Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le capital est seulement le fruit du travail et il n’aurait jamais pu exister si le travail n’avait tout d’abord existé.» Abraham Lincoln

Dédicace de « Effroyable destin » d’Esaïe Kambiré : Une œuvre qui évoque les dérives de la culture Lobi

Accueil > En librairie • LEFASO.NET • dimanche 1er mars 2020 à 00h00min
Dédicace de « Effroyable destin » d’Esaïe Kambiré : Une œuvre qui évoque les dérives de la culture Lobi

L’inspecteur du trésor, Esaïe Kambiré a dédicacé, le samedi 29 février 2020, son roman titré « Effroyable destin ». Un essai de six chapitres qui évoque les aventures de la culture Lobi, à la rencontre d’autres cultures, particulièrement occidentales. La culture Lobi, à la croisée des chemins, doit séparer l’ivraie du bon grain, foi de l’auteur.

Il n’y a pas meilleure occasion que le « weekend de danse traditionnelle lobi », pour dédicacer cet ouvrage « Effroyable destin ». Un évènement annuel, qui rassemble filles et fils lobi à Ouagadougou, pour promouvoir la culture traditionnelle lobi, de laquelle l’ouvrage « Effroyable destin » tire toute sa légitimité. C’est à cette occasion que l’auteur choisit de dédicacer son ouvrage « Effroyable destin », paru aux Editions L’Harmattan, représentée à la dédicace par l’ex-ministre burkinabè de la culture, Baba Hama. Dans cet ouvrage, ce sont principalement des évènements douloureux, rencontrés dans la culture lobi (un peuple du Sud-ouest du Burkina Faso), que l’auteur évoque à travers les six chapitres de l’ouvrage, « Djôbifurôté », « Le Khel », « La Vendetta », « L’homme Blanc », « Le Contact » et « Nôkôè ».

L’œuvre traite de la vengeance en pays lobi et ses conséquences. En pays lobi lorsqu’une personne tue le frère d’une autre, les familles respectives deviennent des bourreaux. La victime cherche à endeuiller aussi l’autre et le scénario continue mettant les deux familles dans un cercle vicieux. Dans le premier chapitre de l’ouvrage, Djôbifurôté pour venger la mort de son oncle Honfuté, tué par trois jeunes gens du village de Kpoori, se rendra dans le dit village où il sèmera la désolation.

Cependant, il ne retournera pas en vie à « Dan-paa » son village. Son frère Filkoté, veut à son tour venger la mort de Djôbifurôté ; cette fois-ci, les hommes en âge de combattre s’organiseront pour aller ensemble créer la désolation…les morts s’enchainent de part et d’autres, puis une vengeance entrainant encore une autre et l’on s’attarde dans un cercle vicieux.

Ceci, pour l’auteur, représente un handicap pour le développement du peuple lobi. L’œuvre incite donc à l’abandon de cette pratique pour se tourner véritable vers le développement et laisser à la justice ce travail de règlement des comptes, qui s’aura rendre la mesure qui sied, sans séquelles.

Auteur de l’oeuvre Effroyable destin

L’œuvre se veut aussi promotrice de la culture lobi. Pour l’auteur, en feuilletant les pages de cet ouvrage l’on découvre le lobi et sa culture, qui au-delà des préjugés et de quelques vices, comporte une richesse inestimable. « Par rapport aux autres aspects du livre, vous verrez que le lobi préserve certaines traditions qui sont son essence même et ne peut, ni ne doit s’en défaire. Le respect de la femme, la joie d’un bébé dans la famille, la solidarité, l’intégrité, la loyauté, la maitrise de soi… sont autant de valeurs que le roman fait ressortir » explique Esaïe Kambiré.

Il ajoute que c’est une œuvre scientifique qui s’est inspirée de thèses de doctorat et narrée par une femme. La narration de la femme vient du fait que l’auteur détient, une grande partie de l’histoire de son peuple, de sa mère, qui ne se lasse guère de raconter cette culture à tout bout de champ.

Dans l’œuvre il y a la culture lobi, mais aussi la culture occidentale qui essaie de s’intégrer. Et l’auteur préconise d’utiliser cette culture occidentale pour promouvoir la culture lobi. Ainsi interroge-t-il : « le lobi ne peut vivre en autarcie mais comment le lobi moderne pourra-t-il concilier sa tradition et son ouverture au monde des blancs sans heurter les recommandations des ancêtres ? »

C’est le premier ouvrage de Esaïe Kambiré, qui ne compte pas s’arrêter là. D’autres projets en gestation fondent l’espoir de l’auteur, qui attend de tout cœur que ce premier ouvrage rencontre un succès éclatant. Un coup d’essai, qui se veut un coup de maître par le désir qu’il donne d’abuser des lignes du livre.

KAMBIRE Esaïe est né à Abidjan en Côte d’Ivoire où il fit ses études primaires. Il obtient son certificat d’étude primaire à Gaoua et y poursuit le secondaire au Lycée Municipal de Gaoua. Il est juriste de formation et aujourd’hui inspecteur des Impôts.

Etienne Lankoandé
Lefaso.net

Portfolio

Vos commentaires

  • Le 3 mars à 03:04, par Mechtilde Guirma En réponse à : Dédicace de « Effroyable destin » d’Esaïe Kambiré : Une œuvre qui évoque les dérives de la culture Lobi

    Toutes mes félicitations Mr. Kambiré Esaïe. Vous avez décrit le lobi typique avec ses qualités mais qui surpassent bel et bien les dérives. C’est ce lobi là que ma mère me décrivait relatant son heureux séjour au pays lobi (Lobi-Gaoua et Kampti) avec mon père. Quand elle évoquait ces souvenirs avec exaltation, elle disait concernant les Lobi : « Ya raopa (ce sont des braves), il ne faut pas seulement les offenser. Cependant c’est de juste guerre, car chez les mossé aussi il arrive qu’on trouve de telles dérives comme on en aussi les qualités. D’ailleurs les lobis nous considéraient comme des parents ». Et nous étions content(e)s d’apprendre des nouvelles d’autres Peuples.

    À celui-là donc qui passe son temps à traîner les Mossé dans la boue et dans le forum, comme au temps de Sankara, qu’il modère son langage et fasse son examen de conscience pour voir si ce n’est pas par dépit de n’avoir pas pu bénéficier d’un service trop exigent d’un ou d’une Mossi(e).

    Que Dieu nous bénisse tous y compris les esclaves et les bêtes de sommes que nous les Mossé avons trouvé sur place ici.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Harcèlement en milieu scolaire : Quand un enseignant résiste à « L »
Epopée de Naaba Wobgo : Le devoir de mémoire de Dr Lassina Simporé
Monde des affaires : Mathieu Hien propose un guide pour protéger la propriété intellectuelle
Sécurité : Le député Maxime Koné publie « Chronique sécuritaire 2019 au Burkina »
Littérature chrétienne : « Mon Dieu pourvoit à tous mes besoins », le nouvel ouvrage du pasteur Mamadou Karambiri
Ecole d’apprentissage des parents (EAP) : Pasteur Henri Yé propose un guide pour « former les responsables de demain »
Littérature : Le religieux philosophe Pierre Ouattara présente son nouveau livre sur l’éthique de la foi et la politique
Essai : Wendinminté Ouédraogo retrace le Burkina de 2009 à 2015
Lu pour vu : "Le Salaire du mensonge", de Aboudou Sawadogo,
Les Béatitudes, chemin de renaissance
Lu pour vous : « Etre une espérance » du Père François Kientega
UEMOA : Dr Vincent Zoma dédicace son livre sur le transport et l’intégration régionale
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés