Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve.» Antoine de Saint-Exupéry

Médias publics : Le SYNATIC observe une grève de 48h

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET • jeudi 30 janvier 2020 à 10h52min
Médias publics : Le SYNATIC observe une grève de 48h

Les agents des médias publics regroupés au sein du Syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC) observent une grève de 48 heures à compter de ce mercredi 29 janvier 2020, sur toute l’étendue du territoire national.

Dans la matinée de ce mercredi 29 janvier 2020, la devanture de la Radiodiffusion télévision du Burkina (RTB-Télé) est ‘’au cœur d’un événement’’. Les travailleurs des médias publics regroupés au sein du Syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC) observent une grève de 48 heures. Selon le secrétaire général adjoint du SYNATIC, Aboubakar Sanfo, cette grève vise à interpeller le gouvernement et l’inviter à traiter de façon sérieuse les préoccupations des travailleurs des médias publics.

Le personnel dit ne pas être satisfait de la façon dont les négociations et les échanges sont menés. Le 30 décembre 2019, les négociations ont été suspendues et il était convenu que le gouvernement revienne sur la table de discussion afin que les échanges se finalisent. « Jusqu’à présent, ça n’a pas été fait », déplore Aboubakar Sanfo. Ainsi, cette grève de 48 heures vise, dans un premier temps, à finaliser les échanges sur le statut dérogatoire et en second lieu, la dotation en équipements des médias d’Etat (RTB et Sidwaya).

Le secrétaire général adjoint du SYNATIC, Aboubakar Sanfo (au micro)

Lire aussi : Médias publics burkinabè : Des journées de protestation les 12 et 13 juin 2019


A la RTB-Télé, la salle de rédaction est vide. Un écran téléviseur est en marche, mais pas de journaliste. Le rédacteur en chef, Jean-Emmanuel Ouédraogo, promet un service minimum au regard de la situation. « Pour ce qui nous concerne au niveau de la télévision ici, on s’organise pour avoir un service minimum parce qu’on ne peut pas tout éteindre et fermer la télé. C’est vrai que les agents sont en grève mais en tant que responsables, c’est de s’organiser pour s’assurer qu’il y ait un minimum qui soit servi aux téléspectateurs », a-t-il confié.

Le rédacteur en chef de la RTB-Télé, Jean-Emmanuel Ouédraogo

Quant à la rédaction du journal Sidwaya, c’est le même constat : une grande salle bien vide. Contrairement à son confrère de la RTB-Télé, le rédacteur en chef de Sidwaya, Aimé Kambiré, ne rassure pas expressément. Les lecteurs constateront par eux-mêmes si le numéro du jour sortira ou pas.

La salle de rédaction de la RTB-Télé est vide

Cette grève de 48h est un énième mouvement d’humeur que le SYNATIC observe, en attendant la satisfaction de ses revendications.

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Vos commentaires

  • Le 30 janvier à 11:13, par Goudron pour Ragnongo En réponse à : Médias publics : Le SYNATIC observe une grève de 48h

    De grâce pensez aux habitants de RAGNONGO. La voie qui suit les pylone de la SONABEL. Par pitié, quartier loti depuis 2007 et toujours rien comme voies d’accès. Nous voulons aussi etre comme ceux du centre ville et quartier comme dassagho, wemtenga, patte d’oie et autres. On continue de bitumer dans des zones qui ont deja beaucoup de goudron, nous on ne demande qu’un seul goudron sur la voie d’accès principal qui ne dépasse même pas 5km. C’est un cri de cœur de quelqu’un qui y réside.

    Répondre à ce message

  • Le 30 janvier à 11:52, par Etranger En réponse à : Médias publics : Le SYNATIC observe une grève de 48h

    Selon une ONG suisse, votre pays, le Burkina Faso, est la première urgence humanitaire au monde et du globe avec plus de 600 0000 déplacés internes. Vu ce à quoi vous vous vous livrez, je me demande si vous et vos gouvernants n’êtes pas possédés par un démon. Vous ne voyez toujours pas le danger à vos portes ; C’est pillage de l’argent publique qui vous préoccupe. Vous êtes tous foutu.

    Répondre à ce message

  • Le 30 janvier à 12:08, par Made En réponse à : Médias publics : Le SYNATIC observe une grève de 48h

    Mon ami, vous avez au moins le courant et des routes !!! Marcousis ou je suis c’est depuis 2003. Nous on veux meme pas goudron, mais des endroits pour passer.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
A la Une de L’Evénement
Burkina Golden Blogs Awards : L’ABB annonce l’ouverture des candidatures pour le Prix du Meilleur Blogueur du Burkina
Accès à l’information publique : La loi 051 cherche opérationnalisation au profit du citoyen
Implantation des infrastructures de télécommunication : L’ARCEP éclaire la lanterne des élus locaux
Facebook annonce l’ouverture d’un bureau à Lagos, au Nigéria
Commerce en ligne : Bestmade Burkina met une plateforme à la disposition des vendeurs et des acheteurs
Inclusion numérique : L’ANPTIC offre du matériel informatique pour la formation des aveugles et malvoyants
BF1 Freestyle 2020 : Campbell Jules Yigo de la Patte d’Oie sacré vainqueur
Journalisme sensible aux conflits : La 4e édition du Prix PaxSahel est ouverte
Couverture médiatique de la précampagne électorale : "La confusion du CSC", selon Me Prosper Farama
Lefaso.net : Une nouvelle organisation pour de nouveaux challenges
Institut Supérieur de la Communication et du Multimédia (ISCOM) : Optez pour des formations dans les métiers du numérique
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés