Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le confinement n’est pas une suprématie, c’est être responsable en agissant pour un lendemain meilleur» Sonia Lahsaini

Santé sexuelle et reproductive : Le consortium « SOS Jeunesse et défis » forme des organisations de jeunesse

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mardi 25 février 2020 à 21h46min
Santé sexuelle et reproductive : Le consortium « SOS Jeunesse et défis » forme des organisations de jeunesse

Ouagadougou abritera du 25 au 27 février 2020, un atelier de formation des organisations de jeunesse issues du consortium SOS Jeunesse et défis. Cette formation portera sur la clarification des valeurs pour un meilleur accès des jeunes et des femmes aux services de santé sexuelle et reproductive. La cérémonie d’ouverture de cet atelier s’est tenue ce mardi 25 février, sous la présidence de la secrétaire technique du ministère de la Santé, Ida Kaboré.

Renforcer les capacités et les compétences des membres du consortium SOS Jeunesse et défis du Burkina Faso, du Mali, du Niger, du Bénin et de la Côte d’Ivoire, afin de mieux répondre aux préoccupations en lien avec les Droits à la santé sexuelle et reproductive (DSSR), c’est l’objectif visé par cet atelier de formation. Pendant trois jours, les participants passeront en revue la question de la clarification des valeurs et la transformation des attitudes sur les questions des DSSR et de l’avortement sécurisé dans les cinq pays concernés.

Une occasion pour les différents acteurs réunis à Ouagadougou de partager les expériences afin de capitaliser les acquis qui permettront de relever les défis futurs. La secrétaire technique du ministère de la Santé, Ida Kaboré, qui a présidé cette cérémonie, a remercié tous les participants. Elle a rappelé que cet atelier fait partie d’un agenda mondial à travers lequel tous les pays sont appelés à faire en sorte que les DSSR puissent être effectifs pour tous.

« Au Burkina Faso comme partout ailleurs dans tout l’espace francophone, il y a toujours des difficultés à assurer les droits à la santé sexuelle et reproductive des jeunes et de la population féminine », indique-t-elle. C’est pourquoi, ajoute madame Kaboré, cet atelier est une opportunité de savoir ce qui se passe dans les pays voisins afin de porter un jugement. Et en la matière, rassure-elle, le Burkina Faso peut se féliciter d’avoir un cadre juridique très avancé, même s’il reste encore un travail à faire afin d’améliorer l’accès à la santé sexuelle et reproductive pour tous. « Car, jusqu’à présent, au Burkina Faso, il y a encore 23% de besoins non-satisfaits, une mortalité infantile élevée, des enfants mariés avant 18 ans, un tiers des grossesses non-désirées. Et tout cela montre qu’il y a encore beaucoup de défis à relever dans le cadre des DSSR », regrette-t-elle. C’est pourquoi, elle espère que ce pool de formateurs puisse contribuer à l’amélioration de l’accès à la santé sexuelle et reproductive de tous.

Plusieurs acquis enregistrés

Pour le directeur exécutif de SOS Jeunesse et défis, Harouna Ouédraogo, son souhait, c’est que ces acteurs qui seront formés puissent être des relais auprès des autres membres dans leurs différents pays, pour que l’accès aux droits à la sexuelle et reproductive soit effectif pour les populations. Car au cours de ces trois jours, dit-il, les membres du consortium feront le point de l’état de la mise en œuvre des DSSR, sans oublier les questions de l’avortement sécurisé, etc.

Des textes nationaux et internationaux encadrent et promeuvent les droits à la santé sexuelle et reproductive, mais ils ne sont pas souvent respectés. Il s’agit, entre autres, de la loi sur la santé sexuelle et reproductive, la déclaration universelle des droits de l’homme, la loi sur le VIH/Sida.

Yvette Zongo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Situation de la chefferie traditionnelle et coutumière du Burkina Faso : L’association RACINES en appelle aux autorités politiques, administratives, traditionnelles et coutumières
Chefferie coutumière à Fada : « Les politiciens qui ont jeté l’huile sur le feu doivent l’éteindre », Pr Taladidia Thiombiano
Statue de Thomas Sankara : L’ambassadrice de Cuba au Burkina dépose une gerbe de fleurs
Lutte contre la drogue : Plus de 3 tonnes de cannabis saisies par la Brigade mobile des douanes de Bobo-Dioulasso
L’Aïd El Fitr : L’amir Saqib exhorte à se départir des attitudes égoïstes et surtout à multiplier les actes de solidarité et de compassion envers les autres
Ramadan 2020 à Ouagadougou : Sous le signe de la solidarité et du respect des mesures barrières contre le Covid-19
L’Aïd El Fitr 2020 : Imam Tiégo Tiemtoré appelle à plus de solidarité envers les personnes éprouvées par les actes terroristes et le COVID-19
Ramadan à Bobo-Dioulasso : Quand des fidèles prient pour l’éradication du Covid-19 sans respecter les mesures barrières
Ramadan : les fideles musulmans de Gaoua ont priés pour une meilleure situation sanitaire
Le Ramadan, c’est le dimanche 24 mai 2020 au Burkina
Bicéphalisme dans le royaume du Gulmu : Il faut vite éteindre le feu qui couve
Marathon Iftar : Le satisfecit des organisateurs
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés