Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui épouse facilement la foule connaît des jouissances fiévreuses.» Charles Baudelaire ; Le spleen de Paris, Les foules (posthume, 1869)

Atteinte du quota genre au parlement : Et si les partis politiques inscrivaient des femmes sur leurs listes nationales ?

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • lundi 3 février 2020 à 21h55min
Atteinte du quota genre au parlement : Et si les partis politiques inscrivaient des femmes sur leurs listes nationales ?

Le parlement burkinabè a voté, le 22 janvier 2020 à Ouagadougou, la loi portant fixation de quota et modalités de positionnement des candidats aux élections législatives et communales au Burkina Faso. Cette loi est censée faire la promotion du genre. Chaque parti ou groupe d’indépendants qui va en compétition, doit avoir au moins 30% de femmes sur sa liste, sauf que cela n’est pas évident. Pour cause, les partis politiques ne sont pas prêts.

Les parlementaires burkinabè ont voté la loi sur le quota genre. Seulement, l’on a l’impression qu’ils l’ont fait juste pour se donner une bonne conscience. Juste pour montrer qu’ils sont sensibles aux questions liées au genre. Sinon, la loi, telle que votée, n’est pas contraignante. Elle ressemble plutôt à une suggestion.

Elle explique que « tout parti politique qui respecte le résultat de 30% d’élus de l’un et l’autre sexe par circonscription électorale, bénéficie d’un surplus de financement public, au titre de la campagne électorale ». Cela signifie que le parti qui ne respecte pas ces mesures ne risque rien, sinon d’être privé d’un surplus d’argent.

Dans cet état de fait, le non-respect de cette mesure ne produit presque aucun effet pour de grands partis politiques comme le CDP, le MPP, l’UPC et l’ADF/RDA. Ils ont les moyens de leur politique et n’ont pas besoin forcement des sous de l’Etat. C’est seulement une aubaine pour certains partis, qui ne représentent rien sur le plan national, de juste intercaler des listes pour espérer avoir l’argent de l’Etat. Lors des élections de 2012, certains même avaient dépassé de loin les 30%. Les grands partis politiques estiment qu’il est difficile de présenter par exemple une femme contre un homme, tout en sachant que les pesanteurs socio-culturelles vont militer en faveur du second.

Même si c’est le terrain qui commande la manœuvre, il n’en demeure pas moins qu’il y a d’autres solutions pour faire élire des femmes au parlement. La liste nationale est une solution assez simple. Elle représente 12,59% des postes à pourvoir. Donc, si on estime que les femmes ne pourront pas suffisamment mouiller le maillot face aux hommes sur le terrain, elles peuvent être inscrites à ce niveau. Les hommes qui estiment avoir la fougue nécessaire pour se battre vont se faire élire dans leurs circonscriptions. Il y aura aussi des femmes qui pourront se faire élire dans les mêmes circonstances. Ce qui va certainement donner plus de chance au parlement d’atteindre le résultat escompté.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 3 février à 14:57, par fraoco En réponse à : Atteinte du quota genre au parlement : Et si les partis politiques inscrivaient des femmes sur leurs listes nationales ?

    Un parti politique est par principe PARTISAN. Raison pour laquelle on ne trouve pas un seul parti au Burkina. Chacun étant libre de militer dans le parti de son choix, ou même de n’appartenir à aucun parti. Par principe, cette loi est anti démocratique car elle ne respecte pas le choix partisan comme parti. Un jour les jeunes, les handicapés etc.. réclameront leur par de gâteau dans les listes des candidats. Au final, on viendra me négocier d’accepter m’inscrire dans une liste tout simplement parce ce que je suis femme même sans vouloir faire de la politique. Allons seulement.

    Répondre à ce message

    • Le 4 février à 14:02, par idi En réponse à : Atteinte du quota genre au parlement : Et si les partis politiques inscrivaient des femmes sur leurs listes nationales ?

      Fraoco, soutien à 100% ! Qu’on nous laisse tranquille avec ces lois de blancs qui ne nous apportent rien comme plus value ! On ne doit pas imposer un candidat aux électeurs ; faites des primaires, des élections à la base, et les militants vont choisir ceux ou celles qu’ils veulent comme leur représentants. c’est la façon la plus démocratique !
      Cette loi est anti démocratique et faudrait meme l’attaquer en justice, devant le conseil constitutionnel !
      Il semble qu’il y a une femme député qui a refusé de voter la loi car elle serait non contraignante ; j’ai envie de lui dire d’aller créer son propre parti et de ne mettre que des femmes ! et on verra les résultats ! Elle n’a qu’à voir le PDC en son temps, femme respectée, battante et bien connue, elle a eu quoi aux élections passées, pas grand chose !
      Il faut faire attention ; on a nos valeurs africaine, et chacun a sa place.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Situation sécuritaire : Le CDP s’insurge contre « l’abandon des populations civiles »
Houndé : Les actions gouvernementales jugées satisfaisantes dans la province du Tuy
Réconciliation nationale : « Les lignes bougent dans le sens des conclusions du dialogue politique », apprécie l’opposition politique
Burkina : L’opposition politique déplore l’activisme politique du médiateur du Faso, Saran Séré
Politique : Le Faso autrement se félicite de son admission au Réseau libéral africain
PDIS-Laafia : « Le Burkina Faso ne va pas bien et nous en sommes tous responsables », dixit Jacob Tarpaga, président par intérim du parti
Élections de 2020 et 2021 au Burkina Faso : La Turquie offre environ 120 millions FCFA à la Commission électorale nationale indépendante
Burkina Faso : Yacouba Isaac Zida confirme sa présence au prochain congrès du MPS
Elections de 2020 : L’UNIR/PS sonne le rassemblement dans l’arrondissement 7 de Ouagadougou
Meeting du MPP : « Roch Kaboré fait ce qu’un grand chef de guerre doit accomplir pour sa nation », foi d’Abdoulaye Mossé
Déclaration de candidature de KDO à la présidentielle de 2020 : Un an après, « la détermination est au plus haut »
Election présidentielle au Burkina : Yacouba Isaac Zida, le candidat du MPS, de retour au Faso d’ici juin 2020
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés