Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens qui doutent d’eux-mêmes n’ont qu’un vide au centre d’eux-mêmes.» John Maxwell Coetzee

Situation nationale : Pourquoi tant de souffrances au Burkina Faso ?

Accueil > Actualités > Opinions • • dimanche 5 avril 2020 à 23h31min
Situation nationale : Pourquoi tant de souffrances au Burkina Faso ?

L’auteur de cet écrit, André Marie POUYA, journaliste consultant voudrait à travers sa réflexion rassurer le peuple burkinabè que les événements vécus par notre pays ne sont nullement des sanctions de Dieu. Pour lui, les thèses selon lesquelles Dieu est un père fouettard ne sont pas soutenables. Lisez.

De janvier 2015 à maintenant, les attaques terroristes ont donné la mort à au moins 800 personnes : femmes, enfants, civils, membres des Forces de défense et de sécurité. Ce climat d’insécurité et de peur a engendré, parallèlement, une population de déplacés de près de 800 000 personnes. Pendant que notre pays saignait déjà abondamment, voilà le Covid-19, maladie du coronavirus, qui nous envahit, début mars. De nombreux messages, émis et ventilés par des Burkinabè, montrent que le Covid-19, né en Chine communiste ou aux Etats-Unis d’Amérique, risque de prospérer dans notre pays, au péril de notre foi et de nos croyances.

Les amateurs de réseaux sociaux reçoivent, sur leurs téléphones portables, des interprétations diverses de cette maladie. Inutile de les ressasser toutes, ici. J’en retiendrai celles m’ayant le plus fait réfléchir, en tant que croyant.

Les explications, quant à l’origine de la pandémie, font passer Dieu pour un père fouettard :

- « C’est la colère de Dieu ! »
- « Une punition divine ! »
« Un appel au repentir ou à la conversion ! »
« L’annonce de la fin, imminente, du monde ! ».

Je ne crois point à ces thèses, pour plusieurs raisons. Si Dieu était un père qui nous punissait à la hauteur de nos péchés, le monde serait peuplé uniquement de bébés. A seulement quinze ans, qui, parmi nous, pourrait gravir la montagne de forfaits qu’il a commis ? Dieu connaît nos travers de croyants burkinabè. Le professeur Joseph Ki-Zerbo, notre historien de renommée mondiale, qui en savait long sur le sujet, avait, une année, égrené les pourcentages de fidèles attribués à nos trois religions révélées, islam, catholicisme et protestantisme, pour conclure que nous comptions et étions cent pour cent (100%) d’animistes !

Donc, nous sommes d’une religion que nous ne revendiquons pas. Autrement dit, pour beaucoup ou pour la plupart, nous ne faisons pas confiance totalement à la religion que nous professons. En cas de coup dur (menace sur une position sociale) ou de sollicitation ardente (promotion professionnelle ou désir de richesse), nous allons ou retournons à certaines pratiques, qu’elles soient ancestrales (les gris-gris) ou mystico-religieuses (recettes de marabouts). Dieu nous punit-il, pour cela ? Si oui, la mort subite aurait frappé plus d’un sur le lieu du crime !

Dieu est amour et pardon

En tant que croyants, nous savons que Dieu est très aimant, clément et toujours disponible à nos côtés, y compris à nos pires moments d’égarement. C’est ainsi que le voleur ordinaire ou le détourneur de deniers publics prie afin de ne pas être pris, que le couple adultère implore le Tout-Puissant pour ne pas être surpris. L’assassin se consume en formules religieuses, afin de ne pas être soupçonné. Ce qui signifie que, même dans la commission de nos fautes, nous avons besoin de l’aide de Dieu pour nous en sortir ! Combien de nos turpitudes Dieu couvre-t-il, quasi-quotidiennement ?

A nous, catholiques, en particulier, Dieu offre un recours, charitable et affectueux : la Sainte Vierge Marie. Sans notre Sainte Mère, nous, catholiques, ne sommes rien ! Marie n’est pas Dieu. Mais Dieu a accordé cette grâce spéciale à Marie : le privilège d’être une intermédiaire directe, une instance et une autorité d’intercession entre nous, pauvres pécheurs, et Lui, Dieu. Celles et ceux qui ont suivi le long pontificat du Pape Jean-Paul II, auront retenu son exhortation au Renouveau marial. Jean-Paul II se montra très attaché à la Vierge Marie, lui confiant toutes ses souffrances personnelles. Au nom de l’immense tendresse de Marie, le souverain pontife pardonna au militant turc d’extrême droite, Mehmet Ali Ağca, qui tenta de le tuer, sur la Place Saint-Pierre de Rome (Italie), le 13 mai 1981.

Domaines réservés de Dieu

Alors, pourquoi tant de souffrances au Burkina Faso ? Autant se poser la question de savoir pourquoi l’humain, bien que croyant, endure des épreuves sur terre. Une chose est certaine : Dieu a le pouvoir de nous épargner ces traitements sans nom. Nous pourrions bénéficier, peut-être, de cette délivrance, un jour. Qui a la foi croit au miracle, au nom de cette toute-puissance de Dieu. Chaque croyant a réalisé, un jour ou l’autre, la présence de Dieu à ses côtés. Ce qui ne veut pas dire que Dieu exauce toutes nos prières. La preuve, depuis 2015, combien sommes-nous à demander à Dieu, chaque jour, de nous délivrer du terrorisme ? Et pour quels résultats ? Pour autant, avons-nous cessé de l’implorer ? Non ! Dieu accorde sa grâce, à son heure.

Nous allons continuer à prier Dieu, de toutes nos forces, face à ces souffrances que nous n’avions jamais imaginées et que nous ne méritons guère. Dieu seul possède la force d’arrêter et cette barbarie terroriste et cette fulgurante pandémie. Nos prières sont à jumeler aux actes que nous pouvons poser, individuellement et collectivement, pour combattre ces fléaux : « Aide-toi et le Ciel t’aidera ! »

Et, toujours, lancinante, cette question : pourquoi tant de souffrances au Burkina Faso ? Chères sœurs et chers frères, il y a des questions et, par conséquent, des réponses que Dieu se réserve…

André Marie POUYA (abenapo6@gmail.com)
Journaliste & Consultant

Vos commentaires

  • Le 5 avril à 23:17, par mam En réponse à : Situation nationale : Pourquoi tant de souffrances au Burkina Faso ?

    Au sujet de cette question précise, il aurait fallu que nous attendions les réponses de Dieu, ou tout au moins, sa réponse. Il pourrait n’est pas être exclu que Dieu veuille nous parler, à travers la souffrance et la maladie.... "L"Éternel fera même venir sur toi toutes sortes de maladies, de plaies qui ne sont pas mentionnées dans le livre de cette loi...." Deut ; 28V61. Pour ma part, je pense qu’il est trop tôt pour quiconque de se muer en avocat de Dieu. Attendons de voir, tout en méditant les faits et les leçons, dont nous sommes lents à comprendre.
    Au cours de l’après corona virus, nous pourrions mesurer tous les dégâts (spirituels, sociaux, matériel, humains et autres) que le virus a causés. Envoyer par Dieu ou pas, nous avons chaud, et cela doit nourrir notre réflexion, et faire méditer les chrétiens que nous sommes.

    Mam

    Répondre à ce message

    • Le 6 avril à 08:01, par kwiliga En réponse à : Situation nationale : Pourquoi tant de souffrances au Burkina Faso ?

      @mam et à l’auteur de l’article.
      Vous dites :
      "Il pourrait n’est pas être exclu que Dieu veuille nous parler, à travers la souffrance et la maladie...."
      Il pourrait également n’être pas exclu que die, nous ayant octroyé le libre arbitre, nous laisse nous dépatouiller dans notre égocentrisme et notre médiocrité.
      Il pourrait encore n’être pas exclu que dieu n’existe seulement, que pour ceux qui n’ont pas le courage de regarder la vérité en face et d’assumer les vicissitudes de leur existence.
      Enfin,... il y a tellement de choses qui pourraient ne pas être exclues et que vous excluez ici dans vos propos de croyants orthodoxes.

      Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 01:42, par Papa En réponse à : Situation nationale : Pourquoi tant de souffrances au Burkina Faso ?

    Il n’y a pas lieu de s’affoler car toutes les grandes nations ont traversé des obstacles et le Burkina-Faso ne fera pas exception. Après la pluie le vent et les inondations viendra le beau temps.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 07:22, par Sacksida En réponse à : Situation nationale : Pourquoi tant de souffrances au Burkina Faso ?

    D’abord, depuis nos independances formelles notre Continent., en particulier le Burkina Faso vit sur des systemes de valeurs societales sur le plan economique, social et culturel importes ; et nous avons renie nos valeurs endogenes africaines. D’ou l’etranger nous a tout impose et importe des choses qui ne sont pas des notres, tout est partit des erreurs de depart par consequent si nous ne revoyons pas tout de fond en comble, il demeurera difficile de s’en sortir quelque soit le domaine en question. Dieu est universel, mais le developpement se fait par des moyens et des systemes endogenes. Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 08:46, par A qui la faute ? En réponse à : Situation nationale : Pourquoi tant de souffrances au Burkina Faso ?

    Je pense qu’il faut juste tirer les leçons de chaque tragédie et façon honnête déceler notre part de responsabilité individuelle et collective.
    - Pour l’insurrection : nous avons que tous les pays qui ont pris le pouvoir dans la rue mettra un certain temps à se stabiliser, le désordre occasionnant des vengeances, des nouveaux riches, des changements de mentalités. Et ce n’est pas une spécificité burkinabé (il y a plus violent comme exemple : la révolution française avec ses changements d’institutions et ses guillotines, la révolution cubaine avec ses charniers)
    - Pour le terrorisme : nous pouvons reconnaitre que le Burkinabé n’a pas été un saint dans la sous-region mais tant que cela ne nous impactait pas on se contentait de voir les grosse maisons pousser à Ouaga2000. Vous remarquerez que les pays qui sont moins impliqués dans les conflits externes sont les pays qui sont les plus qui subissent moins d’agressions venant de l’extérieur. Exemple : la Chine, la Suisse et d’autres pays qui n’ont même pas d’armée de métier vivent paisiblement contrairement à des grandes puissances militaires.
    - Pour le covid-19 : nous devons définitivement intégrer le fait que tous les burkinabè doivent se soigner au Burkina. Ainsi les structures sanitaires pourraient dignement accueillir aussi bien le paysan que le ministre sans ce stress de coupure de courant, etc. Personne ne peut anticiper le fait qu’un chinois au un américain va déclencher une crise sanitaire mondiale. Tout ce qu’on peut faire c’est minimiser son impact sur la vie sociale et économique de notre pays, notre cellule familiale.
    Ce n’est surtout pas en rabattant sur Dieu. Est-ce que depuis l’embrasement de toutes les religions nous vivons mieux en société ? NON

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 10:04, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Situation nationale : Pourquoi tant de souffrances au Burkina Faso ?

    Chers INTERNAUTES, écoutez la voix de votre très bien-aimé Kôrô Yamyélé  :

    - Selon le dernier livre de la Bible, 666 est le nombre, ou le nom, de la bête sauvage à sept têtes et dix cornes qui monte de la mer. A cet effet, voir Révélation ou Apocalypse 13:1, 17, et 18. Cette bête symbolise le système politique mondial, qui domine sur toute tribu, et peuple, et langue, et nation et voir ici Révélation 13:7. Le nom 666 indique alors qu’aux yeux de Dieu, ce système politique a totalement échoué. Et le chiffre 6, c’est-à-dire 7-1, désigne quelque chose d’incomplet ou de défectueux du point de vue de Dieu. Il peut aussi être associé à ses ennemis : 1Chroniques 20:6 et Daniel 3:1. Or dans 666, ce chiffre 6 a été répété trois fois pour accentuer l’idée. La Bible accentue parfois une idée en la mentionnant trois fois comme c’est dit dans Révélations 4:8 et 8:13. Le nom 666 souligne donc très clairement qu’aux yeux de Dieu, les gouvernements humains ont complètement échoué. Ils ont été incapables d’apporter une paix et une sécurité durables. Seul le royaume de Dieu y parviendra.

    Or avec le CORONA actuel, c’est la malédiction qui frappe la terre à cause des Hommes et de leurs pratiques très peu catholiques et même démoniaques !!! Sur ce, je vais vous dire ceci :

    CORONA c’est 6 lettres ! Et en numérologie chaque lettre correspond à un chiffre selon l’alphabet. Ceci dit on a :

    C qui correspond au chiffre 3
    O qui correspond au chiffre 15
    R qui correspond au chiffre 18
    O qui correspond au chiffre 15
    N qui correspond au chiffre 14
    A qui correspond au chiffre 1 et c’est aussi la première lettre de l’Alphabet en français comme en arabe !

    Maintenant faites la somme : 3+15+18+15+14+1 = 66 qui est en fait très bien car il chasse le Diable, favorise les vibrations qui assurent la sécurité matérielle et économique mais aussi la santé le bien-être. Le 66 confère un certain magnétisme qui facilite les relations et qui doit pousser son porteur à la réalisation de sa personne à travers les échanges avec les autres par le biais de la communication et de l’amour. Enfin, le 66 bénéficie souvent d’appuis et de protection dans les affaires et plus globalement dans le domaine financier. Malheureusement le chiffre 6 qui symbolise l’imperfection en numérologie est venu TOUT GÂTER !!! Continuons notre consultation :

    CORONA est constitué de 6 lettres  ! Ce 6 associé avec le chiffre 66 que nous venons de trouver ci-dessus donne 666, un chiffre de malheur !!!!

    Et si vous ne savez pas, bande de contestataires notoires et d’incrédules, sachez que les 4 chiffres 6666 :

    - Symbolisent les légions de Satan, parallèlement au nombre 666 qui représente Satan lui-même. Et selon les occultistes, les troupes de Satan comprennent 6 légions de 66 cohortes de 666 compagnies comptant 6666 démons. Ainsi selon l’Évangile de Barnabé, chapitre 21, le possédé Gérasénien guéri par Jésus, Voir Lc 8,26, avait en lui 6666 démons.
    - Représentent les souffrances infinies endurées par le Christ lors de sa passion, en obéissance à la volonté du Père, afin de vaincre et de détruire à jamais la racine du Mal et d’effacer, non pas un ou mille péchés, mais le Péché lui-même par excellence qui a été le péché de désobéissance à Dieu, qui fut dans la pensée angélique de Lucifer et de ses suppôts, et dans celui qui animait Adam et jusqu’au dernier homme.

    Conclusion :

    1/- Vous constatez alors avec moi que ce n’est pas seulement le Gouvernement du Burkina Faso qui est concerné ! Alors foutez la paix au Président RMCK qui se cherche lui-même.
    2/- Respectez les consignes de sécurité et vous ne le voulez pas, mourrez tout seuls mais n’entraînez pas les autres avec vous !
    3/- Ce sont vos nombreuses idolâtries qui nous ont entraîné dans tout ça ! Vous allez n’importe où même dans les pays côtiers pour adorer des fétiches rejetés par Dieu lui-même pour atteindre vos ambitions en entrainant certains dont vos proches dans l’abîme (mort ou folie !). Voilà donc l’Enfer dont parlait le Pr Lautent Kilachiou BADO qui est entrain de s’ouvrir !!!

    - Sachez vous repentir et Dieu qui est Miséricorde vous accordera son Pardon !
    - Si vous refusez, continuez de pécher, de faire souffrir les autres avec l’idolâtrie, de commettre l’adultère et de manger ce qui n’est pas de votre Sueur, et vous grillerez en Enfer dont le feu est sept fois plus ardent que celui que nous connaissons ici-bas !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 11:47, par Sacksida En réponse à : Situation nationale : Pourquoi tant de souffrances au Burkina Faso ?

    En outre, nous sommes dans un debat citoyens, mais certains africains au esprit neocolonise par paresse intellectuelle refuse l’effort de reflexion pour chercher et trouver de nouveaux concepts ou modes operatoires de gestion pour faire face aux problematiques du moment ; se contentent des idees venues de l’etranger ou d’alleurs dans une posture theorique et de capitulation. Non. La gestion des problemes de l’humain et concrets commence dans la famille avant de s’etendre a toute la societe, en ce temps de difficultes nous ne pouvons laisser au seuls gouvernants le monopole de l’immagination, de la pensee et de la gestion de nos vies. Comme le disait un grand dirigeant : "Le coeur d’un homme d’etat doit etre dans sa tete, pas ailleurs". Salut

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Don d’ordinateurs à l’Assemblée nationale par la Chine : Un cadeau empoisonné, selon un citoyen
Différence entre ‘’soumission’’ et ‘’être attentionné’’ : Des éclairages dans ce texte
Violences conjugales : Des hommes aussi en sont des victimes
Année scolaire 2019 - 2020 : L’Etat est maître du calendrier scolaire
Conte : Le tueur invisible
Décès de la députée Marie Rose Compaoré : Sidiki Aboubacar Wendin Zerbo analyse le système administratif et managérial burkinabè
Décrets signés par le Premier Ministre : Des actes dépourvus de fondement politique et de base légale !
Député Compaoré, décédée de covid-19 ou pas, cela ne saurait nier l’existence de la pandémie au Burkina Faso !
Différend entre juges et l’État central : Un citoyen appelle à une nouvelle législation sur les avantages accordés aux magistrats
Covid-19 et échéances électorales : « Techniquement, le droit offre la possibilité de repousser les élections de quatre mois », Guetwendé Gilles Sawadogo
Situation nationale : « Dans le paysage politique actuel, il n’y a pas un qui fera mieux que Roch », pense Lébouré Crépin Zanzé, expert en communication et sécurité
Covid-19 : Faire contre mauvaise fortune bon cœur…
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés