO, Mle 212 296 N, Conseiller des affaires économiques.
Au titre du ministère de l’Economie, des finances et du développement :

Monsieur Pouôr-Yero Thierry Fabrice PODA, Mle 119 293 F, Inspecteur du trésor.

MINISTERE DE L’ENERGIE

Le Conseil a adopté un décret portant nomination de Madame Poudiba Aline BAZEMO/YAMEOGO, Mle 85 46 P, Ingénieur de travaux informatiques, Administrateur représentant le personnel au Conseil d’administration de la Société nationale d’électricité du Burkina (SONABEL) pour un premier mandat de trois (03) ans.

MINISTERE DES MINES ET DES CARRIERES

Le Conseil a adopté deux (02) décrets.

Lepremier décret nomme les personnes ci-après Administrateurs représentant l’Etat au Conseil d’administration de la Société minière NORDGOLD SAMTENGA SA pour un premier mandat de trois (03) ans.

Au titre du ministère des Mines et des carrières :

Monsieur Patindé Alain YAMEOGO, Mle 256 572 Y, Conseiller en études et analyse.
Au titre du ministère de l’Economie, des finances et du développement :

Monsieur Souako KOHOUN, Mle 91 369 J, Géographe.
Lesecond décret nomme Monsieur KALKOUMDO Elie, Mle 49 361 N, Inspecteur divisionnaire des douanes, Administrateur représentant l’Etat, au titre du ministère de l’Economie, des finances et du développement au Conseil d’administration de la Société IAMGOLD ESSAKANE SA, pour un premier mandat de trois (03) ans.

MINISTERE DES TRANSPORTS, DE LA MOBILITE URBAINE ET DE LA SECURITE ROUTIERE

Le Conseil a adopté quatre (04) décrets.

Lepremier décret nomme Monsieur Ali COMPAORE, Mle PO14, Ingénieur des techniques du développement rural, Administrateur représentant le Groupement professionnel des industriels (GPI) au Conseil d’administration du Conseil Burkinabè des chargeurs (CBC) pour un premier mandat de trois (03) ans en remplacement de Monsieur Adama Amba TRAORE.

Ledeuxième décret nomme Monsieur Barké Ibrahim TALL, Mle 111 486 E, Commissaire principal de police, Administrateur représentant l’Etat, au titre du ministère de la Sécurité au Conseil d’administration de l’Office national de la sécurité routière (ONASER) pour un premier mandat de trois (03) ans en remplacement de Monsieur Marcel PARE.

Letroisième décret renouvelle le mandat de Madame Olga Marie Carole ZOUNGRANA/SORGHO, Mle 000 001, Juriste, Administrateur représentant le personnel au Conseil d’administration de l’Office national de la sécurité routière (ONASER) pour une dernière période de trois (03) ans.

Lequatrième décret nomme Monsieur Mamadou SAWADOGO,Mle 91 913 K, Conseiller des affaires étrangères, Administrateur représentant l’Etat, au titre du ministère de l’Economie, des finances et du développement au Conseil d’administration de la Société de transport en commun de Ouagadougou (SOTRACO) pour un premier mandat de trois (03) ans.

MINISTERE DU COMMERCE, DE L’INDUSTRIE ET DE L’ARTISANAT

Le Conseil a adopté cinq (05) décrets.

Lepremier décret renouvelle le mandat de Madame Alimatou ZONGO/KABORE, Mle 91 234 K, Administrateur des services financiers, Administrateur représentant l’Etat, au titre du ministère de l’Economie, des finances et du développement au Conseil d’administration de la Société de gestion de l’abattoir frigorifique de Ouagadougou (SOGEAO) pour une dernière période de trois (03) ans.

Le deuxième décret renouvelle le mandat des personnes ci-après, Administrateurs représentant l’Etat au Conseil d’administration de l’Agence nationale de la promotion des exportations (APEX-Burkina) pour une dernière période de trois (03) ans.

Au titre de la Chambre de Commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF) :

Monsieur Pègnani OUARMA, Mle 2 319 275 X, Chargé d’appui-conseil aux entreprises.
Au titre de l’Agence nationale de la promotion des exportations (APEX-Burkina) :

Madame Céline COMPAORE/KABORE, Mle 90 93, Secrétaire.
Le troisième décret porte nomination de Monsieur Tidiane KABORE, Mle 58 770 S, Inspecteur des impôts, Administrateur représentant l’Etat, au titre du ministère de l’Economie, des finances et du développement au Conseil d’administration de la Filature du Sahel (FILSAH-SA) pour un premier mandat de trois (03) ans.

Le quatrième décret renouvelle le mandat de Monsieur Oumarou BARRO, Mle 212 299 B, Conseiller des affaires économiques Administrateur représentant l’Etat au titre du ministère du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat au Conseil d’administration de la Filature du Sahel (FILSAH-SA) pour une dernière période de trois (03) ans.

Le cinquième décret nomme Monsieur Issaka TINGRI, Mle 254 894 A, Economiste planificateur, Administrateur représentant l’Etat, au titre du ministère de l’Agriculture et des aménagements hydro-agricoles au Conseil d’administration du Conseil Burkinabè de l’anacarde (CBA) pour un premier mandat de trois (03) ans.

MINISTERE DE LA JEUNESSE ET DE LA PROMOTION DE L’ENTREPRENEURIAT DES JEUNES

Le Conseil a adopté un décret portant nomination des personnes ci-après, Administrateurs au Conseil d’administration de l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE) pour un premier mandat de trois (03) ans.

ADMINISTRATEURS REPRESENTANT L’ETAT

Au titre du ministère de la Jeunesse et de la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes :

Monsieur Adelphe SANOU, Mle 130 544 E, Magistrat ;
Monsieur Moumouni OUEDRAOGO, Mle 225 913 P, Conseiller en emploi et en formation professionnelle.

Au titre du ministère de l’Economie, des finances et du développement :

Monsieur Issouf OUEDRAOGO, Mle 57 172 E, Inspecteur du trésor.

Au titre du ministère de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale :

Monsieur Sakré OUEDRAOGO, Mle 59 698, Conseiller en gestion des ressources humaines.
Au titre du ministère de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur :

Monsieur Bassirou ZOMA, Mle 118 859 M, Conseiller des affaires étrangères.

ADMINISTREUR REPRESENTANT LE CONSEIL NATIONAL DU PATRONAT BURKINABE

Monsieur Ousséni BOUGMA, Expert-comptable.

ADMINISTREUR REPRESENTANT LA CHAMBRE DES METIERS DE L’ARTISANAT DU BURKINA FASO (CMA-BF)

Monsieur Boureima OUEDRAOGO, Elu consulaire de la circonscription territoriale du Centre.

ADMINISTRATEUR REPRESENTANT L’UNITE D’ACTION SYNDICALE (UAS)

Monsieur Yiriko Léopold TOE, Ingénieur de conception des techniques informatiques.

MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT, DE L’ECONOMIE VERTE ET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE

Le Conseil a adopté deux (02) décrets.

Le premier décret nomme Monsieur Paul DJIGUEMDE, Mle 31 941 N, Inspecteur principal des eaux et forêts, Administrateur représentant l’Etat, au titre du ministère de l’Environnement, de l’économie verte et du changement climatique au Conseil d’administration de l’Office national des aires protégées (OFINAP) pour un premier mandat de trois (03) ans.

Lesecond décret nomme Monsieur Paul DJIGUEMDE, Mle 31 941 N, Inspecteur principal des eaux et forêts, Président du Conseil d’administration de l’Office national des aires protégées (OFINAP) pour un premier mandat de trois (03) ans.

MINISTERE DE LA CULTURE, DES ARTS ET DU TOURISME

Le Conseil a adopté deux (02) décrets.

Le premier décret porte nomination de Monsieur Bazombié Yidain Jacob DABOUE, Mle 36 086 B, Professeur des lycées et collèges, Administrateur représentant l’Etat, au titre du ministère de la Culture, des arts et du tourisme au Conseil d’administration du Centre national des arts, du spectacle et de l’audiovisuel (CENASA) pour un premier mandat de trois (03) ans.

Le second décret nomme Monsieur Bazombié Yidain Jacob DABOUE, Mle 36 086 B, Professeur des lycées et collèges, Président du Conseil d’administration du Centre national des arts, du spectacle et de l’audiovisuel (CENASA) pour un premier mandat de trois (03) ans.


Le Ministre de la Communication etdes Relations avec le Parlement,Porte-parole du gouvernement,

Rémis Fulgance DANDJINOU

Officier de l’ordre national

Vos commentaires

  • Le 8 avril à 20:32, par Sougouri En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 08 avril 2020

    Madame le Ministre de la santé ,
    Je vous interpelle par rapport aux affectations arbitraires et abusives de la part du MCD du District sanitaire de Djibo et du DRS du Sahel.
    Malgré linsecurité les agents de santé se sacrifient pour satisfaire la population.
    Au Sahel, le District sanitaire de Djibo à l’instar des autres districts de la région comme vous le saviez sont à 90% de formations sanitaires fermées et pour cause l’insécurité. Et ce malgré tout les agents font de leur mieux pour soulager la population en matière de santé.
    Malheureusement ces efforts ne sont pas reconnus car nous assistons à des menaces et à des actes d’intimidations de la part du MCD et du DRS qui passent leurs temps à affecter des agents dans des zones très risquées où eux-mêmes n’ogeront jamais y aller. Ils affectent les agents de santé soit disant par nécessité de service et après ils nous demandent de nous débrouiller pour rejoindre nos postes . Tout en sachant que suite à une affectation par nécessité de service qu’il appartient à l’administration de nous déposer respectivement dans nos postes car nous n’avons pas demandé à être affectés. Et de plus les transporteurs n’empruntent plus certains axes à cause de l’insécurité.
    Madame le Ministre je sais que vous êtes une bonne mère, une bonne manager c’est pour cela que je vous demande de nous venir en aide en trouvant des solutions pour nous : soit par exemple le redéployement des agents qui le désirent vers d’autres régions où de mettre fin à ces affectations abusives et arbitraires.

    Répondre à ce message

    • Le 9 avril à 01:35, par harouna En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 08 avril 2020

      Monsieur le president Roch, son Excellence. Si c’est pour encore sur facturer laico pour vous remplir les poche, vous avez tirer a taire. La somme que vous voulez alouer pour la location d’hotel, est plus que satisfaisant pour nous construire pour nous construire 5 hopital Blaise Compaore. Mais vue que vous êtes passer champion dans les magouilles, les contract gres gres ne vous suffissent plus, la surfacturation dans la construction des routes ne tient plus route maintenant c’est le tour des hotel. La revolt populaire est là et elle sera mondial.

      Répondre à ce message

    • Le 9 avril à 08:16, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 08 avril 2020

      - Sougouri, excuse-moi mais y a t-il un Palais de justice à Djibo oui ou non ? S’il y en a, alors déposez une plainte contre le MCD devant Mr le Procureur et demandez-lui de s’engager à assumer son acte lorsque quelque chose vous arrivera avec votre famille. Et faites tout sur papier devant le juge.

      Conclusion : Il faut que certains comprennent que s’ils sont des responables, celà ne veut pas dire qu’ils sont Dieu ou qu’ils ont droit de vie et de mort sur les autres.

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 21:35, par Vérité En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 08 avril 2020

    Dr Sankara n,est pas le seul medecin au BF. Songez à d,autres personnes. Sans rancune, je passais

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 08:02, par IC En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 08 avril 2020

    Pour un pays à ressources trés limitées n’était t-il pas éfficient d’intégrer le Recensement général de l’agriculture (RGA II)
    à celui du recensement général de la population et de l’habitation (RGPH).

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 08:42, par Un Burkinabê En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 08 avril 2020

    Pourquoi avec l’argent alloué pour l’hébergement le gouvernement n’entreprendrait pas de terminer certains immeubles inachevés pour y loger les malades. Ne dites pas qu’il n’y a pas assez de temps. La Chine a fait pousser un hôpital en 10 jours.

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 09:11, par dosso En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 08 avril 2020

    Le conseil n’a pas évoqué le cas de la rentrée des classes prévue pour le 14 avril 2020, malgré la propagation du covid-19. Çà veut dire qu’elle est maintenue. Mon enfant se trouve à 600 kms de son établissement (Bobo) avec au moins 04 villes en quarantaine à traverser, arrêt des bus, il y a quand même des dispositions à prendre (autorisation de sortie avec l’autorité compétente) si tel est le cas. Si je pouvais être situé au plus tard demain vendredi 10 avril 2020 dans la matinée. Qui peut m’aider ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 09:39, par Phil En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 08 avril 2020

    "Il a par ailleurs instruit le ministre de la Santé d’engager avec les partenaires techniques et financiers, les concertations nécessaires pour leur accompagnement dans le cadre du Plan révisé de riposte à l’épidémie de COVID-19".
    C’est quelle mentalité d’assisté éternel ça ?!
    Si tu attends de quelqu’un qui est couché qu’il se remette débout pour te venir en aide, toi qui es encore débout, c’est que ton existence même est remise en cause !
    Il est temps qu’on change ce paradigme. Les PTF eux-mêmes se cherchent avec cette pandémie à l’exception de la Chine qui vient de s’en remettre. Cette pandémie montre l’échec des pays, model et systèmes dits "développés" (UE, Etats unis, …) à apporter des solutions. Elle offre l’occasion à nos pays dits "moins développés" de s’affirmer en montrant que nous pouvons développer nos intelligences pour en venir à bout.
    Le PF doit mettre de côté son égo politique et les calculs électoralistes pour fédérer toutes les forces et contributions internes. Une solidarité nationale sincère et bien organisée débarrassée de tout calcul peut mobiliser les compétences et ressources nécessaires financières pour juguler cette pandémie.
    Vouloir gérer ça au sein du gouvernement et clan politique à l’exclusion des autres composantes de la nation pour en tirer les dividendes n’est que peine perdue et expose davantage le pays.

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 10:24, par A qui la faute ? En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 08 avril 2020

    @harouna : je vous rejoins totalement. Il faut capitaliser pendant qu’on a quelques centaines de cas à gérer à finaliser les hôpitaux presque achevés. Sinon c’est un transfère d’argent pour certains hoteliers choisis au gré à gré. Bien sûr le secteur hotelier mérite aussi d’être soutenu mais on devra profiter au maximum pour investir dans l’hôpital.
    Je ne sais pas sur quelle base la ministre de la santé vantait qu’on était fin prêt pour gérer la pandémie. Par ignorance de l’ampleur du phénomène qui était pourtant connu depuis 3 mois dans d’autres pays ? Par ignorance de l’état de nos hôpitaux ? Par pure démagogie ?
    On ne vous demande pas d’être des extra-terrestres ou des magiciens. Mais faites moins dans les grandes annonces inutiles qui font perdre du temps.
    - L’hôpital devrait être le grand gagnant de cette pandémie par le développement de nouvelles compétences et infrastructures. Dieu nous aime, nous nous ne sommes pas encore à des niveaux de débordements avec des milliers de lits à gérer comme dans certains pays, prenons de l’avance

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 11:41, par TOERE En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 08 avril 2020

    Sincèrement, je ne comprends pas ,alors pas du tout . A-t-on besoin de flamber près de 60 000 000 000 FCFA ’(soixante milliards de francs CFA) pour soit disant la restauration et l’hébergement des malades atteints par le covid-19 ? Nous avons des hôpitaux publics et autres formations sanitaires dans ce pays ou non ?
    Même si nous ne pouvons pas construire des hôpitaux supplémentaires en 10 jours comme les chinois ,je dis qu’en moins d’un mois avec des entrepreneurs sérieux, on peut bien faire des aménagements fut-il en préfabriqué ,en tentes ,ou construire des bâtiments à l’intérieur des différents CHU,CHR,CMA ,CSPS pour abriter momentanément les mises en quarantaine des testés positifs du COVID-19 . Au moins après le passage du COVID -19 ,ces réalisations deviennent des propriétés de ces CHU ,CHR ,CMA ,CSPS pour servir à accroitre les capacités d’accueil de ces formations sanitaires ou résoudre certaines de leurs difficultés infrastructurelles .
    Pour la restauration, du moment qu’il y des restauratrices qui ont déjà des contrats de marchés avec les hôpitaux ,il suffit simplement de signer des avenants aux marchés déjà en cours avec celles-ci ou de passer de nouveaux marchés par entente directe avec elles sur le cas spécifique des malades du COVID-19 avec leur menu spécifiques ,d’autant que ces restauratrices ont déjà l’expérience du milieu, ont déjà un minimum d’équipement ,d’ustensiles ,de personnel pour accomplir immédiatement la mission .
    Franchement, cette affaire du recours à des hôtels et autres lieux privés pour héberger les malades du COVID-19 semble mal cacher d’autres objectifs, que la recherche de l’efficacité dans la prise en charge des malades du COVID -19 . A la limite autant construire des hôpitaux de campagne comme en FRANCE pour s’occuper des malades du COVID-19 .
    Excellence Mr le président du FASO, il vous faut vraiment beaucoup ,beaucoup de vigilance car visiblement ,il y a des aigres fins qui cherchent à tirer financièrement profit de cette pandémie .

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés