Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne vous laissez pas éteindre, vous ne savez pas pour qui vous êtes lumière. »  Igor Markvitch

Journée Mondiale de l’Eau 2020 : Message du ministre de l’Eau et de l’Assainissement

Accueil > Actualités > Société • • dimanche 22 mars 2020 à 00h09min
Journée Mondiale de l’Eau 2020 : Message du ministre de l’Eau et de l’Assainissement

La communauté internationale célèbre le 22 mars de chaque année, la Journée Mondiale de l’Eau (JME). Cette Journée a été instituée le 22 décembre 1992 par l’Assemblée générale des Nations Unies qui se conformait au chapitre 18 de l’Agenda 21 (protection des ressources en eau douce et de leur qualité : application d’approches intégrées de la mise en valeur, de la gestion et de l’utilisation des ressources en eau). L’adoption de la résolution A/RES/47/193 déclarait le 22 mars 1993 première Journée mondiale de l’Eau.

Depuis lors, cette journée est célébrée par les différents pays le 22 mars de chaque année. L’objectif de cette journée est d’attirer l’attention sur l’importance de l’eau et de promouvoir la gestion durable des ressources en eau douce. Cette journée célèbre l’eau et sensibilise sur la situation de 2,2 milliards de personnes qui vivent sans accès à une eau salubre et aux infrastructures adéquates d’assainissement.

La journée mondiale de l’eau est commémorée au moment où le monde entier a engagé une bataille féroce contre le COVID-19 qui gagne du terrain, il est impératif de rappeler l’importance de l’eau pour faire face à la pandémie. L’assainissement et les mesures strictes d’hygiène sont aujourd’hui un rempart pour limiter la propagation de la maladie.

Cette année 2020, le thème retenu est : « L’eau et le changement climatique ». En effet, la crise climatique mondiale est inextricablement liée à l’eau. Les changements climatiques augmentent la variabilité du cycle de l’eau, induisent des événements météorologiques extrêmes, réduisent la prévisibilité de la disponibilité de l’eau, affectent la qualité de l’eau et menacent le développement durable et la biodiversité dans le monde. Cette situation entraîne également une demande croissante en eau, tout en menaçant sa disponibilité ; ce qui nécessite des mesures d’atténuation et d’adaptation afin de limiter son impact sur les ressources en eau.

Le Burkina Faso à l’instar des autres pays sahéliens de la sous-région connait des répercussions visibles des changements climatiques sur les ressources en eau.
Les manifestations du changement climatique couplées à l’insécurité en eau, à laquelle les populations sont confrontées, commencent à interpeller l’extrême urgence de repenser une gestion résiliente de l’eau.

Il est important de rappeler que l’eau est une ressource qui est au centre de toute planification de développement. Il est alors indispensable de garantir des ressources en eau en quantité suffisante et en qualité pour les usages socioéconomiques et environnementaux.

Au Burkina Faso, le défi de l’eau est énorme, les ressources en eau sont limitées face à une demande de plus en plus croissante et face à un environnement physique affecté par les aléas climatiques et peu propice à la reconstitution et à la mobilisation des ressources en eau. Le thème de cette année voudrait rappeler et attirer l’attention des populations et des décideurs sur les conséquences des changements climatiques sur les ressources en eau. Ces conséquences dans le contexte burkinabè sont que notre pays pourrait être confronté au cours des prochaines décennies à un régime climatique et hydrologique très contrasté.

Selon les études menées, il y aura des années de fortes pluviométries pouvant entraîner des inondations d’une part et d’autre part, on assisterait à de graves sécheresses qui pourraient conduire à la raréfaction des ressources en eau pour les divers usages. Face à cette situation, le Burkina Faso a entrepris depuis les années 70 un vaste programme de réforme du secteur de l’eau en vue de satisfaire les besoins en eau et d’améliorer la qualité de vie des populations.

La finalité de ces réformes est de garantir des ressources eau en quantité et en qualité pour améliorer l’accès à l’eau et à l’assainissement à l’ensemble des populations du Burkina Faso, aux écosystèmes aquatiques et favoriser les activités socioéconomiques.

Dans ce contexte de changements climatiques qui accentuent déjà les problèmes d’eau dans notre pays, déjà préoccupants malgré les efforts du Gouvernement, il urge pour chaque burkinabè d’adopter des comportements résilients vis-à-vis de nos ressources en eau. Il s’agit entre autres de :

-  éviter le gaspillage de l’eau dans nos activités domestiques,
-  utiliser les techniques d’économie d’eau dans nos activités de production ;
-  éviter les activités qui polluent les ressources en eau ;
-  privilégier les pratiques et méthodes de productions biologiques ;
-  éviter la dégradation des infrastructures hydrauliques comme par exemple les activités maraichères au niveau des berges des plans d’eau,
-  etc

Ce sont là des voies qui permettent de faire face aux effets des changements climatiques dans le domaine de l’eau et de garantir les besoins en eau des générations futures. C’est un devoir qui s’impose à tous !

Aussi, j’invite la population à une prise de conscience de l’impact des changements climatiques sur les ressources en eau qui est essentiellement lié à l’activité humaine. Que chacun entreprenne quotidiennement des actions éco citoyennes pour limiter les effets des changements climatiques.

Et pour terminer que chacun retienne comme le disait un proverbe indien « lorsque l’homme aura coupé le dernier arbre, pollué la dernière goutte d’eau, tué le dernier animal et pêché le dernier poisson, alors il se rendra compte que l’argent n’est pas comestible ».

Le Ministre de l’Eau et de l’Assainissement

Niouga Ambroise OUEDRAOGO
Officier de l’Ordre National

Vos commentaires

  • Le 22 mars à 14:13, par Mady En réponse à : Journée Mondiale de l’Eau 2020 : Message du ministre de l’Eau et de l’Assainissement

    Monsieur le Ministre de l’eau, permettez moi de dire que votre message est clair, limpide et propre.
    Comme vous l’avez si bien dit, disposer de l’eau est nécessaire pour lutter contre la propagation du coronavurus. Et c’est juste et exact. Seulement Monsieur le Ministre de l’eau, pendant que vous tenez un tel discours qui est conforme à celui du Chef de l’État, des agents de l’ONEA procèdent aux coupures d’eau et/ ou à l’enlèvement de compteur dans des familles. Comment peut- on se laver régulièrement les mains pour freiner la propagation du coronavirus, si on est privé d’eau. Je sais que peut être vous n’êtes pas au courant. Peut être aussi que l’ONEA n’a pas encore pris en compte cette urgence sanitaire qui nécessite que les citoyens puissent disposer de l’eau.
    Monsieur le Ministre de l’eau, l’eau a un coût et ne saurait être gratuite. Je refuse d’être un démagogue ou un populiste. Mais en attendant et pour notre santé collective, au regard de la propagation du coronavirus, qu’il vous plaise d’instruire l’ONEA pour qu’elle rende l’eau disponible pour tous les Burkinabé, le temps que nous ayons plus de lisibilité sur cette pandémie du cironavirus. En ces moments très difficile pour notre nation, personne ne doit être privée d’eau sous aucun prétexte. Donc, il est rationnel de faire sursoir les coupures d’eau, quel soit les raisons. Notre survie collective est plus importante que les impayés de certains abonnés de l’ONEA.
    Nous devons tous regarder dans la même direction en ces moments très difficiles.
    Prières recevoir, Mr. Le Ministre de l’eau ma considération distinguée.
    Que Dieu bénisse le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars à 21:47, par Mami En réponse à : Journée Mondiale de l’Eau 2020 : Message du ministre de l’Eau et de l’Assainissement

    Mr le ministre désolé pour vous , il y’a cinq mois de cela que j’ai payé pour branchement dans l’arrondissement 12 de Ouaga jusqu’à présent rien , on me chante chaque fois le manque de compteurs ; ouvrer bien les yeux avec votre DG de l’ONEA sinon c’est la catastrophe.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars à 11:18, par fatim En réponse à : Journée Mondiale de l’Eau 2020 : Message du ministre de l’Eau et de l’Assainissement

    Merci Mr le ministre pour le travail abattu par vous et votre ministères pour la disponibilité de l’eau à la population, mais force est de constater que dans ses moments difficiles pour le pays (cas de coronavirus) certains quartiers de Ouagadougou à l’occurrence ceux de tabtenga n’ont pas d’eau. Tous ceux qui sont situés derrières le cimetière n’ont pas d’eau depuis plus de deux semaines. Les femmes sont obligés de se lever à 2H du matin pour parcourir des kilomètres espérant avoir quelques bidons. Le seul châteaux d’eau de référence qui s’y trouve aussi n’arrive pas à couvrir la demande et est devenu un terrain de théâtre( elles s’insultent et se frappent à longueur de journée). Pire avec épidémie comment faire pour y remédier à la situation qui gagne d’avantage du terrain ? .

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Amnesty International interpelle les autorités sur les manquements des droits humains
Décès de KALWOULE OUALAMON MATHIEU : Faire-part & remerciements
Décès de Dr André BATIANA : Remerciements et faire part
Fermeture des lieux de réjouissance : « Je refuse de vendre mon corps pour de l’argent », déclare une serveuse
Ouagadougou : Un incendie fait des dégâts matériels dans un immeuble au centre-ville
Situation nationale : le RENLAC milite pour l’annulation ou à la suspension de l’IUTS.
Lutte contre le Covid-19 : l’Association Professionnelle des Sociétés d’Assurances du Burkina (APSAB) assure avec 50 millions de F CFA
In memoria : Tibila Mathurin NOUGTARA
Coronavirus : A Pazaani, les déplacés internes appliquent l’hygiène
Fermeture des marchés et yaars : Le Conseil national de l’économie informelle mobilise 122,25 tonnes de vivres pour soutenir ses militants touchés
Lutte contre le Covid-19 : Orca Deco offre du matériel médical au CHU de Tingandogo
Lutte contre le coronavirus : L’étudiant Issiaka Porgho fait don de 350 masques à ses camarades à Bobo-Dioulasso
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés