Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens qui doutent d’eux-mêmes n’ont qu’un vide au centre d’eux-mêmes.» John Maxwell Coetzee

IUTS sur les indemnités et primes : Ablassé Ouédraogo exhorte le pouvoir à revoir sa copie

Accueil > Actualités > Opinions • Déclaration • lundi 2 mars 2020 à 12h15min
IUTS sur les indemnités et primes : Ablassé Ouédraogo exhorte le pouvoir à revoir sa copie

Jugeant l’application de l’IUTS inopportune dans le contexte actuel du pays, Dr Ablassé Ouédraogo, président de Le Faso Autrement, appelle le pouvoir en place à ne pas conduire le pays dans une impasse en s’entêtant avec l’ITUS.

Nos ancêtres ont coutume de dire que « TAAK TOUM TAAK YA WAMPESSE ». Dans un français facile, cet adage peut se traduire par « A FORCE DE SE TIRAILLER, ON FINIT PAR BRISER LA CALEBASSE ».

L’histoire est construite de faits têtus et malheureusement les êtres humains et surtout les décideurs du moment s’inspirent difficilement des expériences vécues par leurs semblables. L’on a tendance à répéter les mêmes erreurs, avant de se mordre les doigts et regretter amèrement quand il est trop tard.
La mise en œuvre de la loi des Finances 2020 et son volet sur l’IUTS constitue un exemple type de l‘entêtement du pouvoir actuel à refuser d’aller, contre vents et marées, dans la dynamique de la satisfaction des aspirations de la population burkinabè, et tout particulièrement de ses segments des secteurs public, para public et privé.

Même si le Président par intérim du parti au pouvoir, le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) estime que, le gouvernement rétablit ainsi une justice sociale par une juste répartition de la fiscalité sur les primes et indemnités servies à tous les travailleurs des secteurs public, para public et privé, il est clair que la situation de crise multidimensionnelle jamais égalée que nous vivons au Burkina Faso sous le régime MPP, ne saurait être favorable pour poser un tel acte, tant la pauvreté économique que vivent les populations est devenue insupportable et intenable. C’est une réalité qui confirme que le pays va mal et même très mal.

Cette situation, volatile et dangereuse, dans laquelle l’application de l’IUTS, cet impôt, qui s’ajoute à d’autres taxes et impôts déjà en application, et qui fâche les travailleurs, pourrait conduire très vite notre pays dans l’impasse.

Le Burkina Faso, déjà confronté à de nombreuses difficultés au nombre desquelles, l’insécurité en recrudescence, la pauvreté économique, le manque d’autorité de l’Etat, l’incivisme, la corruption et j’en passe, vit une crise humanitaire croissante se traduisant par l’enregistrement de près d’un million de personnes déplacées internes et de plus de deux millions de personnes dans l’urgence humanitaire, qui ont besoin de solidarité, de fraternité et d’assistance de la part de leurs frères et sœurs agents salariés des secteurs public, para-public et privé.

Malheureusement, ceux-ci étouffent déjà sous le poids des taxes et des impôts et des effets de la hausse du coût de la vie.

C’est compte-tenu de ce contexte dangereux et inquiétant, que le Parti Le Faso Autrement lance un appel à Son Excellence Monsieur le Président Roch Marc Christian KABORE et son gouvernement, à revoir leur copie et immédiatement reprendre langue avec les travailleurs pour une négociation apaisée et responsable, tant le moment est mal choisi pour étendre l’application l’IUTS aux indemnités et primes des agents du public.

Cette décision du gouvernement relative à l’extension de l’IUTS, est certainement inopportune et l’entêtement à poursuivre dans cette voie visiblement sans une issue heureuse, pourrait conduire inexorablement le Burkina Faso dans une situation sociale dont les conséquences seront indubitablement fâcheuses et déplorables pour tous.

Dans l’histoire de la Haute Volta et du Burkina Faso, les régimes comme ceux de Maurice YAMEOGO, Sangoulé LAMIZANA, Thomas SANKARA et Blaise COMPAORE ont vécu des contextes similaires, et ont vite et bien appris, chacun à ses dépens, que l’entêtement est une erreur toujours fatale quel que soit son objet.

De ce qui précède, il est raisonnable, dans l’intérêt général. D’initier immédiatement un dialogue entre le gouvernement et les travailleurs afin de trouver une solution pertinente et supportable pour maintenir la paix sociale dans notre pays déjà confronté aux affres du terrorisme.

C’est la seule issue viable pour sauver le Burkina Faso du péril qu’il court.
« Rien n’arrête une idée arrivée à son heure ».

Le Président, Dr Ablassé OUEDRAOGO
Commandeur de l’Ordre National

Vos commentaires

  • Le 2 mars à 14:12, par Kôrô Yamyélé En réponse à : IUTS sur les indemnités et primes : Ablassé Ouédraogo exhorte le pouvoir à revoir sa copie

    - Dr Ablassé, laisse-les divaguer ! Laisse-les continuer dans vos brouhahas hâbleurs alors que Corona- Virus ou Covid 19 est entrain de se répandre !

    Quelles mesures sont prises pour que nos fameux médecins bavards devant les micros se préparent au lieu de passer le temps à nous donner la frousse en récitant par cœur leurs leçons de médecine générales sur les maladies ?? Moi Kôrô Yamyélé je contribue en disant :

    1/- S’approvisionner en dispositifs médicaux d’assistance respiratoire comme l’a recommandé avec insistance l’OMS : ‘’Tous les pays devraient s’équiper en oxymètre de pouls et en appareils d’assistance respiratoire’’, en estimant qu’il s’agissait d’un ‘’Outil important pour le traitement des patients atteints de la forme sévère de Covid-19’’,

    2/- Se préparer à faire des interventions rapides du type ‘’Interventions pour la protection pulmonaire via des stratégies ventilatoires’’ puisque selon l’OMS le taux de mortalité semble se situer entre 2 à 5%. L’OMS signale que le taux de mortalité parmi les patients dans un état critique s’élève en revanche à plus de 50%, si jamais ces interventions rapides ne sont pas faites à temps,

    A cause de cette maladie, des perturbations sont en cours dans le mode et voici ce que Kôrô Yamyélé vous donne comme informations :

    - Le Grand Prix Moto du Qatar, prévu le 8 mars a été annulé comme l’a annoncé dimanche passé la Fédération internationale de motocyclisme
    - Le Grand Prix Moto de Thaïlande, prévu le 22 mars a été reporté
    - L’Arabie Saoudite a annulé le petit Pèlerinage ou ’’Sunna’’ prévu pour bientôt ainsi que toutes les visites touristiques de la Grande Mosquée de la Mecques,
    Etc.

    Pendant ce temps ici, nos autorités préfèrent perdre le temps dans les provocations inutiles des syndicats !! Voyez comment ces gens se préoccupent de leurs citoyens !

    Conclusion : Bien fait pour nos gueules et ça nous apprendra à les voter encore ou à voter contre une miche de pain !!!

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 2 mars à 14:52, par TRAORE En réponse à : IUTS sur les indemnités et primes : Ablassé Ouédraogo exhorte le pouvoir à revoir sa copie

    Monsieur Ablasso, vous êtes en train de mélanger les pédales dans vos analyses que je qualifie de stériles. Nous les syndicaliste n’avons rien à voir avec vos querelles politiques. L’objectif de notre lutte est d’amener le gouvernement à revoir sa copie et non pour mettre le pays en péril comme vous imaginez. Nous ne sommes plus dans les années 1966, encore moins en 2014 où le peuple tout entier avait soif d’une alternance et non un pouvoir à vie. Donc ne confondez pas les choses. Bien à vous. J’étais de passage.

    Répondre à ce message

  • Le 2 mars à 15:53, par desperado En réponse à : IUTS sur les indemnités et primes : Ablassé Ouédraogo exhorte le pouvoir à revoir sa copie

    bonjour excellence
    ....donc il est normal de reculer et de toujours COUPER dans le salaire du privé...
    Ces travailleurs du privé qui semblent être les etc..après les uns et les autres...
    Supprimer cet IUTS dans le privé pour une justice dans ce pays....Ne fabriquer pas des sous burkinabé dans notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 2 mars à 17:44, par Manel En réponse à : IUTS sur les indemnités et primes : Ablassé Ouédraogo exhorte le pouvoir à revoir sa copie

    Bonjour
    Ce qui me choque chez ce Docteur, c’est sa mauvaise foi et son manque de sérieux : La loi a été votée à l’assemblée où son unique député soutient le pouvoir MPP, alors que recherche ce Mr ?
    Et puis je souhaite que le pouvoir MPP juge de la pertinence de cette mesure car ce pays est devenu difficile à gérer.
    L’assemblée nationale est censée représenter tout le monde,si c’est pas le cas nous ne sommes plus dans un état de droit.
    Les fonctionnaires appellent chaque jour à respecter les textes et les lois, mais seulement les textes et les lois qui leur sont favorables, c’est ça la réalité.
    Maintenant est on en droit de le dire sans que les tenants de la vérité ne vous tombent dessus ?

    Répondre à ce message

  • Le 2 mars à 18:32, par Volontaire En réponse à : IUTS sur les indemnités et primes : Ablassé Ouédraogo exhorte le pouvoir à revoir sa copie

    Docteur, et si vous laissez les syndicats faire leur palabre !!!!
    Si’il devrait avoir une insurrection sur l’affaire "IUTS", ça devrait être d’abord dirigé contre vous les politiciens et vos députés. Vous ne pouvez pas dire (en tant que politicien aspirant diriger ce pays) que vous ignoriez la revendication juste des travailleurs (qui est la suppression de l’IUTS au niveau du privé). Et malgré cela, sur vos ordres, vos députés ont voté la loi de finances mettant ainsi à la disposition du gouvernement la hache pour abattre les salariés. Vous pourriez m’opposer la loi de la minorité à l’assemblée (encore que votre député est de la majorité) peut être mais il aurait été plus responsable et logique de donner publiquement de la voix au moment du vote de la loi.Venir aujourd’hui s’offusquer de l’application semble être à mon avis une recuperation maladroite qui pue la mauvaise foi.

    Répondre à ce message

  • Le 2 mars à 18:55, par Lom-Lom En réponse à : IUTS sur les indemnités et primes : Ablassé Ouédraogo exhorte le pouvoir à revoir sa copie

    Une fois de plus, je suis au regret de considérer que Mr Ablassé est de mauvaise foi ! Personne ne peut malheureusement défendre cette idée qu’il y a une première des Burkinabè (salariés du public) et une autre catégorie de Burkinabè de seconde zone que l’on peut aisément sucer pour engraisser ceux de la première catégorie. Certainement que les Bailleurs de Fonds se rient de nous en ce moment car on ne peut pas comprendre qu’ils prennent de l’argent des contribuables de chez eux pour venir financer des pays où les plus nantis refusent de payer les impôts ! Quelle bêtise !

    Répondre à ce message

  • Le 5 mars à 21:58, par Séraphin Pierre En réponse à : IUTS sur les indemnités et primes : Ablassé Ouédraogo exhorte le pouvoir à revoir sa copie

    Ablasse aussi. Il ne manque pas d’occasion pour se montrer ridicule.

    Il faut prendre ta retraite politique pendant que tu as toujours un député à l’AN

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Don d’ordinateurs à l’Assemblée nationale par la Chine : Un cadeau empoisonné, selon un citoyen
Différence entre ‘’soumission’’ et ‘’être attentionné’’ : Des éclairages dans ce texte
Violences conjugales : Des hommes aussi en sont des victimes
Année scolaire 2019 - 2020 : L’Etat est maître du calendrier scolaire
Conte : Le tueur invisible
Décès de la députée Marie Rose Compaoré : Sidiki Aboubacar Wendin Zerbo analyse le système administratif et managérial burkinabè
Décrets signés par le Premier Ministre : Des actes dépourvus de fondement politique et de base légale !
Député Compaoré, décédée de covid-19 ou pas, cela ne saurait nier l’existence de la pandémie au Burkina Faso !
Différend entre juges et l’État central : Un citoyen appelle à une nouvelle législation sur les avantages accordés aux magistrats
Covid-19 et échéances électorales : « Techniquement, le droit offre la possibilité de repousser les élections de quatre mois », Guetwendé Gilles Sawadogo
Situation nationale : « Dans le paysage politique actuel, il n’y a pas un qui fera mieux que Roch », pense Lébouré Crépin Zanzé, expert en communication et sécurité
Covid-19 : Faire contre mauvaise fortune bon cœur…
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés