Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui épouse facilement la foule connaît des jouissances fiévreuses.» Charles Baudelaire ; Le spleen de Paris, Les foules (posthume, 1869)

Sommet de Pau : Ablassé Ouédraogo livre une « analyse froide » sur les conclusions

Accueil > Actualités > Opinions • Déclaration • mercredi 5 février 2020 à 12h10min
Sommet de Pau : Ablassé Ouédraogo livre une « analyse froide » sur les conclusions

Dans la déclaration ci-après, Ablassé Ouédraogo, président de Le Faso Autrement, revient sur les conclusions du sommet de Pau qui a réuni le 13 janvier 2020 les présidents des pays du G5 Sahel et Emmanuel Marcon, président de la république de France, sur la situation sécuritaire au Sahel.

Ouagadougou le 04 Février 2020

UNE ANALYSE FROIDE : LECONS CONTRE LE POPULISME ET LA DEMAGOGIE

Le sommet tant attendu de Pau en France, sur invitation impérative du Président de la République Française, a effectivement eu lieu effectivement le 13 janvier 2020 et à l’issu de leur rencontre, les Chefs d’Etat ont rendu publique une déclaration qui confirme cette évidence : le populisme, la démagogie, la gouvernance par la rue et le mensonge ne tiennent jamais face à la réalité politique et au vrai rapport de force.

Dans notre communication du 5 décembre 2019 sur le sujet, nous avions déjà insisté sur le fait que les Chefs d’Etat des pays membres du G5 Sahel n’avaient aucune marge de manœuvre et que la seule raison d’être de ce sommet à six (6) était de faire cesser les agitations populistes anti-françaises orchestrées par les pantins politiques au service des régimes en place dans les pays concernés. Et la déclaration du sommet de Pau nous donne raison.

En effet, le premier point important de ladite déclaration précise clairement que : « Les Chefs d’Etat du G5 Sahel ont exprimé le souhait de la poursuite de l’engagement militaire de la France au Sahel, et ont plaidé pour un renforcement de la présence internationale à leurs côtés. Ils ont exprimé leur reconnaissance à l’égard de l’appui crucial apporté par les Etats-Unis et ont exprimé le souhait de sa continuité ».

C’est bien ce que nous avions souligné le 5 décembre 2019. Les Chefs d’Etat des pays membres du G5 Sahel n’avaient guère de choix si ce n’est celui de la mort de leurs régimes respectifs. Par ce paragraphe, les Présidents du G5 Sahel ont publiquement et ouvertement désavoué leurs ouailles qui, par des prises de paroles irresponsables et des slogans populistes et démagogiques, tentaient de faire porter à la France la responsabilité de l’échec des gouvernants et de leur incapacité à répondre aux aspirations de leurs peuples.

L’autre décision importante de ce sommet de Pau est la mise sur pieds d’un nouveau cadre de coopération baptisé « Coalition pour le Sahel » qui, de par les grandes orientations à elle fixées, nous fait craindre un enlisement de la situation sur le terrain et pour cause :

-  Le premier domaine d’intervention prioritaire et probablement le seul qui connaitra une concrétisation rapide est le combat contre le terrorisme. La zone de concentration des efforts militaires sera la région des trois (3) frontières sous le commandement conjoint de la Force Barkhane et de la Force conjointe du G5 Sahel, en ciblant en priorité l’EIGS (Etat Islamique au Grand Sahel).

En faisant le choix clair de l’option du “tout militaire“, nos Chefs d’Etat ont accepté que la gestion opérationnelle de cette lutte contre le terrorisme continue de leur échapper puisqu’aucune de nos armées n’a ni l’équipement, ni la formation adéquats, pour faire face seule à cet ennemi inconnu mais facilement identifiable.

Il convient, une fois encore, de rappeler que nous ne minimisons en aucune manière la nécessité d’une lutte armée contre le terrorisme. Nous sommes tous simplement convaincus, que la priorisation à outrance de l’aspect militaire de ce fléau, nous fait perdre de vue les autres aspects tout aussi importants voire plus.

-  Le deuxième domaine d’intervention de cette Coalition pour le Sahel est le renforcement des capacités militaires des Etats de la région. Contrairement à ce qui était souhaité, les présidents des pays membres du G5 Sahel n’ont pu initier la relecture ou la renégociation de véritables accords de coopération et de partenariat militaires pouvant garantir un transfert de compétences et d’équipements au profit de nos armées démunies et sous équipées. La dépendance militaire des pays du G5 Sahel envers la France va donc assurément perdurer, et ils seront toujours obligés de leur courir après en cas de difficultés.

-  Le troisième axe d’intervention, traitant de l’appui au retour de l’Etat et des administrations sur les territoires attaqués, nous semble être le parent pauvre de cette Coalition pour le Sahel et on doit le déplorer car seul un véritable développement intégré des zones sous emprise des mouvements terroristes peut garantir la non répétition des troubles et des conflits. Il est indispensable que les populations de ces zones souvent reculées bénéficient, non seulement des services du pouvoir régalien, mais aussi et surtout des infrastructures de développement humain tels que les écoles, les centres de santé afin qu’elles ne se sentent plus isolées et abandonnées par les pouvoirs publics.

-  Le dernier domaine est celui qui consacre le statut d’éternels assistés aux pays du G5 Sahel et c’est là où le bât blesse. En effet, aucune indépendance n’est possible sans le travail sérieux et la volonté claire. Comment comprendre en effet, que pendant que nos Etats sont toujours sous assistance financière de la France principalement, des individus pourtant conscients de la réalité, continuent d’agiter la foule et d’entretenir le sentiment anti français au nom d’un panafricanisme dévoyé.
Selon notre compréhension, le panafricanisme, le vrai, ne doit pas résider dans les slogans creux, mais dans le travail méthodique et acharné des peuples africains pour réaliser par eux-mêmes l’indépendance effective voulue par tous.

La principale leçon que nous devons donc tous retenir, de ce Sommet du 13 janvier 2020 à Pau, est que nous, Africains, devons trouver les solutions à nos problèmes, et travailler très dur pour nous assumer. C’est ainsi que, nous, au parti Le Faso Autrement, concevons le panafricanisme.

Le Président du Parti

Dr Ablassé OUEDRAOGO
Commandeur de l’Ordre National

Vos commentaires

  • Le 4 février à 21:04, par Amadoum En réponse à : Sommet de Pau : Ablassé Ouédraogo livre une « analyse froide » sur les conclusions

    Tout ce que M. Ouedraogo est en train de dire est su de tout le monde. Il a aussi fait une "analyse" qui ne tient aucunement compte des realites. Et au dela de cela, il n’a fait aucune suggestion concrete. Quand on critique, il faut avoir des suggestions en contre partie, sinon, c’est mieux de se taire.
    J"ai une question pour M. Ouedraogo et tous ceux qui s’excitent et servent la demagogie au peuple : que suggere t-il pour que le Burkina Faso soit vraiment independant de la France ? Car, a la fin des fins, c’est de notre independance reelle qu’il s’agit.

    Répondre à ce message

  • Le 5 février à 00:43, par detente En réponse à : Sommet de Pau : Ablassé Ouédraogo livre une « analyse froide » sur les conclusions

    Voici la preuve , si besoin en etait que Ablasse est lent a la detente. Il lui aura fallu pres d’un mois pour faire une analyse qui se resume a ce que tout le monde sait deja.

    Répondre à ce message

  • Le 5 février à 05:55, par Omar DAO En réponse à : Sommet de Pau : Ablassé Ouédraogo livre une « analyse froide » sur les conclusions

    Pendant que les autres "labourent" le terrain à l’approche d’importantes échéances électorales, nous faisons des déclarations futiles et sans objet...

    Répondre à ce message

  • Le 5 février à 07:50, par Mechtilde Guirma En réponse à : Sommet de Pau : Ablassé Ouédraogo livre une « analyse froide » sur les conclusions

    Cher Monsieur Amadoum,

    Vous parlez de suggestion concrète ? Et ceci alors :

    La principale leçon que nous devons donc tous retenir, de ce Sommet du 13 janvier 2020 à Pau, est que nous, Africains, devons trouver les solutions à nos problèmes, et travailler très dur pour nous assumer.

    Vous savez, vous les jeunes, vous ne savez pas lire entre les lignes ni décodez le non dit, ni les leçons. C’est pour cela d’ailleurs que beaucoup se sont tus pour cause de peine perdue.

    Répondre à ce message

    • Le 5 février à 12:27, par Amadoum En réponse à : Sommet de Pau : Ablassé Ouédraogo livre une « analyse froide » sur les conclusions

      Chere Mme Guirma,
      J’etais a la bataille du rail et ai contribue financieremnt avec ma bourse ! J’ai aussi achete les haricots verts boycottes par la France.
      "Travailler tres dur" est une idee noble qui vous est tangible et que vous, en tant qu’individu, pouvez appliquer. A mon niveau, depuis que j’ai commence a travailler, je suis toujours alle au boulot tot et ai quitte tard. Mais ma question est : ou commencer et quoi faire pour "travailler dur" en tant que nation ?
      En tant que "jeune", je suggere que nous commencions d’abord par vivre selon nos moyens, aussi individuellement que collectivement.

      Avant de vous adressez aux gens, sachez d’abord de quoi vous parlez et a qui vous parlez.
      Passez une bonne journee !

      Répondre à ce message

      • Le 5 février à 13:32, par Mechtilde Guirma En réponse à : Sommet de Pau : Ablassé Ouédraogo livre une « analyse froide » sur les conclusions

        En tant que "jeune", je suggere que nous commencions d’abord par vivre selon nos moyens, aussi individuellement que collectivement.

        Mais mon très cher fils, voilà donc une suggestion et très bonne. Et vous rejoignez exactement son Excellence. Vous savez et vous l’appliquez bien et c’est ce que vos parents ou vos grands-parents vous ont appris, quand au moyens on ne l’étale pas, car on y réfléchit, et ce ne serait pas bon, de l’étaler parce qu’il faut jamais livrer à ses adversaires ou « ennemis » toutes ses pensées ou ses moyens. Il pourrait en déceler d’or et déjà les points faibles et contre-attaquer.

        Le moins donc qu’on puisse dire, est que le jour où il sera décidé au haut lieu ou unanimement, vous verrez que tout ira seul. Ne vous découragez donc pas. Voilà ce que je voulais vous faire comprendre.

        Répondre à ce message

  • Le 5 février à 08:14, par Nongasidapaguilidi En réponse à : Sommet de Pau : Ablassé Ouédraogo livre une « analyse froide » sur les conclusions

    Dr, ce que vous dites, c’est du non sens. on n’a pas besoin d’être politique ou voyant pour dire cela. c’est la situation du moment et le contexte économique de nos pays qui l’impose à tous et même les bébés bien nés le savent. épargne nous de ce que tout le monde connait. Nous avons besoins de nouveau, pas de déjà connu.

    Répondre à ce message

  • Le 5 février à 08:50, par sylas En réponse à : Sommet de Pau : Ablassé Ouédraogo livre une « analyse froide » sur les conclusions

    " nous, Africains, devons trouver les solutions à nos problèmes, et travailler très dur pour nous assumer. C’est ainsi que, nous, au parti Le Faso Autrement, concevons le panafricanisme."
    Avant de parler de panafricanisme chaque Burkinabè devrait utiliser son intelligence pour travailler et laisser les journalistes et philosophes le verbe. Je ne comprends plus le Burkinabè intellectuel. Vous avez reçu des bourses nationales pour exceller chacun dans son domaine. Vous avez eu des diplômes qui pourraient révolutionner l’économie, la santé, la culture du pays. De retour au pays vous rangez ces diplômes chèrement acquis pour s’adonner "aux kermeses" de mensonge et de démagogie. Le verbiage ne construit pas un pays mais des actions de base dans le domaine sociale qui changent les mentalités.
    y a n’en marre des politiciens ! Vous êtes des gens biens mais vous ne faites pas ce que vous dites.

    Répondre à ce message

  • Le 5 février à 09:19, par Hussein En réponse à : Sommet de Pau : Ablassé Ouédraogo livre une « analyse froide » sur les conclusions

    Ce sommet de Pau et le comportement lâche des dirigeants africains présent à ce sommet auront des conséquences néfastes pour l’Afrique (la partie francophone surtout) pendant encore très longtemps. On ne peut pas encore comprendre la portée des décisions qui ont été prises à Pau et comment elles ont été percues par le reste du monde. Bien, les invistisseurs sérieux fairont un détours pour éviter vos pays. Et vient s’ajouter cette histoire de la monnaie avec Alassane Ouattara et l’éco. En tout et pour tout l’avenir risque d’être plus sombre pour les pays francophones, bien pour la France qui elle a trouvé ses sots éternels !

    Répondre à ce message

  • Le 5 février à 09:26, par TTIENFO En réponse à : Sommet de Pau : Ablassé Ouédraogo livre une « analyse froide » sur les conclusions

    Bien dit internaute Amadoum. Ablassé Ouédraogo, président de Le Faso Autrement, dit ceci « …Pau, est que nous, Africains, devons trouver les solutions à nos problèmes, et travailler très dur pour… ». Monsieur Ablassé Ouédraogo, vous parlez de trouver de solutions sans en proposer aucune. On s’attendait à lire dans votre littérature des propositions concrètes de votre parti Le Faso Autrement au MPP, ou des solutions claires de sortie de crise sécuritaire venant de vous Ablassé Ouédraogo au président RMCK avant l’envol de la délégation burkinabé vers Pau. Il ne suffit plus de se contenter de simples critiques de jours où on compte des dizaines de victimes suite aux attaques terroristes chaque jour que Dieu fait. C’est maintenant ou à jamais que les différents candidats aux élections présidentielles de 2020 doivent s’illustrer pour montrer leur capacité à diriger le Burkina, leur capacité à le sécuriser, leur capacité à le développer, leur capacité à instaurer une paix véritable et durable dans le pays. Comme le dirait l’autre, « les chercheurs qui cherchent on en trouve, mais les chercheurs qui trouvent, on en cherche ». En matière de sécurité comme dans les autres domaines de développement d’un pays, le Burkina a besoin de candidat donc de futur président qui propose de solutions concrètes à ses problèmes comme Ablassé Ouédraogo lui-même l’a si bien affirmé et non de candidat qui se contente de critiquer. C’est connu, les vrais danseurs dans les maquis sont généralement ceux qui sont assis. L’heure n’est pas aux discours mais aux actions. On est tous d’accord avec la réconciliation, mais il faut proposer au président RMCK votre plan de sauvetage après la réconciliation. Ce qu’un patriote peut faire pour sauver son pays étant sur place, il peut aussi le faire étant à l’étranger. C’est une question de bon sens et d’amour pour sons pays à qui on doit tout.

    Répondre à ce message

  • Le 5 février à 10:27, par TERMINATOR En réponse à : Sommet de Pau : Ablassé Ouédraogo livre une « analyse froide » sur les conclusions

    A chaque fois que j’entend " une armée mal entrainée et mal équipée" c’est une phrase qui me fait vraiment mal, parce que je ne peux comprendre que face à des gens qui se déplacent dans la majorité des cas et pour le Burkina à moto avec des armes légères ( parce que là également, comment on peut transporter une arme lourde avec une moto ? ) on puisse accepter ce qu’on subi en prétextant les motifs ci-dessus cités. On devrait plutôt parler de manque de service de renseignement efficace et d’absence de stratégie adaptée. Dieu sauve le Burkina ! Ce qui manque dans cette lutte c’est ce qui sort de la tête, pas ce qui se trouve dans les bras.

    Répondre à ce message

  • Le 5 février à 11:21, par Ka En réponse à : Sommet de Pau : Ablassé Ouédraogo livre une « analyse froide » sur les conclusions

    ’’’’’’La principale leçon que nous devons donc tous retenir, de ce Sommet du 13 janvier 2020 à Pau, est que nous, Africains, devons trouver les solutions à nos problèmes, et travailler très dur pour nous assumer. C’est ainsi que, nous, au parti Le Faso Autrement, concevons le panafricanisme.’’’’’’

    Mon cher Ablassé je confirme, même si souvent je ne partage pas tes sorties, surtout avec ta CODER. Ce que je peux ajouter à ta proposition dont nos dirigeants le savent par cœur, pour moi, ‘’’’est ce que l’Afrique peut-elle sauter des étapes pour accélérer son développement et s’imposer comme le royaume de l’innovation et assumer ses propres innovations sans passer par les impérialistes ?
    Ablassé entre toi et moi, nous le savons bien que c’en est une autre que d’être capable de proposer des solutions efficaces, crédibles et réalisables, mais c’en est une autre quand il s’agit de les pratiquer dans un continent dont le laisser aller est son totem.

    Plusieurs conditions sont nécessaires pour faire de l’Afrique une terre d’innovation : Des innovations qu’on doit assumer sans tendre à chaque fois la main : ‘’C’est d’investir massivement dans les infrastructures, dans l’armée, instaurer une réglementation favorable à de nouveaux modèles économiques et, bien entendu, mettre l’accent sur la recherche et le développement, ainsi que sur la science et la technologie.’’

    Quand a une solution radicale que nous devions assumer nous-mêmes pour éradiquer les terroristes déguisés qui nous tuent comme des mouches, nous devons prendre comme exemple un pays neutre comme la Suisse que je connais bien, et que son système de défense est efficace pour protéger sa population. Nous devons, sans passer par la France ou les Etats Unis, inventé notre propre système semblable à celui de la Suisse en tenant compte de nos continuités des coutumes et de notre histoire, de nos traditions, pour convaincre et éradiquer nos propres frères déguisés en terroriste pour déstabiliser le pays que nous aimons tous. Le copie coller comme suivre les missions comme SERVAL ou BARKANE ne pourra pas résoudre a long terme nos problèmes : Mais inventer un système comme armer les vrais Dozos et les vrais kolwéogo de Mané qui corresponde à nos coutumes pour combattre les terroristes, nous les vaincrons, a condition que le gouvernement explique clairement quelle est la nature de l’ennemi.

    Répondre à ce message

    • Le 5 février à 23:43, par Hamidou En réponse à : Sommet de Pau : Ablassé Ouédraogo livre une « analyse froide » sur les conclusions

      Mr ka. Il faut cesser de rêver comme toujours. La Suisse est un pays européen. Ceux qui nous tuent qui nous pillent qui nous réduisent en esclavage sont des européens. L’Afrique ne sous traite pas volontier son économie sa sécurité sa manière de voir le monde avec la France et l’Amérique. C’est deux pays s’imposent à nous dans tous les domaines. Si nous refusons ils nous mettent en partie avec le terrorisme le djihadisme le tribalisme l’ethnissisme la d’évaluation les maladies la stérilisation de nos femmes et hommes. La seule solution pour nous est de cesser de parler leurs langues, de croire en leurs Dieux, de croire en leur économie en leur phylosophie en leur démocratie. Advienne que pourra. Les chinois l’ont fait et la Chine existe toujours et plus forte que l’Occident.

      Répondre à ce message

      • Le 6 février à 19:59, par Ka En réponse à : Sommet de Pau : Ablassé Ouédraogo livre une « analyse froide » sur les conclusions

        Hamidou : Si tu m’as bien lu, ‘’’je dis un système’’’ mais avec nos continuités des coutumes.’’’ Si le monde ne copiait les uns aux autres, nous serons encore sur les dos des ânes. Tu parles de la chine, et moi je vais te parler de la Coré du Nord. Le Burkina qui est un pays agricole, pour mécaniser le secteur il fallait fabriquer des Charrues. Pour cela l’imitation n’est pas interdite. Exemple en 1956, nos amis coréens du Nord recevaient de l’Union Soviétique leur premier tracteur : Ce tracteur fut démonté pièce par pièce et un appel fut lancé à tous les forgerons du pays pour imiter chacun la fabrication d’une pièce, et un nouveau tracteur fut créé selon leur conception. Cependant branlant au départ, ce tracteur a été un acte de libération. Pour te dire aussi que la première charrue du Burkina a été fabriquée sur notre sol par une entreprise Suisse, dont d’autres petites usines imitent jusqu’à nos jours. Nous pouvons avec notre propre conception avec nos coutumes imiter le système Suisse de protection de sa population qui marche depuis l’indépendance de ce pays. Merci de me lire.

        Répondre à ce message

  • Le 5 février à 12:22, par Goudron pour Ragnongo En réponse à : Sommet de Pau : Ablassé Ouédraogo livre une « analyse froide » sur les conclusions

    De grâce pensez aux habitants de RAGNONGO. La voie qui suit les pylone de la SONABEL. Par pitié, quartier loti depuis 2007 et toujours rien comme voies d’accès. Nous voulons aussi etre comme ceux du centre ville et quartier comme dassagho, wemtenga, patte d’oie et autres. On continue de bitumer dans des zones qui ont deja beaucoup de goudron, nous on ne demande qu’un seul goudron sur la voie d’accès principal qui ne dépasse même pas 5km. C’est un cri de cœur de quelqu’un qui y réside.

    Répondre à ce message

  • Le 5 février à 12:24, par Afro En réponse à : Sommet de Pau : Ablassé Ouédraogo livre une « analyse froide » sur les conclusions

    Mr Amadoum je suis désolé. Vous faite parti de ces personnes qui sont prompte à dénigrer et même insulter. Dr Ablassé a pourtant fait une belle analyse. C’est sa contribution au débat. Où est la vôtre ?
    Méchanceté et médiocrités sont malheureusement les qualités de certaines.....
    Et puis dans son analyse il ya des pistes de propositions... lisez entre les lignes...
    c’est dommage !!! pourtant l’homme a souvent de très bonne idée...

    Répondre à ce message

    • Le 5 février à 13:41, par Amadoum En réponse à : Sommet de Pau : Ablassé Ouédraogo livre une « analyse froide » sur les conclusions

      Quand on commence a devoir lire entre les lignes pour des propositions, il y a deja probleme. D’abord on perd en temps !!! Des propositions, M. Ouedraogo en fait tous les jours, mais sont elles concretes et pratiques ?

      Suggestion # 1
      Commencons tous, individuellement et collectivement, a vivre selon nos moyens, nous aurons deja couvert une bonne distance. C’est faisable.

      Bonne journee !

      Répondre à ce message

  • Le 5 février à 12:30, par tt En réponse à : Sommet de Pau : Ablassé Ouédraogo livre une « analyse froide » sur les conclusions

    en foot ball les joueurs eux au moins à un moment donné de leur carriére savent qu’ils ne sont plus utiles sur le terrain et ils racrochent.

    Répondre à ce message

  • Le 5 février à 14:45, par Burkinameilleur En réponse à : Sommet de Pau : Ablassé Ouédraogo livre une « analyse froide » sur les conclusions

    Est ce que quelqu’un/quelque chose de bien peut-il sortir de Nazareth ?
    avaient demandés les juifs !

    Répondre à ce message

  • Le 5 février à 16:15, par Sambiha En réponse à : Sommet de Pau : Ablassé Ouédraogo livre une « analyse froide » sur les conclusions

    Non seulemenent ses déclarations sont déjà connues mais l’agitation des peuples africains au prise du terrorisme n’a pour cause aucune insitation d’aucun dirigeant politique. Cette agitation est la resultante du murissemt d’esprit après la colonisation la neocolisation et l’exploitation de ces peuple pendant des décennies . Cette agitation ne reflette que la volonté générale de se sortir de cette exploitation de la France visa vis de ces pays africains.

    Répondre à ce message

  • Le 6 février à 11:39, par Black En réponse à : Sommet de Pau : Ablassé Ouédraogo livre une « analyse froide » sur les conclusions

    On doit saché ces genre de type du Burkina Faso.chaque fois des critiques et quelles sont tes solution,toi tu ne sera jamais président de ce pays même une seconde.VIVE LE BURKINA FASO.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Cohésion sociale : « Si nous retournons à nos racines, à nous valeurs, nous pourrons déterrer ce joyau », pense Ayouba Porgo
Mise à disposition de policiers pour affectation dans les ambassades : Les multiples enjeux d’une décision
Lutte contre l’extrémisme violent au Burkina Faso : De la nécessité de prendre en compte le genre
Réduction de la durée de formation dans les ENEP : « Un gravissime retour en arrière », selon Adama de Poum Ouédraogo, formateur à l’ENEP de Ouahigouya
Terrorisme en Afrique : Le G5 Sahel entre défi sécuritaire et jeu d’intérêts
La nouvelle devise de « sages » du Burkina : la repentance ou la mort !
Lutte contre le terrorisme : L’appel des Burkinabè du Grand Ouest et du Centre de la France
Sommet de Pau : Ablassé Ouédraogo livre une « analyse froide » sur les conclusions
Quel rôle pour les intellectuels africains : Le cas du Gabon ?
Vision pour le Gabon d’aujourd’hui et de demain
Réconciliation nationale au Burkina : Quel est le prix à payer pour y parvenir ?
Lutte contre le terrorisme au Mali et au Burkina : Deux approches, un même ennemi
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés