Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens qui doutent d’eux-mêmes n’ont qu’un vide au centre d’eux-mêmes.» John Maxwell Coetzee

Lutte contre Boko Haram : Sur le champ de bataille, le président Déby lance l’opération « Colère de Boma »

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • LEFASO.NET • lundi 30 mars 2020 à 22h10min
Lutte contre Boko Haram : Sur le champ de bataille, le président Déby lance l’opération « Colère de Boma »

Le président tchadien, Idriss Déby Itno, a lancé le dimanche, 29 mars 2020, l’opération baptisée « Colère de Boma », du nom de la province du Lac attaquée par la nébuleuse Boko Haram, six jours plus tôt. Dans son treillis militaire, le général de l’armée, Idriss Déby Itno est sur place pour mener les opérations.

Engagée dans la lutte contre le Boko Haram pendant plusieurs années, l’Armée nationale tchadienne (ANT) a payé le lourd tribut, le lundi 23 mars 2020 au cours d’une attaque à Boma, dans le Lac-Tchad. En effet, 98 soldats tchadiens sont tombés au cours de la bataille.

Cette attaque est sans doute celle qui a marqué le président tchadien Idriss Déby Itno durant son parcours de militaire. « J’ai assisté à beaucoup d’opérations, perdre d’un seul coup autant d’hommes, c’est la première fois dans notre histoire. Je suis écœuré. Nous allons revoir tout notre dispositif pour éviter ce que Bouma a connu », a-t-il confié au micro de la Radio France internationale (RFI).

Le président Idriss Déby Itno est un général cinq étoiles de l’armée tchadienne

« A la guerre comme à la guerre ! » Le général de l’armée, Idriss Déby Itno promet une riposte à la hauteur de la situation. « Je refuse cette défaite et la réplique doit être foudroyante », a-t-il déclaré.

Le mardi 24 mars, soit le lendemain des événements, le président Déby, au bord d’un hélicoptère, a fait sa descente sur le théâtre des opérations. Au-delà d’un acte de galvanisation de la troupe, il a annoncé séjourner pour mener la riposte him-self.

Ce dimanche, 29 mars 2020, le président Déby, dans son treillis militaire, a tenu une réunion de guerre à Kaïga-Kindjira, zone lacustre située à 5 kilomètres de la position ennemie, précise la présidence de la république tchadienne. L’opération est alors baptisée « Colère de Boma ».

Le président Idriss Déby Itno (au milieu) en pleine réunion de guerre sur le terrain

Une attitude saluée et déplorée

Depuis son arrivée dans la province du Lac, les images du président Déby sont devenues virales sur les réseaux sociaux. Beaucoup de personnes sont salués la bravoure du président, qui a posé ‘’un acte concret au lieu de condamner l’attaque depuis son palais’’. Un quotidien d’information tchadien a titré « Trois mots : Pour-La-Patrie » avec la photo du président dans sa tenue militaire.

L’acte du chef suprême des armées tchadiennes n’a pas fait d’unanimité. En effet, certains acteurs politiques de la place ont vu en cela un double enjeu. Idriss Déby le militaire et le politique. Dans un tweet, l’ancien chef de file de l’opposition, Saleh Kebzabo, a dénoncé l’attitude du président Déby. « Après l’émotion, la raison : en République, le Chef des armées peut aller au front galvaniser les troupes pour leur remonter le moral. Il n’y reste pas pour faire la guerre, ce n’est pas son rôle. Cette confusion peut coûter cher à la démocratie », a-t-il écrit.

Le tweet de l’opposant tchadien Saleh Kebzabo

Il faut noter que plus tôt, le 26 mars 2020, le gouvernement dans un communiqué, a porté à la connaissance de l’opinion nationale et internationale que la zone du Lac-Tchad est déclarée « zone d’opération ». « Par conséquent, il est demandé aux populations des villages tchadiens situés tout le long des frontières communes Tchad, Niger et Nigeria de se déplacer immédiatement à l’intérieur du pays », précise le communiqué. Le message est clair ; les hostilités vont démarrer.

Cryspin Masneang Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 31 mars à 05:03, par Papa En réponse à : Lutte contre Boko Haram : Sur le champ de bataille, le président Déby lance l’opération « Colère de Boma »

    Un président de la république qui dirige des opérations sur un champ de guerre, il faut s’appeler Idrisse Deby pour avoir ce courage. Ailleurs se sont des soldats de 1ère et 2e classe sans experience qu’on envoie sur les théâtres d’opetations pendant que des officiers busnessmans dans leurs salons climatisés mènent tranquillement leurs affaires . Oui , en republique bananière c’est comme ça que mes choses se passent et c’est très dommage pour cette republique .

    Répondre à ce message

    • Le 31 mars à 12:15, par Le Financier En réponse à : Lutte contre Boko Haram : Sur le champ de bataille, le président Déby lance l’opération « Colère de Boma »

      Un président qui se met juste en spectacle et on applaudi. Sérieusement, est ce qu’on dévoile en public sa stratégie de guerre. Est ce que l’ennemi en face vous a fait part de sa stratégie avant d’attaquer. Le nombre de morts doit vous interpeller. Vous aviez vu la scène des combats aucun mur aucun bâtiment pour ces hommes qui campent dans le vide à la merci de l’ennemi. Oui dans un pays où il y a le pétrole, dans un pays où la soeur du président a fêté son premier milliard, dans un pays où le président offre une V8 au gagnant d’une course de chameaux qu’il a lui-même organisé et j’en passe, on n’est pas même capable de construire un semblant de camp militaire pour permettre aux soldats de faire dans la sécurité.

      Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 08:23, par La cohésion En réponse à : Lutte contre Boko Haram : Sur le champ de bataille, le président Déby lance l’opération « Colère de Boma »

    En eux-mêmes, les attentats terroristes ne nécessitent pas un gros investissement financier. C’est le fonctionnement de l’organisation qui est le plus couteux : achat d’armes, « salaire », appartement de repli, caches, faux papiers, informateurs…Les sources de financement sont diverses et varient selon les organisations (appuis extérieurs, localisation géographique…)

    Le moyen de financement le plus courant semble être le racket, appelé
    « impôt révolutionnaire » pratiqué par les mouvements terroristes
    d’extrême gauche. Ce « impôt » se pratique sur le territoire d’implantation
    des mouvements (Pays basque par exemple) ou au sein de la diaspora
    (communauté kurde pour le Pkk ; tamoul pour les tigres des LTTE ou
    irlando-américaine pour l’IRA). La zakat (l’aumône obligatoire dans
    l’islam peut être détournée à l’insu des donateurs. À l’époque de la guerre
    froide, de nombreux mouvements étaient financés par les services de
    renseignement des pays de l’Est ou du Moyen-Orient. Plusieurs États sont
    ou ont été accusés d’apporter un soutien financier ou logistique à des
    mouvements terroristes (Libye, Iran, Arabie Saoudite…) Ces aides se font
    soit directement aux mouvements, soit via des sociétés commerciales ou
    des organismes d’import-export servant de couverture (par exemple la
    Kintex bulgare) ou des organisations non gouvernementales (ONG). Des
    millionnaires ont également pu apporter leur aide, à titre personnel, à des
    mouvements terroristes, comme l’éditeur milanais Giangiacomo
    Fetrinelli. Les organisations terroristes peuvent également profiter
    d’activités criminelles de droit commun : la contrebande (IRA,
    Hezbollah), le trafic de drogue (FARC, PKK, Hezbollah, les talibans,
    l’AQMI), les vols à main armée (ou « expropriation prolétarienne » :
    mouvement des années 1970 et 1980, tel l’ETA, le GRAPO), la
    contrefaçon, ou les cartes de crédit contrefaites (mouvement islamistes),
    les jeux illicites (IRA, FNLC)…
    Alain Bauer, Jean-Louis Bruguière

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 08:58, par Le cri de l’étalon En réponse à : Lutte contre Boko Haram : Sur le champ de bataille, le président Déby lance l’opération « Colère de Boma »

    De toutes les façons, militari-politique ou pas le Président I.D.I est à saluer de part sa bravoure et de son amour à la défense de sa patrie, quoi que cela ne tienne, il a montré un autre visage qui du moins devrait être un exemple de nos dirigeants africains.Il est aujourd’hui de prime à bord que nos dirigeants puisent des ressources des archives et actes de leurs devanciers en occurrence le Capitaine Thomas SANKARA

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 09:15, par arsène bamogo En réponse à : Lutte contre Boko Haram : Sur le champ de bataille, le président Déby lance l’opération « Colère de Boma »

    Politique quand tu nous tiens ! Quel texte de loi interdit à un chef des armées d’installer ses pénates sur le terrain des opérations ! En tout cas chapeau bas au général président qui, par son attitude, contribue à galvaniser l’ardeur des troupes !

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 09:21, par voyant En réponse à : Lutte contre Boko Haram : Sur le champ de bataille, le président Déby lance l’opération « Colère de Boma »

    Bravo !!! au président Tchadien. Et si le président Tchadien pouvait prendre désormais à bras le corps toutes les questions de développement de son pays comme celle militaire, le Tchad serait un exemple de réussite en Afrique.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 09:31, par Le Fair Play Citizen En réponse à : Lutte contre Boko Haram : Sur le champ de bataille, le président Déby lance l’opération « Colère de Boma »

    Bravo et voici un exemple ! Dommage pour ce soit disant opposant peu patriote

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 09:46, par Stalinsky En réponse à : Lutte contre Boko Haram : Sur le champ de bataille, le président Déby lance l’opération « Colère de Boma »

    Cette défaite de l’armée tchadienne à démontré à la face du monde que cette armée ne valait pas mieux que l’armée Burkinabê. Du reste ce sont les Gilbert Diendéré qui ont aidé Idris Deby à prendre le pouvoir à N’Djamena contre Hissen Habré. L’armée tchadienne est constituée de paysans surtout du Nord qui avancent sur l’ennemi sans se poser de questions contrairement à l’armée Burkinabê constituée d’intellectuels, de fils à Papa, recrutés souvent à l’aide de la corruption qui refusent parfois de combattre et dotés de portables tactils sur face book ou en liaison avec leurs filles chéries Fanta, Gisèle et autres se faisant souvent surprendre. C’est une erreur pour Déby de vouloir lui même mener les opérations car il peut se faire prendre. On aurait pu abattre son Helico avec un simple RPG 7. Les rebelles basés dit on à 5km du lieu de combat ne sont pas bêtes pour rester sur place. Ils ont dû changer de position. Si le combat doit se mener dans les îles du lac Tchad , il faut avoir assez d’Helico et de vedettes rapides et équipés. Il faut reconstituer nos armées comme l’armée Russe.

    Répondre à ce message

    • Le 1er avril à 19:57, par ABBK En réponse à : Lutte contre Boko Haram : Sur le champ de bataille, le président Déby lance l’opération « Colère de Boma »

      Comment parler d’une defaite de l’armée tchadienne ?L’’armée tchadienne ne peut en aucune maniere comparée a l’armée Burkinabé sur le plan oerationel ou des moyens.

      Répondre à ce message

    • Le 17 avril à 12:42, par La revenge de Boma En réponse à : Lutte contre Boko Haram : Sur le champ de bataille, le président Déby lance l’opération « Colère de Boma »

      Monsieur Stalinsky, la défaite tout comme la victoire fait partie de l’expérience de toute armée, même la plus puissante. Le plus important pour une armée c’est de savoir tirer les leçons d’une défaite, de remonter la morale des troupes, d’organiser la riposte avec détermination pour gagner, non pas une bataille, mais la guerre entière. C’est ce que nous avons fait au Tchad. Aucun soldat tchadien ne prétend se comparer à un quelconque soldat d’un autre pays. Nous avons notre propre histoire, notre propre parcours. La guerre est un art qu’on cultive dans l’esprit de chaque tchadien depuis sa tendre enfance. Un adolescent peut facilement dégainer son (long) couteau et vous éventrer juste pour l’avoir insulter. Ce n’est pas le cas en Afrique de l’ouest que je connais très bien, en particulier le Burkina Faso.
      Par ailleurs, si le Général DIENDERE avait bien appuyé SEM Idriss Déby, il ne l’aurait sans doute pas laissé se faire humilier par des civils. Un militaire ça se respecte (quoi qu’il ait fait et il y a toujours une raison profonde), parce qu’il est formé pour le sacrifice suprême !
      Et, entre nous : c’était une tactique militaire pour mobiliser tous les vrais guerriers, qui avaient pris le goût du confort en ville (nos généraux roulent avec V8 !) et ça a marché ! Tous, sans exceptions, sont partis combattre et ils ont affligés des pertes à l’ennemi bien plus que ce qui est déclaré officiellement. Des pertes mémorables pour leur illuminé de chef A S, qui a eu la chance d’échapper de justesse à l’assaut lancé par nos forces à Maidougouri, il y a quelques années contre lui.
      Et d’ailleurs les 98 soldats tchadiens sont morts à cause de l’inefficacité et de l’inaction de leurs camarades du Niger et du Nigeria, qui ont cédé quasiment leur position à Boko haram.

      Pour le reste, je ne vous apprends rien en matière de communication militaire : il faut toujours ruser pour faire sortir l’ennemi de sa zone d’influence. Enfin, ce ne sont pas des équipements qui combattent, mais des hommes. Apparemment je suis plus Thomas SANKARA que vous. Cordialement

      Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 10:26, par le nomade En réponse à : Lutte contre Boko Haram : Sur le champ de bataille, le président Déby lance l’opération « Colère de Boma »

    Incontestablement Deby est un guerrier de naissance et pour cela il ne peut permettre que des petits délinquants de Bokou Haram continuent a destabiliser son pays. Ce qui est dommage pour nous c’est que les troupes 500 soldats prévus pour la zone de 3 frontieres pour nous aider auraient ete deroutes vers la zone des conbats actuels au lac Tchad. Il est certain que leur soutien aurait permis de ramener un peu la paix au Sahel prcequ’il est évident que ce sont des soldats expérimentés qui ne reculeront jamais au grand jamais devant la menace !

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 11:04, par Sacksida En réponse à : Lutte contre Boko Haram : Sur le champ de bataille, le président Déby lance l’opération « Colère de Boma »

    Ce n’est pas etonnant que le President Idriss Deby Itno soit au front avec ses hommes car c’est un vrai progressiste et un combattant pour la defense des interets de son peuple. C’est un progressiste et un panafricaniste soucieux de trouver vite des solutions aux problematiques qui se posent dans son pays et en tant que chef supreme des armees, il est evident que sa contribution en tant general d’armee est tres utiles dans cette guerre contre Boko Haram. Mais tout est une question de la nature du regime et de l’etat en place. Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 11:08, par yamgouba du kipirsi En réponse à : Lutte contre Boko Haram : Sur le champ de bataille, le président Déby lance l’opération « Colère de Boma »

    Force et Honneur mon Général ... pardon mon Président ! ainsi se comporte les Grands Chefs tel Hannibal le conquérant. Honte et déshonneur à Saleh Kebsabo piètre politicien. au lieu de monter au front comme le Président, prétend donner des leçons depuis salon douillé de Djamena. Force et Honneur mon Président !

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 11:11, par LEGUIDE En réponse à : Lutte contre Boko Haram : Sur le champ de bataille, le président Déby lance l’opération « Colère de Boma »

    BRAVO IDI. MERCI POUR L’EXEMPLE.
    LES OPPOSANTS NON PATRIOTES PEUVENT TOUT DIRE.
    QUE LES GÉNÉRAUX ET HAUTS GRADES DE NOS ARMES FASSENT AINSI, ÉTABLIR LE QG SUR LE THÉÂTRE DES OPÉRATIONS. MERCI AUX AUTRES PRÉSIDENTS DE SUIVRE LA MANŒUVRE. ON EST FATIGUE DES CONDAMNATIONS AVEC LA DERNIÈRE ENERGIE.

    Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 18:06, par az En réponse à : Lutte contre Boko Haram : Sur le champ de bataille, le président Déby lance l’opération « Colère de Boma »

    je l’apprécie beaucoup.
    il est intelligent, courageux, fier, panafricaniste.

    Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 19:28, par Hamed En réponse à : Lutte contre Boko Haram : Sur le champ de bataille, le président Déby lance l’opération « Colère de Boma »

    Le president Deby est connu pour son courage légendaire. rappeler vous qu’il avait osé menacer le guide lybien. Il previent ses ennemis, desormais je suis sur le champ de bataille. rappeler vous aussi que le capitaine Thomas Sankara avait oser ce genre d’acte pendant la guerre du Mali. Un vrai général ne quitte jamais sa tenue. ET peut importe son titre, quand il est necessaire il repart sur le champ de bataille. il ne dirige pas des opérations depuis son salon VIP.

    Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 20:07, par HAROUNA Abdou En réponse à : Lutte contre Boko Haram : Sur le champ de bataille, le président Déby lance l’opération « Colère de Boma »

    Comme si la démocratie pouvait exister sans État ! Si Boko Haram entrait à Ndjamena, ces inconscients opposants seraient les premiers à fuir !

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril à 11:09, par SOUS LA CROIX En réponse à : Lutte contre Boko Haram : Sur le champ de bataille, le président Déby lance l’opération « Colère de Boma »

    Il n’y a rien de plus juste que de vouloir défendre des hommes contre l’injustice.Tout homme digne cherche à voir son pays vivre dans la paix et s’épanouir.
    Qu’il réussisse ou qu’il échoue , il aura essayer.
    IL N’ Y A PAS DE PLUS LASSE QUE CELUI QUI NE VEUT PAS SE BATTRE !
    LE BON DIRIGEANT C’EST NE PAS FORCEMENT CELUI QUI EST DÉMOCRATE MAIS CELUI AIME SON PEUPLE ET QUI EST PRES A TOUS POUR LUI.

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril à 20:55, par Mahamat abdramane barkai En réponse à : Lutte contre Boko Haram : Sur le champ de bataille, le président Déby lance l’opération « Colère de Boma »

    Apres l’attaque meurtriere et lache de ce satané secte terroriste de boko haram contre la position de l’armée tchadienne dans l’ile de boma, nous tous les tchadiens sommes derriere notre president idriss deby itno pour donner a boko haram une riposte a la hauteur de boma.
    Les divergences politique peuvent attendre l’heure n’est plus au discussion mais a l’action.
    L’opposition, la democratie, le multipartisme peuvent attendre. Nous devons d’abord éradiquer le terroriste de boko Haram a tous prix. Même si cette nous coûtera la démocratie nous sommes prêts a prendre ce risque car il valait la peine.
    Chapeau mon président

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 20:58, par Patarbtalle En réponse à : Lutte contre Boko Haram : Sur le champ de bataille, le président Déby lance l’opération « Colère de Boma »

    J’adore ce mec. J’adore ce président. Ce ça un président. Il va au front pas pour combattre mais pour donner du tonus au groupe. Ce ça un Président. En guerre, il y’a les armes mais aussi le moral. Pourquoi en foot vous parlez de supporters.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 15:42, par ERNEST DABIRE En réponse à : Lutte contre Boko Haram : Sur le champ de bataille, le président Déby lance l’opération « Colère de Boma »

    QUAND ON NE CONNAIT PAS LES PAS DU LION ON LES COMPARE A CELLES DES RENARDS MAIS QUAND ON CROISE LE LION TOUT CHANGE ILICO VOICI IDRISS DEBY un homme d’État tchadien, président de la République depuis le 4 décembre 1990 Le 2 décembre 1990, avec l’appui de la France, il chasse du pouvoir Hissène Habré et le remplace le 4 décembre avec le titre de président du Conseil d’État..DONC ici on retient le terme CHASSER.
    Il est ensuite désigné président de la République du Tchad le 28 février 1991 après l’adoption de la Charte nationale.ici on retient le terme designé .Il remporte les élections présidentielles de 1996, 2001, 2006, 2011 et 2016. La même année, le 30 janvier 2016 il est élu président de l’Union africaine pour un mandat d’un an.ICI ON RETIENT LE TERME REMPORTER 5 FOIS PLUS 1 ELU UNION AFRICAINE.Il est actuellement l’un des plus anciens dirigeants en place dans le monde avec plus de 30 années de longévité aux pouvoir. CONCLUSION IDRISS DEBY UN DUR PARMI ES DURS QUI CHASSE REMPORTE POUR ETRE AIMER POUR ETRE ELU POUR VIRE LONGTEMPS PRESIDENT COMME EN CHINE .et ça ne chauffe pas .un guerriers parmi es plus rudes criardes âpres caduque audacieux effronté et meme il fonctionne à garcon pile 1500mwatt avec ses 4 femmes .ça il vaux mieux reconnaitre les merite d’un homme de son vivant.SIN ON APRECIE PRESIDENT VLADMIR POUTINE DE RUSSIE KIM JONG-UN COREE DU NORD XI JINPING EN CHINE ALORS AFRICAINS VOICI IDRISS DEBY YTNO et ç chauffe meme pas tant que lui seul peut etre president general de guerre stratege geopopliticien et anti colonialiste anti-terroriste alors BRAVO IDRISS DEBY ITNO Ton temps de gloire se joue sous nos yeux et ne laisse aucune chance a autrui blanc comme noir de t’en accaparer mais seulement sache que après on fera tous le bilan.
    GLOIRE A DIEU MAINTENANT ET POUR LA SUITE.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Affaire de Tanwalbougou : Les 12 victimes n’ont pas été exécutées, révèle le procureur
Terrorisme : Les postes de police et de gendarmerie de Faramana attaqués
Province du Soum : 13 terroristes neutralisés, de l’armement saisi
Conseil supérieur de la Défense nationale : Plus en avant dans la lutte contre le terrorisme.
Tanwalbougou : Chronique d’une chasse à l’homme
Drame de Tanwalbougou : L’Alternative patriotique panafricaine Burkindi accuse le MPP
Drame de Tanwalbougou : Le gouvernement informe de l’ouverture de deux enquêtes judiciaire et administrative
Burkina : 47 terroristes abattus et d’importantes quantités de matériels saisis par les Forces armées
Présumés terroristes morts à Fada N’Gourma : « Tous les douze ont été exécutés de manière systématique », confie le parent d’une victime
Namsiguia-Djibo : Carnet d’un voyage en zone assiégée par les groupes armés
Terroristes neutralisés à Sebba : Le MPP salue la bravoure des FDS
Djibo : Une caravane de ravitaillement rompt momentanément le blocus
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés