Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne vous laissez pas éteindre, vous ne savez pas pour qui vous êtes lumière. »  Igor Markvitch

Fonds monétaire international (FMI) : Antoinette Sayeh, première Africaine à occuper le poste de directrice générale adjointe

Accueil > Actualités > International • LEFASO.NET • vendredi 28 février 2020 à 02h40min
Fonds monétaire international (FMI) : Antoinette Sayeh, première Africaine à occuper le poste de directrice générale adjointe

Antoinette Sayeh a été nommée directrice générale adjointe du Fonds monétaire international (FMI). Elle devient ainsi la première femme africaine à occuper ce poste depuis la création de l’institution en 1945 à Breton Wood, et le deuxième Africain après l’actuel président ivoirien Alassane Dramane Ouattara.

C’est une nouvelle qui peut réjouir la classe politique africaine que pour la deuxième fois, un des leurs soit nommé au poste de directeur général adjoint au Fonds monétaire international (FMI).

Cette fois-ci, il s’agit d’une femme, l’ex-ministre libérienne des Finances de Ellen Johnson Searlef, Antoinette Sayeh. Elle a occupé le poste de ministre des Finances de 2006 à 2008, après quoi elle a été nommée directrice du département Afrique du FMI, entre juillet 2008 et juillet 2016.

Avant d’être ministre au gouvernement de Ellen Johnson Sirleaf, elle a travaillé à la Banque mondiale pendant 17 ans, en qualité de directrice des opérations pour le Bénin, le Niger et le Togo et économiste-pays pour le Pakistan et l’Afghanistan. Avant la Banque mondiale, Mme Sayeh a travaillé comme conseillère économique au ministère des Finances et au ministère du Plan du Libéria. Elle est titulaire d’une licence en économie et d’un doctorat en relations économiques internationales.

A la direction générale adjointe du FMI, elle aura pour mission de coordonner les politiques financières et monétaires des pays africains. Elle forme une équipe avec quatre autres directeurs généraux adjoints.

Le FMI étant investi d’une mission de contrôle des systèmes monétaires des nations et d’octroi de crédits pour juguler les crises monétaires, les pays africains peuvent s’attendre à une prise en compte réelle de leurs préoccupations en matière monétaire et de gestion de leurs systèmes financiers. En effet, il est reproché à ces pays, ces dernières années, d’avoir des dettes très élevées et des critères de convergence très disparates.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 28 février à 07:27, par A qui la faute ? En réponse à : Fonds monétaire international (FMI) : Antoinette Sayeh, première Africaine à occuper le poste de directrice générale adjointe

    Des adjoints et des secrétaires, l’Afrique en a eu au niveau international. Il faut comprendre qu’à ce niveau là la personne est un employé tout simplement et exécute les missions du board ou du pays qui tient les caisses. Juste pour dire que cela ne fait pas évoluer l’Afrique d’un centimètre, comme souvent on s’extasie de tout.
    Ironie du sort, son pays le Liberia est à court d’idées pour s’en sortir financièrement, et Mr Weah est désespéré
    Mais Bravo Madame ! C’est évolution personnelle remarquable !!! Exemple à suivre

    Répondre à ce message

  • Le 28 février à 08:27, par wangram En réponse à : Fonds monétaire international (FMI) : Antoinette Sayeh, première Africaine à occuper le poste de directrice générale adjointe

    Congratulation and good continuation. Ce n’est certainement pas en organisant des djandjoba de 8 mars qu’elle est arrivée labà.

    Répondre à ce message

  • Le 28 février à 08:31, par Burkinameilleur En réponse à : Fonds monétaire international (FMI) : Antoinette Sayeh, première Africaine à occuper le poste de directrice générale adjointe

    Vivement qu’elle ne se transforme pas comme l’autre qui est revenu après le FMI créer une rébellion juste pour devenir PRESIDENT et travailler pour ceux qui l’avaient placés dans cette institution de Breton Wood.

    Répondre à ce message

  • Le 28 février à 09:01, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Fonds monétaire international (FMI) : Antoinette Sayeh, première Africaine à occuper le poste de directrice générale adjointe

    - ADO aussi était là-bas ! La seule chose que moi je retiens, c’est que ce sont les africains qui sont les vrais assassins de l’Afrique. On doit donc être moins fier ! Pour moi le seul et rare africain qui fut digne a été Koffi Anane ! Allelua au plus haut des Cieux !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

    • Le 28 février à 09:43, par Ka En réponse à : Fonds monétaire international (FMI) : Antoinette Sayeh, première Africaine à occuper le poste de directrice générale adjointe

      Oui mon ami Kôrô Yamyélé, Kofi Anann était sans façon. C’est un ami sincère que j’ai connu en 1983 à Genève : Notre amitié est resté sincère et très constructive jusqu’a ce qu’il quitte ce monde. Sa sincérité était son plat quotidien. Et je peux dire que cet homme était humble, surtout prend en cœur et âme les responsabilités qu’on le confie. Paix a son âme.

      Répondre à ce message

      • Le 28 février à 10:50, par verite no1 En réponse à : Fonds monétaire international (FMI) : Antoinette Sayeh, première Africaine à occuper le poste de directrice générale adjointe

        Bonjour le vieux Ka, oui Koffi Annan etait tres cool et on a voyage ensemble et vous etiez egalement dans la delegation avec Etienne Zongo comme pilote.

        Répondre à ce message

        • Le 28 février à 13:29, par Ka En réponse à : Fonds monétaire international (FMI) : Antoinette Sayeh, première Africaine à occuper le poste de directrice générale adjointe

          Merci mon jeune vérité No1 de me redonner des souvenirs de ce voyage dont j’ai dit dans une de mes critiques au sujet du drame du centre des enfants délaissés de Laye que ce centre devait porté comme Nom ’’’ Centre Etienne Zongo’’’ garde-corps particulier et confident de l’idéologues Thomas Sankara et devenu pilote de ligne. Oui notre transite par le Ghana en partance aux Etats Unis était très riche en émotion. Non seulement la délégation Burkinabé et tous les passagers ont appris que le commandant de bords était le camarade Etienne Zongo, mais dans cet avion il y avait aussi mon ami Kofi Anann SG de l’ONU, un grand admirateur de Thomas Sankara que j’ai connu lors d’une réunion du BIT en 1983. Mon jeune Vérité No1, te rappelles-tu que toutes et tous les passagers ont applaudi l’atterrissage professionnelle du commandant Etienne Zongo ? Merci de nous rappeler de ce vol avec Kofi Anann et Etienne Zongo

          Répondre à ce message

      • Le 28 février à 12:42, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Fonds monétaire international (FMI) : Antoinette Sayeh, première Africaine à occuper le poste de directrice générale adjointe

        - Mon ami KA, j’ai aussi connu Koffi Anann, et justement aussi à Genève !! Bizarre cette coincidance. J’y aussi connu la dame Prix Nobel de la Paix (Une indienne) et même le Président Gorbatchez. Lorsque nous discutions pour la première fois mon ami, ce qui est venu directement dans ma pensée c’est cette tâche qu’il avait au front et que j’ai évité de regarder trop longtemps. Mais j’ai eu une sensation de pitié pour lui quand j’ai pensé que c’est avec lui que l’empire sovique s’est écroulé suite à sa glawnost (Changement en russe je crois ?).

        Mon ami KA, avec les Komi Tahirou, actuel Président des burkinabè de Suisse, nous faisons des sorties au bord du fleuve dans les alentours de Genève et on y grillait des merguez là-bas sur des barbecues sommaires. Biensûr avec la compagnie de certains burkinabè comme les Ganamé Karim de Lausanne, notre bien-aimé doyen que nous appelions ’’L’Homme à la pipe’’ te souviens-tu de lui ? Il fut d’ailleurs le premier Président des burkinabè de Suisse en réalité. Toujours avec son chapeau-melon ! On avait la compagnie d’étudiants burkinabè qui y étaient comme les Vincent Kaboré à l’EPFL de Lausanne et certains à l’IUED devenu aujourd’hui l’IHEID après fusion avec l’IEHI, et d’autres du Lost où ils apprenaient la mécanique, l’électricité, le carrelage et la maconnerie. Mon ami KA, parfois on se baladait au bord du Lac Leman et on regardait au fonds le quartier huppé de Colohny. Les Samedis on flânait au marché au puces à plain-Palais où on achetait quelques bricoles pas chers. Les week-end on sortait en campagne dans le canton du Valais et on poussait parfois jusqu’au Vercorin où nous mangions de la fondue au pain ou à la viande. Mon ami KA, je ne tairais pas ces rasades de vin rouge, rosé et blanc pétillants !!! On traversait la Suisse par la ’’Vieille Ville’’ avec le Bus N°5 et on rentrait en France par Annemasse. Te souviens-tu que les poulets étaient moins chers en France qu’en Suisse, et biensûr on se ravitaillait et on revenait le soir sans trop en prendre pour attirer la furie des douaniers ! Mon ami KA, on allait voir l’horloge fleurie et le jet d’eau le plus haut du monde au-dessus du Lac Leman !! La Gare de Cornavin avec ses trains ! On déambulait dans les magasins comme Migros et Placette pour nos achats ! Mon ami Ka...…..Wouaaawwwrrrr !!! J’ai de la nostalgie !

        Par Kôrô Yamyélé

        Répondre à ce message

        • Le 28 février à 15:21, par Ka En réponse à : Fonds monétaire international (FMI) : Antoinette Sayeh, première Africaine à occuper le poste de directrice générale adjointe

          Et oui des souvenirs et des souvenirs : Les jeunes qui nous lisent, ici dans 30 ans, quelques-uns relaterons leurs souvenirs comme nous. Oui Genève et ses environs, ses frontières avec la France. Genève le centre du monde avec les organismes internationaux ! Le feu doyen des Burkinabé avec sa pipe¨ ! Oui je confirme tout dont tu racontes mon ami Kôrô Yamyalé. La vieillesse rende les choses difficiles, malgré qu’on ne peut plus faire ces tours en Suisse et goûter les raclettes ou toutes sortes de fromages, ou se promener dans les magasins luxueux dont tu sites, nos ‘’souvenirs’’ nous font encore voyager comme si c’était hier. Encore une foi, merci de me rappeler le bon vieux temps avec nos amis Suisses.

          Répondre à ce message

    • Le 28 février à 10:58, par Lom-Lom En réponse à : Fonds monétaire international (FMI) : Antoinette Sayeh, première Africaine à occuper le poste de directrice générale adjointe

      Bonjour Kôro national ! Je serai ravi de vous entendre et de comprendre votre vision sur l’individu et le leader Sankara Thomas, c’est-à-dire, avoir votre jugement détaillé ou pas sur cet homme ! En somme, je souhaite avoir la (votre) "part de vérité" même si vous n’avez pas encore l’âge du doyen Jean-Baptiste Ouédraogo ! Avec tous mes respects !

      Répondre à ce message

    • Le 28 février à 11:17, par verite no1 En réponse à : Fonds monétaire international (FMI) : Antoinette Sayeh, première Africaine à occuper le poste de directrice générale adjointe

      Bravo au vieux Yamyele, ADO est la pour defendre les imperialistes et il parait que le president Nigerian est tres enerve contre lui. Un pays qui a un PIB de 240000 milliards en CFA, 70% du PIB de l’Afrique de l’ouest et tu veux qu’il se range a ta pseudo-ECO ! Un peu de serieux ! On est ou la !!!!!!!

      Répondre à ce message

  • Le 28 février à 09:49, par Tout est Premier avec le Liberia en Afrique En réponse à : Fonds monétaire international (FMI) : Antoinette Sayeh, première Africaine à occuper le poste de directrice générale adjointe

    Première Cheffe d’Etat (Femme) en Afrique ; c’est au Liberia.
    Premier Foot-balleur Chef d’Etat en Afrique ; c’est au Liberia.
    Première femme à occuper ce poste en Afrique ; c’est aussi au Liberia.
    Ah ce Liberia vient de loin après sa guerre civile ! Vivement que du bon pour ce petit pays de l’Afrique de l’ouest pour le bonheur de sa population qui a tant souffert dans les années 1990.
    Signé : L’Etalon Enragé mais soulagé

    Répondre à ce message

    • Le 28 février à 13:24, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Fonds monétaire international (FMI) : Antoinette Sayeh, première Africaine à occuper le poste de directrice générale adjointe

      - N’oublie pas aussi de dire que le Libéria, contrairement aux autres pays africain, est le seul pays acheté par les américains pour y débarquer leurs esclaves qui le voulaient. En somme comme un retour à la terre natale ! Laisse le soin à moi Kôrô Yamyélé de te dire deux mots sur le Libéria :

      - Le 26 juillet 1847, le Libéria devient le premier État africain officiellement reconnu par les puissances occidentales. C’est aussi au 19ème siècle le seul État indépendant d’Afrique noire à l’exception de l’Éthiopie (ou Abyssinie). Il compte environ un peu plus de 3 millions d’habitants sur 111.000 km2. Sur ce petit territoire du golfe de Guinée, limitrophe de l’actuelle Côte-d’Ivoire, s’installent à partir de 1822 quelques milliers d’anciens esclaves originaires des États-Unis, à l’initiative d’une association philanthropique désireuse d’organiser le retour des Noirs sur le sol de leurs ancêtres, suite aux propositions du président James Monroe ‘’L’Amérique aux Américains’’.

      Les émigrants baptisent Liberia leur nouveau pays. Son drapeau est calqué sur celui des États-Unis, avec une seule étoile. La capitale, appelée Monrovia, dérivant de Monroe en l’honneur du président américain, tire fierté d’une copie du Capitole de Washington. Les anciens esclaves eux-mêmes reproduisent les comportements de leurs anciens maîtres, jusque dans leurs habillements et leurs logements et dans les traitements dégradants envers les autochtones Krous. Derrière cette vitrine moderne, la réalité est celle d’une poignée d’Afro-Américains exploitant une écrasante majorité d’indigènes pour le plus grand profit de quelques multinationales comme le caoutchoutier Firestone, propriétaire de plantations d’hévéas. Cette situation prend fin avec le massacre du président William Tolbert et de ses ministres sur la plage de Monrovia, la capitale, le 4 décembre 1980. Le sergent Samuel Doe, qui n’appartient pas à l’élite d’origine étasunienne, s’empare aussitôt du pouvoir. Mais il s’ensuit une épouvantable guerre civile qui l’oppose bientôt à un autre seigneur de la guerre, Charles Taylor. Massacres, mutilations, viols ramènent le pays à la plus extrême barbarie. Le Liberia a retrouvé une certaine stabilité le 8 novembre 2005, avec l’élection à la présidence, sous contrôle international, d’Ellen Johnson-Sirleaf, une Afro-Américaine formée dans les universités américaines. Aujourd c’est un foot-balleur international, Gearges weah qui est le Président !

      Pour l’histoire le Président Félix H. Boigny de C.I. fut très fâché contre Samuel Doe pour avoir fait fusiller au bord de la mer le mari de sa fille adoptive, ce malgré toutes les interventions et plaidoieries du vieux Houphouet. Ce mari était le ministre des affaires étrangère de William Tolbert ! Cette rancune tenace du Président Houphouet ne s’est jamais éteinte et l’a poussé à la vengeance et il a utiliz´sé la main de Blaise Compaoré pour fair rendre gorge à Samuel Doe. Rappelez-vous de ’’l’Opération jean’’ où des soldats burkinabè du CNEC en majorité ont été parachutés nuitamme au-desssus de la forêt libérienne pour aider Charles Taylor à faire la guerre. Dans ce combat un certain Prince Jonhson s’en est mêlé mais il a été massacre.

      Mais pourquoi ’’Opération Jean’’ ? Là aussi le Kôrô Yamyélé va vous en dire un morceau ! Comme c’était une opération concoctée par Blaise Compaoré sous instigation de Houphouet et en complicité avec Paris, donc non officielle et non autorisée par notre Assemblée de l’époque, c’était en fait du mercenariat et donc, les soldats étaient habillés en tissu jean pour ne pas se faire reconnaitre comme militaires. La seconde opération a été autorisée par l’Assemblée, donc intervention officielle du Burkina Faso lorsque les USA menacaient Blaise très fort avec le Nigéria et l’ECOMOG ! Et ce sont les premiers soldats de ‘’Opération Jean’’ qui réclamaient ici bruyamment leurs indemnités de combat à Blaise et à Diendéré avec à leur tête le fameux Gaspar Somé, car ils se sont sentis trahis et dupés. En son temps ils avaient donné la chair de poule à Blaise Compaoré qui a eu l’une des plus grandes frayeurs de sa vie ! Je laisse comme ça pour une autre fois ! Merci à vous.

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

  • Le 28 février à 10:38, par verite no1 En réponse à : Fonds monétaire international (FMI) : Antoinette Sayeh, première Africaine à occuper le poste de directrice générale adjointe

    Bof ! C’est un non-evenement pour moi ! Quelle decision peut-elle prendre sans consulter les petits blancs qui n’atteignent meme pas sa cheville ?
    Fatou qui voulait par orgeuil convoquer les responsables americains en Afganistan pour qu’ils repondent, a tout simplement ete humiliee comme une quidam ! Si les imperialistes ne veulent pas que les Africains s’expriment librement, qu’ils gardent leur puta.... de postes, point barre !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 28 février à 17:00, par sheikhy En réponse à : Fonds monétaire international (FMI) : Antoinette Sayeh, première Africaine à occuper le poste de directrice générale adjointe

    Merci le Kôrô Yam pour ce rappel très instructif. J’ai toujours pensé que Blaise et Golf cachaient leur nature peureuse et sournoise derrière une certaine dureté et cruauté. Mais ce n’est pas le sujet ici. EN attendant une prochaine sortie instructive...

    Répondre à ce message

  • Le 28 février à 17:41, par Vérité indiscutable En réponse à : Fonds monétaire international (FMI) : Antoinette Sayeh, première Africaine à occuper le poste de directrice générale adjointe

    Si c’est pour subir le même lavage de cerveau des puissances internationales et revenir faire comme le président du pays de l’éléphant, alors de grâce, epargnez-nous de ces nouvelles qui nous attristent plus qu’elles ne nous réjouissent.
    Dieu soit avec Elle pour qu’elle ne perde la moindre de ses valeurs ancestrales et sa mission sera belle.

    Répondre à ce message

  • Le 1er mars à 01:33, par Phil. En réponse à : Fonds monétaire international (FMI) : Antoinette Sayeh, première Africaine à occuper le poste de directrice générale adjointe

    Encore grand merci a kôrô yamyélè Pour ces énumérations pertinentes, a bientôt par phil farafidenh

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Coronavirus : L’ancien président tchadien Hissein Habré libéré pour 60 jours
Idriss Déby au front : Leçon de communication de guerre aux chefs d’Etat du Sahel
Lutte contre Boko Haram : L’armée tchadienne seule face à un destin commun
Législatives en Guinée : Le parti de Alpha Condé obtient 79 sièges sur 114 en jeu
Lutte contre le Covid-19 : « Le confinement n’est pas à l’ordre du jour au Bénin », selon le président Patrice Talon
Elections législatives au Mali : Le Covid-19 aura-t-il finalement eu raison ?
Enlèvement de Soumaïla Cissé : L’UPC témoigne sa solidarité à l’Union pour la république et la démocratie
Vatican : Le Pape François invite tous les chrétiens à une prière, ce vendredi 27 mars
Coronavirus : Macky Sall actionne la chaîne de solidarité au Sénégal
Lac Tchad : 92 militaires tués par Boko Haram
Guinée : Le forcing du professeur Condé
Covid-19 : Ces mesures radicales prises par la Chine
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés