Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’art de plaire consiste simplement en deux choses : ne point parler dе sοi аux аutrеs еt lеur раrlеr tοujοurs d’еux-mêmеs.» Edmond et Jules de Goncourt

Protection de l’environnement : Qu’est-ce qui freine la mise en œuvre effective de la loi 017 ?

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET • mardi 4 février 2020 à 22h50min
Protection de l’environnement : Qu’est-ce qui freine la mise en œuvre effective de la loi 017 ?

A Ouagadougou, pas un mètre carré sans un sachet plastique, malgré l’entrée en vigueur de la loi portant « interdiction de production, importation, commercialisation et distribution des emballages et sachets plastiques non biodégradables » depuis le 1er janvier 2015. A qui la faute ?

Le Burkina Faso à l’instar d’autres pays africains est confronté à des problèmes environnementaux liés aux changements climatiques, à l’utilisation incontrôlée des produits chimiques mais surtout à la prolifération des déchets plastiques dus à l’usage et à l’abandon abusifs des sachets ou emballages plastiques non biodégradable. Chaque année, c’est environ 400 000 tonnes de déchets plastiques qui sont produits.

Pour freiner ce phonème qui avance à grands dans notre pays, l’Assemblée nationale a adopté un projet de loi portant interdiction de production, importation, commercialisation et distribution des emballages et sachets plastiques non biodégradables. La présente loi qui a pour objet la préservation du cadre de vie des populations ainsi que le milieu naturel des sachets et emballages plastiques non biodégradables, est rentrée en vigueur depuis le 1er janvier 2015. Elle est accompagnée de mesures concrètes.

Cinq années après, un constat saute à l’œil. Malgré l’avènement de cette loi et la disponibilité des sachets consommables, la situation ne s’est point améliorée « au pays des hommes intègres ». Pire, le sachet plastique est tellement entré dans les habitudes qu’il parait presqu’inimaginable de s’en passer. Des restaurants aux supermarchés en passant par la vendeuse de beignets au bord de la voie et autres commerces.

Ignorance ou persistance ? « Les sachets biodégradables nous coûtent trop chers. C’est un luxe qu’on ne peut pas se le permettre. On gagne combien comme bénéfice ? », a rétorqué Saoudata Ouédraogo, gérante d’un restaurant, qui vient de tendre un sachet noir au client en guise d’emballage. Pourtant, chez nos voisins, comme le Ghana, les emballages plastiques non biodégradables sont presqu’inexistants.

Au vue de tout cela, la responsabilité des autorités politiques burkinabè est plus qu’engagée, car une chose est de ratifier des lois pour la protection de la « mère nature », l’autre est d’assurer leur application effective. La thérapie face à l’équation des sachets plastiques, c’est de continuer à multiplier les campagnes de sensibilisation des populations sur le danger des sachets en plastique sur leur santé et sur l’environnement et par ricochet amener les commerçants à abandonner progressivement cette activité lucrative.

Pour avoir mis la charrue devant les bœufs, le département en charge de l’environnement doit enfin promouvoir l’utilisation des sacs organiques, surtout réutilisables et des paniers pour au moins restreindre l’usage des sachets plastique dans le commerce. Cela y va de la survie de notre environnement et notre devoir de le préserver pour les générations futures.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 5 février à 07:05, par Pathe Diallo En réponse à : Protection de l’environnement : Qu’est-ce qui freine la mise en œuvre effective de la loi 017 ?

    Le Burkina Faso est champion en adoption des lois mais toujours derneir quand il s’agit de faire respecter ces mêmes lois. On passe le temps à parler de sensibilisation. Il faut toujousr sensibilier mais en fin de compte, il faut faire respecter la loi par tous les moyens. Pourquoi auilleurs, au Rwanda, au Ghana, au Kenya, en Tanzanie c’est possible mais pas chez nous au Faoso ! ces populations ne sont pas moins pauvres que nous ! En réalité chez nous, il ya l’incivise me, al coruption, le népotisme et aussi des autorités aussi qui par peur de la réaction des populations préfère faire semblant en prenant des lois tout en sachant qu’elles ne les ferons jamais respecter ! c’est aussi ainsi que les politiciens préfèrent travailler ! Pauvre de nous !

    Répondre à ce message

  • Le 5 février à 08:16, par boer En réponse à : Protection de l’environnement : Qu’est-ce qui freine la mise en œuvre effective de la loi 017 ?

    Effectivement ça coince parce qu’il y a toujours les sachets plastiques en circulation sur les marchés, boutiques et autres. Pourquoi ce désordre dans ce pays. Quelqu’un ne fait pas son travail quelque part.

    Répondre à ce message

  • Le 5 février à 08:21, par boer En réponse à : Protection de l’environnement : Qu’est-ce qui freine la mise en œuvre effective de la loi 017 ?

    Il faut que l’état interdit certains produits que les agriculteurs utilisent, sinon un jour il y aura des milliers de morts parce quelqu’un aura utilisé des produits abusive sur les récoltes et cela va engendrer des milliers de morts. déjà depuis ces deux dernières années il y a eu quelques morts suite à la consommation des certains produits comme l’arachide, certaines feuilles….

    Répondre à ce message

  • Le 5 février à 08:26, par figo En réponse à : Protection de l’environnement : Qu’est-ce qui freine la mise en œuvre effective de la loi 017 ?

    L’argument de la cherté des emballages bio-dégradables n’est pas recevable quand il s’agit de protéger la nature pour nos enfants. La responsabilité de l’Autorité est ici engagée, mais comme d’habitude le laxisme et le clientélisme prennent le dessus quand c’est les "grands commerçants" qui sont en cause. Ceux qui vendaient l’alcool frelaté faisaient aussi d’énormes bénéfices mais on a pu y mettre un frein. C’est donc une question de volonté. Finalement, les efforts du Ministre qui avaient mené le combat ne servent à rien. On avance d’un pas et on recule de deux.

    Répondre à ce message

  • Le 5 février à 09:49, par Le petit tranquilos En réponse à : Protection de l’environnement : Qu’est-ce qui freine la mise en œuvre effective de la loi 017 ?

    Cela incombe au ministère de l’environnent. Si ce ministre n’arrive pas à faire appliquer la loi, cela sous-entend que les Sankaristes une foi aux affaires vont passer leur temps a la corruption. Une seule institution et vous ne parvenez pas. Vous êtes là-bas au lieu de travailler vous mener une campagne en sourdine pour enrôler des nouveaux militants dans votre parti. Il faudrait que le ministre lui-même se mette au sérieux pour faire avancer son département. On vous observe.
    Courage et merci a l’auteur de l’écrit.

    Répondre à ce message

  • Le 5 février à 11:40, par Zérodéchet En réponse à : Protection de l’environnement : Qu’est-ce qui freine la mise en œuvre effective de la loi 017 ?

    .
    Vous m’avez devancé, car je voulais, moi aussi, me plaindre publiquement de cette situation désastreuse. Devant chez moi tous les sachets du quartier se donnent rendez-vous, emportés par les vents.
    Ce constant navrant est le signe inquiétant d’une paresse de l’Etat, pour ne pas dire de sa défaite.
    Quelle mascarade de faire des lois sans qu’elles ne soient suivies d’application !
    À mon petit niveau, je fais mes courses avec un sac, solide, et refuse les sachets que les commerçants veulent me remettre.

    Répondre à ce message

  • Le 12 février à 09:52, par kabore gaston En réponse à : Protection de l’environnement : Qu’est-ce qui freine la mise en œuvre effective de la loi 017 ?

    Je penses qu’il faut appliquer des mesures répressives à ceux qui vont a l’encontre de la loi.car je penses que le ministère a beaucoup fait comme travail de sensibilisation a travers les médias et autres formes d’échange.cela est d’autant plus nécessaire dans un contexte ou le pays fait face a une population de plus en plus incivique.je veux dire que l’arme la plus appropriée est la répression sinon on fera des tas de pub et de rencontres ,beaucoup ne changeront pas leur habitudes.
    il faut aussi opérationnaliser la police environnementale pour mener sensibilisation et interpellation auprès des acteurs.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Développement durable : Un atelier pour valider et lancer le plan de partenariat du Burkina
Protection de l’environnement : Les députés outillés sur les mécanismes juridiques
Gestion des ressources en eau : Les Pays-Bas veulent partager leur expérience avec les Burkinabè
Protection de l’environnement : Qu’est-ce qui freine la mise en œuvre effective de la loi 017 ?
Aménagement de périmètres irrigués à Samendéni : Le ministre de l’Eau s’imprègne de l’état d’avancement des travaux
Gestion durable des ressources forestières et fauniques : L’exécution des programmes et projets estimée à environ 90%
Environnement : Le Comité de gestion passe en revue le Projet EBA-FEM
Hygiène et assainissement : WaterAid outille des acteurs sur le changement de comportement
COP 25 sur les changements climatiques : Le Burkina tire un bilan satisfaisant de sa participation
Opérationnalisation de la Stratégie nationale de l’Eau : A Fada N’Gourma, le groupe thématique régional Eau et Assainissement de l’Est rend public le bilan de ses réalisations de l’année 2019
Ministère de l’Eau et de l’assainissement : Onze personnes reçoivent la reconnaissance de la nation pour leur abnégation à la tâche
Accès à l’eau et à l’assainissement : Des journalistes visitent des réalisations dans trois régions du Burkina
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés