Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Comme pour toute discipline, votre attitude ne s’améliorera pas d’elle-même. C’est pourquoi vous devez y veiller jour après jour» John C. Maxwell

Respect du couvre-feu : Deux heures de patrouille avec les pandores de Fada N’Gourma

Accueil > Actualités > Société • • lundi 6 avril 2020 à 14h05min
Respect du couvre-feu : Deux heures de patrouille avec les pandores de Fada N’Gourma

Depuis le 21 mars 2020, le président du Faso a instauré un couvre-feu sur toute l’étendue du territoire national, afin de lutter contre la propagation de la pandémie du Covid-19. A la deuxième semaine de l’application de cette mesure, nous faisons le constat du respect du couvre-feu, dans la nuit du 4 avril 2020, avec la patrouille « Alpha » de la Gendarmerie nationale de Fada N’Gourma.

Il était 19 heures 45 minutes, heure de rendez-vous au Groupement de Gendarmerie de Fada N’Gourma. Une fois sur les lieux, nous nous soumettons au contrôle d’identité à l’entrée principale. Après cette formalité d’usage, le patron des locaux, le chef d’escadron Issa Yaguibou, et ses collaborateurs viennent souhaiter la bienvenue aux journalistes, puis suivront les présentations.

A 20h, nous sommes invités à la Place d’armes où plus d’une vingtaine de gendarmes étaient en place pour un débriefing assuré par le capitaine Issa Paré. Les consignes sont claires : « Soyez courtois dans les vérifications des documents d’identité des usagers qui ne respectent pas les mesures ; veillez au respect du couvre-feu et à la sécurisation de la ville, etc. ». Après ces consignes, nous embarquons avec l’équipe A (Alpha) dirigée par le capitaine Issa Paré. D’autres confrères partent avec l’équipe B (Bravo) de l’adjudant-chef major Ousseini Kiénou.

Eclairés par huit binômes motorisés, nous prenons la direction ouest de la ville. Il est 20h18. Les éclaireurs s’arrêtent à l’approche de phares aperçus. Il s’agit d’une ambulance transportant un malade pour le Centre hospitalier régional. Après quelques échanges avec le chef de l’équipe, l’ambulance est autorisée à poursuivre son chemin.

Après l’ambulance, d’autres phares de mobylettes se signalent ; il s’agit d’une équipe de patrouille de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS). Nous poursuivons notre chemin sur la voie déserte. La patouille poursuit sa tournée jusqu’aux environs de la résidence du gouverneur sur une voie toujours déserte, et l’on pouvait constater des boutiques fermées et des camions stationnés.

A 20h40, la patrouille change de direction. Une fois au niveau de la station Bayana, nous prenons la Route nationale N°18 (Fada-Bogandé) ; toujours pas de citoyens en vue. Au niveau de la CAMEG, les éclaireurs font un arrêt ; un individu a été aperçu dans le bas-fond. Il était 20h55. Interpellé, le « noctambule », en culotte et torse nu, ne possédait aucun document d’identité sur lui. Il explique que les toilettes dans son domicile sont salles et il fait très chaud à l’intérieur. C’est pourquoi il est sorti pour les besoins dans le bas-fond. Le chef de la patrouille, après l’avoir sensibilisé, le raccompagne dans sa cour, au regard de son âge très avancé.

L’équipe Alpha poursuit sa patrouille jusqu’à l’intersection du jardin du maire, au secteur N°7. Direction le marché central. Après quelques kilomètres, la patrouille s’arrête à côté des boutiques situées au bord de la voie, au secteur N°8 ; une personne a été aperçue en flash. Les hommes du capitaine Paré vérifient les lieux, mais le suspect a disparu. Le chef de l’équipe explique qu’il peut s’agir de voleurs qui veulent casser les boutiques. Après cet arrêt, notre équipe reprend son chemin. Avant le barrage, nous croisons l’équipe Bravo. Echanges entre les deux chefs d’équipe pendant quelques minutes, et chacun continue son chemin.

Au niveau du marché central, aucun signe de vie. Nous poursuivons notre tournée et cap est mis sur la route du Niger. A l’intersection de l’église catholique, toujours une voie déserte. C’est au niveau de la boîte de nuit « le Baron », qu’un individu a été aperçu. Après quelques échanges, le chef d’équipe nous rassure qu’il s’agit d’un frère d’armes également en mission. Il était 21h49.

A 22h, nous rebroussons chemin. En route, nous tombons sur un couple avec son enfant. Après vérification, le couple est en partance pour un centre de santé, car l’enfant est souffrant.

Une fois à l’intersection de l’église catholique, nous croisons un homme à moto, des produits pharmaceutiques et des ordonnances en main. Ce dernier descend de sa monture, les mains en l’air. Il explique qu’il est instituteur et sa femme a été conduite par des pandores au Centre hospitalier régional, suite à un accident. Et il est en train de rentrer chez lui pour chercher de l’argent, afin de repartir assurer certaines urgences.

A 22h15, nous voilà de retour dans la cour du Groupement de gendarmerie de Fada. Après un rafraîchissement, place au débriefing. Les deux chefs de patrouille (Alpha et Bravo) ont félicité les hommes pour le respect des consignes données au départ, avant de leur prodiguer des conseils pour la suite de la patrouille jusqu’à 5h du matin. Et pour terminer, ils ont remercié la presse et rappelé que la patrouille à l’heure du couvre-feu ne vise pas la répression, mais a pour objectif de veiller à l’application des mesures prises par le gouvernement. Pour ce faire, les gendarmes passent par la sensibilisation.

Prenant la parole, le chef d’escadron Issa Yaguibou, commandant du Groupement de gendarmerie de Fada, a d’abord remercié la presse pour son accompagnement. Et de poursuivre que pour l’application des mesures prises par les autorités du pays afin d’éviter la propagation de la pandémie, la gendarmerie nationale, en tant qu’institution républicaine, mène des patrouilles chaque soir dans la ville de Fada afin de s’assurer du respect de couvre-feu par les citoyens.

« Avant chaque sortie de nos équipes, nous prenons le temps de les briefer afin qu’ils agissent sur le terrain en application des lois et des règlements en vigueur du pays », a-t-il laissé entendre. Il a renchéri qu’au niveau de la ville de Fada, le message passe sur le couvre-feu et que les gendarmes se comportent très bien sur le terrain. Il a félicité les populations de Fada pour le respect du couvre-feu et les a exhortées à continuer dans ce sens.

S.S.
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Ramadan à Bobo-Dioulasso : Quand des fidèles prient pour l’éradication du Covid-19 sans respecter les mesures barrières
Ramadan : les fideles musulmans de Gaoua ont priés pour une meilleure situation sanitaire
Aïd El Fitr à Ouagadougou : "Sous le signe de la solidarité et le respect des mesures barrières contre le covid-19", prône l’imam
Ramadan 2020 : Les fidèles musulmans prient pour l’éradication du Covid-19 à Bobo-Dioulasso
Le Ramadan, c’est le dimanche 24 mai 2020 au Burkina
Bicéphalisme dans le royaume du Gulmu : Il faut vite éteindre le feu qui couve
Marathon Iftar : Le satisfecit des organisateurs
Jeu-concours de la LONAB : « Faso Cash » fait 109 heureux gagnants à Bobo-Dioulasso
Sahel Central : 2,3 millions d’enfants auront besoin de protection en 2020, selon l’UNICEF
Campagne agricole humide 2020-2021 : 5 670 000 tonnes de céréales attendues
Jeu-concours « Faso Cash » de la LONAB : Félix Tougouri gagne une villa de type F3
Œuvres sociales : La société ATS vole au secours de l’Association Managre Nooma pour la protection des orphelins
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés