Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Etre libre, ce n’est pas pouvoir faire ce que l’on veut, mais c’est vouloir ce que l’on peut.» Jean-Paul Sartre

Fête de la Saint Valentin : Qu’en pensent les Ouagalais ?

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • jeudi 13 février 2020 à 21h00min
Fête de la Saint Valentin : Qu’en pensent les Ouagalais ?

Chaque 14 février, les amoureux roucoulent à l’occasion de la fête de la Saint Valentin. Mais combien sont ceux qui comprennent le sens de cette fête ? Quelles valeurs les citoyens attribuent-ils à cette fête ? Cette année, nous avons promené notre objectif au grand marché de Ouagadougou, pour recueillir les avis des « amoureux » sur le sujet.

Anhitaga Nathanaël Kalguié

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 13 février à 13:41, par TANGA En réponse à : Fête de la Saint Valentin : Qu’en pensent les Ouagalais ?

    La saint Valentin existait depuis la nuit des temps.
    Dans nos pays et même en europe, on en faisait pas cas comme présentement. Cela par ce que les populations et leurs dirigeants avaient d’autres priorités et même s’entendaient assez bien.
    Depuis un certains temps, nos populations sont objets d’attaques de consciences notamment avec la music, les Novélas, la saint Valentin, les alcools frelaté que l’on laisse entrer, les comprimés (drogues du genre tramadol) etc. sans parler du football qui lui est bien. Ce sont des choses dont on fait la promotion en facilitant leurs développement afin d’endormir les peuples.
    Mais force est de constater qu’après avoir ingurgiter toutes ces choses, les peuples se réveillent brutalement.
    Comme disait quelqu’un : Valentin c’est l’enfant de qui ?
    Faisons la promotion de ce qui nous arrange plutôt.

    Répondre à ce message

  • Le 13 février à 19:13, par Mogo En réponse à : Fête de la Saint Valentin : Qu’en pensent les Ouagalais ?

    Nous sommes en guerre et il faut le reconnaître. Pendant que les FDS se sacrifient au front, pendant que des populations souffrent, pendant que des élèves ne vont plus à l’école, etc., des inconscients continuent à vouloir organiser des festivités inutiles. Il faut que le gouvernement réagisse avec vigueur et interdire ces ripailles et réjouissances sans fondements. On ne peut pas et on ne doit pas accepter ces déviances dans le contexte actuel

    Répondre à ce message

  • Le 14 février à 10:32, par Demisson En réponse à : Fête de la Saint Valentin : Qu’en pensent les Ouagalais ?

    Tout simplement expression de notre aliénation. Nous sommes (pas seulement Burkinabé, mais noirs africains) tous consommateurs sans discernement de ce qui nous vient de l’Occident.
    Pendant ce temps, nos fêtes traditionnelles, chargées de nos cultures, sont de plus en plus inconnues. Très peu de jeunes peuvent vous dire le sens et la signification du Basga chez les mossis par exemple.
    Il est temps de nous revaloriser collectivement et individuellement en accordant plus de valeur à ce que nos ancêtres nous ont légué comme patrimoine culturel.

    Répondre à ce message

  • Le 15 février à 13:16, par jeunedame seret En réponse à : Fête de la Saint Valentin : Qu’en pensent les Ouagalais ?

    MOGO, elle n’est pas inutile cette fête. Au contraire elle garde un sens humain et social dans l’église, une morale de vie sobre. Et elle peut aussi des cœurs en guerre si elle est bien comprise et pratiquée. Malheureusement, la fête a été transfigurée par la presse et ainsi dévalorisée dans les rues ; car les jeunes de dehors sans éducation l’ont assimilée à leurs activités de dévergondage. Sinon, essayons de connaître et garder la valeur du mot amour, en le prenant dans son sens noble. Pas celui des intimités et autres perversions. Le gouvernement n’a pas d’emprise sur l’église catholique. Tout ce que le gouvernement peut faire, c’est d’inviter les médias à retourner la fête à l’église à travers leur style de rédaction et de publicité ; à restructurer le sens de la fête et les valeurs du mot amour selon l’église. À réinsérer l’esprit de la fête dans son cadre religieux ; juste pour vous calmer les folies et racheter les pagailleurs, les décrocheurs en éducation sociale et familiale. Les médias ont créé le délire qu’ils peuvent guérir. Sinon, bonjour les égarements éternels.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Police municipale de Ouagadougou : 17 engins retrouvés et restitués à leurs propriétaires
Concours directs de la Fonction publique : Des journalistes à la découverte du processus de correction électronique
Mutilations génitales féminines : La nécessité d’efforts collectifs pour maitriser le phénomène
Tchériba (Boucle du Mouhoun) : A 12 ans, Afissata Do tient le flambeau de la poterie familiale
Chaîne d’approvisionnement en situation d’urgence : Le projet One Health passe en revue ses résultats
Projet AGCEDE : L’ambassadrice du Canada sur les traces des réalisations à Houndé
Bonne gouvernance au Burkina : Faire du fonctionnaire burkinabè, un agent républicain
Fin d’études à l’ENAREF : Michel Wendmanegueda Yaméogo inaugure les soutenances de 2020
LONAB : Trois heureux gagnants empochent plus de 173 millions de F CFA
PME/PMI : L’ONG Hope’87 renforce les compétences de 105 jeunes entrepreneurs
« Nous voulons retourner à l’école en toute sécurité », disent les enfants
Education en situation d’urgence : Le Burkina adopte une nouvelle stratégie nationale
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés