Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens qui doutent d’eux-mêmes n’ont qu’un vide au centre d’eux-mêmes.» John Maxwell Coetzee

Sur la Révolution Démocratique et Populaire (RDP) burkinabè : M.TRAORE Mélégué, ambassadeur de Moscou et Washington !

Accueil > Actualités > Opinions • Une opinion de Kwesi Debrsèoyir Christophe DABIRE • dimanche 1er mars 2020 à 00h55min
Sur la Révolution Démocratique et Populaire (RDP) burkinabè : M.TRAORE Mélégué, ambassadeur de Moscou et Washington !

Dans une interview accordée au Faso.net, l’ambassadeur Mélégué Traoré, racontant ses souvenirs a affirmé que les responsables politiques soviétiques de l’époque ne considéraient pas la Révolution démocratique et populaire (RDP) comme une vraie révolution parce qu’elle était dirigée par des militaires. D’où la présente réaction du philosophe Kwesi Debrsèoyir Christophe DABIRE.

Non, il n’y a pas d’erreur dans le titre : M. Traoré qui est burkinabè était bien plutôt ambassadeur et diplomate du Burkina dans les ex-pays socialistes et aux Etats-Unis. Mais dans sa récente interview, et sur ce seul point précis de la RDP, il ne parle que du point de vue du Kremlin et de ses connaissances progressistes américaines, qu’il ne remet jamais en question, à la fois en tant que représentant du Burkina d’alors, citoyen burkinabè et intellectuel.

Sans aucun doute, il épouse même ce point de vue étranger sur la RDP, et le présente passivement comme argent (argument) comptant, une parole d’évangile allant tout bonnement de soi. De ce point de vue étranger, il s’en fait l’ambassadeur, le représentant, le porte-parole complaisant, sans distance (« Je me le suis tenu pour dit », comme s’il n’y avait rien à y redire !). Voilà qui exige et justifie une réaction…

Le passage sur la RDP dans l’interview fait, il est vrai, suite à des faits divers « diplomatiques » racontés, plus ou moins amusants, qui n’ont donc pas la même profondeur, le même intérêt, et le même sérieux que le sujet de cette RDP burkinabè ; laquelle est tout de même jugée et confrontée sans esprit critique à sa légitimité révolutionnaire et communiste (était-elle vraiment révolutionnaire et communiste ou socialiste ?).

C’est cette RDP tournée en dérision sans aucun recul du diplomate Traoré qui ne fait pas rire. Aussi la présente réaction publique, qui n’est évidemment pas une « réponse » à l’ensemble de l’interview, est-elle provoquée par ces légèreté et naïveté intellectuelles et historiques sur un mouvement tout aussi intellectuel, politique et historique qu’était la RDP, indépendamment de la question de savoir si l’on est (était) pour ou contre. Une chose est sûre : que l’on soit (fût) pour ou contre, la RDP burkinabè n’est pas un fait divers !

Légèreté et naïveté intellectuelles sur la révolution, le communisme ou le socialisme dont le moins qu’un intellectuel doit savoir est que, d’une part, leurs politiques sont diverses, divergentes, moins monolithiques et uniformes que l’ennemi d’en face, le capitalisme (la IIe Internationale s’est, par exemple, créée et effondrée sur ces divergences entre socialistes) ; et que, d’autre part, leur philosophie, le marxisme-léninisme, est en constant renouvellement, hier comme aujourd’hui, malgré le désastre politique. Une pensée communiste et révolutionnaire subsiste et résiste aujourd’hui, qu’on aurait du mal à ridiculiser pour la sous-estimer. C’est précisément depuis cette pensée encore vivante que je réagis ici, sans que cela soit en son nom : on doit aussi parler un peu plus sérieusement des choses sérieuses…

Si l’on sait un minimum de tout cela, quoi d’étonnant à ce que des Gorbatchev et des Américains même extrême-gauchistes ne se reconnaissent pas dans une RDP burkinabè dont on doute fort qu’ils la connussent ? Des gauchistes américains qui, prétendument plus orthodoxes que des révolutionnaires burkinabè de la RDP, regardent aujourd’hui triompher sous leurs yeux le national-trumpisme : quelle « vraie » révolution digne du marxisme-léninisme et du communisme nous proposent-ils encore là-bas aux USA ?

Le jugement d’un Gorbatchev sur la RDP que M.Traoré impose comme un diktat sans contre-jugement (Gorbatchev a dit, donc c’est vrai !) au lecteur imprudent et non intellectuellement outillé ne peut pas davantage que celui des extrêmes-gauchistes américains avoir force de dissuasion et de conviction : d’une part, lesdits prétendus authentiques révolutions et communismes se sont effondrés, l’URSS en tête, preuve que l’orthodoxie est un mythe qui ne garantit aucune révolution dans son communisme ; d’autre part, lui-même Gorbatchev était en train d’infléchir et réformer l’orthodoxie communiste après Staline, Khrouchtchev et Brejnev, ce qui prouve que l’orthodoxie est paradoxalement ce qui tue la révolution et le socialisme (l’URSS et ses satellites socialistes est-européens), alors que des formes nouvelles et étrangères les font résister et perdurer (Chine, Corée du Nord, Cuba)…

Le recul critique que le lecteur pouvait attendre de l’intellectuel Traoré Mélégué par rapport à ces jugements portés sur la RDP de l’extérieur consistait aussi à rappeler que le Burkina et sa RDP représentaient et condensaient au contraire, à l’époque et en miniature, toute l’histoire de la politique et de la philosophie révolutionnaire et communiste car, adversaires et partisans de la RDP ne parlaient pas d’autre chose que du communisme et de la révolution. Les discussions et débats contradictoires qui étaient houleux et de haut niveau intellectuel jamais égalé au Burkina tournaient autour du communisme et de la théorie révolutionnaire, sur le campus de l’UO et en dehors : CDR et partisans de la RDP vs ANEB/PCRV… M. Traoré était sans doute hors du Burkina à l’époque pour ne pas pouvoir en témoigner…

La question de l’orthodoxie révolutionnaire est celle des critères d’une supposée « vraie » révolution, du sujet de la révolution ( « qui » doit faire et/ou diriger la révolution pour qu’elle soit dite communiste : ouvriers ? Paysans ? une classe, et laquelle ?), celle des conditions d’avènement de la révolution (quand, quel est le bon moment ?) Là encore, je soutiens qu’il y a légèreté et naïveté intellectuelles et historiques à affirmer que « depuis Lénine à partir des années 1917 », la révolution soviétique « avait comme base le prolétariat industriel » (1), et que la RDP (le CNR) était dirigée par des militaires (2) :
1) Le 16 janvier 1923, Lénine répondait ceci contre Soukhanov, et contre « tous les héros de la IIe Internationale », « incroyablement poltrons…dès qu’il s’agit de s’écarter aussi peu que ce soit du modèle allemand », qui ressassent la thèse selon laquelle « la Russie n’a pas atteint le degré de développement des forces productives qui rend possible le socialisme » (autrement dit, elle ne remplirait pas selon eux les conditions de la « vraie » révolution) :

« Oui, mais que faire si un singulier concours de circonstances a entraîné la Russie tout d’abord dans la guerre impérialiste mondiale, où étaient engagés tous les pays d’Europe occidentale jouissant d’une quelconque influence, et si, de ce fait, son évolution a dû se faire à la limite des révolutions naissantes et des révolutions déjà partiellement commencées de l’Orient, dans des conditions où nous pouvions réaliser précisément cette union de la ‘guerre paysanne’ et du mouvement ouvrier, qu’un ‘marxiste’ tel que Marx considérait en 1856 comme une des perspectives possibles pour la Prusse ? ».

Autrement dit, la révolution se fait avec les forces (hommes) du moment (union des ouvriers et des paysans), et ses conditions ne sont pas déjà là, données d’avance, mais à créer.

2) Parmi les militaires il y avait des intellectuels, dont le premier était sans doute Thomas Sankara qui n’avait rien à envier à des diplômés incultes. « Militaire » et « intellectuel » sont des fonctions, pas des classes, mais peuvent sortir de leur fonction ou ordre pour embrasser une classe ; en quoi d’une part chaque classe a ses « intellectuels » (Marx), comme chaque Etat ses « fonctionnaires » (Hegel), en précisant néanmoins, contre Hegel, que tout « fonctionnaire » n’est pas un « intellectuel » :

En quoi donc, d’autre part, sont « révolutionnaires », dit Lénine en 1902, « les hommes dont la profession est l’action révolutionnaire » et entre lesquels « doit absolument s’effacer toute distinction entre ouvriers et intellectuels, et à plus forte raison entre les diverses professions des uns et des autres ». C’est pourquoi, remarque encore Lénine en 1907, si en 1887 « Engels était sous l’impression de la lutte révolutionnaire menée par la Narodnaïa Volia et fondait des espérances sur les officiers de l’armée, il ne voyait pas encore l’esprit révolutionnaire du soldat et du matelot russes, qui s’est manifesté avec tant d’éclat dix-huit ans plus tard », lors de la révolution de 1905.

La Narodnaïa Volia (Volonté du peuple) était une organisation populiste et terroriste contre le pouvoir impérial du tsar, qui a conduit, comme d’autres organisations populistes avant elle, à la révolution bolchévique (à ne pas confondre avec le populisme libéral et petit-bourgeois critiqué par Lénine, son propre frère aîné militant populiste étant mort pendu suite à l’échec d’un attentat contre l’empereur Alexandre III ; ni confondre le terrorisme révolutionnaire d’alors avec celui que nous connaissons aujourd’hui sous le (faux) nom de « jihadisme »)…

Voici donc des militaires capables d’ « esprit révolutionnaire » ! mais si, pour de vrai, l’on ne regarde pas les simples uniformes et treillis des capitaines d’alors, ceux qui dirigeaient véritablement la RDP étaient des intellectuels rompus aux courants divergents d’idées marxistes-léninistes et révolutionnaires, et familiers des débats internes à la théorie et à la politique communistes ou socialistes (le CNR était, on le sait, dirigé et animé par plusieurs courants divergents, ULC-R, PAI, LIPAD…, ce qui n’a pas manqué aussi de le faire imploser de l’intérieur : Sankara est mort avec des hommes qui n’étaient pas seulement physiquement à ses côtés, avec lui, mais aussi intellectuellement et idéologiquement en accord avec lui !) : Les Valère Somé, Adama Touré, Patrice Zagré (paix à leurs âmes), Etienne Traoré, Basile Guissou, etc., etc. n’étaient pas des militaires, mais ont dirigé le Burkina révolutionnaire, qu’ils fissent partie ou non du CNR

Tout cela, le vieux Goin Mèlguè le sait (il doit le savoir, du moins, et le faire savoir au lecteur non informé), mais se contente de se tenir pour dit ce que lui dit un Gorbatchev qui était sans doute un vrai socialiste soviétique, et le président d’une grande puissance socialiste, mais pas une référence intellectuelle en matière de philosophie marxiste-léniniste pour donner des leçons de théorie révolutionnaire à de tels intellectuels, seraient-ils africains et burkinabè (il ne faut pas se mépriser à ce point) : Mèlguè sous-estime ainsi ses collègues burkinabè et lui-même, en faisant preuve d’une politesse d’esclave intellectuel devant un Gorbatchev qui dirigeait une URSS communiste sans remarquer lui-même qu’il n’était pas un…prolétaire (fils de paysan tout au moins) !

C’est à ces intellectuels burkinabè comme lui que Mèlguè devait dans son interview rendre hommage (c’était aussi cela, représenter son pays à l’étranger), et témoigner plus de respect et d’humilité au lieu de les tourner en dérision, en les passant sous silence, comme s’il n’y avait alors que les CDR et un CNR anonyme et inculte pour diriger la RDP :
« Les dirigeants à Moscou ont toujours considéré que chez nous, le CNR était un régime militaire progressiste à l’africaine, favorable aux pays de l’Est, aux pays communistes et à l’Union soviétique. Mais ils ne l’ont jamais considérée comme une vraie révolution. Evidemment, ici notre gouvernement et les CDR (Comités de défense de la révolution) ne savaient pas cela. Mais comment le leur dire à l’époque sans avoir des problèmes ? »

Il n’était tout simplement pas important qu’ils le sachent, et pas important non plus que nous le sachions aujourd’hui : ce que nous savons en revanche, c’est que ce n’est pas à l’Union Soviétique de Gorbatchev que le CNR et la RDP ont emprunté l’essentiel de leur orientation révolutionnaire, mais à Cuba de Castro (CDR, la devise « La patrie ou la mort, nous vaincrons ! », viennent de là).

Le choix délibéré d’une révolution qui ne fut pas européenne, impérialiste, condescendante et chauvine (« le socialisme dans un seul pays » de Staline) était clair : une révolution résolument tiers-mondiste (avant d’être panafricaniste puisque, n’en déplaise aux gros contresens du moment, cette révolution venait diviser l’Afrique en deux camps, celui majoritaire des dirigeants qui ne voulaient pas se libérer enfin, et le camp très minoritaire et dangereusement exposé des progressistes pour la liberté : Sankara a précisément payé de ceci, qu’il n’y avait pas le « pan » d’un panafricanisme, du fait du désordre des révolutionnaires qui dérangeaient, à leur péril, l’ordre néocolonial et impérialiste) …

En résumé, écoutons Lénine en 1899 : « Nous pensons que les socialistes russes surtout doivent absolument développer par eux-mêmes la théorie de Marx, car celle-ci ne donne que des principes directeurs généraux qui s’appliquent dans chaque cas particulier, à l’Angleterre autrement qu’à la France, à la France autrement qu’à l’Allemagne, à l’Allemagne autrement qu’à la Russie » : Donc, aussi, autrement au Burkina Faso qu’à la Chine, à l’URSS et aux autres…

Kwesi Debrsèoyir Christophe DABIRE

Vos commentaires

  • Le 29 février à 17:58, par Tilaï En réponse à : Sur la Révolution Démocratique et Populaire (RDP) burkinabè : M.TRAORE Mélégué, ambassadeur de Moscou et Washington !

    Je suis totalement soulagé après lecture de cette "mise au point"...
    M. Dabiré, ne demandons pas un tel courage à Mélégué : contredire le Président russe par une quelconque analyse !...
    D’ailleurs, s’il avait ce courage, il allait quitter le navire CDP après ces multiples humiliations dont il a fait l’objet.
    Dieu te bénisse Kwesi. Dieu bénisse le Burkina !

    Répondre à ce message

  • Le 29 février à 18:17, par Momo En réponse à : Sur la Révolution Démocratique et Populaire (RDP) burkinabè : M.TRAORE Mélégué, ambassadeur de Moscou et Washington !

    Cher intellectuel,
    Les reproches faciles font déserter les forums (ou fora) de discussion en plus de la censure des webmestres. Cher intellectuel, vous êtes le premier à vous insurger quand vos propos sont tronqués ou cités hors contexte. Monsieur l’Ambassadeur donne une appréciation d’un dirigeant étranger auprès de qui il est accrédité. C’est un fait politique, un fait historique... un témoignage donc une source de première main. N’en déplaise aux idéologues de tous poils, il n’a pas à se muer en analyste politique et vous confère plutôt ce droit, vous qui avez fait de la pensée critique votre lot quotidien. Le ton badin peut vous heurter mais souffrez que nous n’avons pas tous à prendre de la solennité pour parler des vaches sacrées. Il fait preuve de pédagogie et c’est très bien apprécié dans la presse (vulgarisation). Ne confondons pas les espaces pour étriller les uns et les autres. Nos revues, ouvrages savants sont là pour cela. Souffrons plutôt de lire des témoignages et encourageons les expressions plurielles sur les faits historiques, politiques, de société... en attendant les écrits des acteurs de premier plan.
    Le BF se portera mieux car tout sera dans l’espace public et nous évitera des bombes à retardement du fait de la pensée unique.

    Répondre à ce message

  • Le 29 février à 19:14, par Zimm En réponse à : Sur la Révolution Démocratique et Populaire (RDP) burkinabè : M.TRAORE Mélégué, ambassadeur de Moscou et Washington !

    Philosophe Dabiré, Toujours intéressant de lire un autre point de vue, merci pour votre contribution.
    La prochaine fois, éviter des expressions du genre " le vieux Goin Mèlguè ", ça fait un peu attaque personnelle et sur son age, ça rabaisse un peu votre argumentation qui par ailleurs va dans toutes les directions...Tout le monde y passe : Sankara, Max, Hegel, Lenine, Alexandre III, etc... tous les pays passent, tous les partis passent...
    Suggestion : Peut-être prendre juste un aspect particulier de l’interview et aller en focus, en profondeur dans votre analyse sans trop de dispersions...

    Répondre à ce message

  • Le 29 février à 19:18, par verite no1 En réponse à : Sur la Révolution Démocratique et Populaire (RDP) burkinabè : M.TRAORE Mélégué, ambassadeur de Moscou et Washington !

    Bravo tout simplement a Mr DABIRE, rien a ajouter !
    Melegue sait tres bien que la revolution du capitaine Thomas Sankara etait une vraie revolution mais decide sciemment de ne pas frustrer les auteurs du putsch de 1987 comme les YE et autres ! C’est ca aussi la diplomatie mais s’il s’agit d’eclairer le peuple, de grace, dites tout et rien que la vraie verite au risque de frustrer les amis et compagnons politiques !
    Et puis, une revolution dirigee par un militaire et qui fait soigner et manger tout le monde est une revolution benie meme s’elle n’est pas la " vraie revolution" ! On ne mange pas definition de dictionnaire !!!!!!! L’ objectif de Sankara etait le bien etre de son peuple et il avait reussit avec un taux de succes de 90% en si peu de temps, n’en deplaise aux joueurs de ware et feinteurs de boulots degages sous la revolution !
    Bravo egalement a Melegue de nous avoir montre la position des Russes en son temps. Voila pourquoi ils nous offraient seulement des photocopieuses et autres alors qu’on voulait des armes pour regler quelqu’un mais malgre tout, il a fraya avec ses chars !!!!!
    La patrie ou la mort, nous vaincrons !!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 29 février à 19:30, par Substance Grise En réponse à : Sur la Révolution Démocratique et Populaire (RDP) burkinabè : M.TRAORE Mélégué, ambassadeur de Moscou et Washington !

    Tout ce que les africains en général et les Burkinabè en particulier veulent de vous dite élite intellectuelle ç’est d’oser inventer et créer une gouvernance pour leur bien être
    Peur importe le nom car :socialisme ;communisme ;marxisme leniste.... n’ont rien rapporter à l’Afrique si non elle n’allait pas être à la traine
    Au fait il y’a un problème très serieux de gouvernance vertueuse.
    Proposez nous quelque chose d’authentique si non la crise de manque de confiance installée entre les populations et les gouvernants va aller de manière grandissante aboutissant à des soulevements populaires aux consequences desastreuses dans la plupart des cas.

    Répondre à ce message

  • Le 29 février à 19:47, par Bebeto En réponse à : Sur la Révolution Démocratique et Populaire (RDP) burkinabè : M.TRAORE Mélégué, ambassadeur de Moscou et Washington !

    Merci Mr. Dabiré pour ce brillant éclairage. Je m’attendais à ça de votre part.
    Je retiens de votre récit que beaucoup d’intellectuels africains sont et demeureront dans un complexe d’infériorité permanente. Et si par malheur, ils accèdent à la fonction suprême, leur préoccupation première, c’est avoir l’onction de l’Occident ou d’une autre puissance à l’étranger. Le référentiel n’est plus ce que mes concitoyens pensent et attendent de moi, mais la note qui m’est donnée à l’extérieur.
    On peut avoir une multitude et une diversité de titres de Docteur Honoris Causa, mais à quoi cela est utile, dès lors qu’on n’est obligé de fuire son pays, parce que les populations se sont insurgées ? A quoi auraient servi tous ces titres ronflant, quand on termine sa carrière politique comme réfugié ?
    A Mr. Mélégué TRAORÉ grand diplomate, trente trois (33) ans après la mort de Thomas SANKARA :
    1) Est-il aimé ou pas par les Burkinabè ?
    2) Les Burkinabè le regrette t-ils ou pas ?
    3) Est-il une référence ou pas pour les Burkinabè ?
    4) Était-il en quête de titre de Docteur Honoris Causa ?
    Mr. Mélégué aurait pu nous dire que pensent les Russes aujourd’hui sur Gorbatchev.
    Gorbatchev est-il une référence positive pour les Russes, comme c’est le cas pour Thomas SANKARA au BF ?
    Mr. Mélégué TRAORÉ, Blaise Compaoré avec sa diplomatie était adoubé par l’Occident, c’est connu de tous. Mais dans son exil et avec un mandat d’arrêt de la justice contre lui, le faisant d’office un "wanted", il n’ y a que deux seules options qui s’offrent a lui :
    1) demeurer cloitré dans son exil,
    2) se rendre à la justice Burkinabé qui va sans doute le déposer à la MACA pour être jugé.
    Chacune des 2 options est une humiliation pour Blaise Compaoré dont la diplomatie était de faire plaisir à l’Occident.
    Cette humiliation dans laquelle se trouve Blaise Compaoré est aussi celle de beaucoup d’intellectuels Burkinabé qui gravitaient autour de lui et qui n’ont pas su lui donner des conseils avisés a l’époque.

    Répondre à ce message

  • Le 29 février à 19:54, par KABORE En réponse à : Sur la Révolution Démocratique et Populaire (RDP) burkinabè : M.TRAORE Mélégué, ambassadeur de Moscou et Washington !

    Houlala ! ça parle français gros et vilain par ici !! M. DABIRE, vous êtes vraiment chaud par ces temps ci, comme dirait l’autre. Je suis étonné de la grande énergie que vous avez mis pour répondre à seulement un aspect de l’interview de MELEGUE ! Vous avez peut être raison dans votre argumentaire, mais qu’auriez vous fait à la place de MELEGUE ? Organiser des campagnes d’évangélisation oups pardon..des conférences de presse pour expliquer le CNR du Burkina dans les pays évoqués ? Moi je n’en voit pas l’utilité en tout cas et je pense que l’intérêt des dires de MELEGUE, c’est que nos dirigeants ne prennent pas assez souvent les avis et suggestions de nos ambassadeurs.. ça ne méritait pas vraiment toute cette réflexion de votre part

    Répondre à ce message

  • Le 29 février à 21:22, par LoiseauDeMinerve En réponse à : Sur la Révolution Démocratique et Populaire (RDP) burkinabè : M.TRAORE Mélégué, ambassadeur de Moscou et Washington !

    Mr. Christophe DABIRE ! Chapeau bas un milliard de fois. Vous êtes admirable ! Quelle Classe ! Quelle réponse ! Quelle analyse ! Le drame de certains "intellectuels" africains réside dans leur incapacité à s’affranchir

    Répondre à ce message

  • Le 29 février à 22:18, par Ouédraogo Alfred En réponse à : Sur la Révolution Démocratique et Populaire (RDP) burkinabè : M.TRAORE Mélégué, ambassadeur de Moscou et Washington !

    Bonsoir à tous ! Nous sommes africains, burkinabè et que sais-je encore. Tant que nous allons regarder les autres et nous comparer, nous ne serons rien. Copions ce qui est bien chez les autres et améliorons ce que nous possédons. J’ai lu M. Melegue et je viens vous lire. C’est après analyse que je fais ce post. Il n’y a pas de modèle efficace dans ce monde humain . On nous berne. Ce que les uns pensent juste, les autres ne le conçoivent pas de la sorte. Où allons-nous. On nous trompe sur toute la ligne. À quoi sert un savant dans un village s’il ne peut sauver son village. On nous ment ! Quelle idiologie nous mènera à la perfection ? Autosuffisons-nous pour ne pas être esclaves des autres. Cultivons notre modèle et laissons les autres. Toutes les idiologies ont échoué. Il n’y a pas de modèle idéal. Merci ! Forgeons le nôtre.

    Répondre à ce message

  • Le 29 février à 23:00, par RV En réponse à : Sur la Révolution Démocratique et Populaire (RDP) burkinabè : M.TRAORE Mélégué, ambassadeur de Moscou et Washington !

    Monsieur le révolutionnaire Dabire, un vrai révolutionnaire est au front en temps de Paix et surtout de guerre. Nous vous attendons très bientôt au Burkina Faso pour être un volontaire. Sinon...,

    Répondre à ce message

  • Le 29 février à 23:28, par SOME En réponse à : Sur la Révolution Démocratique et Populaire (RDP) burkinabè : M.TRAORE Mélégué, ambassadeur de Moscou et Washington !

    Merci mon frère pour cet article. Tu as fait ce que je n’ai pas voulu faire mais me suis contente d’une courte intervention ou j’ai posé des réserves quant au contenu et au fond même de cet entretien et aux buts poursuivis par le sieur Traoré. Je m’étais contenté de critiques sans argumentation car mon intervention était déjà long.

    « Légèreté et naïveté intellectuelles sur la révolution  » mais que non ! choix ideologique ! Melegue n’a jamais été un révolutionnaire.

    «  Une pensée communiste et révolutionnaire subsiste et résiste aujourd’hui, qu’on aurait du mal à ridiculiser pour la sous-estimer. » que certes comme tu as raison. Plus que jamais aujourd’hui le marxisme est d’actualité. Tout ce que Marx a dit est en train de se réaliser sous nos yeux et l’ennemi d’en face, le capitalisme, le sait très bien. Seul quelques uns intellectuellement peu outillés comme tu l’écris ont pu s’extasier devant les vomissures de la contre revolution.

    Oui comme je le disais, Melegue Traoré n’a jamais emprunté le train de la révolution. Melegue n’a jamais été un militant de gauche, ni pendant ses études, ni après. Melegue a toujours été un carriériste ivre de la diplomite (la maladie des diplômes pour faire carrière et non servir son pays). Tous a l’époque, on le savait.

    Je reproche à Melegue, non son égocentrisme (ça on le lui connaissait depuis), mais sa lachete, laquelle lachete perdure jusqu’au moment même où il a une jambe dans la tombe et devrait se poser en bon conseil pour les jeunes. Mais non ! Il veut encore se positionner pour essayer d avoir à manger.

    Voilà la conception de la façon de faire la politique que ces vieux ont laissée comme héritage, contrairement à l’héritage d’un Thomas Sankara. Voilà aujourd’hui là où nous a conduits cette malhonnêteté intellectuelle de nos intellectuels non seulement burkinabe mais aussi africains

    « Nous pensons que les socialistes russes surtout doivent absolument développer par eux-mêmes la théorie de Marx, car celle-ci ne donne que des principes directeurs généraux qui s’appliquent dans chaque cas particulier, à l’Angleterre autrement qu’à la France, à la France autrement qu’à l’Allemagne, à l’Allemagne autrement qu’à la Russie »
    Que diront les révolutionnaires orthodoxes et surtout ces révolutionnaires qui ne voyaient que l’Albanie de Enver Hodja ?

    Je ne reviendrai pas sur les débats RDP ou RNDP, etc. Oui nous avons eu des débats de vrais intellectuels sur le campus de Ouagadougou et ailleurs. Tant au sein de l’AEVO UGEV qu’en dehors de l’AEVO UGEV ou de l’ASL (association des scolaires du lobi) que toi aussi Christophe dabire tu connais bien. Je vois que tu gardes encore haut cette formation. Je viens de voir l’annonce du décès de Dabire Bonoudaba, membre du bureau exécutif national du CDP, dont il était d’ailleurs le Chargé de l’analyse et la Prospective, lui aussi un autre pur produit de l’ASL, tout comme Christophe dabire (premier ministre).

    Melegue, dans sa hargne de se signaler à ses maîtres en prévision d’un retour (hypothétique) du CDP au pouvoir comme ils se flattent eux mêmes, n’a pu se retenir là où la sagesse et la dignité lui auraient commandé de se taire. Ou en tout cas d’adopter une certaine hauteur de vision au lieu de venir verser son visage par terre comme il l’a fait. Merci à toi Debsoyir de remettre les choses à leur place
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 1er mars à 00:22, par 😎😎😎 En réponse à : Sur la Révolution Démocratique et Populaire (RDP) burkinabè : M.TRAORE Mélégué, ambassadeur de Moscou et Washington !

    Wow ! Voilà ce qu’il nous faut. De la réflexion.

    Répondre à ce message

  • Le 1er mars à 00:39, par Vérité En réponse à : Sur la Révolution Démocratique et Populaire (RDP) burkinabè : M.TRAORE Mélégué, ambassadeur de Moscou et Washington !

    par Vérité

    Merci DABIRE, j’ai souffert effectivement en lisant le vieux Goin Mélégué. Nous nous sommes inspirés de la Révolution cubaine.
    En plus, je me suis demandé à quoi servait de ressortir ce qui n’est pas positif pour les lecteur. Il estl’un de ceux qui n’ont pratiquement rien dit de bon de la RDP, de Thomas Sankara.

    Répondre à ce message

  • Le 1er mars à 08:33, par Têedbeogo En réponse à : Sur la Révolution Démocratique et Populaire (RDP) burkinabè : M.TRAORE Mélégué, ambassadeur de Moscou et Washington !

    Merci, cher Kwesi
    Dans des urgences actuellement pris
    Je me réjouis de ton écrit
    Mais le débat n’est pas fini !

    Répondre à ce message

  • Le 1er mars à 13:30, par emma En réponse à : Sur la Révolution Démocratique et Populaire (RDP) burkinabè : M.TRAORE Mélégué, ambassadeur de Moscou et Washington !

    Qu’il plaise a l’excellence Melegué TRAORE de constater que la révolution burkinabé n’est pas la réplique d’une révolution mais la synthèse de révolutions
    Qu’il constate les marches des 21 , 22 mai 1983 de civils lors de l’arrestation de Sankara. Enfin tout le processus civil qui a accompagné l’avènement de la révolution.
    L’intérêt de la sortie reste a désirer comme Ma Part de Vérité d’un de ses compagnon d’age.
    En fait la France ne réussira jamais le déni de la révolution et de son héro SANKARA.
    Et pourtant nous respectons Melegué TRAORE sur d’autres sujets.

    Répondre à ce message

  • Le 1er mars à 15:37, par Dibi En réponse à : Sur la Révolution Démocratique et Populaire (RDP) burkinabè : M.TRAORE Mélégué, ambassadeur de Moscou et Washington !

    Très bonne analyse critique des positions révisionnistes de Mr Traoré Mélégué dans sa longue interview autobiographique satisfaite où il se prend pour l’intellectuel-fétiche du Burkina-Faso.
    Son appréciation de la RDP, pour ceux qui connaissent notre histoire et l’Histoire le font tomber à côté de la plaque ou plutôt du côté des forces néocoloniales à la manœuvre chez nous. C’est ce que j’ai essayé de montrer dans le post-forum que j’ai mis relativement en réponse à l’interview de Mr Traoré sur le Fasonet.
    Na an lara, an sara !
    La patrie ou la mort !

    Répondre à ce message

  • Le 1er mars à 16:53, par warzat En réponse à : Sur la Révolution Démocratique et Populaire (RDP) burkinabè : M.TRAORE Mélégué, ambassadeur de Moscou et Washington !

    Cet écrit vient à point nommé.
    Thomas était des nôtres, il nous connaissait, nos us et coutumes, nos bonnes comme nos mauvaises habitudes, donc la révolution tenait compte de cela. Elle ne copiait systématiquement les révoltions venues d’ailleurs dont la lecture sans hauteur, sans discernement de bons élèves de l’école française voulaient retrouver dans la notre. Même aujourd’hui et dans tous les domaines, le copier-coller a montré et montre ses limites. Beaucoup de nos frères africains , simples citoyens de leur pays l’ont acceptée parce qu’ils s’y retrouvaient. On dit que notre illustre ainé Mélégué est encré dans son terroir dans les cascades, mais franchement, j’ai été surpris par ces dires. Quand les anciens apparaissent à la télé avec des approches analogues à des tentatives pour revenir sur la scène politique, j’ai très peur pour mes enfants, sauf quand c’était Mélégue. Maintenant, que dire, après une telle sortie ?

    Répondre à ce message

  • Le 1er mars à 18:38, par Ella En réponse à : Sur la Révolution Démocratique et Populaire (RDP) burkinabè : M.TRAORE Mélégué, ambassadeur de Moscou et Washington !

    YES ! YES ! Quand on connaît on connaît, ça se voit ! Je salue vraiment M.DABIRE et le remercie pas uniquement pour cet article mais parce que ses écrits sont toujours d’un apport inestimable pour la réflexion et la nourriture du cerveau. Je pense que Mélégué s’est laissé aller sur la révolution parce qu’on n’a pas trop l’habitude chez nous de porter publiquement la contradiction, les gens se disent que même s’ils racontent des âneries tous les jours il n’ y aura personne pour leur répondre. Heureusement qu’il y a quelqu’un de courageux et cultivé comme vous M DABIRE. Chapeau !

    Répondre à ce message

  • Le 2 mars à 07:10, par Pathétique En réponse à : Sur la Révolution Démocratique et Populaire (RDP) burkinabè : M.TRAORE Mélégué, ambassadeur de Moscou et Washington !

    Quand je vois ce genre de réaction de la part d’un « intellectuel de haute facture » et de ses suiveurs illuminés, j’ai vraiment peur... mR Mélégué a dépeint une situation vécue, c’est un fait, d’où vous viens la dictature qu’il lui aurait fallu faire ci ou ça ou penser comme ça ?? Si les russes ne considéraient pas la rdp burkinabé comme ci ou comme ça ou est le problème ?? Pourquoi toujours vouloir que tout soit positif quand il s’agit de cette rdp ou de Thomas Sankara ? La rdp burkinabé n’était pas considérée comme une vraie révolution parce que dirigée par des militaires : c’est ce qui vous fait mal ? C’est pas vrai ? Chacun a sa définition personnelle et les russes avaient la leur... est-ce que cette rdp était issue d’un soulèvement populaire ? Non ! Est-ce qu’elle n’a pas divisé ? Si ! Est-ce que quand Mélégué qui faisait partie du système dit qu’on pouvait pas parler à contre sens à l’époque sans avoir des problèmes c’est pas vrai ? Vous étiez où à cette époque bon sang ? Tout n’était pas rose et tout n’était pas noir, alors pourquoi n’écouter que ceux qui disent que tout était rose ? On peut parler aujourd’hui oui ou non ? Ne régressons pas svp ! Laisser Mélégué dire ce qu’il a dit et penser ce qu’il pense, s’il vous plait ! Inutile d’écrire une tirade pseudo politico historico je ne sais quoi pour contrecarrer ses assertions dans une interview qui est la sienne... par ailleurs vous en avez amplement le droit, mais souffrez qu’on vous dise la vérité vraie et pas qu’on vous délivre des soutiens flanqués d’œillères d’un autre temps....

    Répondre à ce message

  • Le 2 mars à 08:20, par caca En réponse à : Sur la Révolution Démocratique et Populaire (RDP) burkinabè : M.TRAORE Mélégué, ambassadeur de Moscou et Washington !

    Le jugement d’un Gorbatchev sur la RDP que M.Traoré impose comme un diktat sans contre-jugement (Gorbatchev a dit, donc c’est vrai !) au lecteur imprudent et non intellectuellement outillé ne peut pas davantage que celui des extrêmes-gauchistes américains avoir force de dissuasion et de conviction : d’une part, lesdits prétendus authentiques révolutions et communismes se sont effondrés, l’URSS en tête, preuve que l’orthodoxie est un mythe qui ne garantit aucune révolution dans son communisme ; d’autre part, lui-même Gorbatchev était en train d’infléchir et réformer l’orthodoxie communiste après Staline, Khrouchtchev et Brejnev, ce qui prouve que l’orthodoxie est paradoxalement ce qui tue la révolution et le socialisme (l’URSS et ses satellites socialistes est-européens), alors que des formes nouvelles et étrangères les font résister et perdurer (Chine, Corée du Nord, Cuba)
    Le recul critique que le lecteur pouvait attendre de l’intellectuel Traoré Mélégué par rapport à ces jugements portés sur la RDP de l’extérieur consistait aussi à rappeler que le Burkina et sa RDP représentaient et condensaient au contraire, à l’époque et en miniature, toute l’histoire de la politique et de la philosophie révolutionnaire et communiste car, adversaires et partisans de la RDP ne parlaient pas d’autre chose que du communisme et de la révolution. Les discussions et débats contradictoires qui étaient houleux et de haut niveau intellectuel jamais égalé au Burkina tournaient autour du communisme et de la théorie révolutionnaire, sur le campus de l’UO et en dehors : CDR et partisans de la RDP vs ANEB/PCRV… M. Traoré était sans doute hors du Burkina à l’époque pour ne pas pouvoir en témoigner…
    La question de l’orthodoxie révolutionnaire est celle des critères d’une supposée « vraie » révolution, du sujet de la révolution ( « qui » doit faire et/ou diriger la révolution pour qu’elle soit dite communiste : ouvriers ? Paysans ? une classe, et laquelle ?), celle des conditions d’avènement de la révolution (quand, quel est le bon moment ?) Là encore, je soutiens qu’il y a légèreté et naïveté intellectuelles et historiques à affirmer que « depuis Lénine à partir des années 1917 », la révolution soviétique « avait comme base le prolétariat industriel » (1), et que la RDP (le CNR) était dirigée par des militaires (2) :
    Mr Dabiré fera bien de relire son cour de philosophie de l’histoire d’Hegel. Selon Hegel, l’histoire est le jeu d’une dialectique dont se sert la Raison pour se réaliser, autrement dit l’histoire est un processus d’autoréalisation de l’Idée, dont la fin est la liberté humaine. Je ne vois en quoi Mr Traoré commis comme péché à la révolution sankariste ? Quand on sait que les partis sankaristes au Burkina aujourd’hui peine à gagner un terrain dans la représentation nationale. J’ignore combien de députés et de maires. Donc le débat sur le RDP qu’il évoque avec fracas philosophique est un faux débat démagogique. La RDP était une erreur comme l’a était l’insurrection populaire 2014.

    Répondre à ce message

  • Le 2 mars à 11:51, par SOME En réponse à : Sur la Révolution Démocratique et Populaire (RDP) burkinabè : M.TRAORE Mélégué, ambassadeur de Moscou et Washington !

    Quand apres une telle demonstration je vois certains venir tenter ’vainement evidemment) de defendre l’idefendable comme demarche ntellectuelle, je ne peux y voir que la malhonnetete intellectuelle. On ne peut plus parler de " insuffisamment outilles intellectellement". Ils refusent de voir une certaine demarche intellectuelle qui doit etre menée.

    M Dabire a (deliberemment, je presume) delaissé bien d’autres aspects de fond : c’est normal on ne peut pas tout aborder et argumenter sur une demarche qui aurait meme necessité tout un ouvrage !

    Manifestement il est clair que M Traore ne vise pas une verité des faits ni une rigueur intellectuelle. Alors qu’il souffre et ses soutien vaevec lui) que d’autres lui porte la contradiction digne de ce nom et d’un autre niveau.

    Non seulement la platitude de ses affirmations, mais aussi le falot du personnage qui se dit Ambassadeur. Apres nous avoir deblatere ses cours de diplomatie (on ne voit meme pas a quoi cela nous amene... mais je comprends les buts poursuivis), mais encore il fais honte a sa fonction d’ambassadeur. Il veut faire croire a qui que ce sont des etudiants qui ont eu les informations sur le pays et qui le tenaient informé. A quoi servait-il la bas ? Que les sovietiques ne suivaient pas ce qui s’y passait au burkina, c’est seulement apres le 15 octobre (quelle precision !!!) qu’il informe Gorbachev des evenements au burkina, Ses deboires avec son propre homme qu’il a emmené avec lui, etc....

    Bref nous prendre pour des idiots ca commence a trop suffire ; Nous avons tous ete a l’ecole !h apres l’assassinat on savait que sankara etait mort et des medias etrangers l’avait annocé donc ce ne sont pas les chancelleries qui l’ignorait, etc etc

    Bref "Alors que tout le monde croyait au Burkina que les Soviétiques supportaient beaucoup la Révolution burkinabè, qu’ils étaient avec nous, nos dirigeants se trompaient" En avais tu fait rapport au CNR ? Si non a quoi servais tu la bas ? et bien d’autres questions de fond que Melegue a consciemment occulté Et il sait pourquoi il l’a fait !
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 2 mars à 12:41, par Kenza En réponse à : Sur la Révolution Démocratique et Populaire (RDP) burkinabè : M.TRAORE Mélégué, ambassadeur de Moscou et Washington !

    Merci Monsieur DABIRE de rappeler que ceux qui étaient contre la RDP étaient aussi des révolutionnaires et des communistes. C’étaient des conceptions différentes de la révolution et du communisme. C’est important à souligner parce qu’il y en a qui peuvent penser aujourd’hui que c’était comme les insurgés et les pro-Blaise. C’est encore important à rappeler parce que ça prouve qu’on peut ne pas être tous d’accord et s’embrasser sans être divisés et en guerre les uns contre les autres

    Répondre à ce message

  • Le 2 mars à 15:40, par Timo En réponse à : Sur la Révolution Démocratique et Populaire (RDP) burkinabè : M.TRAORE Mélégué, ambassadeur de Moscou et Washington !

    DABIRE est un intellectuel qui aime les débats contradictoires, comment lui en vouloir ? C’est qu’il maîtrise ce qu’il dit. On doit plutôt regretter qu’il n’y en ait pas beaucoup comme lui. Je me souviens quand il a invité le malheureux Assimi Kouanda au débat public quand les pour et les contre la modification de l’article 37 s’affrontaient avant l’insurrection.

    Répondre à ce message

  • Le 2 mars à 16:04, par Sacksida En réponse à : Sur la Révolution Démocratique et Populaire (RDP) burkinabè : M.TRAORE Mélégué, ambassadeur de Moscou et Washington !

    D"abord, il est bien indeniable que la Revolution Democratique et Populaire d’Aout 1983, a ete bien sur l’aboutissement ou l’epilogue tout a fait d’un long processus des contradictions sociales, politiques et economiques de la societe Burkinabe, qui prend sa source depuis des luttes coloniales, ensuite neocoloniales opposant d’une part les masses populaires africaines, particulierement celles du Burkina Faso, contre d’une part l’imperialisme international, le neocolonialisme et ses serviteurs zeles locaux. Le President Thomas Sankara l’avait si bien indique dans son Discours d’Orientation Politique du 2 octobre 1983 :" La revolution d’aout arrive, comme la solution des contradictions sociales qui ne pouvaient desormais etre etouffees par des solutions de compromis". C’etait donc une revolution dans laquelle chaque couche et classe sociale de la societe Burkinabe avait des taches concretes revolutionnaires a accomplir pour atteindre des objectifs clairs et la consolidation des acquis socio-economiques populaires. Ainsi, le Conseil National de la Revolution qui etait chargee des taches d’Avant-garde politique de cette revolution jouait son role de Coordination Nationale, afin de trouver des solutions aux contradictions sociales, economiques et culturelles dans les interets et les aspirations profondes des masses populaires Burkinabe. La malhonnetete aidant, l’opportunisme politique d’une partie de l’Avant-garde a travaille de multiples manieres a renoncer a la lutte revolutionnaire et a l’abandon de la defense intransigeante des interets bien compris du peuple Burkinabe, au profit d’une recherche frenetique et d’avantages personnels et egoistes ; ce risque issue de la contradiction principale nee de facon dialectique au sein des dirigeants de la revolution a conduit a l’assassinat du chef de la revolution d’aout et de ses proches collaborateurs ce jour la le 15 octobre 1987. En tout etat de cause, le Programme Politique, Economique, Social et Culturel de la Revolution Democratique et Populaire est d’une pressante actualite ; car d’autres contrees dans le monde s’en ont inspire et ont accompli des bons qualitatifs tout a fait dans la production et la consommation en l’espace de trois decennies ; et sont devenus des pays emergents et vraiment independants.
    Je ne cessera jamais de le reveler et de l’affirmer encore, si le Burkina Faso et l’Afrique veulent s’emanciper reellement de la domination politique, economique, sociale et culturelle, et amorcer un developpement veritable au profit de son peuple, il n’y’a pas d’autres solutions alternatives que celles qu’avait preconisee la Revolution d’Aout avec le President Thomas Sankara. Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 2 mars à 20:59, par BOUM En réponse à : Sur la Révolution Démocratique et Populaire (RDP) burkinabè : M.TRAORE Mélégué, ambassadeur de Moscou et Washington !

    Debrrrrsèoyir, quelle claque intellectuelle tu viens de coller à Mélégué !! BOUM. Ko "Gorbatchev a dit, donc c’est vrai", ko je suis ambassadeur chez Gorbatchev et les ricains, donc ce qu’ls disent du burkina est évangile selon saint Gorbatchev !! Je n’ose pas te dire de venir définitivement au pays, parce qu’on connaît les intellectuels engagés quand ils mettent pieds au pays, et les jalousies entre frères. Mais viens, tu ne seras pas seul, walaï, on va lutter ensemble

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars à 07:51, par LOS En réponse à : Sur la Révolution Démocratique et Populaire (RDP) burkinabè : M.TRAORE Mélégué, ambassadeur de Moscou et Washington !

    Cela a été dit par Valère dans Fasozine du premier trimestre 2017 soint quelques temps avant sa mort "Je ne cesserai jamais de le reveler et de l’affirmer encore, si le Burkina Faso et l’Afrique veulent s’emanciper reellement de la domination politique, economique, sociale et culturelle, et amorcer un developpement veritable au profit de son peuple, il n’y’a pas d’autres solutions alternatives que celles qu’avait preconisee la Revolution d’Aout avec le President Thomas Sankara". Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars à 10:58, par Sacksida En réponse à : Sur la Révolution Démocratique et Populaire (RDP) burkinabè : M.TRAORE Mélégué, ambassadeur de Moscou et Washington !

    Ok je n’ai pas lu ce numero de FASOZINE de 2017 en question sur l’interview de l’un des ideologues de la Revolution Democratique et Populaire ; c’est donc une coincidence heureuse. Car tout militant serieux de la Revolution et qui suit bien l’evolution sociale, politique et economique dans le monde peut constater que tout pays desirant reellement son independance politique, economique, sociale et monetaire n’a pas d’autres choix que d’appliquer concretement le modele economique autcentre de developpement. D’autres pays asiatiques l’on bien applique dans leur contexte et sont devenus meme autosuffisant en matiere de financement de leurs projets et n’ont nullement besoin du concours de la Banque Mondiale ou du FMI. Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars à 11:11, par Ka En réponse à : Sur la Révolution Démocratique et Populaire (RDP) burkinabè : M.TRAORE Mélégué, ambassadeur de Moscou et Washington !

    Je suis rassuré en lisant quelques critiques des internautes de bonne foi comme celle de mon ami SOME et autres qui montre qu’il y a des révolutionnaires et des non révolutionnaires qui prétendent l’être pour se montrer. Connaissant le jeune Christophe, mon jeune Alsacien, une Alsace de culture ou beaucoup de nos leaders ont passé par là en cultivant les expériences Française et Allemande de la démocratie de se pardonner et de se comprendre, comme le Dr. Conombo I. Joseph, JBO, Dr. feu Kaloulé, et autres, je dis à Christophe de rester là et de nous abreuver quand il peut de ses analyses constructives et pertinentes : Car, en revenant au pays comme demande un internaute, ‘’l’Afrique est malade de ses intellectuels, lorsqu’ils entrent en politique, ils ne sont pas différents des pires dictateurs du passé. Lorsqu’ils mettent leur savoir au service des détenteurs du pouvoir, ils ne sont que d’ignobles courtisans.’’

    Ici encore, je dis merci à Christophe que je ne jamais de le lire pour sa belle analyse, fine et subtile d’intellectuel averti, impartiale et simplement citoyenne et patriotique.

    Comme je disais a la sortie de JBO pour ’’’sa part de vérité,’’’ beaucoup sortiront pour leur part de vérité soit à travers de leurs actions pour la révolution, ou soit leur militantisme sans arrière-pensée pour une révolution populaire et démocratique.
    J’aurai bien voulu sur cette sortie de Melégué Traoré avec une interview bien exprimer par le jeune journaliste Oumar L. Ouédraogo a la trempe de Norbert Zongo, que Melégué nous parle de la diplomatie profonde de notre pays, et non de se comporté en révolutionnaire. Il pouvait parler de notre révolution qui n’a pas ressemblé aux autres, car, depuis la nuit des temps, toutes les révolutions qui surviennent de par le monde ne se ressemblent point. Et tous les dirigeants de l’Union Soviétique communiste le savent à commencer par Michaël Gorbatchev. Chaque révolution apporte son originalité qui la distingue des autres. La nôtre, ’’’la révolution d’aout 1983 n’échappe pas à cette constations vu par M. Gorbatchev.’’’ Ce que ce dernier ne savait pas, et que Mélégué devait le faire savoir s’il était un vrai révolutionnaire, c’est que notre révolution se caractérisant populaire et démocratique, était à 100% une révolution anti- impérialistes. Car l’idéologie que l’idéologue Thomas Sankara enseignait a toutes et tous les vrais révolutionnaires, est que sa révolution était de l’idéologie progressiste qui défende globalement les intérêts du peuple et met l’accent sur l’action de l’homme comme force motrice de la transformation du monde.

    Et ici ma fierté est de voir des jeunes comme Christophe, qui ont suivi de loin ou de prés nos mouvements révolutionnaires, je dis nos mouvements, car nous les anciens du nid de la politique révolutionnaire Burkinabé qui était la maison des étudiants Voltaïque Fessart a Paris, ont en 1973 crée une association anti-impérialiste dénommée LIPAD. Cette association se comportera comme un parti politique en mettant en place des structures politiques a la manière d’un parti. Ses membres rentrent dans les syndicats pour attaquer le pouvoir.

    Ainsi par osmose, comme avance mon ami SOME dans cette analyse, les idées des syndicats dits révolutionnaires, celles du P.A.I, du MLN de l’UGEV et de LIPAD vont indirectement conduire à la création de l’OCV.( Organisation Communiste Voltaïque.) Malheureusement en 1978, l’OCV ne put survivre aux débats idéologiques houleux menés en son sein. Les partisans du parti quittèrent pour créer le 1er Octobre 1978 le PCRV. (Parti Communiste Révolutionnaire Voltaïque.) Les autres fondèrent en 1979 l’ULC. A l’image du PCRV et de l’ULC qui s’appelèrent respectivement ‘’MONAPOL’’ (Mouvement national populiste liquidateur) surnom du PCRV donné par l’ULC, et NCOL ( Nouveau courant liquidateur) surnom de l’ULC donné par le PCRV. En 1980, pour ses raisons des problèmes internes sort un document et proclame son sabordage et laisse théoriquement sur le plan intérieur, le champ libre au PCRV et au PAI. Et je crois que tout ma génération et celle qui a commencé, je veux dire celle de Christophe connaissent la suite avec en 1980 le PCRV qui tenta de s’emparer des syndicats, dont cela a facilité la tâche du CMRPN qui a voulu entre 1980 et 1982 démanteler toute la gauche voltaïque, et le RSP des trois, BJO, TS , BC, ont dit non. Et voilà la naissance par la suite d’une vraie révolution en 1983 au Burkina de Thomas Sankara qui a séduite le continent et le monde entier, mais agaçait les valets des impérialistes. Malgré tout, Thomas Sankara reste dans les cœurs de tout le monde un idéaliste, il fut un de ces hommes publics qui plaçaient leurs actions au service des autres dans un souci permanent de promouvoir une société fraternelle, solidaire, capable de rendre aux plus faibles, à ceux que la vie a durement éprouvés leur dignité.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Don d’ordinateurs à l’Assemblée nationale par la Chine : Un cadeau empoisonné, selon un citoyen
Différence entre ‘’soumission’’ et ‘’être attentionné’’ : Des éclairages dans ce texte
Violences conjugales : Des hommes aussi en sont des victimes
Année scolaire 2019 - 2020 : L’Etat est maître du calendrier scolaire
Conte : Le tueur invisible
Décès de la députée Marie Rose Compaoré : Sidiki Aboubacar Wendin Zerbo analyse le système administratif et managérial burkinabè
Décrets signés par le Premier Ministre : Des actes dépourvus de fondement politique et de base légale !
Député Compaoré, décédée de covid-19 ou pas, cela ne saurait nier l’existence de la pandémie au Burkina Faso !
Différend entre juges et l’État central : Un citoyen appelle à une nouvelle législation sur les avantages accordés aux magistrats
Covid-19 et échéances électorales : « Techniquement, le droit offre la possibilité de repousser les élections de quatre mois », Guetwendé Gilles Sawadogo
Situation nationale : « Dans le paysage politique actuel, il n’y a pas un qui fera mieux que Roch », pense Lébouré Crépin Zanzé, expert en communication et sécurité
Covid-19 : Faire contre mauvaise fortune bon cœur…
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés