Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne vous laissez pas éteindre, vous ne savez pas pour qui vous êtes lumière. »  Igor Markvitch

Cinéma : « les quatre filles fantastiques » dans les salles

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET • mardi 25 février 2020 à 11h30min
Cinéma : « les quatre filles fantastiques » dans les salles

Le réalisateur burkinabè Tarik Ahmed Sako a procédé le lundi 24 février 2020 au ciné Burkina à Ouagadougou, à la projection de son tout premier film intitulé « les quatre filles fantastiques ». C’est un long métrage qui parle de filles qui se font courtiser par des hommes. Samuel (un acteur) après avoir partagé un moment intime avec Astrid (un autre personnage) décide de la plaquer. Mais, c’était sans compter avec sa capacité de contrattaquer.

Du nouveau dans les salles de ciné du Burkina Faso. Pour cause, le lundi 24 février 2020, c’est la date choisie par Tarik Ahmed Sako pour faire sortir son tout premier film. La toute dernière production du 7e art burkinabè est intitulé « les quatre filles fantastiques ». En avant-première, les journalistes et quelques cinéphiles ont pu visionner le long métrage durant 1h42 minutes. C’est un film qui met en exergue le comportement de quatre jeunes filles ainsi que des garçons. Profitant des vacances, ces filles sont allées louer une villa pour croquer comme on le dit souvent la vie.

C’est ainsi qu’un jour, elles se retrouvèrent dans un lieu où des garçons se sont amenés aussi pour souffler un peu. Ce fut donc l’occasion pour que les deux parties fassent connaissance. Après les échanges de contact, Samuel jure de mettre sur son lit Astrid. Ses stratagèmes finiront par payer. Après avoir partagé un moment intime, Samuel décide de se débarrasser de son désormais trophée de chasse. C’était sans compter avec l’intelligence de sa partenaire d’une soirée. Elle avait pris le soin de filmer la scène des ébats où l’on voyait bien Samuel. Muni de cette vidéo, Samuel est ténu au carreau.

La réalisateur a indiqué que l’œuvre est une production personnelle est autofinancée. Le tournage et le montage ont pris 08 mois. « Le message que je veux lancer, c’est de ne pas jouer avec le sentiment des gens. On peut commencer avec de l’amusement et par la suite, ça devient du sérieux » a-t-il conclu. Le film passe cette semaine, du 24 février au 1er mars 2020.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Royaume de Ouagadougou : Des frictions entre le Gounghin Naaba et le Laarlé au sujet d’un livre à paraitre
Covid-19 : Floby vient en soutien au syndicat des artistes musiciens
Covid-19 : Un fonds de plus d’un milliard pour soutenir les acteurs culturels et touristiques
Paiement par anticipation des droits d’auteur : le BBDA répond au syndicat des artistes
Culture : L’humoriste « lajaguar » devient « le vagabond de l’assainissement »
Covid-19 : la culture touchée, mais pas coulée
Lutte contre le covid-19 au Burkina : L’artiste Don Sharp de Batoro participe au combat
Religion : « La musique est un moyen d’évangélisation », dixit l’abbé Lucien Wanré
Christiane Zoungrana : « Le tissage, c’est une histoire d’amour »
Poème : « Magnificat » de Marie Mechtilde Guirma
Bobo-Dioulasso : Ous Hebié dédicace son troisième album « Yahigô »
Musique : Bil Aka Kora marque son retour sur scène avec « fulu », son sixième album
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés