Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne vous laissez pas éteindre, vous ne savez pas pour qui vous êtes lumière. »  Igor Markvitch

Drame de Yirgou : « Si vous prenez une piste dans la brousse, vous préférez croiser un lion qu’un humain », révèle le maire de Barsalgho au sujet de la psychose qui prévaut dans la localité

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • dimanche 23 février 2020 à 11h43min
Drame de Yirgou : « Si vous prenez une piste dans la brousse, vous préférez croiser un lion qu’un humain », révèle le maire de Barsalgho au sujet de la psychose qui prévaut dans la localité

« Massacres de populations et conflits communautaires : où en est le Burkina Faso un an après Yirgou ? ». C’est sous ce thème que l’institut Free Afrik a, ce vendredi, 21 février 2020 à son sis à Ouaga 2000, organisé un panel pour scruter les conséquences de ce drame sur la construction de l’Etat-Nation burkinabè et la question du vivre-ensemble aujourd’hui.

Pour décortiquer le thème, l’institut de Dr Ra-Sablga Seydou Ouédraogo a mobilisé comme panélistes, le maire de Barsalogho (chef-lieu de la commune d’où relève le village de Yirgou), Abdoulaye Pafadnam ; le porte-parole du Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC), Apsa Diallo et l’enseignant-chercheur en physiologie animale, auteur du « Vivre ensemble, au-delà du slogan », Pr Youssoufou Ouédraogo. La modération a été, elle, assurée par le journaliste, Boukari Ouoba du Bimensuel d’informations générales et d’opinions, Mutations.

Le directeur exécutif de Free Afrik, Dr Ra-Sablga Seydou Ouédraogo a, dans ses propos introductifs, dépeint la situation actuelle du pays, relevant au passage que le Burkina enregistre à ce jour, deux millions de personnes en situation de détresse humanitaire, d’une manière ou d’une autre.

Il a également rappelé que le 23 janvier 2019, son institut organisait une conférence publique sur le sujet, avec pour promesse de rebelotter à l’an I pour faire le point des actions. Ce panel se voulait donc un cadre de réflexions et de recherche de pistes pour le vivre-ensemble et la cohésion sociale.

« En février 2019, il y avait 60 000 déplacés au Burkina Faso, aujourd’hui nous avons probablement plus de 700 000 déplacés », cartographie-t-il, soulignant la gravité de la situation que vit le Burkina.

Puis, au maire de la commune de Barsalgho d’ouvrir le bal des interventions des panélistes, en faisant un état des lieux dans sa commune qui abrite les déplacés. Selon Abdoulaye Pafadnam, sur les 75 villages que compte Barsalgho, seuls dix abritent à ce jour ses habitants ; le reste étant vidé de ses populations. Il est revenu sur les premiers moments du drame et les efforts fournis par le Conseil municipal, les personnes-ressources et les populations de villages environnants pour accueillir les personnes en fuite de Yirgou.

De g.àd. Apsa Diallo, Boukari Ouoba, Pr Youssoufou Ouédraogo et Abdoulaye Pafadnam

Après avoir présenté la situation sur le plan des infrastructures d’accueil et de l’alimentation, M. Pafadnam a décrit l’atmosphère qui prévaut dans cette zone qui continue de subir des attaques terroristes. « Si vous prenez une piste dans la brousse, vous préférez croiser un lion qu’un humain. La psychose est généralisée », présente le bourgmestre.

Cependant salue-t-il l’action des leaders d’opinion à travers les sensibilisations, la contribution des partenaires nationaux et internationaux par l’élan de solidarité, etc.
Le porte-parole du Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC), Apsa Diallo, s’est appesanti sur le volet judiciaire du dossier. Elle est donc revenue sur les actions posées jusqu’à ce jour. Le point est mitigé vis-à-vis de la justice. Apsa Diallo déplore également que pour Yirgou, le président du Faso n’ait pas décrété par exemple un deuil national, alors que pour des cas similaires, il en a été le cas. Elle appelle à « une volonté manifeste » au plus haut niveau pour faire de Yirgou, une affaire nationale, et non une question de Peulhs.

Quant à l’enseignant-chercheur, Pr Youssoufou Ouédraogo, qui s’est intéressé au débat public sur la question, et relevant certains faits dans la société, il s’est posé la question de savoir si les Burkinabè sont réellement disposés à vivre ensemble. Il a interpellé chaque Burkinabè à faire attention à ce qu’il dit et surtout à éviter de juger sans avoir pris le temps de s’informer. « Humilité et pédagogie dans la prise de parole », a prôné l’auteur du « Vivre ensemble, au-delà du slogan », Pr Youssoufou Ouédraogo.

Cette étape d’exposés a été suivie de l’intervention des participants. Ici, les réactions ont été également nombreuses et sont allées de questions d’éclaircissements à des contributions en passant par des commentaires et autres points de vue. De nombreux intervenants restent persuadés que le fond du problème n’est jusque-là pas cerné par les Burkinabè.

Pour rappel, ce panel avait pour objectif de scruter les conséquences du drame de Yirgou sur la construction de l’Etat-Nation burkinabè et la question du vivre ensemble aujourd’hui ; s’interroger sur la question des poursuites judiciaires et où en sommes-nous avec la justice. Il vise également à définir les principaux axes d’actions requises et les principaux acteurs à engager pour prémunir le pays, à l’avenir, d’un tel drame ainsi que d’esquisser, dans une démarche d’intelligence collective, des éléments d’un agenda multi-acteurs en vue de consolider la cohésion sociale, le vivre-ensemble et la co-existence pacifique entre communautés.

O.L
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Fermeture des lieux de réjouissance : « Je refuse de vendre mon corps pour de l’argent », déclare une serveuse
Ouagadougou : Un incendie fait des dégâts matériels dans un immeuble au centre-ville
Situation nationale : le RENLAC milite pour l’annulation ou à la suspension de l’IUTS.
Lutte contre le Covid-19 : l’Association Professionnelle des Sociétés d’Assurances du Burkina (APSAB) assure avec 50 millions de F CFA
In memoria : Tibila Mathurin NOUGTARA
Coronavirus : A Pazaani, les déplacés internes appliquent l’hygiène
Fermeture des marchés et yaars : Le Conseil national de l’économie informelle mobilise 122,25 tonnes de vivres pour soutenir ses militants touchés
Lutte contre le Covid-19 : Orca Deco offre du matériel médical au CHU de Tingandogo
Lutte contre le coronavirus : L’étudiant Issiaka Porgho fait don de 350 masques à ses camarades à Bobo-Dioulasso
Lutte contre le Covid-19 : Le DG de la SNC, Bamassa Ouattara, apporte sa contribution dans les Cascades
Mesures sociales au Burkina Faso : Evitons le copier-coller
Suspension des salaires des agents de l’éducation : Le syndicat de l’éducation de base exhorte les travailleurs à rester solidaires et mobilisés.
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés