Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le courage n’est pas l’absence de peur, mais la capacité de vaincre ce qui fait peur.» Nelson Mandela

Chloroquine contre le Covid-19 : Prévu pour ce 6 avril 2020, l’essai va durer un mois maximum, selon le Pr Maxime Drabo

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Coronavirus • LEFASO.NET • mardi 31 mars 2020 à 22h30min
Chloroquine contre le Covid-19 : Prévu pour ce 6 avril 2020, l’essai va durer un mois maximum, selon le Pr Maxime Drabo

Au Burkina Faso, l’effectif des cas positifs au Coronavirus (Covid-19) grimpe du jour au lendemain, faisant de lui le deuxième pays africain subsaharien le plus touché après l’Afrique du Sud. Face à cette situation, le gouvernement a décidé d’initier deux essais cliniques : la Chloroquine (CHLORAZ) et un phytomédicament (APIVIRINE). Le Pr Maxime Drabo, membre de l’équipe CHLORAZ nous en dit plus sur leurs travaux.

Lefaso.net : Pouvez-vous nous présenter la structure qui s’occupe de l’essai clinique ?

Il s’agit de l’Institut de recherche en sciences de la santé (IRSS), l’un des quatre (04) instituts du Centre national de recherche scientifique et technologique (CNRST) du Burkina Faso.

Plusieurs sources d’informations font état de la Chloroquine qui soigne les patients du Covid-19. Quelle est la posologie ?

Voici un recensement non exhaustif des essais d’utilisation de la chloroquine dans le cadre du Coronavirus

En 2004, en Belgique, on observe que la chloroquine freine la réplication du virus du Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), in vitro.

En 2005, dans les universités de l’Utah et de Hong Kong, on étudie les effets de dérivés de la chloroquine, mais cette fois chez des souris infectées par le SRAS.
En 2009, en Belgique chez la souris, la chloroquine freine le développement du coronavirus humain OC43

Janvier 2020, en Chine, un essai clinique multicentrique (une centaine de malades répartis dans une dizaine d’hôpitaux chinois) portant sur la chloroquine et deux autres candidats-médicaments (remdésivir et Lopinavir/Ritonavir)

En février 2020, toujours en Chine, selon des experts virologues et pharmacologues de Wuhan (dans Cell Research), la chloroquine et le remdésivir sont — in vitro (en culture de cellule) — individuellement « très efficaces » pour inhiber la réplication du coronavirus (alors que cinq autres médicaments testés ne l’ont pas été).

En mars 2020, en France, un essai clinique d’utilisation de l’association azithromycine-hydroxychloroquine conduit à l’IHU de Marseille par l’équipe du professeur Didier Raoult, a donné des résultats annoncés par le Pr Raoult comme prometteurs, « significativement plus efficace pour l’élimination du virus ».

Notre essai capitalise les protocoles thérapeutiques utilisés précédemment en Chine et en France.

A quand les premiers essais cliniques de la Chloroquine au Burkina ?

L’essai clinique appellé CHLORAZ que l’IRSS va mettre en place en collaboration avec le Centre Muraz et les CHU de Tingandogo et Sourou Sanon est un accompagnement de l’introduction de protocoles thérapeutiques pour les malades de COVID-19 au Burkina Faso. Il a pour but de proposer des schémas thérapeutiques adaptés aux réalités logistiques de notre système de santé (CHU, CHR, CSPS cliniques). Il a pour objectif d’étudier l’efficacité, l’efficience et l’innocuité des protocoles thérapeutiques essayés ailleurs. Il est planifié pour débuter le 6 avril 2020.

Concrètement, il s’agit d’un essai clinique randomisé ouvert à trois bras, effectué au niveau du CHU Tengandogo et du CHU Souro Sanon.

Tous les cas sévères de COVID 19 vont bénéficier d’un protocole thérapeutique à base de chloroquine.

L’essai clinique randomisé ouvert à trois bras concerne les cas âgés de plus de 18 ans, testé positif au Covid-19 et présentant un tableau clinique modéré.

Combien de temps cet essai prendra-t-il et il faudra entendre combien de jours pour les résultats ?

Nous planifions une durée d’un mois maximum pour la première phase de l’étude avec l’inclusion des 30 premiers patients par groupe de traitement qui va nous permettre de donner les premières recommandations au ministère de la Santé sur les conditions d’utilisation de la Chloroquine.

Avez-vous la capacité nécessaire, si les essais sont positifs, de prendre en charge tous les cas positifs au Covid-19 du Burkina ?

Je rappelle que l’essai clinique a pour but de proposer des schémas thérapeutiques adaptés aux réalités logistiques de notre système de santé (CHU, CHR, CSPS cliniques). Si cela est concluant la contribution de tous ces maillons du système de santé à prendre en charge des cas Covid-19 positif va très certainement améliorer l’offre de prise en charge.

Finalement, allez-vous associer les tradipraticiens à ces essais ? Ils se sentent délaisser jusqu’à présent.

Un autre essai clinique sur un phytomédicament (APIVIRINE) est en préparation en parallèle. Les investigateurs dudit essai pourraient mieux vous situer.

Les feuilles du neem soignent-elles le Covid-19 ? Ou bien elles servent de vaccin ?

Je ne peux pas vous répondre car le domaine du phyto-médicament n’est pas ma spécialité.

A ce jour, existe-t-il une recette de grand-mère qui permet de prévenir ou soigner le Covid-19 ?

Je n’en n’ai pas connaissance.

Pour finir, quel conseil avez-vous pour les Burkinabè, qui par peur, essaient de prendre des médicaments ou solutions pour contrer la maladie ?

Il faut absolument éviter l’automédication dans l’application des protocoles thérapeutiques que nous voulons tester dans l’essai clinique en cours. La chloroquine présente une toxicité prouvée sur les systèmes nerveux, cardiaque, hépatique, oculaire et rénal. En effet, la dose thérapeutique de la chloroquine (20mg/kg) est proche de la dose toxique (30mg/kg) qui elle-même est proche de la dose létale (40 mg/kg).

Dans les protocoles testés, la dose journalière administrée pour un adulte de 60 kg variera entre 400 mg et 600 mg par jour pendant 10 jours, soit entre 4000 mg (4g) et 6000 mg (6g) pour toute la durée du traitement. Vous conviendrez avec moi que cela est très élevée.

Alors :

1) Pas d’auto prescription encore moins d’auto administration de la chloroquine aux posologies proposées pour le traitement des cas de COVID-19

2) L’administration doit absolument se faire sous contrôle médical jusqu’à ce que les études proposent des schémas en prise ambulatoire.

Propos recueillis par Cryspin Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 31 mars à 14:07, par ben En réponse à : Chloroquine contre le Covid-19 : Prévu pour ce 6 avril 2020, l’essai va durer un mois maximum, selon le Pr Maxime Drabo

    Commencer a traiter avec de la chloroquine en entendant la fin de vos essais. La maladie n’attend pas, sans traitement

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 14:14, par Sibdou En réponse à : Chloroquine contre le Covid-19 : Prévu pour ce 6 avril 2020, l’essai va durer un mois maximum, selon le Pr Maxime Drabo

    Je pense que ces équipes gagneraient à rendre publiques ces protocoles ou à tout le moins les faire circuler dans les milieux de la recherche.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 14:39, par SANOGO En réponse à : Chloroquine contre le Covid-19 : Prévu pour ce 6 avril 2020, l’essai va durer un mois maximum, selon le Pr Maxime Drabo

    C’est ça le probleme avec "papiers longueurs" : ils ne sont jamais pressés, on dirait meme qu’ils sont insensibles.
    Donc vous voulez dire que nous allons etre confinés ou en quarantaine pour plus d’un mois ?? Soyons serieux, vous savez tres bien que les gens ne tiendrons pas, ils vont sortir. Mais pourquoi certains pays (USA) ont autorisé l’utilisation de la chloroquine sans autant de temps ? L’enjeux de ce virus là est tel qu’on ne peut pas vous donner tout ce temps. Il ne s’agit tout de meme pas d’une toute nouvelle molécule.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 14:45, par le Patriote 7 En réponse à : Chloroquine contre le Covid-19 : Prévu pour ce 6 avril 2020, l’essai va durer un mois maximum, selon le Pr Maxime Drabo

    Quelle attitude bien désinvolte ,mais pas si surprenant quand le politique s’en mêle dans un pays à genoux ,soit disant qui manque de tout .Même en ces temps de crise sanitaire extrême où des centaines de patients sont dans le besoin urgent de se soigner ,notre état trouve opportun de financer ,des recherches ,qui ont déjà fait l’objet d’études à travers les pays les plus respectés sur terre .Cette recherche n’a pas sa raison d’être dans ce contexte surtout en ces moments ,ou du moins devrait être faite en accompagnement au traitement ;sinon c’est encore une brèche de circonstance pour remplir les poches de certains ,comme c’est le cas dans plusieurs autres situations . MVP Libre !!!

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 15:19, par ollo En réponse à : Chloroquine contre le Covid-19 : Prévu pour ce 6 avril 2020, l’essai va durer un mois maximum, selon le Pr Maxime Drabo

    C’est bien tout ce que vous dites sur l’évolution de la maladie et des solutions éventuelles. Nous attendons aussi et urgemment que le gouvernement fasse le point des moyens étatiques mobilisés et des dons en espèces reçus et la traduction de tout cela en équipement de nos formations sanitaires. 250 millions reçus par ci, 50 millions reçus par là, est-ce que les agents de santé ont reçu de quoi prendre en charge les malades sans risque de contagion, est-ce que les tests sont décentralisés, est-ce que nos centres de santé ont enfin de l’eau etc. En effet, nous constatons qu’il y a beaucoup de publicité sur ce qui est donné et très peu de communication sur là où va cette chaine de solidarité.
    SVP Webmaster

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 15:35, par Enfant de Boussé En réponse à : Chloroquine contre le Covid-19 : Prévu pour ce 6 avril 2020, l’essai va durer un mois maximum, selon le Pr Maxime Drabo

    Le temps des la recherche médicale n’est pas le temps des réseaux sociaux et des médias.
    Acquérir de la connaissance prend du temps et exige de la discipline et de la rigueur.
    Laissons les chercheurs faire leur boulot. S’il suffisait des "yaka", on aurait déjà trouvé un médicament définitif contre le paludisme ou le VIH.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 15:38, par SIAM En réponse à : Chloroquine contre le Covid-19 : Prévu pour ce 6 avril 2020, l’essai va durer un mois maximum, selon le Pr Maxime Drabo

    Bon, si c’est ça ; si il faut attendre jusqu’à plus d’un mois pour savoir si la chloroquine doit etre utilisée au BF ou pas, est-ce qu’il est vraiment necessaire d’entamer ces recherches ? Pendant tout ce temps, la maladie va continuer de se propager, la liste des decès risque de s’alonger et entre-temps on va nous confiner. Pour moi il vaudrait peut etre mieux de commencer le confinement dès à présent et peut etre en moins d’un mois la maladie aurait disparu, au lieu de perdre tout ce temps
    Et puis cette histoire emmener tous les malades du pays à Ouaga ou à bobo c’est vraiment absurde

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 15:39, par Enfant de Boussé En réponse à : Chloroquine contre le Covid-19 : Prévu pour ce 6 avril 2020, l’essai va durer un mois maximum, selon le Pr Maxime Drabo

    @SANOGO : aux USA , les personnes qui prennent la chloroquine sont hospitalisées. L’administration de la chloroquine se fait sous surveillance médicale.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 16:28, par Moi En réponse à : Chloroquine contre le Covid-19 : Prévu pour ce 6 avril 2020, l’essai va durer un mois maximum, selon le Pr Maxime Drabo

    @SANOGO vous avez eu les mots justes. Et je demande à l’equipe de Fasonet de repartir rencontrer ce type pour lui faire part de notre mecontentement quand à une telle passivité.
    C’est domage que des personnes de ce rang veuillent faire des protocoles à la "sorbone" dans un tel cas d’extrême urgence.
    L’intelligence c’est parfois de pouvoir se demarquer des sentiers battus et de savoir mettre ce qu’on a de façon adaptée à sa population.
    J’ai etudié à l’université mais ce qui m’a fait eviter le doctorat c’est le sentiment d’inutilité que je ressent de la part du monde de la recherche et là ça se confirme.
    Tu vas trouver que y a des vieux labas qui insistent sur le faite de suivre les vieilles méthodes exactement comme les detracteurs du Pr Raoult.

    Vous avez les malades en nombre suffisant, vous avez les produits il suffit que chaque chercheur informe à sa famille qu’il est requisitionné par l’etat pour rendre service à la nation et vous vous faites trouver des dortoirs rapidement à côté du site et vous intégrez immediatement l’equipe des soignants du covid 19.
    En deux semaines vous arrêtez les tests pratiques er vous affinez les resultats en 24h et just après vous communiquez.
    Rappeler vous que la plus part des grandes trouvailles scientifiques n’ont pas suivi un protocole rigoureux c’est just pour vous dire de ne pas rendre le monde et la vie aussi carrés.

    Regardez le temps qui s’est ecoulé entre l’annonce du Pr Alkassoum et la date de demarrage, tout cela assortie d’un temps de mise en oeuvre ridicule de 30 jours !

    Fasonet svp repartez poser les bonnes questions à cette equipes !

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 16:47, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : Chloroquine contre le Covid-19 : Prévu pour ce 6 avril 2020, l’essai va durer un mois maximum, selon le Pr Maxime Drabo

    Franchement, à part publier dans vos fameux "journaux scientifiques", à quoi va servir une telle étude ?

    1°) Elle est inutile : Non seulement les recherches existent mais sont toujours controversées, mais en plus d’autres pays ont déjà entamé de telles expériences avec plus de moyens, plus de malades et plus de rapidité.En France, une étude est en cours avec des centaines de cas. Au Maroc, l’essai a commencé le 3 Mars et doit être disponible à cette heure. Même dans des pays voisins des résultats sont disponibles permettant de décider à moins de mettre en doute leurs chercheurs. C’est donc une perte de temps injustifiable devant l’urgence de l’épidémie.

    2°) Elle est moralement inique : D’abord, vous allez espérer que d’ici le 6 Avril il y ait plus de malades. En effet, les quelques 200 malades actuellement connus seront guéris ou en voie de guérison d’ici là. Pendant que nous on espère une accalmie. Sachant que les études de Pr Raoult qualifiées de "limitées" ont porté sur respectivement 36 et 80 malades, je n’ose pas imaginer combien de malades vous "souhaitez" !
    Ensuite, vous allez volontairement faire croire à des malades qu’ils sont sous traitement alors qu’ils sont un "groupe témoin" auquel on va comparer les traités. Et évidement il y aura des morts dans ce groupe témoin, qui peut être auraient pu s’en sortir.
    Enfin, vous allez exposer volontairement des gens guéris du Covid-19 au virus pour voir s’ils sont vraiment immunisés contre la maladie pour "voir". Si ça ne marche pas, on imagine la suite...

    3°) Elle est en retard : Un mois d’étude signifie que vous finirez vers le 6 Mai, ce qui signifie une publication vers le 15 Mai dans le meilleur des cas. Le temps que les autorités prennent connaissance et autorisent éventuellement un traitement généralisé, l’épidémie sera passée.
    En rappel, le modèle numérique annonce le pic de l’épidémie vers le 11 Mai avec 7 millions de malades. Si le taux de mortalité se situe dans la moyenne mondiale cela signifie 350.000 morts !!! Et vous, vous "planifiez" tranquillement...

    Donc, l’annonce "volontariste" de conduire notre propre recherche pour valider un traitement était un espoir vain. Comme d’habitude, on va perdre le temps à jouer aux "bons élèves" des "normes internationales" et au singes imitateurs avec un siècle de retard, alors que notre peuple meurt !!! Dommage...

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 16:52, par Miniroun En réponse à : Chloroquine contre le Covid-19 : Prévu pour ce 6 avril 2020, l’essai va durer un mois maximum, selon le Pr Maxime Drabo

    Les réponses du Pr Drabo me semblent honnêtes. Cependant, je suis étonné qu’en tant que professeur (donc chercheur) il ne s’est jamais intéressé aux propriétés médicinales des plantes qu’il a peut être vu utiliser par ses parents ou ses connaissances. Encore plus étonné de sa réponse "e ne peux pas vous répondre car le domaine du phyto-médicament n’est pas ma spécialité" et de "j’en ai pas connaissance..". Ce sont des réponses laissent croire que le professeur se moquent de cette piste médicinale. Alors qu’en Europe de plus en plus des professeurs parlent de naturaliste (pour ne pas dire tradipraticien) et de plantes médicinales (pour ne pas dire phyto-médicament). En tant que professeur, il doit admirer la force de la Chine, qui par ses connaissances des plantes (dont la majorité des espèces se trouvent dans nos pays) est le grand fournisseur en actifs au reste du monde !
    Il faut que le professeur comprenne, qu’il faut repenser leur méthodes car pendant qu’ils s’accrochent à laisser croire qu’il faut qu’un étudiant transpire du sang pour devenir docteur ou professeur, il y a des pays qui réussissent à produire plusieurs professeurs honnêtement et bien formés, et qu’il y a des professeurs africains qui font des recherches sur les vertus médicinaux de nos plantes. Et comme il semble l’ignorer, l’aubergine ( appelé Kumba) est a un vertu retroviral qui pourrait aussi faire parti des explorations anti Covid’19 !
    Journaliste, trouvez un autre médecin pour mieux parler de la maladie et des essais qui vont sauver le Burkina.
    Si vous préférez des comprimés et gellules à la place de décoction, il faut simplement transformer les décotions en poudre et les comprimer (avec de la farine de riz ou maïs) ou en gellules ! En labo vous déterminerez la quantité non pénalisante et la durée d’absorption pour prescrire la posologie !!! Au lieu de ça vous êtes à accompagner l’Europe pendant que nous aurions pu être des producteurs de médicaments pour l’Europe !

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 17:16, par verite no1 En réponse à : Chloroquine contre le Covid-19 : Prévu pour ce 6 avril 2020, l’essai va durer un mois maximum, selon le Pr Maxime Drabo

    Liberez vos produits ! Vous pensez que covid-19 connait lenteur administrative ???? Franchement, c’est pas serieux !!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 17:43, par NZ En réponse à : Chloroquine contre le Covid-19 : Prévu pour ce 6 avril 2020, l’essai va durer un mois maximum, selon le Pr Maxime Drabo

    Donc C’est dans une semaine que vous allez commencer vos essais. Pendant ce temps on fait quoi des malades qui s’accumulent au jour le jour. C’est incroyable ces histoires de protocoles pour des médicaments qui sont connus. Est-il permis à un patient de dire avec quoi il veut être traité. S’il vous plaît donné ce choix au patient en lui présentant le pour et le contre. Vous ne tenez pas compte de la souffrance du malade. On commence dans une semaine et on donne les résultats dans un mois. Voyez comment les gens jouent avec la vie des populations.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 18:52, par Dr. Ferdinand OUEDRAOGO En réponse à : Chloroquine contre le Covid-19 : Prévu pour ce 6 avril 2020, l’essai va durer un mois maximum, selon le Pr Maxime Drabo

    LEFASO.NET COVID-19 Dr.Maxime DRABO sur la CHLOROQUINE
    31 MARS 2020.

    COMMENTAIRE/QUESTIONNAIRE

    #Tous les cas sévères de COVID 19 vont bénéficier d’un protocole thérapeutique à BASE de chloroquine.#

    En partant de la capitalisation des études chinoises et françaises sur la CHLOROQUINE, comme vous l’avez si bien souligné (sur Lefaso.net)

    J’ai l’honneur de vous poser très respectueusement les questions suivantes :

    1./ Pourquoi, voulez vous donc traiter les cas les plus sévères de COVID-19 de votre étude, à BASE de CHLOROQUINE, alors que vous savez pertinemment que les dégâts biologiques bactériens causés aux organes respiratoires et autres, par le pic d’infection virale du SRAS-COV-2, ne se traitent plus efficacement avec comme BASE, un antiviral inhibiteur de la réplication du virus, qui doit plutôt, pour être efficace, être employé dès les premiers tests positifs ou les premiers symptômes de la maladie comme le préconise le Dr. Didier Raoult dont vous voulez vous inspirer des travaux pour conduire votre étude en parlant de capitalisation ?

    2./ Seriez vous entrain d’appliquer à la lettre ou de copier-coller tout simplement au Burkina Faso, le récent décret ou protocole de prescription de la CHLOROQUINE aux cas les plus sévères, du Ministre français de la Santé ; contrairement aux recommandations du Pr. Raoult qui préconise le diagnostic et le traitement précoce des patients atteints du COVID-19 ?

    3./ Ne pensez vous pas que votre étude est d’ores et déjà biaisée, bien avant d’avoir commencée, et encore que prévue trop tardivement pour le 06 Avril 2020 et pour une période d’un (01) mois ?

    4./ N’êtes vous pas plutôt venu préparer les esprits des burkinabè à un éventuel prolongement de leur situation de couvre-feu/quarantaine/confinement, d’un (01) mois supplémentaire pour la première phase de votre étude à partir du 06 Avril 2020 et pour caresser le désespoir de tous ceux et toutes celles qui attendent impatiemment la levée de ces mesures liberticides économiquement suicidaires dont l’efficacité reste à prouver ?

    5./ Pourquoi essayez vous tant bien que mal d’occulter publiquement et/ou d’ignorer systématiquement, le protocole prophylactique antiviral à base de CHLOROQUINE appliqué par le Professeur Didier Raoult et qui peut être testé en six (06) jours au lieu d’un long (01) mois,m en temps de guerre, si vous comptez vraiment capitaliser les acquis des études chinoises ou françaises, pour abréger la souffrance du peuple burkinabè et pour éviter de perdre inutilement et dangereusement du temps extrêmement précieux, face aux cas de corona virus qui grimpent chaque jours au Burkina Faso, comme vous le dite si bien dans votre interview ?

    6./ Sachant que la CHLOROQUINE fait partie de la liste des médicaments essentiels homologués par l’OMS, et connaissant son potentiel inhibiteur et antiviral sur le SRAS-COV 1 ou 2 , Pourquoi n’avez vous pas entrepris de prescrire en contre partie durant votre longue étude, un traitement antipaludéens prophylactique stratégique et inoffensif, ne serait-ce qu’a une partie de la population confinée en fonction des stocks de CHLOROQUINE réquisitionnés dont vous disposez, pour décourager l’automédication chez cette population majoritairement analphabète ou non suffisamment instruite sur les faits, et pour vérifier du même coup et en très peu de temps, les propriétés antivirales préventives ou prophylactiques "in vivo", de la CHLOROQUINE, qui est une molécule qui appartient pourtant au domaine public depuis plusieurs années ?

    7./ Pourquoi avez vous occulté au peuple burkinabè et au monde, les résultats et les applications prémonitoires du SRAS-COV-X ? a l’origine de la maladie du COVID-19, que l’Institut PASTEUR, le CNRS FRANÇAIS et l’Université PARIS VII ont pris comme base de recherche en 2003, pour recombiner ce même type fe virus SRAS-COV qui a été breveté ainsi que ses applications en 2004 et publié par l’Office européen des Breveté en 2010 ?

    8./ Pourquoi voulez vous qu’il n’y ait pas de déficit de confiance et un maximum de suspicion populaire sur vos travaux scientifiques et vos méthodes, sachant que vos méthodes ne reflètent ni l’urgence et la gravité de la réalité que vous invoquez pour communiquer aujourd’hui avec le public, ni le contenu des études que vous prétendez vouloir capitaliser dans le cadre de votre étude sur la CHLOROQUINE ?

    9./ Quelle garantie de transparence scientifique et d’indépendance professionnelle, académique ou politique, pouvez vous encore, donner au public, dans cet État d’urgence sanitaire, ce couvre-feu de guerre virale, cette mesure de confinement sans accompagnement de survie économique et médicale, et cette quarantaine, avec une telle attitude scientifique dilatoire et un tel laxisme professionnel, depuis l’annonce faite par votre Ministre de tutelle le 27 Mars 2020 dernier ?

    10./ Savez vous qu’aux termes de l’article 521-5 du CODE PENAL : la mise en danger de la personne d’autrui est le fait d’exposer, délibérément, autrui à la mort ou à des blessures. Et que cette attitude scientifique ou pas, consistant à mettre en danger la personne d’autrui est punie d’une peine d’emprisonnement de un an à cinq ans et d’une amende de deux cent cinquante mille (250 000) à cinq millions (5 000 000) de francs CFA. Et que le fait d’exposer directement autrui à un risque immédiat de mort ou de blessures de nature à entraîner une mutilation ou une infirmité permanente par la violation délibérée d’une obligation de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement constitue également une mise en danger de la personne d’autrui et est puni des peines prévues à l’alinéa précédent.

    11./ Avez vous conscience qu’aux termes de l’article 422-1 du CODE PENAL : Constitue un crime contre l’humanité et puni d’une peine d’emprisonnement à vie, le fait pour quiconque de commettre l’un quelconque des actes ci-après en exécution d’un plan concerté dans le cadre d’une attaque généralisée ou
    systématique lancée contre toute population civile :
    ˗ le meurtre ;
    ˗ l’extermination ;
    ˗ la réduction en esclavage ;
    ˗ la déportation ou transfert forcé de population ;
    ˗ l’emprisonnement ou autre forme de privation grave de liberté physique en violation des dispositions fondamentales du droit international ;
    ˗ la torture ;
    ˗ le viol, l’esclavage sexuel, la prostitution forcée, la grossesse forcée, la stérilisation forcée ou toute autre forme de violence sexuelle de gravité comparable ;
    ˗ la persécution de tout groupe ou de toute collectivité identifiable pour des motifs d’ordre politique, racial, national, ethnique, culturel, religieux ou sexiste, ou en fonction d’autres critères universellement reconnus comme inadmissibles en droit international ;
    ˗ les disparitions forcées ;
    ˗ le crime d’apartheid ;
    ˗ les autres actes inhumains de caractère analogue causant
    intentionnellement de grandes souffrances ou des atteintes graves à l’intégrité physique ou à la santé physique ou mentale.

    Dans l’attente de vos réponses et de la reconfiguration scientifique et stratégique de votre étude qui s’impose visiblement, du moment que le Gouvernement ne pourrait être directement tenu pour responsable de toutes les dérives scientifiques et de leurs répercussions politiques ou décisionnelles sur la vie, la santé et l’économie des agents économiques du Burkina Faso, du fait de la mal configuration scientifique et des résultats biaisés éventuels de cette études ; veuillez recevoir l’expression de ma parfait considération.

    Dr. Ferdinand OUEDRAOGO
    ECONOMISTE VERT

    Répondre à ce message

    • Le 1er avril à 14:07, par Très Intrigué En réponse à : Chloroquine contre le Covid-19 : Prévu pour ce 6 avril 2020, l’essai va durer un mois maximum, selon le Pr Maxime Drabo

      Vous êtes peut être bon, voir même très bon. Mais j’ai en horreur ceux qui veulent toujours crier sur tous les toits leurs toutes puissantes connaissances. On a parfois l’impression que ce sont des campagnes de communication pour mettre en lumière quelqu’un. le ton sur lequel vous écrivez, un ton qui frise l’arrogance, le je sais mieux que toi me fatigue. Lefaso.net est allé l’interroger. Il a dit ce qu’il avait à dire. Au lieu de venir nous fatiguer à coup de grands mots ici, SVP en tant que Docteur, allez au CNRST leur dire ce que vous savez et qu’ils ne savent pas. On en a un peu marre de ce ping pong de positionnement pour des postes demain. Sa nous fatigue. Le Professeur Raoult par qui vous jurez ne fait même pas l’unanimité dans son propre pays. Arrêtez de surfer sur ce pan de la nature humaine qui en mode survie ne réfléchi plus. SVP MODERATEUR, LAISSEZ PASSEZ CE RAS LE BOL QUI S’ADRESSE A TOUS CEUX QUI VEULENT BRAQUER LES PROJECTEURS SUR EUX PLUTOT QUE DE PROPOSER DES SOLUTIONS. Y’EN A MARRE

      Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 19:46, par verite no1 En réponse à : Chloroquine contre le Covid-19 : Prévu pour ce 6 avril 2020, l’essai va durer un mois maximum, selon le Pr Maxime Drabo

    Nos chercheurs docteur es lenteur doivent accelerer afin de preserver beaucoup de vie humaines ! C’est comme ca j’ai failli boxer un docteur dans un pays voisin et j’allais creer un incident diplomatique ! Vous laissez un malade pour aller manger et terminer l’operation, c’etait un cousin ! J’ai vu que si je dja foul, ils vont terminer le malade et avec plaisir ! J’ai laisse quand ils sont revenus et ils ont termine l’operation, 2 semaines apres quand on partait definitivement, j’ai dja foul sur eux !!!! Et je n’ose meme plus mettre pays la bas car ce sont des rancuniers il parait !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 22:35, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : Chloroquine contre le Covid-19 : Prévu pour ce 6 avril 2020, l’essai va durer un mois maximum, selon le Pr Maxime Drabo

    Ah oui, j’ai oublié un quatrième point qui rend cette étude inutile :

    4°) Tous les scanners faits sur les malades à un stade avancé ont montré des lésions graves au niveau des poumons. Le malade non seulement a les alvéoles absorbantes d’oxygènes bouchées, mais il se noie carrément dans ses propres sécrétions. Autant dire qu’à ce stade, c’est compliqué de le sauver...
    Le but du traitement que nos "chercheurs" (d’autres ont déjà trouvé ?) veulent "valider" est de tuer avec la chloroquine le virus avant qu’il n’ait pu faire de tels dégâts. L’antibiotique associé, l’azithromycine, a pour rôle de soigner les poumons quand ils ne sont encore que légèrement atteins, ils n’ont aucun effet sur le virus.

    Si donc le choix est dès le départ de ne traiter que "les cas sévères", il est clair que les résultats seront négatifs.

    Je répété donc : A quoi sert une telle étude, sinon de permettre à nos chers docteurs de publier ?!?

    Ah si, cela sert à quelque chose : A avoir un prétexte pour laisser mourir les gens, et à justifier des mesures de restriction de liberté "en attendant les résultats". Pauvre de nous...

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 22:46, par Kassimbou En réponse à : Chloroquine contre le Covid-19 : Prévu pour ce 6 avril 2020, l’essai va durer un mois maximum, selon le Pr Maxime Drabo

    Les amis ne vous meprenez pas. Le professeur parle de ce qui doit se faire en temps normal. C’est un protocole. Il.se doit de dire ce qui est ecrit dans le protocole.

    Dans la realité ça m’etonnerai que l’equipe laisse mourir un malade sous pretexte de cette essai clinique. Le prof Alkasoum Maiga a bien dit que les equipes amlaient immediatement commencer les essai. Je ne peux comprendre pourquoi attendre jusqu’au 6 avril.

    N’oubliez pas que l’etat burkinabé a decidé de relancer la chaine de production de la chloroquine. Preuve que nous n’attendont pas forcement les conclusions de cetre recherche pour gerer la crise actuelle.

    Les checheur peuvent faires des these sur le sujet. C’est leur metier. Mais nous allons soigner nos malades en attendant

    Répondre à ce message

    • Le 1er avril à 02:25, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : Chloroquine contre le Covid-19 : Prévu pour ce 6 avril 2020, l’essai va durer un mois maximum, selon le Pr Maxime Drabo

      @Kassimbou :Vous êtes bienveillant envers nos gens là, mais les termes employés par le Pr ne laissent aucun doute. Il a dit "essai Randomisé à trois bras ouvert". C’est vrai qu’il faut être familiarisé à leur langage ésotérique pour comprendre :

      Cela signifie qu’on va prendre beaucoup de malades et qu’on va les répartir en trois groupes A, B et C. Le groupe A va recevoir un médicament. Le groupe B va recevoir un autre médicament et le groupe C va recevoir RIEN DU TOUT (ou un faux médicament contenant de la farine !). Ce troisième groupe dit "témoin" sera comparé à la fin aux autres pour savoir qui a eu le plus de morts, le plus de guéris en combien de temps. Et "ouvert" veut dire que eux chercheurs savent très bien qui reçoit ou pas quel traitement. Autrement, dit qui a plus de chance de vivre ou de mourir !

      C’est cela que nous dénonçons ! Ces résultats existent déjà et sont en faveur de la chloroquine. Qu’ils laissent à d’autre le soin de "confirmer" cela. Nous, les résultats Chinois et Français nous suffisent pour dire de donner le traitement A TOUS LES MALADES sous contrôle médical pour augmenter leurs chances de survie et de guérison et de laisser les histoires de "recherche clinique" à d’autres !

      C’est inadmissible voire criminel pour un pays qui n’a pas de quoi gérer 1000 malades simultanément de jouer à ce jeu alors que LE TEMPS PASSE !!!

      Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 08:14, par WEDER En réponse à : Chloroquine contre le Covid-19 : Prévu pour ce 6 avril 2020, l’essai va durer un mois maximum, selon le Pr Maxime Drabo

    Voici quelqu’un qui veut réinventer la roue et ça pendant que des hommes sont entrain de mourir ! Il y’a 146 cas confirmés au Buurkina donc je vous pose une question : Du point de vu de la statistique ou des essais cliniques quel sera votre échantillonnage pour prétendre à des résultats probants ? Écoutez, si vous suivez le protocole mise en place ailleurs par le Pr Raoult, on ne dira pas que vous n’avez rien fait, rassurez vous ? On sait qu’il y’a aussi des chercheurs au Burkina et on va pas vous en vouloir mais de grâce comme d’habitude prenez ce que fait les autres et qui marche car cette fois ça sera du bon sens et on va pas vous en vouloir. Si vous souhaitez faire des recherches, proposez nous des médicaments à base de plantes locales et ça sera du nouveau ! Écoutez, même des professeurs de renom on appelé Raoult pour avoir son protocole et ça c’est du bon sens ! Je vous demande pardon, mettez votre égo de coté et faites appliquez le protocole de Raoult quitte à l’ajuster en fonction des constats ! PARDONNEZ FAITES COMME VOUS FAITES HABITUELLEMENT ET ON VA PAS VOUS CRITIQUER CETTE FOIS : APPLIQUEZ CE QUI SE FAIT ET QUI MARCHE AILLEURS, SINON VOUS ALLEZ RENDRE DES COMPTES A LA JUSTICE !

    Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 08:34, par Beonere En réponse à : Chloroquine contre le Covid-19 : Prévu pour ce 6 avril 2020, l’essai va durer un mois maximum, selon le Pr Maxime Drabo

    La sagesse voudrait qu’on utilise la chloroquine sur la base des connaissances actuelles que de vouloir avoir plus de certitude en ce temps de crise. Plusieurs études sont en cours dans le monde et il est déjà prouvé que la chloroquine n’est pas efficace à un stade avancé de la maladie. Il faut donc agir pendant les premiers symptômes. Pourquoi vous voulez juste confirmer ce qui est déjà connu au risque certain de laisser les gens mourir ?
    S’il vous plaît monsieur les politiques, n’attendez pas le résultats de ces études pour adopter la chloroquine. Sinon vous serrez responsable devant la loi pour non assistance à vos populations. Nous avons tous consommé ce médicaments jusqu’à un passé récent mais nous sommes toujours vivant malgré la toxicité dont on évoque.

    Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 10:41, par citoyen lambda En réponse à : Chloroquine contre le Covid-19 : Prévu pour ce 6 avril 2020, l’essai va durer un mois maximum, selon le Pr Maxime Drabo

    Pourquoi l’on ne peut pas canaliser les protocoles utilisés pour la guérison des 32 cas, ce qui ferait la solution efficace, aussi expérimentée ?

    Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 12:53, par noaga En réponse à : Chloroquine contre le Covid-19 : Prévu pour ce 6 avril 2020, l’essai va durer un mois maximum, selon le Pr Maxime Drabo

    Je constate que les gens font une confusion entre l’étude clinique et la prise en charge actuelle. Les médecins chargés de la prise en charge le font très bien. Quelques décès dûs à des causes comorbidités (autres maladies). Ils sont très performants. Il faut que ceux qui interviennent sachent qu’aucun médecin n’attend le début de cette étude avant de traiter les patients. L’étude permettra de rectifier ou de confirmer certaines attitudes.
    Quand je lis les posts j’ai pitié car cela montre que les gens sont soit sous informés soit de mauvaise foi.
    apprenez à lire écouter

    Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 13:58, par KARIM En réponse à : Chloroquine contre le Covid-19 : Prévu pour ce 6 avril 2020, l’essai va durer un mois maximum, selon le Pr Maxime Drabo

    L’utilisation de l’hydroxychloroquine va être généralisée pour le traitement du coronavirus au Sénégal qui a franchi la barre des 100 contaminations, a annoncé jeudi, Moussa Seydi, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Fann.

    "Nous avons jugé utile de démarrer ce traitement chez nos patients et les résultats que nous commençons à obtenir sont absolument encourageants. Nous allons généraliser l’utilisation de cette molécule dans tous les sites de prise en charge ici au Sénégal", a-t-il précisé dans une vidéo diffusée sur le web sans donner plus de précisions sur le nombre de patients traîtés.

    C’est Didier Raoult, infectiologue et microbiologiste français né à Dakar qui a théorisé l’utilisation de la chloroquine pour traiter le coronavirus. Une théorie qui continue de partager les spécialistes et de susciter la controverse entre ceux qui approuvent et ceux qui rejettent ce choix.

    "Dans un deuxième temps, si l’absence d’effets secondaires se confirme après un traitement de cent malades, nous ajouterons de l’azithromycine", a ajouté Seydi

    "Associer deux molécules c’est associer deux types d’événements indésirables. Nous n’avons pas voulu prendre le risque dès le début d’associer ces deux molécules", a-t-il expliqué.

    Le service des maladies infectieuses de l’hôpital Fann est l’un des trois sites aménagés pour recevoir les patients atteint du covid 19.

    Le centre de santé de Darou Marnane à Touba (région de Diourbel) et le centre de traitement de Diamniadio (40 km de Dakar) sont les autres sites.

    Selon le dernier bilan livré jeudi par le ministère de la Santé, 105 cas de Coronavirus ont été enregistrés à ce jour au Sénégal dont 9 se sont rétablis. Aucun décès n’est à déplorer.

    L’hydroxychloroquine est un médicament initialement utilisé dès 1955 dans le traitement du paludisme sous forme de sulfate d’hydroxychloroquine.

    Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 15:20, par Titi En réponse à : Chloroquine contre le Covid-19 : Prévu pour ce 6 avril 2020, l’essai va durer un mois maximum, selon le Pr Maxime Drabo

    C’est quels essais encore ? Beaucoup de pays et villes Maroc, Guinée, États Unis, Marseille, Chine donnent déjà la chloroquine et l’antibiotique aux malades et vous voulez prendre un mois pour les essais. Ne commettez pas la même erreur que la France et ’l’Italie. Pendant ce temps les cas s’aggravent. Vous aussi.... Demandez le consentement du malade et sa famille et donnez le produit sans attendre. C’est pas le moment des études. D’autres l’ont déjà fait. Ce qui est sur c’est pas la chloroquine que nous on connaît la qui peut tuer quelqu’un. Que Dieu sauve le Burkina faso.

    Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 15:53, par CHERCHEUR En réponse à : Chloroquine contre le Covid-19 : Prévu pour ce 6 avril 2020, l’essai va durer un mois maximum, selon le Pr Maxime Drabo

    Un proverbe dit ceci ; "Quand la justice tarde à agir c’est qu’elle est aller très loin dans la brousse chercher un gros bâton pour mieux châtier le coupable". Cette analogie s’applique avec la recherche. La science c’est la certitude et non le tâtonnement dans la précipitation. Beaucoup dissertent mais ne savent pas grande chose du monde de la recherche. Le Chloraz a besoin d’être contextualisé pour minimiser les risques de toxicité causé par les effets secondaires de la chloroquine (yeux, cerveaux, cœurs, foie, etc.). C’est d’ailleurs parti des études des chercheurs burkinabè que la chloroquine a été abandonnée. Les trois bras dans l’essai clinique est un impératif pour établir des conclusions sûres, duplicables et exportables. Le temps d’essai d’un mois est le temps minimal pour établir des conclusions provisoires des résultats.
    Il convient de se garder de juger ou de jeter l’opprobre lorsqu’on ne dispose pas de science certaine. Dans le doute, comme l’a dit le philosophe Descartes, "abstiens-toi". C’est cette sagesse et cette patience que je recommande aux "détracteurs des scientifiques", qui pêchent malheureusement pas ignorance ou par mauvaise foi pour certains.

    Répondre à ce message

    • Le 1er avril à 21:44, par Walpole En réponse à : Chloroquine contre le Covid-19 : Prévu pour ce 6 avril 2020, l’essai va durer un mois maximum, selon le Pr Maxime Drabo

      Monsieur le "CHERCHEUR", l’équipe du Prof Raoult a poussé ses essais sur 701 patients et seul un décès à été constaté. Pensez vous que nos spécialistes auront un tel échantillon pour valider leurs études ? Ou faudra t’il atteindre un niveau de contamination exponentielle pour pouvoir mener à bien les essais en sachant qu’on pourra pas les prendre en charge. C’est inhumain et stupide comme approche. Je ne souhaite pas qu’un de vos proches soit dans cette situation.

      Répondre à ce message

    • Le 2 avril à 06:36, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : Chloroquine contre le Covid-19 : Prévu pour ce 6 avril 2020, l’essai va durer un mois maximum, selon le Pr Maxime Drabo

      @M. le "chercheur" : La science infuse (ou confuse en l’occurrence) ne vous donne pas le droit de vie et de mort sur les malades.

      Même sans être professeurs titulaires ou chercheurs, nous ne pouvons nous "abstenir" et vous laisser en silence faire votre "science" quand il s’agit de la vie de nos frères, sœurs, pères mères, oncles, tantes et qui sait demain la nôtre.

      Vous vous arrogez ici le droit d’utiliser des humains comme cobayes. La recherche pure sur les être humains est question d’éthique, de morale, donc de société et ne saurait être laissé aux "Docteur frankenstein" des temps modernes !

      Alors, vous voulez des "données" sur le Covid-19 et la chloroquine ? Rien de plus simple : Il y a actuellement 220 malades du coronavirus au Burkina, dont plus de 100 nous l’espérons vont sortir guéris d’ici le 6 Avril. Il va en rester moins de 100 plus ceux qui seront déclarés positifs d’ici là.
      Mettez les TOUS sous chloroquine, (sans groupe témoin !) associé à l’azithromycine pour ceux qui ont des lésions pulmonaires et sauf contre-indication d’autres traitements. En quinze jours maximum, analyse et rédaction comprise vous aurez vos résultats. C’est pas plus simple et plus éthique ?
      A propos, notre fameux comité d’éthique a-t-il donné son avis sur votre "essai clinique" ?

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Coronavirus au Burkina : 30 nouveaux cas confirmés à la date du 18 septembre 2020
Coronavirus au Burkina : 19 nouveaux cas confirmés à la date du 17 septembre 2020
Prévention du Covid-19 : Le CERESSE-BF veut sensibiliser dans les quartiers non-lotis de Ouagadougou
Covid-19 au Burkina : 30 nouveaux cas confirmés à la date du 16 septembre 2020
Covid-19 au Burkina : 19 nouveaux cas confirmés à la date du 15 septembre 2020
COVID-19 au Burkina : Quinze cas enregistrés à la date du 14 septembre 2020
COVID-19 : La Fondation Gates appelle à une réponse mondiale pour mettre fin à la pandémie
Covid-19 : 74 des 76 élèves de l’ENAM recherchés ont été localisés
Covid-19 au Burkina : 16 nouveaux cas à la date du 13 septembre 2020
Covid-19 au Burkina:10 nouveaux cas confirmés et deux nouvelles guérisons
COVID-19 au Burkina : Le virus s’invite à la formation des énarques à Bobo-Dioulasso
Covid-19 : La liste des énarques testés positifs
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés