Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le confinement n’est pas une suprématie, c’est être responsable en agissant pour un lendemain meilleur» Sonia Lahsaini

Entrepreneuriat agricole : La Suisse apporte plus de cinq milliards F CFA au Burkina

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET • vendredi 21 février 2020 à 23h30min
Entrepreneuriat agricole : La Suisse apporte plus de cinq milliards F CFA au Burkina

Dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie de coopération 2017-2020 et de la contribution à la mise en œuvre de la politique de développement inclusif du Burkina Faso, la Suisse apporte sa partition à hauteur de 5, 120 milliards de francs CFA, par la signature d’un accord, ce vendredi 21 février 2020.

Pour la mise en œuvre de la politique de développement inclusif du Burkina Faso, la coopération Suisse et le gouvernement ont formulé un programme intitulé « Programme d’appui à la promotion de l’entreprenait agricole (PAPEA) ». Ce programme découle des acquis du Programme d’appui à la modernisation des exploitations agricoles (PAMEFA) mis en œuvre par le ministère en charge de l’Agriculture entre 2015 et 2018.

Selon la directrice du bureau de coopération de l’ambassade de Suisse au Burkina, Elisabeth Pitteloud Alansar, l’objectif de ce programme est développer l’entrepreneuriat agricole en créant de l’emploi et générant des revenus au profit des populations rurales et périurbaines, en particulier des jeunes et des femmes. C’est ainsi que sa structure a décidé de financer le programme à hauteur de 5, 120 milliards de francs CFA.

Elisabeth Pitteloud Alansar (à gauche) et le ministre Lassané Kaboré (à droite)

Pour le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Lassané Kaboré, le PAPEA est prévu pour une période de douze (12) ans, séquencée en trois (03) phases de quatre années chacune. La présente convention concerne la première phase du programme, qui va couvrir la période 2019-2023. Et cette première phase va toucher trois régions notamment le Nord, le Centre-Nord et les Hauts-Bassins.

Un programme qui va aider les bénéficiaires et acteurs de la chaîne. « Les ressources du programme serviront à faciliter l’émergence dans l’écosystème des prestataires, des services d’appui, des entreprises agricoles, l’éclosion de la finance inclusive en faveur de l’entrepreneuriat agricole des jeunes et des femmes », a indiqué Elisabeth Pitteloud Alansar.

Conseiller technique du ministre de l’Ageiculture, Antoine Compaoré (au micro)

Pour Antoine Compaoré, conseiller technique du ministre de l’Agriculture, ce financement vient à point nommé, car les efforts actuels du gouvernement s’orientent vers la création d’emploi et surtout l’emploi décent au profit de la frange jeune et sa population. « C’est un financement qui viendra bonifier les activité au sein du ministère de l’agriculture », a-t-il affirmé.

A en croire Elisabeth Pitteloud Alansar, ce nouveau partenariat implique les interventions non seulement des services techniques du gouvernement mais également des ONG, des organisations socioprofessionnelles locales et le secteur privé.

Cryspin Masneang Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 22 février à 15:12, par À qui la faute ? En réponse à : Entrepreneuriat agricole : La Suisse apporte plus de cinq milliards F CFA au Burkina

    Merci aux donateurs ! C’est vraiment le secteur qu’il faut booster. Avec le pourcentage de la population rural c’est le seul secteur qui peut fera la force de notre future devise compétitive.
    Vivement que ça soit bien géré !

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 17:24, par Kouda En réponse à : Entrepreneuriat agricole : La Suisse apporte plus de cinq milliards F CFA au Burkina

    5 milliards FCFA. Et on fait tout ce boucan. Nous sommes vraiment un pays de mendiants. C’est minable et ecoeurant.
    Si le gouvernement rationnalise la consommation de carburant, d’eau, d’électricité et surtout se déleste de ces voitures V8 aussi bien inutiles que très dépensières, nous pourrons économiser par mois plus de 20 milliards. Nous ne sommes pas pauvres car si nous l’étions réellement, nous utiliserions judicieusement le peu de ressources que nous avons. Imaginez tout simplement une famille qui se dit très pauvre, demande assistance autour d’elle mais gaspille quotidiennement la nourriture, l’eau et l’électricité. Bonnes gens, allez vous croire à la misère supposée de cette famille ?

    Répondre à ce message

  • Le 24 février à 12:45, par Bahdon Abdillahi Mohamed En réponse à : Entrepreneuriat agricole : La Suisse apporte plus de cinq milliards F CFA au Burkina

    Oui, Kouda, je partage ton opinion. On ne peut vivre éternellement de la mendicité alors que nos pays ont des ressources pour réduire la pauvreté de nos peuples, en acceptant ce qu’on appelle par euphémemisme coopération ou don, c’est se soumettre à celui qui donne, non qui investit comme le disait assez justement Thomas Sankara. La question qu’on doit se poser, c’est le nombre d’entreprises suisses qui vont intervenir pour s’accaparer ce pactole ; l’argent retourne au supposé donateur. Et l’autre question, ce sont quels types de produits nocifs et dangereux pour la santé humaine et environnementale seront introduits par les entreprises suisses. Je rappelle que des sociétés suisses ont vendu aux pays d’Afrique de l’Ouest un pétrole nocif pour les populations, un journaliste de ce pays a sorti une investigation. J’invite les journalistes Burkinabès de suivre de près l’arrivée de nouvelles entreprises suisses dans un secteur stratégique comme l’agriculture...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Passage du franc CFA à l’Eco : La non-dépréciation des réserves n’est plus une garantie
AVIS à MANIFESTATION D’INTERET pour Amélioration de la production et l’efficience d’utilisation de la fumure organique dans les systèmes de production à l’ouest du Burkina Faso (APEUFO)
Transparence budgétaire : Le Burkina Faso doit mieux faire
« Campagne de diffamation » de la Chambre de commerce : L’auteur est entre les mains de la justice burkinabè
Direction générale des impôts : Une nouvelle Direction des moyennes entreprises pour optimiser les recettes fiscales
Assemblée nationale : Les députés adoptent un projet de financement pour la création d’une banque d’agrobusiness
Région du Centre : Une troisième Direction des moyennes entreprises, pour être plus proche des contribuables
Ouverture effective de la Direction des moyennes entreprises du Centre-III (DME- CIII) prévue le vendredi 15 mai 2020
Liste des structures ayant un protocole de contrôle de qualité sanitaire avec le LNSP pour le contrôle de qualité sanitaire de leurs eaux 2019-2020
Oxfam recrute un LOGISTICS OFFICER DISTRIBUTION
Oxfam recrute un (e) assistant(e) administration finance
Lutte contre les effets du Covid-19 : Le Ministère de l’économie donne des précisions sur les mesures fiscales d’accompagnement
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés