Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le confinement n’est pas une suprématie, c’est être responsable en agissant pour un lendemain meilleur» Sonia Lahsaini

Violences sexuelles : Le Burkina se dote d’un nouveau projet pour le respect des droits des adolescents

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mardi 25 février 2020 à 16h30min
Violences sexuelles : Le Burkina se dote d’un nouveau projet pour le respect des droits des adolescents

Le Centre de recherche pour le développement international (CRDI), en partenariat avec l’Institut supérieur des sciences de la population (ISSP), a lancé le projet « Répondre aux violences sexuelles envers les adolescent.e.s au Burkina Faso pour le respect de leurs droits sexuels et reproductifs ». C’était ce mardi 25 février 2020 à Ouagadougou.

D’après une enquête nationale réalisée par le ministère en charge de la Famille en 2018, ce sont 5 520 adolescents (entre 12 et 17 ans) qui sont victimes de violences sexuelles au Burkina Faso. Souvent, ce sont des personnes proches (famille ou quartier) qui sont auteurs de ces violences.

Face à cette situation, le Centre de recherche pour le développement international (CRDI), en partenariat avec l’Institut supérieur des sciences de la population (ISSP), a lancé le projet « Répondre aux violences sexuelles envers les adolescent.e.s au Burkina Faso pour le respect de leurs droits sexuels et reproductifs ».

Le directeur de l’ISSP, Dr Abderamane Soura

Selon le directeur de l’ISSP, Dr Abdramane Soura, ce projet vise à contribuer à la réduction des violences sexuelles à l’endroit des adolescents et leur impact sur la santé sexuelle et reproductive. Il a, par ailleurs, souligné que le Burkina Faso ne dispose pas de documentation adéquate sur ce phénomène. Ainsi, « il est nécessaire de disposer d’une meilleure connaissance sur le sujet », a-t-il formulé.

Compte tenu de ses statistiques préoccupantes, la région du Sud-Ouest va abriter l’exécution de ce projet sur une période de 36 mois, soit trois ans.

Les structures gouvernementales, l’équipe de l’université et les partenaires de la société civile vont exécuter ce projet

Un projet multinational

Pour la présidente de la Communauté d’action pour la promotion de la santé sexuelle et reproductive au Burkina Faso (CAPSSR-BF), Mariam Nonguierma, cette étude va en étroite ligne avec les objectifs de sa structure. La CAPSSR-BF, née en 2015 et reconnue officiellement en 2018, s’est dotée pour mission d’améliorer la santé sexuelle et reproductive à travers la violence basée sur le genre.

La représentante du CRDI, Dr Marie-Gloriose Ingabiré

A en croire la représentante du CRDI, Dr Marie-Gloriose Ingabiré, le présent projet est une cartographie commanditée dans l’espace de la Communauté économiques des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO). Elle a indiqué que ce projet est initié au Togo avec la même problématique. Ainsi, ces deux pays vont avoir des séances de partage d’information sur les violences sexuelles afin de dégager une stratégie d’intervention pouvant être mise à l’échelle pour améliorer la prévention et les réponses aux violences sexuelles sur les adolescents. Bientôt, une telle étude sera effectuée au Niger et en Côte d’Ivoire.

Le directeur de cabinet du président de l’Université Joseph Ki-Zerbo, Dr Moumouni Zoungrana

Dans son intervention, le directeur de cabinet de l’Université Joseph-Ki-Zerbo, Dr Moumouni Zoungrana, a dressé la liste des intervenants de ce projet. Pour lui, cette étude, qui est financée par le CRDI, sera mise en œuvre par l’Université Joseph-Ki-Zerbo à travers l’ISSP, qui est en collaboration avec la CAPSSR-BF.

Le Centre de recherche pour le développement international (CRDI) est une agence du gouvernement canadien, qui aura bientôt 50 ans au service de la recherche du développement dans les pays en voie de développement.

Cryspin Masneang Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 26 février à 08:37, par kwiliga En réponse à : Violences sexuelles : Le Burkina se dote d’un nouveau projet pour le respect des droits des adolescents

    "5 520 adolescents (entre 12 et 17 ans) qui sont victimes de violences sexuelles au Burkina Faso. Souvent, ce sont des personnes proches (famille ou quartier) qui sont auteurs de ces violences."
    Moi je n’y comprend rien.
    Là, il n’est plus question de parler de " respect de leurs droits sexuels et reproductifs".
    Enfin, il y a quand même des lois dans le pays.
    Le viol, les abus et violences sexuelles, tout ça relève du tribunal.
    Alors, ou bien il y a 5520 adultes "abuseurs" qui sont en prison, ou bien le ministère de la famille réalise des enquêtes, dans le seul but de faire des réunions et ne dénonce pas ce qu’ils apprennent auprès des autorités judiciaires ?
    En tous cas, même si tout ça n’est pas clair ça permet de mettre en évidence une pédophile autochtone, dont beaucoup d’entre nous préfèrent croire qu’elle est réservée aux "blancs".

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Situation de la chefferie traditionnelle et coutumière du Burkina Faso : L’association RACINES en appelle aux autorités politiques, administratives, traditionnelles et coutumières
Chefferie coutumière à Fada : « Les politiciens qui ont jeté l’huile sur le feu doivent l’éteindre », Pr Taladidia Thiombiano
Statue de Thomas Sankara : L’ambassadrice de Cuba au Burkina dépose une gerbe de fleurs
Lutte contre la drogue : Plus de 3 tonnes de cannabis saisies par la Brigade mobile des douanes de Bobo-Dioulasso
L’Aïd El Fitr : L’amir Saqib exhorte à se départir des attitudes égoïstes et surtout à multiplier les actes de solidarité et de compassion envers les autres
Ramadan 2020 à Ouagadougou : Sous le signe de la solidarité et du respect des mesures barrières contre le Covid-19
L’Aïd El Fitr 2020 : Imam Tiégo Tiemtoré appelle à plus de solidarité envers les personnes éprouvées par les actes terroristes et le COVID-19
Ramadan à Bobo-Dioulasso : Quand des fidèles prient pour l’éradication du Covid-19 sans respecter les mesures barrières
Ramadan : les fideles musulmans de Gaoua ont priés pour une meilleure situation sanitaire
Le Ramadan, c’est le dimanche 24 mai 2020 au Burkina
Bicéphalisme dans le royaume du Gulmu : Il faut vite éteindre le feu qui couve
Marathon Iftar : Le satisfecit des organisateurs
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés