Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne vous laissez pas éteindre, vous ne savez pas pour qui vous êtes lumière. »  Igor Markvitch

Accord de retrait des troupes américaines de l’Afghanistan : Une belle leçon de règlement des insurrections terroristes

Accueil > Actualités > International • Une analyse de Siaka Coulibaly • lundi 2 mars 2020 à 22h00min
Accord de retrait des troupes américaines de l’Afghanistan : Une belle leçon de règlement des insurrections terroristes

Dans un délai de quatorze mois, les Etats Unis s’engagent à retirer toutes leurs troupes de l’Afghanistan. En contrepartie, les Talibans s’engagent à ne pas utiliser le territoire afghan comme base arrière pour des attaques contre un pays tiers. C’est la substance de l’accord signé ce samedi, 29 février 2020, par le gouvernement américain à Doha au Qatar.

Un accord de paix avec les Talibans d’Afghanistan s’il en est. Cet événement, d’aucuns le qualifient d’historique d’autant qu’il comporte des enseignements importants pour l’Afghanistan, et pour le reste du monde, en particulier les situations où des attaques terroristes ont lieu. D’autant que comme on le sait, l’Afghanistan est l’incubateur mondial du terrorisme où tous les cadres des mouvements terroristes agissant actuellement dans le monde ont fait leurs armes.

Cet accord devrait se traduire par la remise du pouvoir d’Etat aux Talibans, puisque ceux-ci contrôlent militairement 70% du territoire afghan. Les Talibans prendront le pouvoir à Kaboul dès les prochaines échéances électorales, qui pourraient d’ailleurs être précipitées. D’ores et déjà, l’accord qui vient d’être signé contraint les Talibans à prendre contact avec le gouvernement afghan actuel pour discuter de la forme du gouvernement futur.

Cet accord de sagesse vient aussi comme pour rappeler au reste du monde que la réponse armée, quelle que soit son ampleur, vient rarement à bout des insurrections armées de type terroriste. La principale raison est que ce type de mouvement, malgré son caractère criminel et illégal, provient généralement des gouvernances inefficaces qui créent des iniquités énormes, la pauvreté endémique et les frustrations au sein des populations. Autrement dit, la marginalisation des groupes, sur des bases, politiques ou ethnicistes, partout où elles se déroulent, finissent par générer des conflits le plus souvent violents.

Le coût de la réponse armée est généralement insupportable pour beaucoup de pays et de gouvernements, en plus des considérations liées aux contextes socio-politiques où se déroulent les mouvements terroristes. Il est officiellement déclaré qu’aucun cabinet n’est en mesure de calculer le coût de l’intervention armée américaine en Afghanistan, sans compter les pertes en vies humaines et la dispersion de la capacité de défense du pays intervenant.

Sans oublier que cette forme de réponse entraine des secousses politiques importantes dans les pays impliqués. En septembre 2019 en effet, le président américain Donald Trump avait dû se séparer de son conseiller à la sécurité John Bolton, un faucon de son régime, qui était farouchement opposé à la signature de l’accord avec les Talibans, alors que cela fait partie des engagements électoraux de l’actuel locataire de la Maison blanche.

Si dix-neuf ans après, les américains se rendent a l’évidence que cette intervention armée se révèle être une impasse pour les Etats Unis, il y a bien de quoi réfléchir à plusieurs fois avant d’engager ou de persister dans cette option dans les pays encore concernés par les insurrections terroristes. Pour rappel, avant les Etats Unis, l’Union soviétique avait déjà envahi ce même pays en 1979 et avait été contrainte, après l’échec militaire, de l’évacuer en 1989, soit dix ans après.

La signature de cet accord avec les Talibans représente certes une victoire des terroristes sur l’ordre institutionnel, mais elle émet aussi une conclusion capitale qui est que les voies politiques et pacifistes sont la meilleure solution aux crises socio-politiques, y compris celles avec des extensions terroristes. La force probante de la paix comme remède aux crises et au terrorisme, il faut le rappeler, se retrouvait déjà dans l’expérience algérienne, où la loi de concorde civile de juillet 1999 a mis fin à une décennie de violences généralisées.

L’évolution, au Burkina Faso, vers un processus de paix et de réconciliation, passant par l’organisation d’un dialogue national inclusif et profond, comme l’air du temps semble l’indiquer, reste une voie majeure de sortie de crise sécuritaire. C’est une question de développement politique, et la classe politique est en observation sur ce moment critique de l’histoire du Burkina Faso.

Siaka Coulibaly
Analyste politique

Vos commentaires

  • Le 3 mars à 01:04, par ILBOUDO En réponse à : Accord de retrait des troupes américaines de l’Afghanistan : Une belle leçon de règlement des insurrections terroristes

    Ne confondons pas les choses.Quel térroriste attaquait l’Afganistan avant que les américains ne viennent.
    Les USA ont envahi l’Afganistan pour leur imposé la démocratie.Quel est le résultat de cette démocratie imposé:ce n’est que désolation.
    Il y’a ce que nous voulons et il y’a aussi le décret d’Allah ;les américains ont échoués en Afganistan mais c’est la honte et au vu de tout le monde qu’ils ont été incapable c’est cela qui a retardé leurs départs sinon ils auraient quitté il y’a longtemps de çela.

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars à 10:35, par nopogo En réponse à : Accord de retrait des troupes américaines de l’Afghanistan : Une belle leçon de règlement des insurrections terroristes

    "La signature de cet accord avec les Talibans représente certes une victoire des terroristes sur l’ordre institutionnel, mais elle émet aussi une conclusion capitale qui est que les voies politiques et pacifistes sont la meilleure solution aux crises socio-politiques, y compris celles avec des extensions terroristes"
    Il est pas "certes" mais : triste, décourageant et intolérable de céder au terrorisme !
    Lors de la 2e guerre mondiale en Europe, l’idéologie nazie et terroriste (au bas mot = 50 millions de morts au total) a été combattue et vaincue au bout de 4 ans de résistance et d’opérations militaires...
    A méditer !

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars à 10:43, par Nabiiga En réponse à : Accord de retrait des troupes américaines de l’Afghanistan : Une belle leçon de règlement des insurrections terroristes

    Pas trop vite monsieur ilboudo. Les hostilités ont repris belle, 48 heures après la signature de l’accord. Lisez les actualités. Les Talibans demandent le relaxe de tous leurs prisonniers, le gouvernment afghan ne le vois pas dans comme cela, refuse donc de relaxer les prisonniers et voilà que les combats ont repris. N’gaw

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars à 11:24, par Peace En réponse à : Accord de retrait des troupes américaines de l’Afghanistan : Une belle leçon de règlement des insurrections terroristes

    Une belle analyse de le faso net.
    J’aimerai ajouter qu’au lendemain du 11 septembre 2001( attaques contre le world trade center de New-York ; du Pentagone a Washington.....), le Conseil de sécurité, des nations UNIES , adoptait la résolution 1368.
    Cette resolution reconnait " le droit inhérent à la légitime défense individuelle ou collective conformément à la Charte " et stipule que : " Le Conseil de sécurité appelle tous les États à travailler ensemble pour traduire en justice les auteurs, organisateurs et commanditaires de ces attaques terroristes et souligne que ceux qui portent la responsabilité d’aider, soutenir et héberger les auteurs, organisateurs et commanditaires de ces actes devront rendre des comptes ".
    La résolution 1368 autorise de facto les États-Unis à recourir à la force pour prévenir toute nouvelle menace et arrêter les auteurs et leurs complices, où qu’ils se trouvent, pour les traduire en justice.
    Le Conseil de sécurité assimile le terrorisme à un crime contre le droit international qui justifie l’usage de la force armée à des fins de police et de justice.
    Voici la justification de la presence militaire americaine en Afganistan.
    En conclusion, je partage cette analyse de le faso net et aussi cette decision de l’administration americaine sous le president Trump car comme l’a si bien dit le faso net : la réponse armée, quelle que soit son ampleur, vient rarement à bout des insurrections armées de type terroriste ; les voies politiques et pacifistes sont la meilleure solution aux crises socio-politiques, y compris celles avec des extensions terroristes.

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars à 15:58, par Loumbila En réponse à : Accord de retrait des troupes américaines de l’Afghanistan : Une belle leçon de règlement des insurrections terroristes

    Si les Americains pouvaient egalement se retirer de l’Afrique cela forcerait les Francais a se retirer et a nous lacher les baskettes parce que la France a elle seule ne peux maintenir ses positions en Afrique sans le soutient des Americains. D’ou le voyage de la ministre Francaise de la defense aux USA pour supplier les Americains de maintenir leurs troupes en Afrique. Alors que les Americians ont besoins de toutes leurs resources pour faire face a la Chine et la Russie. Donc petit a petit l’Afrique sera vraiment independante. Bravo Drump, continue sur ta lancée de retrait de troupesd’Afrique

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars à 16:26, par Burkinameilleur En réponse à : Accord de retrait des troupes américaines de l’Afghanistan : Une belle leçon de règlement des insurrections terroristes

    Mes chers c’est très simple : Observez vous bien au mali ?
    Depuis le départ pour KIDAL qui parle d’attaque encore ?
    Merci au faso.net pour cette belle analyse. Les armes n’ont jamais pu faire taire les armes.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mars à 13:20, par History En réponse à : Accord de retrait des troupes américaines de l’Afghanistan : Une belle leçon de règlement des insurrections terroristes

    Ces faits historiques ci-dessous expliquent aussi la presence de l’armee americaine en Afganistan.

    27/09/1996
    Prise de Kaboul par les taliban, qui s’emparent du pouvoir et le mollah Omar, chef charismatique, devient le chef de l’Etat.
    Mai 1997
    Le Pakistan reconnait officiellement le régime taliban. Il sera bientôt suivi par l’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis
    Juillet 1997
    Les forces de Massoud prennent le contrôle des zones au Nord de Kaboul
    Février 1998
    Ben Laden et certains extrémistes créent un " Front Islamique International contre les juifs et les croisés " dont la charte fondatrice précise les menaces contre les Etats-Unis
    Avril 1998
    Echec du processus de paix proposé par l’ONU
    7/08/1998
    A la date anniversaire du débarquement de l’amee américaine dans les pays du Golfe, deux attentats sont perpétrés contre les ambassades américaines de Tanzanie et du kenya. Ben Laden en est tenu responsable et devient l’ "ennemi public n°1" des USA.
    15/11/1999
    Après le retour de l’ONU en Afghanistan et le nouvel échec des négociations de paix, des sanctions financières sont votées par le conseil de sécurité de l’ONU. Une résolution donne aux taliban un mois pour extrader Oussama Ben Laden
    27/07/2000
    Le Mollah Omar decide de l’interdiction de produire du pavot en Afghanistan, ainsi que la destruction des récoltes.
    12/10/2000
    L’USS Cole est endommagé par un canot suicide dans le port d’Aden, au Yemen
    19/12/2000
    Le conseil de sécurité de l’ONU inflige de nouvelles sanctions aux taliban en raison de leur soutien au terrorisme
    26/02/2001
    Le Mollah Omar ordonne par décret la destruction de toutes les statues pré-islamiques, dont le bouddha de Bamiyan. Elles sont dynamitées le 9 mars, malgré les multiples protestations de la communauté internationale.
    9/09/2001
    Le commandant Massoud est victime d’un attentat suicide.
    11/09/2001
    Attentats aux Etats-Unis. Oussama Ben Laden, fondateur du réseau Al Qaeda basé en Afghanistan, est tenu pour responsable de ces actes. Le régime des taliban est alors la cible première des Etats-Unis dans leur lutte contre les réseaux terroristes.
    Octobre 2001
    Bombardements américains sur les principales villes talibanes et bases d’entrainement terroristes.
    Hiver 2001-2002
    Chute du régime Taliban. Mise en place d’un régimé de transition.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Coronavirus : L’ancien président tchadien Hissein Habré libéré pour 60 jours
Idriss Déby au front : Leçon de communication de guerre aux chefs d’Etat du Sahel
Lutte contre Boko Haram : L’armée tchadienne seule face à un destin commun
Législatives en Guinée : Le parti de Alpha Condé obtient 79 sièges sur 114 en jeu
Lutte contre le Covid-19 : « Le confinement n’est pas à l’ordre du jour au Bénin », selon le président Patrice Talon
Elections législatives au Mali : Le Covid-19 aura-t-il finalement eu raison ?
Enlèvement de Soumaïla Cissé : L’UPC témoigne sa solidarité à l’Union pour la république et la démocratie
Vatican : Le Pape François invite tous les chrétiens à une prière, ce vendredi 27 mars
Coronavirus : Macky Sall actionne la chaîne de solidarité au Sénégal
Lac Tchad : 92 militaires tués par Boko Haram
Guinée : Le forcing du professeur Condé
Covid-19 : Ces mesures radicales prises par la Chine
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés